27/11/2014

LE PARTI DE LA FRANCE , CARL LANG À NICE ! INTERVIEW !


nov26
Interview exclusive de Carl LANG, Président du Parti de la France (PDF)

Par Jean-René LAGET, Directeur des publications – crédit photo : Flaview
Je rencontrais Samedi 22 Novembre 2014 dans un restaurant à Nice le Président du Parti de la France, Carl LANG venu rencontrer ses troupes maralpines et le nouveau responsable de sa toute nouvelle section mentonnaise.
 Des troupes remontées à bloc venues acclamer l’Espoir d’une fédération de la Droite Nationale et patriote déjà débutée en 2011 avec la création de l’UDN, Union de la Droite Nationale, dont le MNR jadis de Bruno MEGRET et la NDP, Nouvelle Droite Populaire font partie.


JRL : « Bonjour Monsieur le Président ».

CL : « Bonjour. »

JRL : « En ce jour de lancement de la section mentonnaise et de votre visite  dans les Alpes Maritimes, dtom.fr vous a proposé de vous rencontrer et de réaliser votre interview. Tout d’abord, nous allons procéder à votre présentation. »

CL : « Le Parti de la France a été fondé en 2009. Pour ce qui me concerne, de 1978 à 2008, c’est à dire entre ma vingtième et ma cinquantième année, j’ai été membre du FN. A deux reprises son Secrétaire Général de 1988 à 1995 et de 1998 à 2005. Député Européen de 1994 à 2009 et Conseiller Régional du Nord Pas de Calais de 1992 à 2010. J’exerce, et de nouveau, ma profession de masseur-kinésithérapeute. »

JRL : « Présentez nous votre parti, le Parti de la France ainsi que l’UDN, l’Union de la Droite Nationale. »

CL : « Le Parti de la France est un parti de Droite Nationale et Européenne. J’insiste sur : Droite, Nationale et Européenne. Dans le domaine économique, il défend les valeurs de Droite de promotion de l’entreprise, du travail, des libertés économiques, du refus de l’étatisme, du fiscalisme et du collectivisme.
Des valeurs pour sortir la France de l’ornière économique et sociale dans laquelle elle se trouve.
A la fois national et européen car je considère en effet qu’il faut réaffirmer les droits du Peuple Français à disposer de lui même et à rester lui même.
Fier de son histoire, de son identité, de sa culture. Mais cette démarche nationale s’inscrit dans un enjeu de civilisation.
 Notamment de la défense des valeurs européennes et chrétiennes.
Tous les patriotes des nations d’Europe devront relever ensemble au cours du 21 ème siècle les mêmes défis : démographique, migratoire, culturel, islamique et économique et social. »

Crédit photo Flaview – Rencontre avec Carl LANG à Nice – 22/11/14


JRL : « Aujourd’hui, quelles sont les relations que vous entretenez avec le FN, notamment depuis Brignoles ? Jean-Paul DISPARD, ancien Conseiller Général frontiste, puis candidat du Parti de la France lors des élections cantonales partielles d’Octobre 2013 est-il toujours en relation avec ce dernier ? »

CL : « A ma connaissance, non et je conserve un certain nombre de relations personnelles avec des dirigeants et militants du FN.
Mais le FN de Marine LE PEN refuse tout contact avec la véritable Droite Nationale et ce au nom de son obsession à la normalisation médiatique d’où la dérive toujours plus à Gauche de son discours.
Pour le reste le Parti de la France est favorable au rassemblement le plus large possible de toutes les composantes de la Droite Nationale et patriotique. Nous devons nous organiser ensemble au nom de l’intérêt national et quelques soient nos différences de sensibilités afin de préparer le redressement français. »

JRL : « Outre les relations que vous entretenez avec le MNR et la NDP et des associations politiques ou des non relations avec le FN, entretenez vous des relations avec d’autres partis comme DLF (Debout La France), le RPF, Ligue du Sud, CPNT ou bien des associations politiques et mouvements tels que la Manif Pour Tous, le Printemps Français ou bien l’Avenir Pour Tous de Virginie TELLENNE alias Frigide BARJOT ? »


CL : « Par principe, le Parti de la France est favorable au développement de  toute forme de coopération et d’action avec les organisations, associations et politiques qui agissent dans le sens du redressement national et de la défense de la Patrie. Je crois que l’avenir, par souci d’efficacité, imposera les modes de collaborations et d’actions communes.

Je crois à l’Union des droites. Je n’ai pas d’ennemi à Droite. »

Crédit photo Flaview – Carl LANG avec Jean-Claude FRAPPA, Président du Parti de la France 06 lors de la réunion à Nice avec les adhérents et sympathisants – 22/11/14


JRL : « On l’a vu récemment, le Parti de la France se relance sur les réseaux  internet : nouveau compte officiel twitter, le Réinfo, la nouvelle présentation du site national, pouvez-vous nous en dire plus ? »

CL : « Nous constatons la Politique du système d’omerta pratiqué à l’endroit du Parti de la France par les grands médias partisans du système et nous ne pouvons donc que compter sur nous même. Le système médiatique a concédé pour des raisons stratégiques utiles à la Gauche un monopole à Marine LE PEN en dehors de l’UMP et des autres partis du système. Nous avons donc mis en place un nouveau pôle de communication sur notre site internet avec des magazines bimensuels de réinformation et 1 ou 2 fois par mois des invités politiques qui ne sont pas nécessairement membres du Parti de la France. Nous espérons à ce titre avoir le plaisir de recevoir le Président du RPF dans le souci d’établir des liens politiques plus importants parmi les représentants de la vraie Droite Française. »


JRL : « Le Parti de la France sera t-il sur la ligne de départ des départementales (ex cantonales) et régionales et aux côtés de qui ? »

CL : « La réponse à cette question est liée à nos capacités de financements  des campagnes électorales. Nous ne disposons pas de financements publics. Ce sont les militants qui financent. Nous concentrerons probablement nos efforts dans certains secteurs ciblés de ce que j’appelle « le harcèlement électoral » et ce dans l’attente de pouvoir dans le futur mener de grandes batailles rangées politiques. Dans cet esprit, le Parti de la France et l’UDN peuvent soutenir d’autres secteurs de candidats patriotes qui défendent les principes et nos valeurs. Je reste favorable à l’Union à la base des patriotes de la Droite Nationale. »

JRL : « Si on vous dit aujourd’hui « Jean-Marie LE PEN », cela vous inspire quoi ? »

CL : « Je pense que Jean-Marie LE PEN a eu l’immense courage de fonder et porter le FN depuis plus de 40 ans. Aujourd’hui il est marginalisé dans son propre mouvement. Sa fille et son entourage n’attendent avec impatience qu’une chose : qu’il disparaisse de la vie politique. »

JRL : « On a notamment lu votre communiqué concernant l’élection de Monsieur Pierre-Marie VERDIER à la tête de la commune de Besmont (02) sur une liste d’intérêt communal. Combien d’élus composent votre parti, et notamment de maires, maires adjoints, élus Parti de la France ou Divers Droite (DVD), etc… ? »

CL : « Je ne peux répondre à cette question puisque nombre ont été élus sur des listes d’intérêts communaux.
 Ce qui est clair aujourd’hui c’est que nous recrutons beaucoup d’élus locaux, déçus ou trahis par l’actuel FN et qui ne se retrouvent plus du tout dans le discours de souverainisme de Gauche de Marine LE PEN et Florian PHILIPPOT. Nous sommes un pôle de ralliement pour beaucoup de militants de la Droite Nationale, militant pendant des années au FN. »

JRL : « Serez-vous candidat à la Présidentielle et si oui, quelles sont vos espérances pour ce scrutin ? Si élu, quelles seraient les premières mesures que vous prendriez et quels seraient les noms sur lesquels vous pourriez compter pour former un gouvernement ? »

CL : « Au moment où nous parlons, notre objectif pour 2017 est de présenter des candidats aux élections législatives avec le souci de contribuer au rassemblement le plus large possible de candidats de la Droite Nationale.
Concernant l’Election Présidentielle, je ne suis pas aujourd’hui en mesure de vous indiquer quelle sera notre attitude et nos marges de manœuvre. »

Liens utiles :
Site du Parti de la France – PDF - Twitter du Parti de la France

 

PDF JM.jpg


      Adhérez !




 bulletin_adhesion.pdf  (268.01 Ko)
Nous comptons sur votre soutien afin de poursuivre notre nécessaire combat pour la sauvegarde de notre Identité et de nos valeurs de civilisation.
 Le Parti de la France est la seule formation politique a mener ce combat, sans compromission ni reniement.

