12/09/2014

TRIBUNE LIBRE,POINT DE VUE ET CONSTAT !

Apostat Kabyle AK

 

 

Asservissement sexuel des enfants par les musulmans: un phénomène mondial.

 

 

J'apprécie beaucoup Raymond Ibrahim, grand spécialiste de l'islam et de la langue arabe, traducteur, auteur et chroniqueur de l'islam.
 
Il est donc normal que je reprenne un de ses textes mis en ligne par le site Americans Infidels.
 
Asservissement sexuel des enfants par les musulmans: un phénomène mondial
 
Par Raymond Ibrahim
 
Aussi choquant que le réseau musulman de prostitution pédophile de Rotherham, peut l'être (quelques 1400 enfants britanniques dont certains âgés d'à peine 11 ans drogués avec des médicaments avant d'être abusés sexuellement dans des taxis et des restaurants kebab) le fait est que ce phénomène est extrêmement répandu. Dans le seul Royaume-Uni, c'est le cinquième réseau musulman de "pédo-prostitution" qui a été découvert. 
 
 
 
Il y a quelques années en Australie, un groupe de jeunes musulmans libanais était responsable d'une série de brutales viols collectifs sur des adolescentes anglo-celtiques.
 
Quelques années plus tard dans le même pays, quatre frères musulmans pakistanais ont violé au moins 18 femmes australiennes , dont certains âgées d'à peine 13 ans. Même aux États-Unis, un groupe de Somaliens (et la Somalie est un pays musulman où les non-musulmans, principalement des chrétiens, sont impitoyablement persécutés) était responsable d'enlèvement, achat, vente, viols et tortures sur des jeunes filles américaines dont la plus jeune avais 12 ans. 
 
La question se pose: Si les minorités musulmanes n'ont aucune crainte d'exploiter les femmes et les enfants "infidèles" des pays non-musulmans où ces musulmans eux-mêmes sont censées être des minorités potentiellement vulnérables, comment se comportent les musulmans partout dans le monde islamique, où ils sont dominants, et quels traitement réservent-ils à leurs minorités vulnérables, les minorités non-musulmanes? 
 
La réponse est longue de plusieurs siècles, un compte de prédation sexuelle non-stop à l'échelle continentale. L'enlèvement et l'esclavage par Boko Haram de près de 300 jeunes écolières à majorité chrétiennes en avril dernier au Nigéria n'est que la partie visible de l'iceberg. 
 
La différence entre ce qui se passe au Nigeria et ce qui se passe dans les pays occidentaux est basée sur ce que j'appelle "la règle des nombres de l'Islam" . Partout où les musulmans se développent en nombre, les phénomènes intrinsèques aux musulmans (dans ce cas l'abus sexuel des "infidèles", enfants et adolescents) grandissent avec eux. 
 
Ainsi au Royaume-Uni, où les musulmans représentent une minorité notable et de taille, le viol systématique des "infidèles sous-humains" se fait naturellement. Mais quand ils sont pris, les minorités musulmanes, étant sous l'autorité "infidèle", crient à l'"islamophobie" et feignent l'innocence. 
 
Au Nigeria, cependant, qui compte à peu près 50% de musulmans, ces "apologétiques" sont inutiles. Après l'enlèvement de près de 300 écolières, le leader de Boko Haram est apparu dans une vidéo vidéo en se vantant: "J'ai enlevé vos filles, je vais les vendre au marché, par allah ... Il ya un marché pour la vente de l'humain. Allah dit que je devrais vendre". 
 
C'est la même chose au Pakistan - la nation d'où proviennent la plupart des musulmans du Royaume-Uni, y compris la majorité de ceux qui sont impliqués dans le réseau de pédo-prostitution de Rotherham. Voir la longue liste d'enfants dans cet article,  comment ces jeunes chrétiens dont le plus jeune a 2 ans, ont été ciblés par des musulmans en vue de les enlever, les mettre en esclavage et les violer. Dans chaque cas, la police ne fait rien sauf parfois d'être du côté des violeurs musulmans contre leurs victimes "infidèles". 

Par exemple, le dernier dimanche de Pâques, quatre hommes musulmans ont violé en réunion une chrétienne de 7 ans nommée Sara, la laissant dans un "état critique". Selon Asia News, "la police, au lieu d'arrêter les coupables, a aidé le clan à kidnapper le père de la petite fille ... pour "obliger la famille à ne pas rapporter l'histoire et parvenir à un accord avec les criminels et éviter un conflit dans un contexte religieux"
 
En ce qui concerne le systématique "toilettage d'enfant" (child grooming), en 2010, Kiran George, une jeune fille chrétienne qui a été réduite en esclavage par une femme (Sama, une "dealeuse" de jeunes) et qui a été vendue en tant que prostituée ou esclave à une riche famille musulmane, a été aspergée d'essence et brûlée à mort par un agent de police impliqué dans le réseau de prostitution. 
 
Et un récent rapport confirme que "environ 700 cas d'enlèvement, d'esclavage, et / ou de viol au Pakistan par an impliquent des femmes chrétiennes et 300 jeunes filles hindoues", ce qui représente un très grand nombre de victimes si on considère que les chrétiens et les hindous ne représentent chacun que 1% de la population du Pakistan, qui est à 97% musulmane. 
 
On peut continuer indéfiniment. En 2011, un groupe chrétien d'Egypte [à 95% musulmane] a dévoilé un réseau musulman très organisé concentré autour de la mosquée Fatah d'Alexandrie. L'enquête a aussi révélé un plan systématique "d'appel à la religion", où de jeunes "mâles" musulmans d'école secondaire ou d'université sont invités à aborder les filles coptes dans la tranche d'âge 9 ans -15 ans et de les manipuler par l'exploitation sexuelle et le chantage. Le plan vise à compromettre sexuellement les filles chrétiennes, les souillant et les humiliant devant leurs parents, les forçant ainsi à quitter leurs foyers, et utiliser la conversion à l'islam comme une "solution" à leurs problèmes. 
 
Environ 550 jeunes filles coptes ont été enlevées et agressées sexuellement par des musulmans au cours des trois dernières années. Principalement sous le régime des Frères musulmans, quand les crimes sexuels étaient alors particulièrement répandus et encouragés. 
 
