Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2017

KADHAFI: SA DERNIÈRE LETTRE AVANT D' ÊTRE ASSASSINÉ....

09 février 2017

RAPPEL HISTORIQUE SUR LA FIN TRAGIQUE DE MOUAMAR EL KADHAFI LE LEADER SHIP DE L'AFRIQUE EN LIBYE

L’émouvante dernière lettre de Kadhafi dévoilée

69371569_p

SOURCE

http://sanslimitesn.com/lemouvante-derniere-lettre-de-kadhafi-devoilee/

 

Le guide libyen aurait écrit cette lettre peu avant sa mort assassiné par les terroristes islamiques en Libye le jeudi 20 octobre 2011.

Message de la part de M. Mouamar El Kadhafi , chef de la révolution Libyenne…….

( a lire jusqu’au bout)

Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux…

" Depuis 40 ans, à moins que ce ne soit plus, je ne me souviens pas, j’ai fait tout mon possible pour donner aux gens des maisons, des hôpitaux, des écoles, et, quand ils avaient faim, je leur ai donné à manger.

À Benghazi, j’ai même transformé le désert en terres arables, j’ai tenu tête aux attaques de ce cow-boy, Reagan, quand il a tué ma fille adoptive orpheline.Essayant de me tuer, il a tué à la place cette pauvre enfant innocente.

Ensuite, j’ai épaulé mes frères et sœurs d’Afrique avec de l’argent pour l’Union africaine.

J’ai fait tout mon possible pour aider les gens à comprendre le vrai concept de démocratie, qui consiste en des comités populaires dirigeant leur pays. Mais ce n’était jamais assez, comme me l’ont dit certains.

Même ceux qui possédaient une maison de 10 chambres, des costumes et du mobilier neufs, n’étaient jamais satisfaits. Ils étaient si égoïstes qu’ils en voulaient toujours plus.

Ils ont dit aux Zuniens et aux autres visiteurs qu’ils avaient besoin de « liberté » de « démocratie », et n’ont jamais réalisé qu’il s’agit d’un système de panier de crabes, où le plus gros bouffe les autres.

Ils étaient seulement ensorcelés par ces mots, sans réaliser jamais que, en Zunie, il n’y a pas de médicaments gratuits, ni d’hôpitaux gratuits, ni de logement gratuit, ni d’enseignement gratuit, ni non plus de nourriture gratuite, sauf quand les gens sont obligés de mendier ou de faire longtemps la queue pour avoir de la soupe.

Non, peu importe ce que j’ai réalisé ! Pour certains ce n’était jamais assez.

Mais les autres savaient que j’étais le fils de Gamal Abdel Nasser, le seul vrai leader musulman arabe que nous avons eu depuis Salah-al-Din.

Nasser était sur ses traces quand il a exigé le canal de Suez pour son peuple, tout comme j’ai réclamé la Libye pour mon peuple. J’ai essayé de l’imiter pour garder mon peuple libre de la domination coloniale, des voleurs qui nous détroussent.

raff_432_17122008

Maintenant, je suis attaqué par la plus grande force de l’histoire militaire. OBAMA, mon petit-fils africain, veut me tuer, priver notre pays de liberté, nous priver de la gratuité de nos biens : logements, médecine, éducation, nourriture, et remplacer tout ça par la grivèlerie à la zunienne appelée «capitalisme ».

Or, nous tous, dans le tiers monde, savons ce que cela veut dire.

Cela signifie que les multinationales dirigeront le pays, dirigeront le monde, et le peuple souffrira.

Voilà pourquoi il n’y a pas d’autre solution pour moi, je dois prendre mes dispositions.

Et si Allah le veut, je mourrai en suivant Sa Voie, la voie qui a rendu notre pays riche en terres arables, avec de quoi manger et la santé, et nous a même permis d’aider nos frères et sœurs africains et arabes en les faisant travailler ici avec nous, dans le Jamahiriya libyen.

63046651

Je ne désire pas mourir, mais si cela devait advenir, pour sauver cette terre, mon peuple, tous ces milliers de gens qui sont tous mes enfants, alors qu’il en soit ainsi.

Que ce testament soit ma voix dans le monde. J’ai tenu tête à l’agression des croisés de l’OTAN, résisté à la cruauté, contrecarré la trahison ; je me suis élevé contre l’Occident et ses ambitions colonialistes, et, avec mes frères africains, mes vrais frères arabes et musulmans, je me suis dressé comme un phare de lumière.

Quand d’autres construisaient des châteaux, je vivais dans une maison modeste et sous une tente.

Je n’ai jamais oublié ma jeunesse à Syrte, je n’ai pas stupidement dépensé notre trésor national, et comme Salah-al-Din, notre grand leader musulman qui sauva Jérusalem pour l’Islam, je n’ai guère pris pour moi-même…

En Occident, sachant pourtant la vérité, certains me qualifient de « fou, » de « bizarre » (*), ils continuent de mentir, ils savent que notre pays est indépendant et libre, et non pas sous emprise coloniale, que ma vision, ma conduite, est et a été sincère pour mon peuple, et que je me battrai jusqu’à mon dernier souffle pour garder notre liberté.

Puisse Allah Tout-Puissant nous aider à rester fidèles et libres.

Que Dieu accepte mes prières………Inch allah !