Mais sans ses adhérents, il n’est rien.
Votre adhésion peut se faire
• par chèque, à l'ordre du Parti de la France, en remplissant le bulletin d'adhésion et en envoyant le tout au siège du PDF :  6 allée des Templiers, 78 860 Saint-Nom-la-Bretèche



• ou par paiements sécurisé en ligne via PayPal :

Tarif Adhésion
 


• Vous pouvez également faire un don régulier au Parti de la France, afin de soutenir ses campagnes électorales :

 



Chaque don ou adhésion ouvre la possibilité d’une réduction fiscale de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

 Ainsi, un don de 100 euros ne vous coûte réellement que 34 euros.

 Dès réception de votre don, nous vous enverrons un reçu à joindre à votre déclaration d’impôts.

 
Merci pour votre soutien et votre fidélité à notre combat.    

TAUBIRA / FERGUSON ??? DE QUOI JE ME MÊLE .......

 

Taubira - Ferguson : "Tuez-les avant qu'ils ne grandissent"

Le Point - Publié le 25/11/2014 à 12:12 - Modifié le 25/11/2014 à 15:38

La ministre de la Justice a eu un tweet rageur contre la décision du grand jury à Ferguson, s'attirant notamment les foudres de Christian Estrosi.


C'est en anglais et en termes bien peu diplomatiques que Christiane Taubira a réagi sur Twitter à la décision prise aux États-Unis de ne pas poursuivre le policier qui a tué un jeune Noir. Citant Bob Marley, la ministre de la Justice a rappelé la série de jeunes Noirs victimes de la police américaine

 

 

 

 

"Quel âge avait #Mickael Brown ? 18 ans. #Trayvon Martin ? 17. #Tamir Rice ? 12. Quel âge le prochain ? 12 mois ? Tuez-les avant qu'ils ne grandissent Bob Marley". La phrase "Kill them before they grow" est attribuée à un sherif par Bob Marley dans sa chanson "I Shot The Sheriff".

"Ça n'arrive qu'aux mêmes"

Interrogée mardi sur France Info, la ministre a assuré qu'il s'agissait pour elle de "dire (sa) solidarité dans une situation qui est extrêmement douloureuse". "Je ne porterai pas de jugement de valeur sur les institutions des États-Unis. Cependant, il est évident que, lorsque le sentiment de frustration est aussi fort, aussi profond, aussi durable et aussi massif, il y a à s'interroger sur la confiance dans ces institutions, et donc la capacité des institutions à assurer cette paix sociale", a-t-elle poursuivi.

"Il est évident qu'on se rend compte que ça n'arrive qu'aux mêmes. Ce sont des gamins afro-américains, donc il y a le problème d'un certain nombre de clichés, de représentations, de préjugés qui peuvent créer des réflexes terribles. Quand ce sont des réflexes d'injures, c'est déjà difficile à supporter, quand ce sont des vies qui sont arrachées ainsi, c'est encore plus insupportable", a poursuivi Christiane Taubira. Interrogée sur une comparaison de ce climat avec celui en France, Mme Taubira a jugé que "ça n'est vraiment pas comparable, même si évidemment il y a du racisme en France".

"J'ai honte pour mon pays" (Estrosi)

Le tweet rageur de la ministre a provoqué une réaction non moins vive de Christian Estrosi, qui, "estimant que les États-Unis reste [pour lui] un grand pays de référence, un grand pays de liberté", s'est ensuite déchaîné contre la garde des Sceaux :

"Madame Taubira (...) est la première à radicaliser les situations en France pour monter les Français les uns contre les autres", a-t-il dénoncé sur i>Télé. "Mme Taubira (...) est là pour épargner les barbares, les délinquants et les voyous", alors qu'elle "devrait lutter contre le djihad qui est à nos portes", a dénoncé le député-maire de Nice. Soulignant que la ministre ne "sait même pas ce qui s'est passé cette nuit aux États-Unis", il a conclu : "J'ai honte pour mon pays d'avoir un garde des Sceaux comme Mme Taubira. Le président Obama serait totalement dans son rôle en demandant au président Hollande de prendre des mesures contre madame Taubira. Ce n'est pas acceptable."

Jean-Jacques Urvoas a estimé pour sa part sur France 3 que "si le président de la commission des Lois du Congrès émettait des réserves sur la justice française je lui demanderais de s'occuper de son pays, donc moi je me garde de critiquer les institutions des autres nations, surtout quand elle est le produit d'un jury." Refusant d'y voir une "maladresse" mais plutôt un "point de vue" de Christiane Taubira, Jean-Jacques Urvoas a cependant demandé : "Qui n'a pas eu d'émotion ? Je crois qu'il y a un pas entre l'émotion et le commentaire sur les institutions d'un pays démocratique, qui plus est composées par un jury."

Des violences ont éclaté à Ferguson, dans le Missouri, depuis l'annonce lundi soir par un grand jury de l'abandon des poursuites contre un policier blanc ayant tué l'été dernier un jeune Noir désarmé.

 

Source  et publication:    http://www.lepoint.fr/monde/taubira-ferguson-tuez-les-avant-qu-ils-ne-grandissent-25-11-2014-1884303_24.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20141125

 

   Commentaires
 
 
Eliott Garfield le 25/11/2014 à 23:25   

Les américains ne sont

Pas racistes !
La police u. S. Est confrontée à des situations qui n'ont rien à voir avec ce que nous avons e France.
Les armes dont en vente libre ou pas loin et il y a eu 80 policiers tués cette année aux usa.
Alors depuis Paris et les réflexes pavloviens de gauche il est facile de critiquer les flics us.
De plus, le grand jury a pris trois mois (c'est exceptionnel) pour prendrexsa décision après avoir rencontré tous les protagonistes de l'affaire. C'est e fait un procès à huis clos qui a eu lieu sans barnum médiatique.
Que les familles soient frustrées je l'admets mais la loi est passée.
Il n'y a pas eu de passe droit. Droit pas émotion.
Exemple : un grand jury a bien acquitté OJ Simpson qui a abattu l'amant de sa femme vidéo course poursuite qui a fait le tour du monde !
Il etait noir pourtant ! Et avait vraiment assassiné so rival... Et pourtant acquitté.
Donc les usa restent un état de droit et c'est une bonne chose !
Et puis les américains sont tellement racistes qu'ils ont nommé un président noir à deux reprises.
Alors Madame Taubira : les américains sont vraiment racistes ?
A quand un locataire noir à l élysées ?

mamyenonnon le 25/11/2014 à 23:24  

Taubira

De quoi se mêle -t-elle ? Quand on est ministre on doit avoir un peu de retenue ! Mais trop heureuse d'exprimer sont racisme anti-blanc, elle a sauté sur l'occasion de mettre de l'huile sur le feu !

wpjo le 25/11/2014 à 23:19  

Raciste

Mme Taubira, l'humour de Mme Leclere a été nettement moins bien apprécié par votre tribunal raciste.

F1984 le 25/11/2014 à 23:11  

Démission ! Démission !

Qu'elle démissionne et elle retrouvera sa liberté de tweeter mais actuellement en tant que ministre de la justice il est inadmissible qu'elle se permette une telle attitude.

reith le 25/11/2014 à 23:00  

Étonnant

Il faut visionner ce qu'a fait ce délinquant extrêmement violent et dangereux !
il faut publier partout la photo de ce géant assez monstrueux qui terrorisait le commerçant...

il faut se défendre contre ce genre d'individus : c'est ce que l'on commence à connaitre avec les grappes de malfaisants autour du football en FRANCE...

POPENGUINE le 25/11/2014 à 22:59  

Policier londonien égorgé

Madame la ministre, renvoyez moi votre tweet faisant état de votre indignation devant les policiers Londoniens égorgés.

jeffic le 25/11/2014 à 22:39  

Donc, Madame, ...

Sous le prétexte qu'il est jeune, noir, il avait le droit de menacer les passants, il avait le droit de braquer la superette voisine! Oh, mais dans quel monde vous croyez vous ?

Compote le 25/11/2014 à 22:38  

Dehors

Honte à la france (avec un petit f) d'accepter cette « femme » comme ministre.

Petit malin le 25/11/2014 à 22:35 Affaire trouble et trouble affaire...

Cette affaire est des plus troubles...
D'un côté on veut nous faire croire qu'un petit jeune tout fragile a été lâchement abattu par une brute policière.
Sauf que d'un autre côté, on nous montre une véritable armoire à glace qui menace de sa masse un petit homme dans sa boutique pour lui voler un paquet de gâteaux !
Si réellement ce mastodonte a foncé sur le policier, je crois volontiers que celui-ci se soit senti menacé et ai tiré !

Oui mais voilà des témoins affirment que la victime était à genou les mains en l'air... Et puis le procureur affirme que ces témoins n'ont même pas assisté à la scène !
Pour finir avec leur système judiciaire très curieux c'est un grand jury de 12 membres qui décident s'il doit y avoir procès ou pas. Le hic c'est que malgré un climat explosif, les autorités n'ont pas choisis de faire siéger 6 personnes blanches et six personnes noires mais neuf blanches !
Comment ne pas soupçonner une manipulation...