Ainsi, qu'est-ce qui anime ce phénomène de viols musulmans sur des non-musulmans? Et nous devons l'appeler viol musulman, puisque l'islam est le dénominateur commun à tous ces cas parmi les nations les plus diverses qui ont peu de choses en commun si ce l'islam. 
 
Quant à l'aspect de la pédophilie, Mahomet (prophète des musulmans, que le coran exhorte à imiter du mieux possible dans tous ses faits et gestes) a été "fiancé" à une fillette de 6 ans, Aïsha, et a consommé leur mariage quand elle a eu 9 ans [et lui 54]. En conséquence, les imams de l'islam défendent systématiquement et par habitude le "mariage d'enfant" sur le base de l'exemple laissé par le prophète. 
 
Quant à traiter de "sous-hommes" les enfants "infidèles", il est considéré comme un droit par les musulmans suprémacistes. Discuter du viol en 2010 d'une enfant de 9 ans, fille de chrétiens, des sources locales pakistanaises l'admettent: "C'est honteux. De tels "incidents" [sic] se produisent fréquemment. Les filles chrétiennes sont considérées comme des marchandises qu'on peut "endommager" [re-sic] à loisir. En abuser est un droit. Selon la mentalité de la communauté [musulmane], ce n'est pas considéré comme un crime. Les musulmans le considèrent comme butin de guerre". 
 
"Butin de guerre" est tout à fait correct. Voici comment Majid Khadduri , "reconnu internationalement comme l'un des experts mondiaux du droit et de la jurisprudence islamiques", a expliqué l'idée de "butin" dans sa "Guerre et Paix dans la Loi islamique": 
 
"Le terme butin (ghanima) est appliqué spécifiquement aux biens acquis par la force sur les non-musulmans. Il comprend, cependant, non seulement les biens (mobiliers et immobiliers), mais aussi les personnes, que ce soit des "asra" (prisonniers de guerre) ou des sabi (femmes et enfants). ... Si l'esclave était une femme, le "maître" a été autorisé à avoir des rapports sexuels avec elle comme avec sa concubine".
[Un héritage là encore de Mahomet: lui et ses compagnons ont pratiqué le viol systématique des captives, vendues ensuite sur les marchés]. 
 
Et ce n'est pas juste limité au langage académique. L'année dernière, le cheikh jordanien Yasser al-Ajlawni dit que les musulmans qui combattent pour renverser "l'infidèle" président Bachar al-Assad en Syrie sont autorisés à capturer et avoir des relations sexuelles avec toutes les femmes non-sunnites, y compris les musulmans chiites, alaouites, chrétienness, druzes, et Yézidies". 
 
Avant lui, l'Egyptien Cheikh Ishaq Huwaini s'est lamenté et regretté "l'âge d'or de l'islam", quand "vous [pouviez] aller au marché et acheter des [esclaves, concubines infidèles] .... En d'autres termes, quand je veux une esclave sexuelle, je vais au marché et je prends au choix, n'importe quelle femelle que je désire et je l'achète"
 
Afin d'éliminer l'immoralité sexuelle parmi la jeunesse musulmane de sexe masculin, la militante politique koweïtienne Salwa al-Mutairi a carrément suggéré de rétablir formellement l'esclavage sexuel ce qui n'est pas sans rappeler ce qui s'est récemment passé à Rotherham. Elle a dit dans une vidéo que les plus grandes autorités de l'islam de la Mecque, ville de l'islam, ont tous confirmé la légalité de l'esclavage sexuel. 
Selon cette Koweïtienne: 
 
"Un État musulman doit [d'abord] attaquer un état chrétien (désolée je voulais dire des non-musulmans) et elles [les femmes, les futures esclaves sexuelles] doivent être les captives des razzias [suggestion inspirée totalement des pratiques "mohamédiennes"]. Est-ce interdit? Pas du tout; selon l'Islam, les esclaves sexuels ne sont pas du tout interdites. Bien au contraire, les règles régissant les esclaves sexuelles diffèrent de celles des femmes libres [c.-à-dire des femmes musulmanes]: le corps de celles-ci doit être entièrement couvert, à l'exception de son visage et de ses mains, tandis que l'esclave sexuelle peut rester dévêtue depuis le dessus du nombril, à la différence de [la musulmane]; [la musulmane] doit être mariée "correctement" [conformément au droit musulman] mais l'esclave sexuelle s'achète, rien de plus...
Par exemple, dans la guerre de Tchétchénie, il y a eu sûrement des captives russes. Alors, allez et achetez-les et revendez-les ici au Koweït; c'est mieux que de faire que nos hommes aient des relations sexuelles interdites. Je ne vois aucun problème à cela, pas de problème du tout". 
 
[Une position inquiétante venant d'une femme, surtout de la part d'une "militante", mais une position conforme au coran et à la loi islamique, la charia. Si les femmes sont conditionnées au point d'accepter ce point de vue ultra-misogyne et franchement rétrograde indigne d'un humain du XXIème siècle, que doivent donc penser les hommes sur la justification des actes de pédophilie et d'esclavage sexuel? C'est vrai qu'en ce domaine, ils ont le "modèle parfait" en matière de moralité!]. 
 
Ce qui est arrivé à Rotherham est à peine une aberration. Au contraire, c'est juste l'islam qui débarque en ville, à mesure où le nombre de musulmans augmente. Même un des leurs, le Dr Taj Hargey, un imam britannique, vient de confirmer que la majorité des imams du Royaume-Uni font la promotion du "toilettage d'enfants" et de l'esclavage sexuel. Il a déclaré qu'on enseigne aux musulmans que les femmes sont des "citoyennes de seconde classe qui valent un peu plus que les biens meubles ou les biens sur lesquels les hommes ont autorité absolue" et que les imams prêchent une doctrine "qui dénigre toutes les femmes, mais traite particulièrement les blanches par le mépris". 
 
Il y a juste à modifier le mot "blanches" par "non-musulmanes" car il ne s'agit pas de race mais de religion et les expériences de ces 1.400 enfants de Rotherham sont des expériences vécues par d'innombrables minorités non musulmanes dans le monde islamique. 
 

Nota: j'ai mis [entre crochets] toutes mes annotations personnelles. 