69372452

ARCHIVES SUR DIACONESCO.TV

(*) http://diaconescotv.canalblog.com/archives/2011/05/04/207...

http://diaconescotv.canalblog.com/archives/2011/10/22/22431521.html

http://diaconescotv.canalblog.com/archives/2011/11/01/22549374.html

67791873

69709066_p

CE PÉTROLE LIBYEN TANT CONVOITE PAR LES MULTINATIONALES DES COMPAGNIES PÉTROLIÈRES OCCIDENTALES 

 
Posté par DIACONESCO

LA RUSSIE SE PRÉPARE-T-ELLE À LA GUERRE ?

L’armée de l’air russe a reçu l’ordre de se préparer à un « temps de guerre »

Publié par wikistrike.com sur 8 Février 2017, 11:18am

Catégories : #Politique internationale

L’armée de l’air russe a reçu l’ordre de se préparer à un « temps de guerre »

 

Le président russe, Vladimir Poutine a ordonné un « snap check » ou un « contrôle pression » des forces armées du pays, selon le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.

« Conformément à la décision du commandant suprême des forces armées, un contrôle rapide des forces aérospatiales a commencé à évaluer la disponibilité des organismes de contrôle et des troupes pour mener à bien des tâches d’entraînement au combat », a affirmé M. Choïgou.

« Une attention particulière devra être accordée à la prise en charge des alertes, au déploiement des systèmes de défense aérienne pour des temps de guerre ainsi qu’à la capacité des groupes aériens à repousser les agressions », a-t-il ajouté.

Les préparatifs se déroulent sur fond de préoccupations croissantes concernant les tensions entre la Russie et de nombreuses grandes puissances mondiales.

Donald Trump a condamné les campagnes militaires de la Russie et a été critiqué pour être trop proche des dirigeants du pays.

 

La Russie elle-même est dans une relation de plus en plus tendue avec certains pays de l’OTAN.

 

 

source:http://parstoday.com/fr/news/world-i29405-

30/01/2017

LA RUSSIE EN SYRIE ! DOCUMENTAIRE ET VIDÉO !

TRIBUNE LIBRE , POINT DE VUE ET CONSTAT !

 

La Russie en Syrie : Superbe documentaire sur les soldats tchétchènes à Alep

 

Tandis que les aboyeurs et moralisateurs patentés continuent leur office et versent des larmes de crocodile sur le drame syrien qu'ils ont façonné de leurs propres mains, continuant à imposer un blocus criminel à la Syrie et à soutenir les « égorgeurs modérés », la Russie repousse efficacement le terrorisme aux côtés de la Syrie et de ses alliés et envoie ses propres soldats pour assurer la sécurité des Syriens et leur apporter une aide critique refusée par l'Occident.

 

La présence de soldats tchétchènes à Alep (dont les médias ne parlent plus depuis sa libération), qui fait écho à l'engagement du Président de la République de Tchétchénie Ramzan Kadyrov à mettre ses forces au service de la Russie de Vladimir Poutine dans le monde entier, nous réconcilie avec le concept perverti d'intervention militaire humanitaire en nous montrant son visage authentique.

 

La France en particulier, dont les soldats ne semblent bons qu'à soutenir les dictateurs africains, violer des enfants en Centrafrique ou assassiner des ressortissants français au Moyen-Orient, pourrait en tirer des leçons.

 

https://www.youtube.com/watch?v=kaevneV338s

 

Source : https://www.youtube.com/watch?v=0vxmYR6QQkI

 

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

29/01/2017

GALETTE DES ROIS DU CERCLE NATIONAL DES COMBATTANTS !

GALETTE DES ROIS DU CNC / BRETAGNE LE 5 FÉVRIER !

 

Être-et-durer-Journal-du-Cercle-National-des-1.jpg

 

GALETTE DES ROIS DU CERCLE NATIONAL DES COMBATTANTS !

  

                                                                                          Bretagne


Faute de Froment,

Les alouettes font leur nid dans le seigle.

 

12961485_10208570498918472_2834421847931369355_n.jpg

                                  

Reunion : BUFFET – galette des rois

A partir de 11 h 00 à la salle de « la Chalotais » à VERN sur Seiche.  (35)

11H00

Accueil

12H00

Minute de silence en la mémoire de nos amis

Michel MADORE et Claude JOUAULT

 

 

 

+ informations CNC et CNC 35

12H30/12H45

Apéritif – Buffet suivi de la galette

Paiement des cotisations 2017 : 30€(individuel)   et 50€ pour un couple adhérent

Cocher ci-dessous la case de votre choix.

RÉPONSE à RETOURNER, avant le Lundi 30 janvier 2017 à :

Hervé LE GALL : 6 Boulevard de la Tour d’Auvergne   35000 RENNES

Téléphone : 02.99.30.62.35 et 06.18.38.72.75

Courriel : hlegall34@free.fr

------------------------- à découper et à renvoyer ou sinon téléphoner ou courriel ------------------------------

Monsieur, Madame : ____________________________________________________

Assisteront                 N’assisteront pas

               à la réunion BUFFET- GALETTE du CNC 35/Bretagne le Dimanche 5 février 2017                                  

                   Nombre de personnes :………..…………. X 12€ = ……………….