Personnellement rien ne m'étonne plus de l'autoproclamée "plus grande démocratie du monde"... Justice branlante et qui n'aime décidément pas les procès (DSK), zone de "non droits" acceptée avec nonchalance (Guantanamo), Président prêtant serment sur un Bible (quid si le président est athée ou musluman ou hindouiste ?), je ne vois pas les ingrédients d'une démocratie tout court.
Ils ont de la chance d'être en Amérique. En Europe ils se feraient retoquer par notre Cours Européenne des Droits de l'Homme !

Et pour finir une ministre française qui "twitte" n'importe quoi comme la première Valérie Trierweiller venue ! Mais là encore plus rien ne m'étonne de nos ministres et de notre Président, encombré avec ses maîtresses successives.
Tout est trouble vous dis-je...

DAECH EN EUROPE UNE MENACE POUR LA FRANCE ......

"Daech n'est plus seulement aux portes de l'Europe, il en a franchi le seuil"

 

Rédigé le Mardi 25 Novembre 2014 à 08:23 

 

La force de frappe de l’Etat islamique inquiète l’état-major des armées. Outre les moyens militaires et financiers dont disposent l’EI, le retour de ses combattants en Europe représente une menace pour la France et l’Europe.

 

"Daech n'est plus seulement aux portes de l'Europe, il en a franchi le seuil"

 


 

La force de frappe de l’Etat islamique inquiète l’état-major des armées. Outre les moyens militaires et financiers dont disposent l’EI, le retour de ses combattants en Europe représente une menace pour la France et l’Europe.
 

Le général Jean-Pierre Bosser est persuadé « de la nécessité d’intégrer encore plus dans notre réflexion le retour de l’armée de terre sur son milieu naturel, celui du sol national, pour pourvoir y faire face, avec les forces de sécurité, à tous types de menaces dont celles que ces vingt dernières années avaient confinées à l’extérieur ».
 

« La rapidité avec laquelle ce mouvement parvient à accroître ses effectifs et à diversifier son matériel est très préoccupante », a estimé le chef d’état-major de l’armée de terre, le général Jean-Pierre Bosser.
 

« Le groupe exerce une forte attraction sur les djihadistes du monde entier, qui rallient l’Irak et la Syrie par milliers« , a noté le député UMP des Bouches-du-Rhône Guy Tessier dans son rapport sur le projet de loi de finances pour 2015. « Les djihadistes de Daech représentent une véritable armée terroriste composée d’hommes expérimentés, bien équipés et disposant de ressources financières importantes« , a pour sa part confirmé le chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers. [...]
 

Selon le général Jean-Pierre Bosser, « plus de 1.000 combattants européens enrôlés dans ses rangs sont revenus dans l’espace Schengen« . Une menace pour la France et les pays européens. Car « l’adversaire n’est plus seulement aux portes de l’Europe, il en a franchi le seuil« , a souligné le chef d’état-major de l’armée de terre.
 

Source

TRIBUNE LIBRE ,POINT DE VUE ET CONSTAT !

 

 

 

L'EGORGEMENT, STADE SUPREME DE LA BARBARIE ET DE LA DECADENCE ISLAMIQUES (par Maurice D.)


Il vous faut apprendre à les reconnaître : ils portent une grande barbe non taillée mais se rasent la moustache; les hommes se coiffent de canotiers, les femmes de foulards; ils ne boivent pas, ne fument pas, sont toujours polis, tolérants et souriants; ils ne votent pas, n'ont aucun député ou sénateur et aucun fonctionnaire; leurs Conseils des anciens sont bénévoles et sont élus à voix égales par tous les adultes hommes et femmes depuis le XVIIème siècle; ils font beaucoup l'amour et ont beaucoup d'enfants si bien qu'ils ont multiplié leur population par 15 depuis un siècle. 

 

220px-Amish_On_the_way_to_school_by_Gadjoboy2.jpg

Enfants amish sur le chemin de l'école

 

Ils n'imposent rien à personne, pas même à leurs enfants qui choisissent librement à leur majorité d'entrer ou non dans la communauté après une période de vie "moderne" où ils peuvent boire, fumer, danser le rock, etc. et en moyenne 85 % font ce libre choix.

Unknown.jpeg

Les jeunes amish sont toujours gais et souriants. Le territoire de la communauté est parfaitement entretenu. Ils circulent en voitures à cheval, de vrais écolos

 

Ils se soignent bien, vont à l'hôpital si nécessaire et acceptent toutes les formes de soins; n'ont ni sécurité sociale, ni assurances mais paient rubis sur l'ongle leurs impôts pour le bien public; n'ont ni voitures ni télévisions et ne prennent dans la société moderne que ce qui les intéresse. Pour la gauche les Amish ou, en France, les Mennonites (on en trouve dans le Jura) sont de dangereux terroristes.
 

images.jpeg

Membres du Conseil des anciens

 
Les Amish ne sont pas prosélytes, ils veulent être exemplaires d'un monde apaisé, chrétien et vraiment écologique, d'une écologie qui n'a rien à voir avec celle des guignols d'EELV.

C'est à la condition de les dénoncer aux autorités avec les bouddhistes, les chrétiens, les juifs, les protestants, les témoins de Jéhova, les Mormons…que Mediapart, Le Parisien et les syndicats de l'Education Nationale accepteraient que les enseignants signalent ceux de leurs élèves qui manifestent des signes de radicalisation musulmane en se laissant pousser la barbe, en rasant leur moustache, en portant le voile, en réclamant de la nourriture garantie halal dans les cantines scolaires et les restaus U, en s'habillant intégralement en noir...

 

Unknown.jpeg

Jeunes fanatiques français

 

Chez Mediapart, c'est normal, de la part d'un nid d'ultra gauchistes staliniens et maoïstes qui n'ont toujours pas compris que nous avons quitté le 19ème  siècle après que le 20ème ait montré l'obsolescence et la dangerosité notoire de la théorie marxiste dont seule la méthode d'analyse est à retenir, et encore dans certains cas seulement de sociétés à un stade particulier de leur évolution.

De la part du Parisien et des syndicats, c'est plus surprenant et démontre, soit qu'ils ignorent ce qui se passe dans le monde, soit qu'ils sont aveuglés par l'idéologie débile bisounours "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil", (sauf bien entendu les militants Bleu-Marine qu'ils voudraient éradiquer).

Jamais personne n'a vu un Amish agresser qui que ce soit et, s'ils sont obligés de se défendre parce qu'ils sont attaqués, ils font tout pour neutraliser l'adversaire et éviter de blesser ou tuer.

Les seuls pour lesquels attaquer et si possible tuer tout être humain qui ne partage pas leur religion est légitime, ce sont les musulmans.

 

804a2bb53500ccd41fb0b835b2129d24b4505b92d06ecc230ca68adbc5c0b705_large.jpeg

Ce gamin yézidi n'a pas été fusillé, il a finalement eu la tête écrasée avec un gros caillou

 

Qu'une partie d'entre eux soit paisible et modérée, c'est évident, il est possible même que ce soit la majorité. Mais la majorité ne compte pas. 

 



Les nazis avaient attiré beaucoup d'Allemands qui aspiraient désespérément au changement.
Avant 1930 ils n'étaient qu'une petite formation de socialistes-nationalistes qui ne dépassaient pas 3 % des voix aux élections. La crise de 1929 leur donna une opportunité qu'ils surent exploiter. La propagande électorale nazie promit de sortir l’Allemagne de la crise. Les Nazis s’engagèrent à restaurer les valeurs culturelles du pays, à conjurer la menace d’une révolution communiste, à remettre le peuple allemand au travail et à recouvrer pour l’Allemagne son "rang légitime" de puissance mondiale. Mais au plus fort de leur popularité, en 1932, ils prirent le pouvoir au Reichtag en n'ayant que 37,3 % des voix, un gros tiers. On peut dire que la majorité des Allemands n'était pas nazie. Elle les suivit pourtant et partagea la responsablité des crimes des nazis après la guerre.

De même, les maoïstes n'étaient pas majoritaires dans la Chine des années 60, ni les khmers rouges au Cambodge, ni les communistes en URSS. Cela n'a pas empêché des millions de nationaux de leurs majorités modérées d'être assassinés dans ces pays et à l'extérieur, parce que la majorité ne compte pas dès lors qu'elle est soumise à une minorité criminelle.

C'est ce qui se passe avec les musulmans. Ceux qui disent que leurs modérés portent une lourde responsabilité dans les crimes qu'ils ne dénoncent pas, que leurs chefs religieux ne dénoncent pas ou alors du bout des lèvres, comme Dalil Boubakeur, ceux-là ont raison.