 



12/09/2014

L' ÉTAT ISLAMIQUE MENACE TWITTER ......

 

L’État Islamique déclare la guerre à Twitter et menace ses employés si des comptes sont fermés

L’État Islamique déclare la guerre à Twitter et menace ses employés si des comptes sont fermés

11/09/2014 – PARIS (NOVOpress) - Un groupe de musulmans liés à l’État Islamique menace d’assassiner des salariés de Twitter en cas de censure de leurs messages. Ils précisent que ce seront des « loups solitaires », genre Mohammed Mehra ou Menouche, qui cibleront les bureaux de cette société.

Un appel a spécialement été envoyé au siège social de Twitter en indiquant que “ l’EI amènera la guerre dans la Silicon valley”.

« Le temps est arrivé de répliquer directement au management de Twitter en attaquant ses salariés et les exécuter! Ceux qui accompliront ces missions sont des cellules dormantes.»

Le message poursuit : « Le management de Twitter doit savoir que s’il nous déclare la guerre dans le monde virtuel nous lui apporteront la guerre dans le monde réel. Chaque employé aux USA doit garder à l’esprit qu’un loup solitaire pourra désormais l’attendre en bas de chez lui. Et cela vaut aussi pour l’Europe »

 

Ce réseau social a été un grand vecteur de communication pour ce groupe terroriste musulman qui l’utilise pour recruter. De nombreux musulmans occidentaux qui ont rejoint le groupe terroriste commentent leur expérience en direct via Twitter.

Des musulmans anglais avaient ainsi récemment posté des tweets où ils « voulaient la tête de Cameron au bout d’une pique » et où ils se moquaient des aides sociales britanniques qui leur avaient permis de se rendre en Syrie.

Twitter refuse toute forme de propagande extrémiste mais le nombre de message est trop important pour être correctement filtré.

Cependant tout les messages détaillant les meurtres de James Foley et Steven Sotloff avaient été bloqués, ce qui a certainement provoqué cette réaction du groupe terroriste. Le groupe Twitter possède 12 bureaux aux États-Unis et 5 en Europe. La direction du groupe a indiqué que leur service de sécurité analysait la réelle portée de ces menaces.

Source : Daily Mail


Photos (attention, images choquantes) que vous ne verrez jamais dans les médias : barenakedislam.com


ENFIN ! UN JUGE QUI OUVRE LES YEUX

 

Djihad : le juge Trévidic alerte sur les coupeurs de tête « français »

 

Selon le magistrat antiterroriste, de jeunes Français participent aux exécutions publiques en Syrie et s’exhibent même sur Internet, avec des têtes tranchées dans les mains.

Certains ont des profils de tueurs en série, dit-il.

 

 

Hebergeur d'Images Gratuit

Après la diffusion, il y a neuf jours, par les islamistes, des images de la décapitation du journaliste israélo-américain, Steven Sotloff, le juge Trévidic, fait cette confidence inquiétante au Figaro :

«Il y a dans nos dossiers antiterroristes des cas de jeunes Français qui ont été formés à couper des têtes par les djihadistes en Syrie.

 

Certains ont directement mis en pratique ce qui leur a été enseigné en décapitant des personnes, lors d’exécutions publiques, notamment à Racca», ville syrienne tombée aux mains des djihadistes et proclamée capitale du califat créé le 29 juin dernier.

Ce magistrat français très chevronné, qui a repris le cabinet d’instruction du juge Bruguière depuis de nombreuses années, précise même que «circulent actuellement sur Internet des images de jeunes Français qui tiennent une tête coupée dans leur main».

 

À le croire, «ils s’habituent à l’horreur», comme les enfants soldats d’Angola.

 

«C’est dire leur degré de dangerosité» lorsqu’ils reviennent en France, selon lui. [...]

Mais le juge Trévidic insiste sur le «durcissement des profils».

Selon lui, «des profils de plus en plus psychiatriques émergent» dans les enquêtes.

 

À l’entendre, «le djihad en Syrie draine des individus à ce point déséquilibrés que», même sans l’islam radical extrême dans lequel il bascule, «l’on peut se demander si ils n’auraient pas pu finir tueurs en série».

 

Cet expert ajoute que «parmi les profils les plus pulsionnels, l’on croise des adolescents extrêmement isolés, y compris des gamins de 15 à 16 ans».

Le Figaro

 

http://www.fdesouche.com/509349-djihad-le-juge-trevidic-alerte-sur-les-coupeurs-de-tete-francais

HOLLANDE L' AMÉRICAIN ET LA PEUR DE L' ISLAMOPHOBIE ???

 

Obama : un hollande américain ? - 13 ans après le 11 septembre, le terrorisme islamique est toujours la

Obama : un hollande américain ?


13 ans après le 11 septembre, le terrorisme islamique est toujours la



Jean Bonnevey
le 11/09/2014
Obama élu pour en finir avec les guerres des Bush a déclaré sa propre guerre. C’est certes un retour au « tout aérien » mais une guerre tout de même.

13 ans après le 11 septembre le terrorisme islamique est plus vivant que jamais et multiforme.
 
L’El monte en puissance mais Al Qaïda est toujours là et vise le monde indien.
 
Alors bien sûr, ces islamiques ne sont pas des islamistes et encore moins des musulmans.
La peur de l’islamophobie paralyse le premier président noir.
 
Pourtant si on ne fait pas la guerre à l'islamisme, les terroristes eux nous la font au nom de l'islam, de leur islam dévoyé certes mais de l'islam tout de même.

Les guerres américaines sont un  désastre

C’est la même chose que la guerre de Sarkozy en Lybie entraînant la guerre de François Hollande au Mali.
 
Cette guerre qui sera longue se fera sans alliance avec ceux qui luttent contre les islamistes en Syrie, une position stratégiquement stupide partagé  par le suivisme français.
 
Une guerre qui ne sera pas gagné sans engagement sur le terrain quoi qu’on dise et qui va plomber la fin du deuxième mandat d’Obama.

Le Grand Moyen-Orient est de nouveau sur la sellette.
 
 
Et devinez qui fera partie de la coalition des volontaires prêts à se battre contre le califa ?
 