Chèque à l’ordre de : « CNC 35 »

MENU

Buffet

Fromage et Café

Galette des Rois

Vins rouge, blanc, rosé, Cidre

 
N.B : Il est demandé instamment à toute personne ayant été contactée par courrier postal ou courriel de bien vouloir répondre par téléphone ou courriel ou courrier postal en temps voulu. Merci d’avance.

DES NOUVELLES DE SYRIE ! LE SILENCE MÉDIATIQUE DES OCCIDENTAUX ???

 

TRIBUNE LIBRE !

 

Par Tulsi Gabard, élue démocrate à la Chambre des représentants des Etats-Unis


Le 24 janvier 2017

 

Source : https://medium.com/@TulsiGabbard/the-syrian-people-desperately-want-peace-e308f1777a34#.gtt0fkw5d


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

 

Tandis que Washington se préparait pour l’inauguration du Président Donald Trump, j’ai consacré la semaine dernière à une mission d’enquête en Syrie et au Liban pour voir et entendre directement le peuple syrien. Leurs vies ont été consumées par une guerre horrible qui a tué des centaines de milliers de Syriens et a forcé des millions à fuir leur patrie en quête de paix.


C’est maintenant plus clair que jamais : cette guerre visant à un changement de régime ne sert pas l’intérêt de l’Amérique, et n’est certainement pas dans l’intérêt du peuple syrien.

 

Nous avons rencontré ces enfants dans un refuge à Alep, leurs familles ayant fui la partie Est de la ville. La seule chose que ces enfants veulent, la seule chose que tous ceux que j’ai rencontrés veulent, c’est la paix. Beaucoup de ces enfants n’ont connu que la guerre. Leurs familles n’ont pas de souhait plus cher que de rentrer chez eux, et de revenir à la vie qu’ils connaissaient avant le début de la guerre visant à renverser le gouvernement. C’est tout ce qu’ils veulent.


J’ai voyagé à travers Damas et Alep, écoutant des Syriens de différentes parties du pays. J’ai rencontré des familles déplacées de la partie orientale d’Alep, de Raqqa, de Zabadani, de Lattaquié et de la périphérie de Damas. J’ai rencontré des leaders de l’opposition syrienne qui ont mené des manifestations en 2011, des veuves et des enfants d’hommes qui luttent pour le gouvernement et des veuves de ceux qui luttent contre le gouvernement. J’ai rencontré le Président du Liban nouvellement élu [Michel] Aoun et le Premier ministre [Rafik] Hariri, l’ambassadeur américain au Liban Elizabeth Richard, le Président syrien Assad, le grand Mufti Hassoun, l’archevêque Denys Antoine Chahda de l’Église catholique syrienne d’Alep, des chefs religieux musulmans et chrétiens, des travailleurs humanitaires, des intellectuels, des étudiants, des petits propriétaires, et plus encore.


Leur message au peuple américain était puissant et cohérent : il n’y a aucune différence entre les rebelles « modérés » et Al-Qaïda (al-Nusra) ou Daech – ce sont tous les mêmes. Il s’agit d’une guerre entre des terroristes sous le commandement de groupes comme Daech et Al-Qaïda et le gouvernement syrien. Ils appellent instamment les États-Unis et d’autres pays à arrêter de soutenir ceux qui détruisent la Syrie et son peuple.


J’ai entendu ce message encore et encore de ceux qui ont souffert et ont survécu à des horreurs inexprimables. Ils m’ont demandé de partager leur voix avec le monde; des voix frustrées qui n’ont pas été entendues en raison de faux rapports unilatéraux et biaisés faisant la promotion d’un récit qui soutient cette guerre de changement de régime au détriment des vies syriennes.


J’ai entendu des témoignages sur la façon dont les manifestations pacifiques contre le gouvernement qui ont débuté en 2011 ont été rapidement prises en main par des groupes de djihadistes wahhabites comme Al-Qaïda (al-Nusra) qui étaient financés et soutenus par l’Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar, les États-Unis et d’autres. Ils ont exploité les manifestants pacifiques, occupé leurs communautés, et tué et torturé les Syriens qui ne voulaient pas coopérer avec eux dans leur lutte pour renverser le gouvernement.


J’ai rencontré une fille musulmane de Zabadani qui a été enlevée, battue maintes fois et violée en 2012, alors qu’elle n’avait que 14 ans, par les « groupes rebelles » qui étaient en colère contre son père, un éleveur de moutons, qui refusait de leur donner son argent. Elle a regardé avec horreur les hommes masqués assassiner son père dans leur salon, vidant tous leurs chargeurs sur lui.


J’ai rencontré un garçon qui a été kidnappé en marchant dans la rue pour acheter du pain pour sa famille. Il a été torturé, soumis au waterboarding, électrocuté, placé sur une croix et fouetté, tout ça parce qu’il refusait d’aider les « rebelles » – il leur a dit qu’il voulait seulement aller à l’école. Voilà comment les « rebelles » traitent le peuple syrien qui ne coopère pas avec eux ou dont la religion n’est pas acceptable pour eux.