Boko Haram à tué plus de 2 600 catholiques et musulmans au Nigéria depuis janvier 2014, enlevé, violé, marié de force ou mis en esclavage des centaines de jeunes femmes et jeunes filles. Où est la LDH, où sont les Femen et Caroline Fourest ? À plat ventre devant une mosquée ?

L'église française ne dit rien, nos féministes en peau de vagin ne disent rien, nos humanistes en peau de lapin non plus, nos politiques la ferment, notre gauche des droits de l'homme la boucle, nos associations hyper-subventionnées ne bronchent pas, Taubira et Belkacem ferment leur clapet, parce qu'il ne faudrait pas "stigmatiser" nos jeunes musulmans si sensibles, les pauvres chéris voyous, violents et islamisés pour, comme dit Taubira, ne pas leur faire porter le poids des crimes et de l'esclavage musulmans.

Les vidéos sur les lapidations de femmes, les pendaisons d'homosexuels, les crucifixions de chrétiens, les amputations, les mitraillages de masse et les décapitations d'occidentaux et de musulmans non sunnites se comptent par milliers. Les imams français ne les condamnent pas, certains même comme le sinistre Obrouk dont je ne vais pas re-citer les propos anti-français, sont décorés de la légion d'honneur.

 

ObamaLetIraqFall-MassDeaths.jpg

Une rue de Mossoul "pacifiée" par les musulmans d'E.I.

 

On construit des mosquées où la propagande salafiste se déverse à flots, on apprend à nos enfants à égorger correctement comme cela a été fait dans une colonie de vacances d'une commune de la banlieue parisienne, on pleurniche comme Christine Boutin sur Maxime Hauchard le serial-killer islamo-normand "à qui notre société n'a rien eu à offrir" (sic), on condamne durement pour "incitation à la haine raciale " deux tahitiens qui avaient versé du sang de cochon sur la porte du domicile privé d'un  imam autoproclamé qui voulait ouvrir une mosquée à Tahiti, et Mediapart fait tout un scandale pour une circulaire qui "a pour but d’aider les enseignants à détecter les élèves en phase de radicalisation religieuse, ne vise que l’islam et repose sur un certain nombre de clichés et de généralités, selon Mediapart, qui a rendu public ce document" et le syndicat SNES-FSU parle de "caricature grossière", de "simplification outrancière", de "racisme pur et dur". 

Mais qui fait des musulmans une race, sinon ceux qui refusent de dénoncer la violence de l'islam et du Coran où 67 versets incitent à la haine raciale ?

José Castano nous rappelle que : Le 22 septembre 2014, l'Etat  islamique (EI) a appelé sur les réseaux sociaux, le monde islamique "à tuer des citoyens, notamment Américains et Français". Son porte-parole, Abou Mohammed Al-Adnani a déclaré : "Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen –en particulier les méchants et sales Français– ou un Australien ou un Canadien ou tout citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l'Etat islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n'importe quelle manière".

http://www.infobae.com/2014/11/17/1609281-el-estado-islam...1609281
Et on devrait se laisser faire et les laisser faire ?


Pour donner plus de poids à cette argumentation, le 24 septembre, le naïf, imprudent et prétentieux otage Français, Hervé Gourdel qui se croyait protégé parce qu'il était de gauche, était, "pour l’exemple", égorgé en Kabylie (le Département d’Etat américain avait pourtant informé les services français de ne se rendre en Algérie sous aucun prétexte. L’Algérie est sur la liste des pays extrêmement dangereux).

Des égorgements et décapitations, il s’en produit, chaque jour, des dizaines -voire, des centaines- en terre d’Islam, sous la sombre indifférence des Edwy Plenel, comme l’exécution cet été, par l’Etat Islamique de 700 personnes d’une tribu syrienne fidèle à Bachar El-Assad et, à Racca (Nord de la Syrie), de soldats de l’armée régulière dont les têtes ont été plantées sur des poteaux en guise de trophées et largement diffusées sur le net. Début novembre, 600 autres membres d’une tribu Bounemer, en Irak ont connu le même sort.

 

iraq-opgfer-wird-ermordet31.jpg

Égorgement d'un militaire irakien

 

Nos médias n’ont de cesse – comme pour minimiser l’horreur de ces exécutions - de véhiculer l’idée qu’Hervé Gourdel, James Foley, Steven Sotloff, David Haines avaient été "décapités" , comme la guillotine permettait de le faire encore en 1977, en France. Cela fait plus propre et heurte moins les sensibilité, mais la vérité est tout autre.

En Arabie, on décapite au sabre, d'un coup sec. Ces hommes ont été égorgés comme des moutons, exécutés avec une bestialité innommable dans le but de terroriser la victime, la faire souffrir et la reléguer au rang d’animaux, ce qui ne choque apparemment nullement nos Edwy Plenel ou nos Mélenchon. Cette barbarie accomplie, on a posé leur tête sur leur corps, déclenchant aussitôt une salve d’Allah Akbar ! Quelle que soit la victime sacrifiée, le but à atteindre et les procédés utilisés sont les mêmes, et c'est bien Allah qui couvre ces abominations que nos humanistes de petits canapés au caviar regardent avec indulgence.

islam-115x86.jpg

Le symbole de l'islam conquérant n'est plus le sabre

 

Ces scènes reproduites à l’infini dans un but précis et le choix de l’égorgement au couteau ne doivent rien au hasard. En effet, les membres de l'État islamique ou autres djihadistes maîtrisent parfaitement la mise en scène de leurs assassinats. Question marketing de la terreur, il semble difficile de les concurrencer sur ce terrain-là. Les images sont aussitôt diffusées sur les réseaux sociaux dans un but précis : Répandre la terreur !... Laisser la peur envahir les citoyens du monde et, en premier lieu, les Arabes eux-mêmes.

L'égorgement relève, en réalité, d’une culture, d’une coutume, d’un rituel, d’une tradition institués par Mahomet qui déclara dans un hadith : "Ô gens de Qoraïch ! Écoutez bien ! Au nom de celui qui détient mon âme entre ses mains, je suis venu à vous par l’égorgement !"

Et, joignant le geste à la parole, le fondateur de l’Islam ordonna la décapitation, en l’an 627, de tous les hommes pubères de la tribu juive des Banu Qurayza après la "bataille de la Tranchée" (800 à 900 personnes) et la réduction de leurs femmes et enfants en esclavage.

Qui osera porter plainte rétroactivement contre Mahomet pour crimes contre l'humanité ? Ne comptez pas sur la Ligue des Droits de l'Homme.

Tant que les autorités de l'islam n'auront pas procédé à une relecture du Coran, à une éradiction de toutes les incitations au meurtre et à la haine religieuse et raciale que l'on y trouve, à l'abolition de l'esclavage (15 millions d'esclaves en terre d'islam actuellement), l'islam n'a pas sa place dans la République dont il bafoue les valeurs fondamentales, n'a pas sa place en Europe et dans le monde occidental laïc, ne mérite pas le qualificatif de civilisation.

 

Maurice D.

 

Je remercie Pepsi83 de nous avoir communiqué le texte de José Castano sur La stratégie islamique de la terreur, dans lequel j'ai largement puisé.

 

   

   

L' ARMÉE RUSSE EN TRANSITION ! ( JACQUES SAPIR )

L’armée russe en transition.

24 novembre 2014
Par

A-images

Héritière de l’armée soviétique, l’armée Russe a été, à ses débuts, largement surdimensionnée. De cet héritage, elle a tenté de se dégager progressivement par une réduction de son format (processus accéléré par la crise économique des années 1990), par une professionnalisation croissante mais aussi par une modernisation. Cette modernisation passait par un démantèlement du secteur spécifiquement militaire de l’industrie et la reconstruction de relations différentes entre le secteur « militaire » et le secteur « civil » , mais aussi la consolidation du secteur militaire dans un nombre réduits d’entreprises .

Les conflits dans lesquels elle fut engagée, que ce soit à l’intérieur de la Russie, comme en Tchétchénie, ou à l’extérieur (comme en Ossétie du Sud et en Abkhazie) permettent de lire le processus, long et douloureux, de cette marche vers une armée professionnalisée et modernisée. Mais, il est incontestable que ce processus à porté ses fruit. A cet égard, il est important de revenir aussi sur les opérations de l’été 2008 contre la Géorgie. Ces opérations permettent de comprendre tant les résultats du processus de modernisation de l’armée, que le climat particulier dans lequel nous nous trouvons depuis plusieurs années.