La Grande-Bretagne, l’Australie, la Turquie, la Jordanie et les piliers du Conseil de coopération du Golfe (CCG) que sont le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

C’est pratiquement la même bande (cinq sur sept) qui a rendu possible la montée de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), avec son « Assad doit partir », puis ses « bons » et « mauvais » djihadistes, pour finir par l’EIIL (devenu depuis l’État islamique), territoire tentaculaire du calife Ibrahim, fort de l’appui de son armée privée.
 

A l'intérieur ce n’est pas mieux

L’explosion de rage raciale et de violence qui a déferlé sur ergusson, forçant les autorités à envoyer la garde nationale à l'appui des forces de police, a ravivé les blessures qui divisent la société américaine depuis ses origines.
Elle anéantit les espoirs de ceux qui avaient cru naïvement que l'élection du premier président métis de l'histoire des États-Unis ferait entrer le pays dans une ère «postraciale».
 
Cinq ans et demi après son élection à la Maison-Blanche, Barack Obama est rattrapé par la question noire. Les démocrates redoutent une défaite au Sénat à l’automne 2014, qui marquerait le crépuscule de la présidence Obama.

François Hollande n’est pas le seul président à connaître des moments difficiles et à décevoir son aile gauche. Alors qu’il s’était engagé en juin 2014 à agir par décret avant la fin de l’été 2014 sur ce dossier, faute d’accord au Congrès pour trouver un statut aux 11 millions de sans papier,Barak Obama a annoncé repousser toute décision à l’automne 2014.
 
Soit après les élections législatives de mi-mandat, le 4 novembre 2014. «Je veux simplement que chacun le comprenne, parce que vous ne le saurez pas forcément en regardant les informations: à tous les égards ou presque, l'économie américaine et les salariés américains se portent mieux que lorsque je suis entré en fonction».

La croissance aux USA s'est redressée pour atteindre des niveaux jamais vus depuis le début de son premier mandat.
En août, le taux de chômage a baissé à 6,2% de la population active, plus d'un point de moins qu'un an plus tôt. Depuis son accession à la Maison Blanche, en janvier 2009, le président des Etats-Unis a régulièrement été attaqué sur l'état de l'économie américaine.
 
Barack Obama est actuellement accusé d'indécision par ses adversaires.

Un Hollande américain dans une économie en meilleure santé et des moyens militaires incomparables…. Mais pas rassurant !
 
 
Source et publication:   http://metamag.fr/metamag-2237-Obama---un-hollande-americain---13-ans-apres-le-11-septembre--le-terrorisme-islamique-est-toujours-la.html

LA CHARIA EST BIEN APPLIQUÉE SUR LE TERRITOIR EUROPÉEN !

Vendredi 12 septembre 2014

charia-en-Grece.jpg

Source: Il existe au sein de l’Union européenne un territoire où la charia est officiellement reconnue et appliquée.

C’est en Grèce, précisément en Thrace occidentale, à la frontière gréco-turque, que les citoyens grecs musulmans peuvent faire appel aux muftis et à la loi islamique pour régler leurs affaires familiales et personnelles tout en restant en conformité avec le droit grec.

La validation de la charia en droit grec a cent ans. Elle tire sa légitimité de la loi du 5 janvier 1914 qui porte sur «  la législation applicable dans les territoires cédés et leur organisation judiciaire  »1.

Cette exception grecque fait d’autant plus débat, y compris en Grèce même, que la situation actuelle n’a plus rien à voir avec celle qui prévalait en 1914, pas seulement à cause de l’évolution de la société grecque et du monde musulman, mais aussi parce qu’un laisser-aller administratif a permis aux muftis d’accroître leurs responsabilités et d’étendre le champ d’application de leurs compétences au fil du temps.

Yannis Ktistakis2, universitaire et juriste grec, a examiné 3633 jugements des tribunaux religieux musulmans des villes de Komotini, Xanthi et Didimoticho sur la période qui s’étend de 1991 à 2011. Son étude donne à voir la réalité juridique et sociale de la minorité musulmane de Grèce et l’évolution de ses droits par rapport à l’application de la charia3.

Cet article reprend ses constatations et ses conclusions.

À l’origine, la charia ne s’appliquait qu’aux seuls musulmans de Thrace occidentale. Le code civil a été introduit en Grèce en 1946. L’une de ses particularités est de n’avoir pas aboli les dispositions de la loi de 1914 4.

Les matières liées au mariage entre musulmans, à sa dissolution, aux relations personnelles entre les époux pendant leur vie conjugale ainsi que les liens de parenté continuent jusqu’à ce jour à être régies et jugées selon la charia. Mais depuis des décennies, le rôle des muftis s’est étendu à d’autres domaines, à d’autres personnes, y compris non grecques et/ou non musulmanes, et a débordé le cadre géographique de la Thrace occidentale.

Laissez-faire juridictionnel

Il fut un temps où le droit personnel territorial prévalait. Seuls les musulmans d’origine turque vivant en Thrace occidentale pouvaient se voir appliquer la charia. Cette disposition juridique n’est plus aussi restreinte. Avec le temps, les tribunaux religieux ont étendu leur juridiction sans que la loi grecque ne s’y oppose.

La cour de cassation (areios pagos) elle-même a soutenu l’opinion que le mufti était le «  juge légitime  » des citoyens grecs musulmans où qu’ils résident, en Thrace occidentale naturellement, mais aussi à Santorin5, Eubée6 ou, plus curieusement, hors de Grèce7.

Les tribunaux religieux n’ont pas hésité non plus à résoudre les litiges de droit familial quand bien même l’un des conjoints n’était pas grec mais égyptien, australien, allemand, moldave, palestinien8… Des muftis ont accordé des licences de mariages entre étrangers et citoyens grecs musulmans.

Chaque fois, l’État grec n’a pu, ou voulu, faire respecter la loi même s’il a demandé à l’administration de ne pas retranscrire sur les registres de l’état civil les mariages entre étrangers et citoyens grecs musulmans9.

Le critère religieux a lui aussi connu une inflexion notable. Les tribunaux religieux de Xanthi et de Didimoticho ont estimé que leur juridiction pouvait s’étendre aux litiges dans lesquels l’un des conjoints n’était pas musulman mais chrétien orthodoxe10.