Bien qu’opposés au gouvernement Assad, l’opposition politique a fermement affirmé son rejet catégorique de l’utilisation de la violence pour amener des réformes. Ils soutiennent que si les djihadistes wahhabites, alimentés par des gouvernements étrangers, réussissent à renverser l’État syrien, cela détruirait la Syrie et sa longue histoire d’une société séculaire et pluraliste où les peuples de toutes les religions ont vécu pacifiquement côte à côte. Bien que cette opposition politique continue à demander des réformes, ils sont catégoriques sur le fait que tant que des gouvernements étrangers mèneront une guerre de changement de régime par procuration contre la Syrie en utilisant des groupes terroristes djihadistes, ils se tiendront aux côtés de l’Etat syrien en œuvrant pacifiquement pour une Syrie plus forte pour tous les Syriens.


Au départ, je n’avais pas l’intention de rencontrer Assad, mais quand j’en ai eu l’occasion, j’ai pensé qu’il était important de la saisir. Je pense que nous devrions être prêts à rencontrer n’importe qui s’il y a une chance que cela puisse aider à mettre un terme à cette guerre qui cause tant de souffrances au peuple syrien.

 


J’ai rencontré ces femmes remarquabes de Barzi, dont beaucoup ont des maris ou des membres de leur famille qui se battent avec al-Nusra / al-Qaeda, ou avec l’armée syrienne. Quand ils viennent dans ce centre communal, tout cela est laissé de côté tandis qu’ils passent du temps avec de nouveaux amis, apprennent différentes compétences comme la couture, planifiant leur avenir. Elles ne se connaissaient pas avant de venir à ce centre communal dont la mission est d’autonomiser ces femmes, et maintenant ce sont des « sœurs » partageant ensemble le rire et les larmes.


Je retourne à Washington DC avec une résolution encore plus grande pour mettre fin à notre guerre illégale pour renverser le gouvernement syrien. De l’Irak à la Libye et maintenant en Syrie, les États-Unis ont mené des guerres de changement de régime, entraînant chacune des souffrances inimaginables, des pertes de vie dévastatrices et le renforcement de groupes comme al-Qaïda et Daech.


J’appelle le Congrès et la nouvelle administration à répondre immédiatement aux griefs du peuple syrien et à soutenir la loi sur l’arrêt du soutien aux terroristes.

Nous devons arrêter de soutenir directement et indirectement les terroristes – directement en fournissant directement des armes, de l’entraînement et du soutien logistique aux groupes rebelles affiliés à al-Qaïda et à Daech ; et indirectement via l’Arabie Saoudite, les Etats du Golfe et la Turquie, qui, à leur tour, soutiennent ces groupes terroristes. Nous devons mettre fin à notre guerre visant à renverser le gouvernement syrien et concentrer notre attention pour vaincre al-Qaïda et Daech.


Les États-Unis doivent cesser de soutenir les terroristes qui détruisent la Syrie et son peuple. Les États-Unis et les autres pays alimentant cette guerre doivent cesser immédiatement.

 

Nous devons permettre au peuple syrien d’essayer de se remettre de cette terrible guerre.


Je vous remercie,


Tulsi

 

Merci sayan7 asan

27/01/2017

DONALD TRUMP ET L' IMMIGRATION MUSULMANE !

27 janvier 2017

DONALD TRUMP 45ème PRESIDENT DES USA PREND DES MESURES EXCEPTIONNELLES CONTRE L'IMMIGRATION ILLÉGALE DES MIGRANTS

DONALD TRUMP : " ILS VIENNENT
 
 
 
AUX USA POUR NOUS CREER
 
 
DES PROBLEMES ... "
 
 
 
 
SOURCE : PUBLIÉ PAR ROSALY LE 26 JANVIER 2017
 

Donald Trump a clairement expliqué qu’il est nécessaire de limiter l’accès des USA aux ressortissants de pays à risque terroriste. Il vient de signer un ordre exécutif en ce sens.

Pour Donald Trump– pragmatique lucide et sage et pas du tout idéologue– cette mesure est justifiée car ils viennent aux Etats-Unis pour y créer des problèmes.

Pas seulement aux USA, monsieur le Président, mais aussi en Australie, au Canada et en Europe, bref partout où ils émigrent pour imposer la loi d’Allah, la charia, par la ruse ou la violence.

Là où les musulmans s’incrustent, le chaos et son cortège d’horreurs s’installent, mais rarissimes sont les dirigeants occidentaux prêts à l’admettre. Vous êtes une exception.

Le but de cette décision est de limiter temporairement l’entrée des migrants en provenance de certains pays musulmans, où la foi en Allah s’est tellement radicalisée au point de dégénérer en un terrorisme sanglant.

Toutefois, il ne s’agit pas de stopper tous les musulmans.

«Ce n’est pas un décret d’interdiction contre tous les musulmans» s’empresse-t-il d’expliquer «mais contre les pays, qui nourrissent le terrorisme par des discours de haine envers les non-musulmans

Après le décret pour la construction d’un mur à la frontière du Mexique, Donald Trump signe un ordre exécutif afin de bloquer pendant un mois l’entrée en Amérique de citoyens de sept pays musulmans : Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Les musulmans de ces pays ne sont pas parmi les plus doux et les plus tolérants et leurs exploits criminels en Occident ne plaident guère en leur faveur.

Dans les centres d’accueil occidentaux, ils continuent à opprimer, à menacer, à brutaliser leurs compatriotes de confession chrétienne.