 

L’héritage soviétique.
Le système militaire soviétique était en crise pour de nombreuses raisons. Il connaissait tout d'abord une crise de sa doctrine opérationnelle . Celle-ci était basée sur l'idée qu'à travers la production de nouveaux concepts d'opération, l'innovation doctrinale, il était possible à la fois de rendre inopérante la supériorité technologique des forces occidentales et de rendre inutile les armes de destruction massive. De fait, entre 1982 et 1989, il y a eu un profond bouillonnement intellectuel du côté soviétique . La seconde raison de sa crise résidait dans l'inadaptation radicale de ses procédures de gestion (les priorités, le cloisonnement) avec les exigences des nouvelles technologies. Le retard allait croissant, non seulement parce que l'économie avait de moins en moins de ressources à offrir aux militaires, mais surtout parce que, même dans le secteur de la défense, ces ressources étaient utilisées de manière de plus en plus inefficiente. Dans cette situation, il était inévitable que se développe une crise de la politique de défense, ou de la Doctrine Militaire, au sens que les soviétiques donnent à ce terme.
Mais, en même temps que se développaient les facteurs d'une crise «interne», c'est-à-dire située au cœur du dispositif de légitimation du système militaire, celui-ci subissait de plein fouet l'impact de la crise sociale que l'URSS traversait. Le contraire eut été étonnant : une armée de masse, une armée de conscription, reflète toujours les qualités et les défauts de la société dont elle est issue. Cette crise sociale prenait, dans les années quatre-vingt, des aspects multiples. Ils comprennent les mauvais traitements infligés par les «anciens» (i.e. ceux qui finissent leur service militaire) aux «nouveaux», que l'on appelle la Dedovshina et qui fait des dizaines, voire des centaines de morts par an. A cela on doit ajouter les conflits interethniques, ou Gruppovshina, parmi les conscrits. Cette violence considérable au sein des forces armées a été révélée au public à travers de nombreux articles publiés depuis 1987/1988 . Bien entendu, une telle situation a eu des effets négatifs considérables sur l'image de l'armée dans la population. Les très mauvaises conditions d'existence des appelés, dont on sait que près du tiers développent alors une primo-infection durant les six premiers mois de service, jouent aussi un rôle important dans la dégradation de cette image. La fin des années quatre-vingt a apporté aussi son lot de témoignages sur l'usage de la drogue, l'alcoolisme, la corruption et le népotisme dans l'institution militaire. On aurait d'ailleurs tort de croire que les problèmes ne concernent que les appelés. A l'exception des généraux, les officiers et en particulier les plus jeunes d'entre eux, connaissent des conditions d'existence très difficiles. L'écart entre leur situation et celle de leurs supérieurs a nourri un antagonisme dont on a eu de nombreux exemples durant le débat sur la réforme militaire. L'idée qu'une réforme générale du système militaire était nécessaire s'est progressivement imposée de 1988 à 1991. Son ambition était clairement de liquider le militarisme paradoxal à la fois comme politique et dans ses conséquences matérielles et institutionnelles.

Une réforme impossible ?

La naissance de l'armée russe en 1992 n'a pas été le produit de la naturelle transformation des forces armées soviétiques. Il a fallu un processus douloureux pour que commence à émerger une institution tiraillée entre des continuités différentes, marquée par des ruptures politiques, économiques et stratégiques. Cette naissance est aussi, et même avant tout, celle d'une nouvelle perception stratégique. La Russie n'était pas seulement en 1992 une nation en quête d'un État; c'était aussi un pays qui devait redéfinir son espace et les modes de gestion de ce dernier. La nouvelle perception stratégique qui s'est progressivement mise en place dans les autorités russes a dû inclure trois catégories d'éléments. En premier lieu, il a fallu que les dirigeants russes comptent avec les contraintes issues du redimensionnement de leur pays, et de la crise qui en découle. Les dirigeants russes ont aussi dû se positionner face aux pays issus de la désintégration de l'URSS. S'il s'est agi d'un problème général, ce dernier a pris des dimensions particulières suivant les zones géographiques..
Au moment même où les responsables politiques et militaires entamaient le processus de redéfinition des espaces et des modes d'action souveraine de la Russie, l'environnement géopolitique du pays évoluait donc rapidement. La question des relations avec les Etats-Unis, si elle est restée centrale dans les priorités politiques, a profondément évolué durant toute la période. En 1992, les relations avec les Etats-Unis sont clairement marquées par le souhait des autorités russes de maintenir le statut de "Grande Puissance" du pays à travers de bonnes relations avec Washington. L'appui direct et indirect apporté par les dirigeants américains aux responsables russes de l'époque (soutien officiel aux opérations menées contre le Parlement en 1993 et approbation de la Guerre de Tchétchénie en 1994) va créer les conditions d'une "empathie" politique. Elle se traduit au sein du secteur militaire par des coopérations techniques et militaires relativement poussées dans le domaine des armes de destruction massive. L'aide américaine et occidentale au démantèlement d'une partie des forces nucléaires ex-soviétiques en est un exemple. Le développement de programmes visant à harmoniser les doctrines et procédures de la dissuasion, et à co-gérer les risques de prolifération nucléaire et biologique en est un autre. La volonté d'établir des coopérations industrielles et techniques avec les industries américaines est alors très marquée. Cependant, les relations avec les Etats-Unis vont commencer à se dégrader dès le début de 1997.
Trois étapes doivent ici être rappelées. La première, certainement la moins connue publiquement, est liée au développement d'un activisme islamiste de type Wahabite en Tchétchénie et au Daguestan. Les autorités russes, dès l'automne 1997, rendent les Etats-Unis directement responsables d'une montée des tensions dans le Caucase du Nord et accusent Washington de jouer ici un double jeu. La seconde étape, marquée par une publicité bien plus grande, est liée aux événements des Balkans et aux opérations du Kosovo. Il se fait que ces opérations ont lieu quelques mois après la grande crise financière de 1998 qui a vu le poids politique des libéraux russes s'effondre et un doute envahir les élites russes quant aux responsabilités des autorités américaines dans la non-gestion de cette crise par le FMI. Le printemps 1999 voit alors pour la première fois s'exprimer un conflit public entre la Russie et les Etats-Unis et l'Otan. Les relations entre les deux pays se dégradent et vont rester relativement mauvaises jusqu'au 11 septembre 2001. Les attentats du 11 septembre marquent le début de la troisième phase. les autorités russes vont tenter d'utiliser le choc psychologique ainsi créé pour rétablir un contact avec les Etats-unis. L'objectif était ici de proposer une aide substantielle de la Russie aux Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme islamiste en échange de la reconnaissance par les Etats-Unis de la zone d'intérêts prioritaires de la Russie, soit le Caucase du Nord et l'Ukraine. Or, dès l'été 2002, les autorités russes sont convaincues de l'échec de cette tentative. Ils considèrent que les autorités américaines sont incontrôlables et imprévisibles, constituant par là même un danger potentiel pour la Russie. L'opposition russe à l'intervention en Irak n'est donc pas une cause du nouveau refroidissement des relations russo-américaines mais en réalité la conséquence de ce dernier. La suite devait démontrer le bien fondé de la position russe, qui vise à maintenir la stabilité dans une zone qui a été profondément déstabilisée par l’intervention américaine en Irak de 2003. En un sens, l’émergence de l’organisation dite « Etat Islamique » n’est que la conséquence de la destruction de l’Etat Irakien en 2003.