Même si certains jugements attestent indubitablement d’une sorte de laxisme dans la vérification de l’appartenance à la religion musulmane de l’un des conjoints, l’État grec ne les a pas contredits. Le tribunal religieux de Xanthi ne s’est ainsi pas soucié de savoir si «  Maria  », originaire d’Athènes, ou «  Olga  » venant d’Ukraine, étaient musulmanes ou s’étaient converties à l’islam11.

L’État grec n’a rien trouvé non plus à y redire.

Il apparaît dès lors que le privilège qui avait été accordé à l’origine à la minorité musulmane de Thrace occidentale a été étendu à tous ceux qui, à un moment ou à un autre de leur vie conjugale, se sont trouvés en Grèce et y ont sollicité l’intervention d’un tribunal religieux musulman. Le rôle grandissant des muftis entre pour beaucoup dans cette évolution.

La double compétence du mufti comme source de complication

Conformément à la loi grecque, deux conditions sont requises pour que la charia soit appliquée : être citoyen grec et de religion musulmane. Ce n’est que lorsque ces deux conditions sont réunies que le mufti est, en principe, en droit d’exercer ses responsabilités12.

Jusqu’en 1920, les fonctions de mufti et de cadi étaient différentes et confiées à deux personnalités distinctes. Le cadi, président du tribunal religieux, rendait ses jugements selon la loi de l’islam. Le mufti était l’interprète de la loi sacrée. Théologien, il prononçait des avis juridiques formels (les fatwas) sur des questions relevant de la loi sacrée. Le cadi n’avait pas l’obligation de suivre ces avis.

C’est à partir des années 1920 que le mufti s’est vu reconnaître le droit de cumuler les deux fonctions, en incluant dans ses responsabilités celles du cadi.

Aujourd’hui encore, le mufti grec est aussi un mufti juge, un fonctionnaire grec qui a rang de directeur général d’administration et qui est nommé (voire destitué) par décret présidentiel sur proposition du ministre grec de l’éducation nationale et des affaires religieuses. Ce cumul des fonctions participe de l’élargissement du champ d’application de la charia en Grèce, parfois en contradiction avec les lois grecques.

La suppression du poste de cadi et le transfert de compétences en faveur du mufti que cette suppression a entraîné ont étendu le rôle du mufti à des domaines autres que ceux initialement prévus par l’article 4 de la loi 147/1914. Jusque-là il ne pouvait intervenir que dans les «  affaires matrimoniales et personnelles  » : mariage des citoyens musulmans grecs, relations conjugales pendant la durée du mariage, divorce et liens de parenté. En sa qualité de fonctionnaire religieux, il agissait alors en conformité avec le code civil grec qui précisait que «  le mariage [devait être]célébré par un prêtre de l’église orthodoxe orientale ou par un ministre d’un autre dogme ou culte connu en Grèce  ». 

Ses actes étaient contrôlés par l’officier de l’état-civil et les tribunaux civils sur la base des dispositions du Code civil. Ils devenaient exécutoires lorsqu’il était avéré que «  l’ordre public  » n’était pas «  troublé  ».

À la suppression du poste de cadi, les compétences juridictionnelles du mufti ont été élargies par la loi 1920/1991 (art. 5, § 2). Aux mariages et divorces se sont ajoutés «  les pensions alimentaires, les tutelles, les curatelles, les émancipations des mineurs, les testaments islamiques, les successions ab intestat  ».

Les exemples abondent qui prouvent que l’administration grecque n’a pas toujours été en mesure de faire valoir le point de vue de l’État face à certaines décisions religieuses. Il ne s’est pas opposé à la décision du tribunal religieux de Xanthi qui a accepté de reconnaître la demande de mariage entre une Grecque musulmane mineure et un Grec chrétien adulte.

Il n’a pas souligné le fait que le tribunal de première instance de Xanthi s’était, de son côté, déclaré incompétent pour savoir si une Grecque musulmane mineure pouvait contracter mariage avec un Grec musulman majeur.

Ailleurs, telle administration a estimé qu’un divorce entre ressortissants grecs musulmans devait être prononcé par le mufti qui avait autorisé le mariage quand une autre administration grecque rappelait que seul le juge civil ordinaire pouvait défaire une union matrimoniale entre ressortissants grecs musulmans.

Le rapprochement des pratiques

La charia ne considère pas la bigamie comme un délit. Jusqu’à une date récente, le Conseil des juges correctionnels était du même avis13, considérant que l’article 4 de la loi 14/1914 était supérieur au Code civil et que la bigamie ne constituait pas un trouble à l’ordre public.

Mais l’évolution de la société, y compris au sein de la communauté musulmane de Grèce, rend cette situation de plus en plus rare.

Les muftis eux-mêmes y sont peu favorables.

Surtout, l’opinion générale est qu’être bigame constitue une situation qui s’oppose à la règle constitutionnelle de la protection de la famille monogamique. Les décisions de l’administration grecque vont désormais systématiquement dans le même sens. Toute contraction d’un second mariage pour un Grec musulman, sans l’annulation du premier, serait invalidée. Une épouse musulmane aurait d’ailleurs le droit de réclamer un divorce si son mari contractait un second mariage. D’autres évolutions témoignent du rapprochement entre la situation des membres de la communauté musulmane et celle des non musulmans.

Les «  mariages par représentants  », encore récemment reconnus par l’administration grecque, ne sont désormais plus valides, le ministère de l’intérieur, de l’administration publique et de la décentralisation ayant ordonné aux collectivités locales de ne plus les inscrire au registre de l’état-civil, au motif qu’ils troublent l’ordre public.

Si le droit de divorcer continue d’appartenir presque totalement au mari, une évolution est notable. Le divorce par consentement mutuel des époux est très fréquent, ce qui suppose toutefois que l’épouse renonce à ses droits de donation et de pension alimentaire, voire à la garde des enfants. Quant à la dissolution «  privée  » du mariage (l’homme prononce trois fois les paroles de divorce envers sa femme), elle n’existe plus en Thrace occidentale. Le règlement des relations entre parents divorcés et enfants mineurs conduit à peu près aux mêmes effets dans les communautés musulmanes et non musulmanes.