Ce projet, selon la presse américaine, est intitulé : «Protéger la Nation contre les attentats terroristes de la part de ressortissants étrangers» et inclut également l’interruption totale pendant quatre mois du programme d’admission de réfugiés fuyant les pays en guerre.

«Ce sont des personnes, qui dans la plupart des cas, entrent chez nous avec des intentions diaboliques» a expliqué le Président au cours d’une interview mercredi soir à la chaîne ABC. «Ce sont des membres de l’EI. Ils arrivent ici avec de faux prétextes. Je ne les veux pas

Donald Trump a clairement expliqué que ce décret vise des pays dont les gens viennent aux USA dans l’intention d’y créer d’énormes problèmes.

«Notre pays est confronté à suffisamment de difficultés internes, il est dès lors inutile d’accueillir des gens qui sont majoritairement animés par la volonté d’y créer de terribles destructions

Le décret devrait également inclure l’engagement de l’administration américaine à définir«un plan pour créer des zones de sécurité en Syrie et dans les régions avoisinantes, dans lesquelles, les Syriens, chassés de leurs villes, pourraient attendre la fin de la guerre et le retour dans leur pays ou la réintégration dans un pays tiers.»

Ci-après, un extrait remarquable du décret présidentiel sur l’immigration intitulé «Protéger la Nation contre les attaques terroristes de la part de ressortissants étrangers.

“Dans le but de protéger les Américains, nous devons nous assurer que les personnes admises dans ce pays ne soient pas animées par des sentiments et des attitudes hostiles à notre pays et à ses principes fondateurs.

Nous ne pouvons et ne devrions pas admettre dans notre pays ceux qui ne soutiennent pas la Constitution américaine ou ceux qui placent des décrets religieux violents au-dessus de la loi américaine.

En outre, les USA ne devraient pas accepter des personnes prêtes à commettre des actes dictés par le fanatisme et la haine [y compris les ‘crimes d’honneur, toutes formes de violence envers les femmes, la persécution de ceux qui pratiquent d’autres religions] ou ceux qui opprimeraient des personnes en fonction de leur appartenance à une race, à un sexe ou de leur orientation sexuelle’.

Donald Trump est un président qui fait rêver les islamolucides Occidentaux.

Ils ont de la chance, nos amis américains !

Nous, nous avons Angela Merkel, J.C. Juncker, Donald Tusk, le Pape François, et autres pantins au service d’Eurabia, sans oublier nos concitoyens européens encore sous l’emprise de la ‘Lügenpresse’ et nos politiciens serviles, vendus aux monarchies du Golfe, mendiant les voix islamiques pour arriver au pouvoir.

 

Nous sommes dans un foutoir immense protégé par la police de la pensée, et rares sont les preux chevaliers prêts à le pourfendre de leur épée.

 

 

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

 

 

Source : ‘Stretta sui musulmani a rischio – Trump : Danno solo problemi.’ Il Giornale

CES CHRÉTIENNES ET YÉZIDIS VENDUENT COMME ESCLAVES SEXUELLES !

  • Certaines filles Yézidi ont été « vendues » pour quelques paquets de cigarettes.

  • « Certaines de ces femmes et jeunes filles ont dû regarder des fillettes âgées de 7, 8 et 9 ans, saigner à mort sous leurs yeux, après avoir été violées plusieurs fois par jour par des miliciens de l'Etat islamique (ISIS). Ces mêmes miliciens ont brûlé vives de nombreuses filles yézidis qui avaient refusé de convertir ... Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas musulmans ... ? » — Mirza Ismail, président de l'Organisation des droits de l'homme yézidi à l'international.

  • « Nous sommes face à un génocide contre les femmes. » — Zeynep Kaya Cavus, leader du mouvement Alevi.

  • Malheureusement, nombre d'organisatrices et participantes de la « Marche des Femmes » à Washington ont pris le parti d'ignorer les femmes torturées et exterminées par les terroristes islamistes et qui, dans d'autres parties du monde, sont privées d'éducation et n'ont pas le droit de quitter la maison sans l'autorisation d'un homme.

  • On aurait aimé que ces femmes soient assez motivées pour protester autant contre l'esclavage, le viol et la torture des femmes et des enfants Yézidi, que contre le coût des serviettes hygiéniques.

Le 21 janvier, un certain nombre de groupes de défense des droits des femmes ont organisé des « Marches de femmes » dans de nombreuses villes aux États-Unis et dans le monde entier. Ces rassemblements ont principalement ciblé le nouveau président américain Donald Trump.

Il y a eu de nombreuses oratrices et participantes. L'une d'elles, l'actrice Ashley Judd, a lu un poème à Washington DC qui demandait pourquoi « les serviettes hygiéniques sont taxées alors que le Viagra et le Rogaine (médicament contre la chute des cheveux) ne le sont pas ».

Pendant que Mme Judd évoquait la tragédie qui la dévastait, des milliers de femmes et d'enfants Yézidis, prisonnières de l'Etat islamique, étaient contraintes à l'esclavage sexuel en Irak et en Syrie (ISIS) et étaient échangées ou vendues sur divers marchés d'esclaves sexuelles.

 

Pendant que l'actrice Ashley Judd se plaignait à « La Marche des Femmes » de Washington DC des taxes sur « les serviettes hygiéniques alors que le Viagra et le Rogaine (médicament contre la chute des cheveux) en sont exempts », des milliers d'enfants et de femmes Yézidi aux mains de l'Etat islamique étaient contraintes à l'esclavage sexuel en Irak et en Syrie.