Le renouvellement de la doctrine, la guerre de Tchétchénie et les progrès accomplis.
Plusieurs éléments ont directement pesés sur les réflexions doctrinales des années 1992-2005.
Le premier est indiscutablement le traumatisme suscité par la 1ère Guerre de Tchétchénie. Un peu plus d’un an après la bataille du parlement à Moscou, les forces armées russes étaient donc à nouveau engagées dans des opérations qui, du point de vue légal, sont des opérations intérieures. Leur coût humain a été bien entendu sans commune mesure avec les journées d’octobre 1993. Le déroulement des opérations n’a validé ni les proclamations optimistes du Ministre de la Défense, ni celles, bien plus pessimistes, de certains observateurs qui s’attendaient à un statu-quo rappelant l’Afghanistan. Les opérations du premier semestre 1995 ont cependant souligné les problèmes politiques et militaires qui étaient déjà présents dans l’évolution conduisant à la décision de l’usage direct de la force.
Les opérations de décembre 1994 à juin 1995 ont mis en évidence un certain nombre de caractéristiques des forces armées russes. Il est tout d’abord évident que les déficiences en matière d’organisation et de planification, qui étaient prévisibles et même mentionnées dans la presse russe, ont été lourdement révélées, en particulier dans la phase initiale du conflit. La seule exception que l’on peut faire en ce domaine porte sur l’efficacité du transport aérien. En même temps, la capacité à s’adapter à la situation, à tirer parti des moyens disponibles, à improviser sur la base de ce qui existe est très forte. Ceci n’est pas sans rappeler le fonctionnement de l’Armée soviétique en 1942/1943. Il faut alors noter que la mise en place de ces comportements d’adaptation est largement dépendante de l’existence d’un état d’esprit au sein des unités. Ce sont celles qui sont le pus vite entrées dans la logique de guerre, qui ont fait preuve de l’agressivité la plus grande, qui ont aussi tiré parti le mieux possible de leurs moyens. En ce sens, dans un conflit qui serait perçu comme légitime, il convient de ne pas exagérer l’impact des déficiences organisationnelles que l’on peut identifier. En même temps, il convient de remarquer que l’adaptation et l’improvisation ont été possibles grâce à l’existence de stocks importants dont certains sont aujourd’hui épuisés.
Les opérations en Tchétchénie n’ont pas abouti, comme on aurait pu le croire fin 1994/début 1995 à une sorte d’insurrection militaire. Il a probablement manqué un dirigeant charismatique capable d’occuper ce terrain. La poursuite des combats a tendu à isoler les protestataires. Les unités au combat, et en particulier celles qui ce sont le mieux adaptées à la nouvelle situation expriment une fierté d’avoir “gagné” la guerre. Cette dernière a donné naissance à une nouvelle “culture de la guerre” au sein des unités les plus engagées dans les opérations.. Ce sont ces éléments qui l'ont emporté en 1999 dans un contexte politique marqué par des manipulations nombreuses. Une première conséquence cependant des conflits en Tchétchénie est d'avoir pesé sur les budgets militaires et recentré les perceptions des risques vers les conflits dits "à basse intensité". De ce point de vue, le bilan à long terme de cette guerre a été positif en ceci qu’elle a joué le rôle d’un révélateur cru des déficiences de l’armée et qu’elle a accéléré le processus de réformes.
Le second élément important est celui que l'on vient de présenter, c'est le basculement des relations avec les Etats-Unis, que l’on a déjà évoqué. La question du régime de dissuasion revient à l'ordre du jour dès la fin de 1997. Si la probabilité d'un conflit avec l'OTAN ou avec une alliance particulière dominée par les Etats-Unis n'est pas considérée comme importante, la possibilité d'un tel conflit n'est plus écartée. Dès lors, il devient impératif pour les autorités russes de maintenir des capacités de dissuasion même face aux Etats-Unis, avec ce que cela implique comme renforcement et "durcissement" du C3I stratégique. On assiste lors à une remontée des crédits de R&D dans ce domaine. La modernisation des forces stratégiques va constituer une priorité du gouvernement russe. Cette modernisation visant à assurer la stabilité du système de dissuasion nucléaire et non plus, comme du temps soviétique, une quelconque « supériorité » nucléaire qui n’a guère de sens.

L’Armée et la guerre d’Ossétie du sud.
La guerre d’Ossétie du Sud a suscité quant à son déroulement, autant de commentaires que quant à son déclenchement. On peut la qualifier de « sale petite guerre » non seulement en raison des exactions qui furent commises, que ce soit par les troupes géorgiennes ou par certaines des troupes irrégulières Ossètes, mais surtout en raison de ses conséquences politiques. Au-delà des opérations militaires, la guerre d’Ossétie du Sud portait déjà en elle un risque d’une dégradation de la situation internationale sans commune mesure avec les enjeux réels du conflit. De ce point de vue, il est clair que cet épisode annonce 2014, et qu’il marque le début d’un conflit latent entre les Etats-Unis et la Russie. Un instant mis en sommeil du fait de la grave crise financière que les Etats-Unis ont connu en septembre 2008, ce conflit latent s’est réactivé à partir de 2011 sur la Libye et surtout la Syrie. Il est devenu aujourd’hui un élément majeur des relations internationales.
Le contexte tactique des combats doit néanmoins être rappelé. La zone des combats, pour l’essentiel Tskhinvali et ses environs, comprend la vallée de la Grande Liakhvi, une rivière qui coule nord-sud de Tskhinvali à Gori, villes séparées par environ 25 km, et les collines qui entourent la vallée. Le terrain devient rapidement escarpé et il faut attendre de s’approcher de Gori pour déboucher sur une véritable plaine. On est dans une région de collines, où le contrôle des crêtes est décisif. Les routes sont souvent mauvaises et les axes de manœuvre limités. Ceci favorise l’emploi de troupes de forces spéciales et de parachutistes, dont l’entrainement et les conditions physiques permettent d’exploiter parfaitement la topographie.
La réaction russe a en effet commencé dès la matinée du 8 août à la suite du bombardement meurtrier de Tskhinvali par les forces du gouvernement géorgien. Alors que le Premier Ministre Vladimir Poutine va écourter son séjour à Beijing pour rentrer en Russie, le Président Medvedev convoque une réunion du Conseil de Sécurité Nationale. Dès les premières heures de la matinée, des unités blindées et mécanisées de la 58e Armée vont franchir le tunnel de Roki et se diriger vers le sud. Il faut souligner que si les forces géorgiennes avaient fait sauter ce tunnel, les troupes russes n’auraient pu intervenir avec la facilité qu’elles ont eu. Des avions russes vont commencer à bombarder les bases arrières des forces géorgiennes à partir de 10h30, essentiellement les dépôts de munitions et de carburant de Kareli et Gori. Au fur et à mesure de leur arrivée sur le théâtre des opérations, les forces russes seront impliquées dans des combats violents, à Tskhinvali même et dans les collines. Les forces mécanisées russes recevront aussi le soutien d’éléments de la 76e Division Parachutiste basée à Pskov, qui sera utilisée comme une infanterie légère dans les collines pour reprendre les crêtes saisies par les forces géorgiennes dans la nuit du 7 au 8. D’autres forces aéroportées seront déployées en Ossétie du Sud et en Abkhazie durant le 10 et le 11 août, dont la 98e Division Parachutiste. La combinaison des actions russes, sur terre, dans les airs, sur mer (avec une opération limitée de débarquement des troupes au sud de l’Abkhazie), mais aussi dans le domaine de la guerre électronique , vont conduire à un effondrement des forces géorgiennes à partir de la fin de matinée du 10 août. Démoralisées par les pertes subies (qui ont affecté les unités les plus combatives par ailleurs), privées de soutien d’artillerie et soumis à des bombardements aériens constants ainsi qu’à un meurtrier tir de contrebatterie des l’artillerie russe, isolées de leur commandement en raison de l’effondrement du système de transmission, les troupes géorgiennes vont brutalement refluer vers le sud, parfois en cherchant à s’empare de force de tous les véhicules disponibles.

Les leçons de 2008.
Cette guerre a mis en évidence la situation transitoire de l’armée Russe en 2008. Si elle continue d’utiliser très largement du matériel datant de la période soviétique, elle a su progresser au-delà de la doctrine de cette époque. Elle utilise pleinement la guerre électronique et informatique pour paralyser son adversaire. Certes, la disparité des forces était immense. Mais la victoire russe en août 2008 indiquait bien que l’armée était en train d’effectuer une transition au moins aussi importante que ne l’avait fait le reste du pays, et qu’elle était engagée dans un processus qui devait la faire parvenir à une armée moderne. Ce processus s’est poursuivi depuis. La rapidité de réaction dont l’armée russe fait preuve aujourd’hui sur différents terrains témoigne de ce que, au-delà de problèmes persistants au niveau le plus élevé (corruption de certains, rigidité doctrinale pour d’autres), une nouvelle génération d’officiers a émergé qui s’est pleinement adaptée aux changements de l’art de la guerre dans la période actuelle. Bien entendu, l’armée russe reste encore déficiente au niveau de son équipement, mais pas plus que l’armée française, voire l’armée américaine. Elle bénéficie désormais d’une relative priorité budgétaire, ce qui devrait permettre l’acquisition d’un nombre limité de systèmes d’armes modernes. Surtout, elle ne vise plus la « suprématie » mais recherche une liberté d’action locale qu’aujourd’hui les Etats-Unis ne semblent plus capables de réellement contester.


D’une manière peut-être plus profonde, ce qui est survenu alors en 2008 portait en lui la dégradation ultérieure des relations avec la Russie. Le reset voulu lors de la première Présidence d’Obama a échoué avant tout parce qu’il était destiné à consolider la position dominante des Etats-Unis alors qu’il était clair que la Russie ne tolèrerait plus cette position. L’administration américaine a cru que de belles paroles arriveraient à faire passer une position qui était sur le fond inacceptable pour les dirigeants russes. Elle fait face aujourd’hui à la révélation explicite de ce différend.

 

Source et publication:  http://russeurope.hypotheses.org/3067

26/11/2014

ÉMEUTE À FERGUSON: LE POLICIER S' EXPLIQUE ......