Le droit de visite alternée chez l’un et l’autre des ex-conjoints est régulièrement mis en pratique. Tout accord entre les parents à l’égard de ce droit est d’ailleurs enregistré par les tribunaux religieux.

Enfin, les litiges en matière de succession sont de moins en moins réglés par les tribunaux religieux.

Il y a deux décennies, le tribunal religieux de Komotini émettait chaque année plusieurs centaines de fatwas sur des questions d’ordre successoral. Aujourd’hui, il n’en prononce qu’une ou deux dizaines, la minorité musulmane grecque étant désormais encline à s’adresser aux tribunaux ordinaires plutôt qu’aux tribunaux religieux.

En France aussi

La spécificité grecque ne doit pas faire oublier que la France avait elle aussi, jusqu’en 2010, sa curiosité institutionnelle puisque sur une portion de son territoire la charia était légalement appliquée.

Avant la mise en œuvre de la loi 2001-616 du 11 juillet 2001, la loi islamique était en vigueur à Mayotte.

Les Mahorais musulmans (c’est-à-dire les Français considérés comme originaires de Mayotte) étaient automatiquement soumis à un statut personnel dérogatoire dont la composante essentielle était le droit coranique.

Ce droit permettait de régler les questions d’état-civil, de mariage, garde d’enfant, entretien de la famille, filiation, répudiation et succession.

Pour des raisons de possible trouble à l’ordre public, les dispositions d’ordre pénal n’étaient pas appliquées (comme la lapidation de la femme adultère).

Les autres résidents de Mayotte (les métropolitains ou les étrangers même musulmans) relevaient du droit commun.

Cette dualité de juridiction était source de complication.

En outre, comme en Grèce aujourd’hui, la question s’est posée de savoir si ces dispositions particulières et dérogatoires (polygamie, répudiation de la femme par son mari, droit réduit de la femme en matière de succession…) étaient compatibles avec les autres dispositions constitutionnelles de l’État et ses engagements internationaux et européens.

Par la mise en œuvre de la loi de 2001, la France a réglé cette question tout en préservant un savoir et des références locales.

Les cadis ont cessé d’avoir une fonction juridictionnelle pour devenir des assesseurs des juridictions de droit commun à l’occasion des litiges portant sur des questions relevant du statut local. Plus généralement, l’essentiel des lois et règlements en vigueur en métropole sont désormais applicables à Mayotte.

En ce qui concerne la Grèce, le Conseil de l’Europe14 fait régulièrement valoir à l’État qu’il juge la situation faite à sa communauté musulmane peu compatible avec les normes des droits de l’homme européennes et internationales.

Il l’a notamment invité à procéder à l’examen et au contrôle des décisions judiciaires rendues par les muftis15.

Alexis Varende

1Grèce, Journal officiel A’ 25, 1.2.1914. Loi 147 du 5 janvier 1914 portant sur «  la législation applicable dans les territoires cédés et leur organisation judiciaire  ».

2Maître de conférences à la faculté de droit de l’université Democritos de Thrace (Komotini, Grèce), également professeur agrégé à la faculté des sciences politiques et des relations internationales de l’université du Bosphore (Istanbul, Turquie). Ses très nombreuses publications portent sur les lois de l’immigration, les libertés religieuses, la loi islamique et la protection des droits de l’homme.

3Yannis Ktistakis, «  istos’tan özel yayın : Charia, tribunaux religieux et droit grec,  », istospoli.com, 19 septembre 2013.

4À la différence des membres de la communauté juive dont les tribunaux religieux ont été dissous.

5Tribunal religieux de Komotini 24/2003.

6Tribunal religieux de Komotini 22/2003.

7En Australie, tribunal religieux de Komotini 12/2001  ; en Grande Bretagne, tribunal religieux de Xanthi 146/2002, etc.

8Égyptien, tribunal religieux de Xanthi 41/1993  ; australien, tribunal religieux de Komotini12/2001  ; allemand, iranien, jordanien, libyen, moldave, ukrainien, turc, palestinien, etc.

9Circulaire n° 21/2002 du ministère de l’intérieur, de l’administration publique et de la décentralisation.

10Jugement 82/1992 du tribunal religieux de Xanthi, l’épouse divorcée était chrétienne orthodoxe  ; jugement 77/1994 du tribunal religieux de Xanthi, la demanderesse du divorce était également chrétienne orthodoxe, etc.

11Jugement n° 89/2003 et 231/2003 du tribunal religieux de Xanthi.

12Pour des raisons liées à l’histoire, les tribunaux religieux grecs de Thrace occidentale suivent l’école juridique des hanafites.

13356, Code pénal.

14Le Conseil de l’Europe est la principale organisation de défense des droits humains du continent. Sur ses 47 États membres, 28 sont aussi membres de l’Union européenne. Tous les États membres du Conseil de l’Europe ont signé la Convention européenne des droits de l’homme, un traité visant à protéger les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit. La Cour européenne des droits de l’homme contrôle la mise en œuvre de la Convention dans les États membres. Les individus peuvent porter plainte pour violation des droits de l’homme devant la cour de Strasbourg dès lors que toutes les voies de recours ont été épuisées dans l’État membre concerné.

15Thomas Hammarberg, Les droits de l’homme des minorités,, rapport du Conseil de l’Europe, 19 février 2009.

Article publié le 04.09.2014 – Merci à Michel D.

Extrait de: Source et auteur

Source :  http://www.eurabia.org/la-charia-appliquee-en-grece/

L' EUROPE, LE TERRORISME ET L' ÉCHEC DU VIVRE ENSEMBLE !

Vendredi 12 septembre 2014

integration.jpg

Mercredi dans l’émission « Your World » sur Fox News, le président de l’UKIP Nigel Farage a clairement expliqué pourquoi d’après lui, autant de citoyens britanniques se sont engagés à combattre auprès des troupes de l’état islamique ISIS.

 

Selon Mr Farage, ceci est lié au fait que le Royaume-Uni a encouragé à outrance l’idéologie du multicultralisme, ce qui a eu pour effet non pas de rassembler les populations ensemble mais au contraire de les diviser. 

Ceci a favorisé l’émergence de l’islam au sein d’une nation de culture judéo-chrétienne.