 

L'Etat islamique a attaqué la patrie Yézidi de Shingal en Irak le 3 août 2014 ; plus de 9.000 Yézidis ont été tués, enlevés ou contraints à l'esclavage sexuel.

Les Yézidis sont une minorité religieuse historiquement persécutée au Moyen-Orient.

L'État islamique a institutionnalisé une culture du viol et de l'esclavage sexuel. Il mène une guerre contre les femmes au sens littéral du terme.

Une « liste des prix » de filles Yézidis et chrétiennes a même été rendue publique qui fixe les tarifs pour des gamines d'un à neuf ans.

Raymond Ibrahim, spécialiste du Moyen Orient a raconté l'histoire d'une jeune Yézidi asservie à 15 ans et qui a réussi à s'échapper après avoir enduré plusieurs mois de captivité :

« Je me souviens qu'un homme âgé d'environ 40 ans est arrivé un jour et s'est emparé d'une fille âgée de dix ans. Quand elle lui a résisté, il l'a sauvagement battue à coups de pierres, et il aurait ouvert le feu sur elle si elle n'avait pas fini par aller avec lui.

Tout a eu lieu contre sa volonté. Ils avaient l'habitude de venir et d'acheter les filles sans prix, je veux dire... ils nous disaient, vous, les filles Yézidi, vous êtes Sabiya [butin de guerre, des esclaves sexuelles], vous êtes kouffar [infidèles], il n'y a pas de tarifs pour vous », ce qui signifie que les filles Yézidi n'avaient aucune valeur intrinsèque. Certaines ont été échangées pour quelques paquets de cigarettes. »

Elle a ajouté :

« Chaque jour, je mourais 100 fois. Pas une fois seulement. A chaque heure, je mourais, toutes les heures. ... De passage à tabac, de misère, de torture ».

Mirza Ismail, président de l'Organisation des droits de l'homme yézidi à l'international a déclaré dans un discours prononcé devant le Congrès américain :

« Selon les nombreuses femmes et jeunes filles qui ont pu s'échapper et avec lesquelles j'ai pu m'entretenir au nord de l'Irak, près de 7000 femmes, jeunes filles et petites filles Yézidis ont été enlevées.

« Certaines de ces femmes et jeunes filles ont dû regarder des fillettes âgées de 7, 8 et 9 ans, saigner à mort sous leurs yeux, après avoir été violées plusieurs fois par jour par des miliciens de l'Etat islamique (ISIS). Ces mêmes miliciens ont brûlé vives de nombreuses filles yézidis qui avaient refusé de se convertir ou d'épouser des miliciens... Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas musulmans et que notre chemin est celui de la paix. Pour cela, ils nous ont brûlés vifs : pour avoir voulu vivre comme des hommes et des femmes de paix ».

En décembre 2015, des articles de presse ont révélé que l'Etat islamique a organisé des ventes aux enchères de femmes et d'enfants Yézidi à Gaziantep (ou Antep), au sud-est de la Turquie. Gaziantep est connu pour être un grand « centre d'affaires » de l'État islamique.

Malgré les menaces, les défenseurs des droits des femmes à Gaziantep ont protesté contre l'inaction du gouvernement turc face aux activités de l'Etat islamique.

Une activiste du « Rassemblement des femmes démocrates de Gaziantep », Fatma Keskintimur, a lu une déclaration à la presse, dont voici un extrait :

« Tout le monde sait que les gangs djihadistes qui combattent en Syrie ont reçu le plus grand soutien de la Turquie et chacun connait les maisons qu'ils utilisent comme cellules à Antep.... Compte tenu du danger que cette situation crée pour ceux qui y vivent, le malaise général va croissant chaque jour ».

Même dans ces conditions, les défenseurs des droits des femmes en Turquie - notamment les Kurdes – continuent à se battre et à protester contre le gouvernement.

L'an dernier, par exemple, l ' « Assemblée des femmes Yézidi » a choisi le 3 août pour commémorer « la Journée d'action internationale contre les massacres de femmes et contre le le génocide ». Les membres du Parti démocratique du peuple (HDP, pro-Kurdes) ont manifesté dans de nombreuses villes de Turquie pour condamner le génocide Yézidi et marquer leur solidarité avec les victimes.

Safak Ozanlı, ancien député du HDP, a déclaré que l'Etat islamique détenait encore 3000 esclaves sexuelles Yézidi : « I 'Etat islamique considère que les femmes de Shingal et Kobane sont un butin de guerre. Les femmes encore en vie sont vendues à des cheiks arabes Nous - les femmes – restons unies contre l'Etat islamique et tous les dictateurs ».

Les membres de la minorité religieuse Alévi ont également soutenu la manifestation à Mersin. Zeynep Kaya Cavus, un activiste Alevi en vue, a dit que les femmes Yézidi sont « enlevées et réduites en esclavage comme butin de guerre et exposées à des agressions sexuelles systématiques ; il s'agit d'un génocide contre les femmes ».