Ferguson: le policier qui a tué un jeune Noir a "bonne conscience"

- Publié le 26/11/2014 à 06:21

 

 

 

Photo fournie le 24 novembre 2014 par les autorités américaines du policier Darren Wilson Photo fournie le 24 novembre 2014 par les autorités américaines du policier Darren Wilson © St. Louis County Prosecutor/AFP - Mladen Antonov

Le policier américain blanc qui a tué début août un jeune Noir à Ferguson (Missouri, centre) a expliqué mardi sur la chaîne ABC qu'il avait "bonne conscience" et qu'il aurait agi de la même manière avec un jeune Blanc.

S'exprimant pour la première fois publiquement depuis le drame, Darren Wilson a expliqué que le 9 août il avait eu peur d'être tué, avant d'utiliser pour la première fois son arme et de tirer 12 balles en direction de Michael Brown, âgé de 18 ans.

"La raison pour laquelle j'ai bonne conscience, c'est parce que je sais que j'ai bien fait mon travail", a déclaré le policier. "Je ne crois pas que ça va me hanter. Ca va rester comme quelque chose qui m'est arrivé", a-t-il ajouté.

Interrogé pour savoir s'il aurait agi de la même manière avec un Blanc, le policier a répondu: "Oui (...) sans aucun doute". Il décrit Michael Brown, adolescent de 1,93 mètre et 130 kilos, comme un "homme puissant", le comparant au lutteur professionnel Hulk Hogan.

"Il a foncé sur moi, il allait me tuer", a-t-il raconté.

Le policier a dit craindre que Michael Brown lui dérobe son arme et assuré avoir agi en légitime défense.

"Je me suis encore interrogé moi-même: Est-ce que je peux tirer sur ce type? Est-ce que je peux le faire légalement? Et ma réponse a été +je dois le faire+".

Darren Wilson a ajouté que sa femme et lui espéraient retrouver désormais une vie normale. "On veut juste avoir une vie normale. C'est tout", a-t-il dit.

Il précise aussi que son pistolet s'est bloqué avant qu'il ne tire les balles fatales. "Le pistolet était en fait bloqué par sa main (de Michael Brown, ndlr) sur le dessus. Alors j'ai essayé une nouvelle fois, et là encore un autre clic". "J'ai essayé une troisième fois, et c'est finalement parti".

Un jury populaire a annoncé lundi soir qu'il n'engagerait pas de poursuite contre Darren Wilson, estimant que le policier avait agi en état de légitime défense en tirant 12 fois en direction de Michael Brown, qui l'avait d'abord frappé au visage avant de prendre la fuite. L'annonce de cette décision a provoqué une nuit de violences et d'émeutes dans Ferguson, qui était quadrillée mardi soir par trois fois plus de militaires que la veille.

 

26/11/2014 06:20:56 - Ferguson (Etats-Unis) (AFP) - © 2014 AFP

 

Source:  http://www.lepoint.fr/monde/ferguson-le-policier-qui-a-tue-un-jeune-noir-a-bonne-conscience-26-11-2014-1884510_24.php

FERGUSON ( USA ) ET TAUBIRA ???

 

Taubira - Ferguson : "Tuez-les avant qu'ils ne grandissent"

Le Point - Publié le 25/11/2014 à 12:12 - Modifié le 25/11/2014 à 15:38

La ministre de la Justice a eu un tweet rageur contre la décision du grand jury à Ferguson, s'attirant notamment les foudres de Christian Estrosi.


C'est en anglais et en termes bien peu diplomatiques que Christiane Taubira a réagi sur Twitter à la décision prise aux États-Unis de ne pas poursuivre le policier qui a tué un jeune Noir. Citant Bob Marley, la ministre de la Justice a rappelé la série de jeunes Noirs victimes de la police américaine

 

 

 

 

"Quel âge avait #Mickael Brown ? 18 ans. #Trayvon Martin ? 17. #Tamir Rice ? 12. Quel âge le prochain ? 12 mois ? Tuez-les avant qu'ils ne grandissent Bob Marley". La phrase "Kill them before they grow" est attribuée à un sherif par Bob Marley dans sa chanson "I Shot The Sheriff".

"Ça n'arrive qu'aux mêmes"

Interrogée mardi sur France Info, la ministre a assuré qu'il s'agissait pour elle de "dire (sa) solidarité dans une situation qui est extrêmement douloureuse". "Je ne porterai pas de jugement de valeur sur les institutions des États-Unis. Cependant, il est évident que, lorsque le sentiment de frustration est aussi fort, aussi profond, aussi durable et aussi massif, il y a à s'interroger sur la confiance dans ces institutions, et donc la capacité des institutions à assurer cette paix sociale", a-t-elle poursuivi.

"Il est évident qu'on se rend compte que ça n'arrive qu'aux mêmes. Ce sont des gamins afro-américains, donc il y a le problème d'un certain nombre de clichés, de représentations, de préjugés qui peuvent créer des réflexes terribles. Quand ce sont des réflexes d'injures, c'est déjà difficile à supporter, quand ce sont des vies qui sont arrachées ainsi, c'est encore plus insupportable", a poursuivi Christiane Taubira. Interrogée sur une comparaison de ce climat avec celui en France, Mme Taubira a jugé que "ça n'est vraiment pas comparable, même si évidemment il y a du racisme en France".

"J'ai honte pour mon pays" (Estrosi)

Le tweet rageur de la ministre a provoqué une réaction non moins vive de Christian Estrosi, qui, "estimant que les États-Unis reste [pour lui] un grand pays de référence, un grand pays de liberté", s'est ensuite déchaîné contre la garde des Sceaux :

"Madame Taubira (...) est la première à radicaliser les situations en France pour monter les Français les uns contre les autres", a-t-il dénoncé sur i>Télé. "Mme Taubira (...) est là pour épargner les barbares, les délinquants et les voyous", alors qu'elle "devrait lutter contre le djihad qui est à nos portes", a dénoncé le député-maire de Nice. Soulignant que la ministre ne "sait même pas ce qui s'est passé cette nuit aux États-Unis", il a conclu : "J'ai honte pour mon pays d'avoir un garde des Sceaux comme Mme Taubira. Le président Obama serait totalement dans son rôle en demandant au président Hollande de prendre des mesures contre madame Taubira. Ce n'est pas acceptable."

Jean-Jacques Urvoas a estimé pour sa part sur France 3 que "si le président de la commission des Lois du Congrès émettait des réserves sur la justice française je lui demanderais de s'occuper de son pays, donc moi je me garde de critiquer les institutions des autres nations, surtout quand elle est le produit d'un jury." Refusant d'y voir une "maladresse" mais plutôt un "point de vue" de Christiane Taubira, Jean-Jacques Urvoas a cependant demandé : "Qui n'a pas eu d'émotion ? Je crois qu'il y a un pas entre l'émotion et le commentaire sur les institutions d'un pays démocratique, qui plus est composées par un jury."

Des violences ont éclaté à Ferguson, dans le Missouri, depuis l'annonce lundi soir par un grand jury de l'abandon des poursuites contre un policier blanc ayant tué l'été dernier un jeune Noir désarmé.

 

 

source et publication: http://www.lepoint.fr/monde/taubira-ferguson-tuez-les-avant-qu-ils-ne-grandissent-25-11-2014-1884303_24.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20141125

 

 Commentaires
 
Eliott Garfield le 25/11/2014 à 23:25  

Les américains ne sont

Pas racistes !
La police u. S. Est confrontée à des situations qui n'ont rien à voir avec ce que nous avons e France.
Les armes dont en vente libre ou pas loin et il y a eu 80 policiers tués cette année aux usa.
Alors depuis Paris et les réflexes pavloviens de gauche il est facile de critiquer les flics us.
De plus, le grand jury a pris trois mois (c'est exceptionnel) pour prendrexsa décision après avoir rencontré tous les protagonistes de l'affaire. C'est e fait un procès à huis clos qui a eu lieu sans barnum médiatique.
Que les familles soient frustrées je l'admets mais la loi est passée.
Il n'y a pas eu de passe droit. Droit pas émotion.
Exemple : un grand jury a bien acquitté OJ Simpson qui a abattu l'amant de sa femme vidéo course poursuite qui a fait le tour du monde !
Il etait noir pourtant ! Et avait vraiment assassiné so rival... Et pourtant acquitté.
Donc les usa restent un état de droit et c'est une bonne chose !
Et puis les américains sont tellement racistes qu'ils ont nommé un président noir à deux reprises.
Alors Madame Taubira : les américains sont vraiment racistes ?
A quand un locataire noir à l élysées ?

mamyenonnon le 25/11/2014 à 23:24  Signaler un contenu abusif

Taubira

De quoi se mêle -t-elle ? Quand on est ministre on doit avoir un peu de retenue ! Mais trop heureuse d'exprimer sont racisme anti-blanc, elle a sauté sur l'occasion de mettre de l'huile sur le feu !

wpjo le 25/11/2014 à 23:19  Signaler un contenu abusif

Raciste

Mme Taubira, l'humour de Mme Leclere a été nettement moins bien apprécié par votre tribunal raciste.