« Nous avons pu observer une radicalisation au Royaume-Uni que je pourrai hélas dire nous nous sommes auto-infligés. Nos différents gouvernements ont encouragé quarante ans de multculturalisme.

Nous avons en fait encouragé les populations non pas à vivre en appliquant les règles civiques anglaises mais à vivre séparément de nous…

Il y a des similarités avec ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis.

L’archevêque de Canterbury a même suggéré que la charia puisse être acceptée dans les villes anglaises. Le résultat est que nous avons été trop faibles et n’avons pas eu le courage de dire tout haut

« Nous sommes un pays chrétien. Nous avons une constitution chrétienne et une culture judéo-chrétienne ».

Nous avons laissé nos écoles se faire patiemment infiltrer.

Nos prisons sont, voyez-vous, peut-être le lieu ou le jihadisme se répand le plus rapidement de tout le pays.

Voici donc le résultat de tout ce que nous avons fait à nos dépens »

Traduction FDS de Breitbart

 

Ndlr :

- 0’24″ : le journaliste de la Fox présente Nigel Farage comme le « possible » futur Premier ministre de la Grande-Bretagne

- 1’40″ : Nigel Farage estime que le gouvernement est en totale contradiction en ayant il y a 15 mois, armé les rebelles syriens qui sont devenus aujourd’hui … les combattants d’ISIS  

The Telegraph

et : http://www.fdesouche.com/505919-farage-le-terrorisme-est-imputable-a-40-annees-de-multiculturalisme-encouragees-par-nos-gouvernements

11/09/2014

L' ÉTAT ISLAMIQUE ( EI ) EST CONFORME AVEC L' ISLAM !

Apostat Kabyle AK

 

 

Pour 92% des Saoudiens, l'Etat Islamique est conforme à l'islam.

 

 

Sondage: 92% des Saoudiens estiment que l'Etat islamique "est conforme aux valeurs de l'islam et à la loi islamique (la charia)". 
 
Inspiré par l'article de Robert Spencer, Jihad Watch le 25 août 2014.
 
Ce qu'on aimerait savoir, c'est comment ces 92% de Saoudiens en sont arrivés à ce constat? N'ont-ils pas écouté les déclarations de Barack Hussein Obama et de David Cameron, celles du pape de Rome et de l'archevêque de Brisbane, qui leur ont pourtant bien dit, en insistant bien lourdement, que l'Etat islamique n'a rien à voir avec l'Islam? 
N'ont-ils pas écouté non plus les groupes musulmans en Occident qui ont condamné (oh, pas bien fort, il est vrai, et en termes plutôt vagues, non spécifiques) l'Etat islamique? 
 
Ainsi donc, le royaume des Deux Lieux Saints, qui est gardien du dogme, animateur de la Pensée islamique, royaume dédié en totalité à la mise en œuvre de l'islam dans les moindres détails de la vie, serait en quelque sorte un repaire de dangereux kouffars? Ce royaume dont la mission est de veiller à la parfaite orthodoxie dans la pratique de l'islam, ce royaume voué à allah et à son prophète ne serait finalement que le pays des "mal-comprenants" (misunderstanders) de l'islam? 
 
Quelle étrange tournure que celle que prennent ces événements! Comment cela a-t-il pu se produire? Et dans cette histoire, qui a donc pu mentir effrontément à toute l'humanité? Les grands dirigeants occidentaux ou les vrais musulmans, ceux qui vivent dans ce pays Gardien du Dogme? 
 
La vérité est simple et bien prosaïque: à l'inverse du peuple saoudien et de sa réaction spontanée d'adhésion à l'islam véritable mis en oeuvre par l'Etat islamique, les Autorités saoudiennes se doivent de montrer le visage de la taquiyya au reste du monde, ils ne peuvent pas publiquement ne pas annoncer qu'ils sont contre l'Etat Islamique. 

Cet Etat islamique qui pourtant fait exactement, à une nuance près, ce que pratiquent  les Saoud chez eux, dans leur califat à eux. Car l'unique différence entre les "fous d'allah" d'Irak et de Syrie et les Saoud, c'est que ces derniers ne tuent pas les chrétiens. Plus précisément: pas ouvertement, car quand ils veulent les tuer, ils leurs inventent un délit. Par décapitation publique, pour l'exemple. 
Vous dites barbarie? Comme l'Etat islamique!
Vous dites justice expéditive? Encore un point commun avec l'Etat islamique!
Et tous ces points communs, ils les partagent aussi avec le prophète de l'islam, le "beau modèle" de tous les musulmans, "l'être le plus parfait de la Création". Quand il voulait éliminer un adversaire, lui avait l'habitude de dire devant ses soudards: "Qui me délivrera d'Un-tel?" Et aussi d'Une-telle, car il détestait pardessus tout les poétesses, nombreuses dans l'Arabie anté-islamique, et il en avait fait exécuter quelques-unes. Pour un pamphlet contre lui, ou contre une de ses 11 épouses officielles...

Vous pensiez que, mise à part les ingénieurs et les hauts cadres occidentaux, il n'y a pas de chrétiens en Arabie? C'est une erreur: il y a les Philippins, venus ici dans l'espoir très vite déçu de faire vivre leurs familles. Ils sont utilisés comme esclaves, que ce soit sur les chantiers, dans les usines de transformation des produits pétroliers ou en tant que "domestiques". Et bien entendu, ils sont traités comme étaient traités les esclaves de Mahomet et les esclaves de ses Muhadjirun et de ses Ansar. Comme sont traités les esclaves de l'Etat islamique. S'ils en était autrement, c'est que les Gardiens du Dogme seraient les premiers à contrevenir au Dogme. C'est tout simplement une chose impossible et impensable. 
S'ils en était autrement, les Saoud ne seraient pas également les premiers financiers de presque toutes les organisations terroristes musulmanes. Ils ne seraient pas les premiers bailleurs de fonds du djihadisme international et par conséquent, de l'Etat Islamique. Les pétrodollars à profusion, au service d'allah et de son messager, au service de la guerre sainte...

 
 
Il est bien facile aux Saoud de copier leurs déclarations sur celles des dhimmis occidentaux. Mais la vérité est spontanée, c'est le cri du coeur du peuple saoudien: 92% d'approbation. Vox populi, comme on dit... Pour autant, il n'y a pas 8% d'athées et d'apostats en Arabie: ces 8% sont à mon avis ceux qui ont senti le piège de ce sondage et ont vite repris le réflexe islamique du double langage. 
 