Quelques Américains agissent de leur mieux pour aider les Yézidis, comme Amy L. Beam, militante des droits de l'homme qui vit au sein de cette communauté et plaide à plein temps pour les Yézidis depuis 2014. Son livre, The Last genocide yezidi (Le dernier génocide Yezidi), sera publié sous peu. Elle est directeur exécutif de « Amy, Azadi et Jiyan » (AAJ - « ami, liberté et vie »), une organisation humanitaire localisée dans le Kurdistan irakien.

« Des milliers de Yézidis ont une longue liste de membres de leur famille morts ou disparus en Irak ou en Syrie, dans les zones sous contrôle de l'Etat islamique », a-t-elle écrit. « Leur moral est au plus bas dans la mesure où l'aide internationale, un an après l'attaque, est quasi inexistante ».

« Les combattants de l'Etat islamique qui ont reçu une fille en trophée de guerre soumettent ces jeunes filles et ces mamans yézidis ainsi que leurs enfants... à des violences physiques et à des viols répétés. Plus de 1000 de ces femmes et jeunes filles se sont échappées seules ou ont été libérées ».

On aurait pu s'attendre à ce que les féministes occidentales fassent entendre leur voix aux États-Unis contre les menées génocidaires à l'encontre des femmes et des enfants Yézidi. Mais il n'en a rien été. « Les groupes de défense des droits des femmes aux États-Unis n'ont pas pris fait et cause pour les femmes d'Irak et de Syrie qui ont subi les pires violences, séquestrations et oppressions », a déclaré Amy Beam à Gatestone.

Certaines participantes à la « Marche des femmes » à Washington ont affirmé que Trump allait les priver de leurs droits - une accusation risible pour toutes les femmes en souffrance sous des gouvernements ou des organisations islamistes.

Elles s'inquiètent, et à juste titre sans doute, du droit à l'avortement.

Mais la nouvelle équipe au pouvoir aux États-Unis n'est pas composée d'ayatollahs. Et Trump semble déterminé à lutter contre le terrorisme islamiste, la plus grande menace pour la dignité et la liberté des femmes dans le monde entier. Il s'agit là d'un engagement pour la liberté – et la liberté des femmes en particulier.

Le radicalisme islamique est une menace universelle. Chaque coup qui l'affaiblit ou le met en déroute, contribue à libérer les victimes localement, mais ailleurs dans le monde aussi bien.

Pour de nombreux peuples persécutés au Moyen-Orient, la présidence de Trump est porteuse d'espoir.

Le 7 novembre, l'Organisation des droits de l'homme yézidi à l'international a publié un communiqué intitulé « Les Yézidis espèrent que la présidence Trump les aidera à éradiquer l'Etat islamique » Une femme Yézidi en Irak a récemment nommé son nouveau-né « Trump. »

La marche des femmes, au-delà des bonnes intentions d'un grand nombre de participantes, a violé le principe de base des droits de l'homme : « Le pire d'abord. »

Malheureusement, nombre d'organisatrices et de participantes à la « Marche des Femmes » à Washington ont pris le parti d'ignorer les femmes torturées et exterminées par les terroristes islamistes et qui, dans d'autres parties du monde, sont privées d'éducation et n'ont pas le droit de quitter la maison sans l'autorisation d'un homme.

Quel dommage que ces femmes soient plus motivées à s'indigner du coût des serviettes hygiéniques que de l'esclavage, du viol et de la torture des femmes et des enfants Yézidi.

Agir en égoïste ou en fanatiques délirants, se laisser aveugler par la haine pure envers un président élu rend aveugle aux vrais problèmes du monde et n'aide personne. Autant de gens auraient pu détester d'autres présidents.

Que nos actions rappellent aux femmes du Moyen-Orient que nous prenons leur sort à cœur.

 

 

Apres le voile , le hijab , le nikab , la burka , le burkini , voila la museliere islamique qui fait son apparition dans certains pays du golfe


Admina Melanie

 

 

Uzay Bulut, jounaliste musulmane née en Turquie, est actuellement basée à Washington D.C.

 

 

Source:  https://fr.gatestoneinstitute.org/9841

25/01/2017

DOCUMENTAIRES: LES " CASQUES BLANCS " AUX OSCARS ???

  janvier 2017

Le 24 janvier, les nominations pour la grande messe du cinéma américain sont tombées.

 

Dans la catégorie meilleur court métrage documentaire, «Les Casques blancs» a été retenu.

Une décision qui risque de faire polémique.

«Le documentaire sur les Casques blancs produit par Netflix a été nominé pour un Oscar ! Je suis tellement fier d'avoir tourné ce film et de cette nomination.»

Le tweet envoyé par Khaled Khatib, un photographe des Casques blancs, est à l’image de la satisfaction ressentie par ce groupe qui rassemblerait jusqu’à 3 000 «secouristes volontaires et bénévoles» en Syrie.

«Les Casques blancs», réalisé par Orlando von Einsiedel, a été choisi le 23 janvier pour la course aux Oscars dont la cérémonie aura lieu le 26 février à Los Angeles.

Il concourra dans la catégorie meilleur court métrage documentaire.

A coup sûr, cela va faire parler. Beaucoup.

... Encensé par bon nombre de dirigeants et associations à travers le monde, soutenu par des personnalités politiques telles que les ministres des Affaires étrangères français et britannique, les Casques blancs ont même été reçus avec les honneurs à l’assemblée nationale le 18 octobre.