F1984 le 25/11/2014 à 23:11  Signaler un contenu abusif

Démission ! Démission !

Qu'elle démissionne et elle retrouvera sa liberté de tweeter mais actuellement en tant que ministre de la justice il est inadmissible qu'elle se permette une telle attitude.

reith le 25/11/2014 à 23:00  Signaler un contenu abusif

Étonnant

Il faut visionner ce qu'a fait ce délinquant extrêmement violent et dangereux !
il faut publier partout la photo de ce géant assez monstrueux qui terrorisait le commerçant...

il faut se défendre contre ce genre d'individus : c'est ce que l'on commence à connaitre avec les grappes de malfaisants autour du football en FRANCE...

POPENGUINE le 25/11/2014 à 22:59  Signaler un contenu abusif

Policier londonien égorgé

Madame la ministre, renvoyez moi votre tweet faisant état de votre indignation devant les policiers Londoniens égorgés.

jeffic le 25/11/2014 à 22:39  Signaler un contenu abusif

Donc, Madame, ...

Sous le prétexte qu'il est jeune, noir, il avait le droit de menacer les passants, il avait le droit de braquer la superette voisine! Oh, mais dans quel monde vous croyez vous ?

Compote le 25/11/2014 à 22:38  Signaler un contenu abusif

Dehors

Honte à la france (avec un petit f) d'accepter cette « femme » comme ministre.

Petit malin le 25/11/2014 à 22:35  Signaler un contenu abusif

Affaire trouble et trouble affaire...

Cette affaire est des plus troubles...
D'un côté on veut nous faire croire qu'un petit jeune tout fragile a été lâchement abattu par une brute policière.
Sauf que d'un autre côté, on nous montre une véritable armoire à glace qui menace de sa masse un petit homme dans sa boutique pour lui voler un paquet de gâteaux !
Si réellement ce mastodonte a foncé sur le policier, je crois volontiers que celui-ci se soit senti menacé et ai tiré !

Oui mais voilà des témoins affirment que la victime était à genou les mains en l'air... Et puis le procureur affirme que ces témoins n'ont même pas assisté à la scène !
Pour finir avec leur système judiciaire très curieux c'est un grand jury de 12 membres qui décident s'il doit y avoir procès ou pas. Le hic c'est que malgré un climat explosif, les autorités n'ont pas choisis de faire siéger 6 personnes blanches et six personnes noires mais neuf blanches !
Comment ne pas soupçonner une manipulation...

Personnellement rien ne m'étonne plus de l'autoproclamée "plus grande démocratie du monde"... Justice branlante et qui n'aime décidément pas les procès (DSK), zone de "non droits" acceptée avec nonchalance (Guantanamo), Président prêtant serment sur un Bible (quid si le président est athée ou musluman ou hindouiste ?), je ne vois pas les ingrédients d'une démocratie tout court.
Ils ont de la chance d'être en Amérique. En Europe ils se feraient retoquer par notre Cours Européenne des Droits de l'Homme !

Et pour finir une ministre française qui "twitte" n'importe quoi comme la première Valérie Trierweiller venue ! Mais là encore plus rien ne m'étonne de nos ministres et de notre Président, encombré avec ses maîtresses successives.
Tout est trouble vous dis-je...

TRIBUNE LIBRE, POINT DE VUE ET CONSTAT !

 

Je vous adresse un extrait sous-titré d'une brève intervention de Vladimir Poutine à Valdaï le 24 octobre 2014.

https://www.youtube.com/watch?v=MPtifTPkCWQ

Après le discours de Vladimir Poutine (version française ici), Dominique de Villepin et Wolfgang Schüssel (ancien chancelier fédéral d’Autriche) ont pris la parole (voir le texte du discours de Villepin ici). Vladimir Poutine a alors réagi à leurs interventions – brièvement et avec humour – avant la session de questions-réponses.


N'hésitez pas à le publier et à le diffuser.

Merci et bien à vous,

Salah


_____________________



Vladimir Poutine : histoire de l'optimiste et du pessimiste (VOSTFR)

 
Vladimir Poutine au Club International Valdaï – 24 octobre 2014

 



Vidéo sous-titrée :  https://www.youtube.com/watch?v=MPtifTPkCWQ

 

Texte original (russe) : http://kremlin.ru/news/46860
Traduction (anglais) : http://eng.news.kremlin.ru/news/23137
Traduction française : http://www.sayed7asan.blogspot.fr  




 

Retranscription :

 

Je voudrais commencer par dire que dans l'ensemble, je suis d'accord avec Wolfgang [Schüssel] et Dominique [de Villepin]. Je souscris pleinement à ce qu’ils ont dit.



Cependant, j'aimerais clarifier certains points. Il semble que Dominique a parlé de la crise ukrainienne comme de la cause de la détérioration des relations internationales. Naturellement, cette crise est une cause, mais ce n'est pas la cause principale. La crise en Ukraine est elle-même le résultat d'un déséquilibre dans les relations internationales.



J'ai déjà mentionné dans mon discours les causes de ces événements, et mes collègues en ont également parlé. Je peux m'étendre sur la question si vous le souhaitez. Toutefois, cela est principalement le résultat de ce déséquilibre dans les relations internationales.



En ce qui concerne les questions soulevées par Wolfgang, nous allons y revenir : nous pourrons parler des élections, et de la fourniture de ressources énergétiques à l'Ukraine et l'Europe.



Cependant, je voudrais répondre à l'expression « Wolfgang est un optimiste, tandis que la vie est plus difficile pour les pessimistes. »



J'ai déjà évoqué cette plaisanterie un peu grossière sur un pessimiste et un optimiste, mais je ne peux pas m'empêcher de la rapporter à nouveau. Voilà cette vieille anecdote sur un pessimiste et un optimiste : un pessimiste boit son cognac et fronce les sourcils en disant : « Ça pue la punaise ! », alors qu'un optimiste attrape une punaise de lit, l'écrase, puis la renifle en disant : « Une légère odeur de cognac... »



Je préfère être le pessimiste qui boit du cognac que l'optimiste qui renifle des punaises !... [Rires]



Bien qu'il semble que les optimistes se portent mieux, notre objectif commun est de vivre une vie décente – sans abuser de l'alcool.



À cette fin, nous devons éviter les crises et affronter ensemble tous les défis et menaces, et établir des relations sur la scène mondiale qui nous aideraient à atteindre ces objectifs.

 

 


Plus tard, je serai prêt à répondre à certaines des autres questions qui ont été soulevées.

 

source et publication: Sayed Hasan <7asan.saleh@gmail.com>

L' EI DÉBARQUE EN LIBYE ! MERCI AU PRINTEMPS ARABE DE SARKO ET BHL ......

Mardi 25 novembre 2014
L'Etat Islamique débarque en Libye

L'idéologie extrême du groupe Etat Islamique (EI) attire des sympathisants dans les milieux radicaux en Libye, où la ville de Derna (est), transformée en "émirat islamique", est devenue le fief des partisans de l'EI, selon des experts.

Certains observateurs occidentaux considèrent déjà cette ville de 150.000 habitants, place forte historique des islamistes radicaux dans l'est libyen, comme la troisième franchise d'EI en Afrique du Nord, après Jund al-Khilafa, en Algérie, et Ansar Bayt al-Maqdiss en Egypte. 

Le dirigeant de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi a récemment vanté dans un enregistrement audio l'expansion du "califat" annonçant avoir accepté les serments d'allégeance émis par des jihadistes de Libye, d'Egypte, du Yémen, d'Arabie saoudite et d'Algérie. 

L'EI est bien à Derna. Ceci est bien documenté. Il n'y a plus de doute", a souligné l'homme politique Othman Ben Sassi.

Ce groupe "profite de l'absence de toute autorité de l'Etat et des frontières poreuses" dans ce pays en proie au chaos, où deux parlements et deux gouvernements se disputent le pouvoir sur fonds de violences meurtrières, regrette cet ancien membre du Conseil national de transition (CNT), l'ex-bras politique de la rébellion contre Kadhafi. 

Depuis quelques semaines, des communiqués et photos circulent sur les forums jihadistes, faisant état du ralliement des "jihadistes de la Libye" à l'EI.

Cependant, ces documents ne sont signés par aucun groupe et portent la vague signature de "Etat Islamique, Wilayat Barqa" (province de la Cyrénaïque, région est).

 

Source

 

vu su : http://www.wikistrike.com/2014/11/l-etat-islamique-debarque-en-libye.html