Le reste n'est que Taquiyya, mais le mensonge et le double langage islamiques sont démasqués par de plus en plus de gens à travers le monde. 
 
Ah, au passage, une petite précision: les usines de transformation des produits pétroliers utilisent des technologies de pointe et devinez à qui sont confiées leur maîtrise et leur gestion ?
 
A des Entreprises high-tech israéliennes! Hypocrisie toujours présente et prédominante dans le monde musulman... cela dure depuis 14 siècles! 
 
 
Vous ne me croyez pas? Ce n'est pourtant pas moi qui l'affirme, c'est la presse musulmane (lire ici et également ici). 
 
De quoi provoquer la fitna?
 
Non, pas d'inquiétude pour autant: l'hypocrisie et le mensonge protègent l'islam, comme ils le font depuis l'an 610, année de la première "révélation".
 



11/09/2014

MORALITÉ ? LA FRANCE AU RÉGIME SOCIALITES ......JAMAIS 2 SANS 3 !!!

Jamais 2 sans 3 : après Cahuzac et Thévenoud, Le Guen a sous-évalué son patrimoine de 700 000€

Le Guen - une sous-évaluation de 700 000 €

Le Guen – une sous-évaluation de 700 000 €

Au petit jeu de cache cache avec le fisc et avec la morale, force est de reconnaitre qu’ils sont forts, les socialos. Quel talent, des ténors !

D’abord Cahuzac, dont la fraude n’a d’égal que son cynisme, lui qui présidait une conférence sur la lutte contre la fraude fiscale peu de temps avant de se faire épingler, n’a semble-t-il toujours pas compris que le mot moralité existe toujours au vocabulaire, et il a déclaré : « Nos cas [Thévenoud] ne sont pas similaires. Moi, j’avais une chance que mon histoire ne soit jamais connue [JPG: autrement dit, ce qui est grave pour lui, c'est d'avoir été découvert, pas l'évasion et la fraude fiscale]. Moi, j’ai fait une connerie il y a 22 ans [l'ouverture d'un compte en Suisse date d'il y a 22 ans, mais le mensonge a duré 22 ans], et, si mon épouse ne m’avait pas dénoncé à Plenel [Mediapart], il n’y aurait jamais eu d’affaire ».

Quelle impudeur !

Puis Thévenoud, pendant trois ans a fraudé le fisc. Et, l’on vient de l’apprendre, n’a pas non plus payé son loyer. Et l’homme a le culot d’affirmer pour sa défense, lui le salarié de la haute administration, lui l’élu du peuple pour l’administrer, qu’il a une phobie de l’administration !

Mais la veulerie ne s’arrête pas là.

Lorsque l’affaire Cahuzac ne pouvait plus être étouffée, Thomas Thévenoud a déclaré : « Il nous a menti et c’est une véritable trahison. »

Vous imaginez le fourbe. Il fraude le fisc, ment à tous, et s’acharne, hypocrite, sur un autre menteur.

 

Et donc maintenant, le troisième au « tableau d’honneur », c’est Jean-Marie Le Guen, qui avait épinglé pour avoir sous-évalué ses biens immobiliers de 700.000 euros !

Et bien Le Guen nie !

Le secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement a contesté, mardi 9 septembre sur France 2, avoir été épinglé par la HATVP, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Quel culot ! Je sais bien que les Français ont la mémoire courte, mais il y a internet, tout reste inscrit.

François Hollande lui-même avait évoqué la fraude : « [La Haute autorité] lui a demandé de faire en sorte que l’évaluation de son patrimoine puisse être réévaluée en fonction des prix du marché. C’est ce qu’il a fait », avait avoué Hollande, le 27 juin, lors d’une conférence de presse, à l’issue d’un sommet européen à Bruxelles.

C’est cela la gauche morale ? Je crois que je vais me pencher sur le sens du mot immoral.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

LES RENDEZ-VOUS DE LA DROITE NATIONALE !

Samedi 27 septembre : Carl Lang sera dans le Morbihan

 

Pour un déjeuner-débat.

 

 

UNION DES DROITES NATIONALES EN BRETAGNE !

Pour un Renouveau National, Social et Populaire !

Les Volontaires du PDF trouveront tout le matériel militant chez leurs Délégués nécessaire aux actions que ce soit sur internet ou sur le terrain.

 


Notre communication est avant tout vitale, et vise à avoir un impact efficace et immédiat, sur tous les supports disponibles.


Nous comptons sur vous, chaque action compte, aussi minime soit elle.


Dans les villes et villages nous comptons sur vous pour propager notre message, par des collages d’affiches, de stickers, ou par des distributions de Tracts .


Les réseaux sociaux doivent ainsi être exploités au maximum, mais l’aspect virtuel ne suffit pas.
Chacun, à son niveau, peut contribuer à l’effort de faire connaître notre mouvement : il suffit de franchir le cap !


Sans oublier l' Adhésion ,qui est le nerf d' un parti politique !

Des affiches, autocollants sont disponibles Chez vos délégués

Dans le cadre des futurs Élections Régionales et Cantonales ( Décembre 2015 ) des réunions Patriotiques et de Cohésions auront bien lieu dans toute la Bretagne !

 

 



Pour la rentrée CARL LANG , Président du Parti de la France sera présent le Samedi 27 Septembre  dans le Restaurant au "Rendez-vous de Pêcheurs "à Pont-Augan  près de BAUD dans le Morbihan !

 

12h   Accueil

12H30 Présentation par le Délégué Régional

 

13h Repas

Le prix du repas est fixé à 25 Euros ! Apéritif vins et café compris !

 

14h30  Discours du Président du Parti de la France !

 

15h30  Questions

 



Vous pouvez réserver dés maintenant ! les chèques faisant foi de réservation !

Attention: Les places sont limitées , Réservations impératives avant le 20 Septembre !

 



Pour plus d' information:
Monsieur Daniel Lucas Délégué du PDF dans le Morbihan (56 )
Tél: 06 65 61 08 62

Email: daniel-lucas1313@bbox.fr