Le groupe socialiste et la commission des Affaires étrangères de l’hémicycle avait ainsi souhaité exprimer «le soutien de la France en invitant une délégation de Casques blancs à venir témoigner du martyr d'Alep».

Du côté de la majorité de la presse hexagonale, même son de cloche.

 L’Express, pour ne citer que lui, publiait ainsi un article en novembre 2015 intitulé : «Syrie : qui sont les "Casques blancs", héros anonymes de la guerre ?»

 

Des Casques blancs qui cachent bien leur jeu ?

Problème ? Cette vision hagiographique a été, à de nombreuses reprises, remise en cause.

Les financements ainsi que les liens supposés du groupe avec les djihadistes ont soulevé bien des questions.

L'association, qui existe depuis 2013, affirme être une «ONG neutre, impartiale et humanitaire».

Pourtant, elle perçoit des sommes astronomiques en provenance de l’Occident.

100 millions de dollars des Etats-Unis, 65 millions environ de la Grande-Bretagne, quant à l’Hexagone, il fournit des équipements.

Les Casques blancs bénéficient des subventions de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), considérée comme très proche du renseignement américain, à hauteur de 23 millions de dollars.

Pire, certains n’hésitent pas à affirmer qu’ils œuvrent directement pour la cause djihadiste en Syrie.

C’est le cas de Vanessa Beeley, journaliste indépendante et chercheuse britannique qui s’est rendue sur place.


Elle assure que les Casques blancs ne sont pas ceux qu'ils prétendent être : «[Ils] sont dans les régions contrôlées par les terroristes.

Ils fournissent des soins médicaux aux terroristes, ils acheminent les équipements par la Turquie dans les régions terroristes […].

Ils ont été filmés participant à l’exécution d’un civil à Alep. Ils diffusent des vidéos, sur leurs pages dans les réseaux sociaux, des exécutions de soldats et de civils arabes.»

 

Un leader controversé

Reste que Raed Saleh, chef des Casques blancs, est ravi de cette nomination aux Oscars : «C'est une nouvelle opportunité pour faire passer notre message moral et humanitaire.

» Avant d’ajouter qu’elle allait les aider à atteindre leur objectif et leur slogan «Qui sauve une vie sauve toute l'Humanité.»  

Mais, en cas de victoire, pourra-t-il aller récupérer la statuette à Los Angeles ?

Car, en 2016, Raed Saleh a bel et bien été expulsé des Etats-Unis... après avoir été soupçonné d'entretenir des relations avec des groupes islamistes.

Cela ne l’avait pas empêché de rencontrer l’ex-secrétaire d’Etat américain John Kerry en septembre de la même année.

Mais, depuis, John Kerry a quitté son poste et Donald Trump occupe le Bureau ovale.

 

Pour rendre crédible leur simulacre, ils n’ont pas lésiné sur les moyens : poussière sur le visage d’une «victime» prise au piège dans les décombres.

Sans oublier les indispensables sirènes et bruits de détonations.

Beaucoup s’étaient indignés sur les réseaux sociaux de cette mise en scène.

D’autres avaient préféré l’humour dont un utilisateur de Twitter qui s’était demandé s’ils ne s'entraînaient pas «pour leurs autres vidéos» sous-entendant que les Casques blancs étaient des habitués de la comédie macabre.

Et si certains avaient même fait preuve d'anticipation ?

«Les Casques blancs vont recevoir un Oscar des effets spéciaux», avait notamment lancé l'un d'entre eux.

 

Pas la bonne catégorie mais la bonne récompense ? 

 

source   http://www.citoyens-et-francais.fr/2017/01/

SYRIE: PRÉPARATION US POUR LA BATAILLE DE RAQQA !

24 janvier 2017

armée US

Les Etats-Unis créent une base militaire dans le nord-est de la Syrie, un millier de soldats y étant déjà déployés.

Sputnik présente les témoignages de Syriens qui expliquent les vraies raisons de l’implantation du contingent américain dans la région.

Les Etats-Unis créent une base militaire américaine près de la ville d'Al-Hasaka, dans le nord la Syrie, à 70 kilomètres de la frontière avec la Turquie et à 50 kilomètres de la frontière avec l'Irak, informe le site d'actualité BasNews, proche du chef du Kurdistan irakien Mesud Barzani.

Selon le média citant une source au sein des Forces démocratiques syriennes, les Etats-Unis ont déployé 800 soldats sur la base.

 

Le but serait de fournir une aide américaine aux Forces démocratiques syriennes participant à l'opération visant à libérer Raqqa et de Deir ez-Zor.

Une source au sein des Forces démocratiques syriennes qui a préféré garder l'anonymat a confirmé à Sputnik que les Etats-Unis créaient une vaste base militaire dans le village de Til Beder, situé à 35 kilomètres de la ville d'Al-Hasaka.

 

Ilhan Ehmed, président du Conseil des Forces démocratiques syriennes, a récemment réalisé une visite aux Etats-Unis.

C'est suite à ce voyage Washington a commencé à travailler sur la création d'une base militaire dans la région de Til Beder.

Des militaires US sont arrivés dans le village et les travaux de construction de la base se poursuivent actuellement.

Til Beder a auparavant abrité les troupes kurdes d'autodéfense de Rojava.

La base en question sera la plus grande base militaire américaine de Syrie, selon l'interlocuteur de Sputnik.