Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2014

PIRATERIE MARITIME !

 

« La Piraterie maritime. Droit, pratiques et enjeux » est sorti chez Vuibert

Après avoir sévi dans l’océan Indien, les pirates font désormais des ravages dans les mers et détroits d’Asie et dans le golfe de Guinée. Décider de combattre le phénomène, c’est accepter de mettre en œuvre un arsenal juridique, technologique et humain cohérent. Lutter efficacement contre le phénomène, c’est accepter de déployer, dans la durée, des moyens financiers et matériels au profit des États côtiers et des navigateurs. C’est aussi reconnaître les limites des actions multilatérales de prévention, qu’elles soient politiques ou tactiques.


Les actions multilatérales n’ayant que modérément réussi à enrayer le développement du phénomène, le recours à des solutions privées s’est développé : fortification des navires, installation d’équipements de dissuasion non létale et, surtout, embarquement d’équipes armées fournies par des sociétés spécialisées.

 

Cette dernière mesure, efficace comme en témoignent les chiffres et désormais acceptée par de nombreux États, est-elle juridiquement viable et en harmonie avec le droit de la mer ? Doit-elle s’effectuer en dehors du cadre d’intervention de l’État ou bien, à l’inverse, s’inscrire dans une délégation multilatérale de services de protection armée, la sécurité des mers restant une fonction en partage et du ressort exclusif des États?

 

Des États qui, comme d’autres acteurs (compagnies d’assurances, sociétés de sécurité), semblent trouver un intérêt individuel à lutter contre la piraterie.

 La Piraterie maritime

La Piraterie maritime


La Piraterie maritime. Droit, pratiques et enjeux, Philippe Chapleau et Jean-Paul Pancracio, éditions Vuobert/INHESJ, 224 pages, 28 € .

Tags:

PERSONNE NE PARVIENDRA À INTIMIDER LA RUSSIE ! ( V.POUTINE )

"Personne ne parviendra à intimider" la Russie prévient Poutine

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 20/12/2014 à  21:11

Vladimir Poutine a prévenu que la Russie ne se laisserait pas intimider par les sanctions des Etats-Unis et du Canada.

Pour l'homme fort du Kremlin, les deux pays attisent le conflit avec les séparatistes ukrainiens. 

 
"Personne ne parviendra à intimider" la Russie prévient Poutine

Vladimir Poutine estime que "la Russie paye cher sa position indépendante et son soutien à ses compatriotes, à la Crimée, à Sébastopol"

REUTERS/Maxim Zmeyev

"Personne ne parviendra à nous intimider, à contenir ou à isoler la Russie", a lancé Vladimir Poutine ce samedi. Des propos qui visent les Etats-Unis et le Canada, coupables selon l'homme fort du Kremlin, d'entretenir le conflit dans l'est séparatiste de l'Ukraine avec leurs nouvelles sanctions

Ces déclarations interviennent alors que Moscou est affaiblie par une crise monétaire et que les pourparlers entre Kiev et les séparatistes prorusses, après 8 mois de guerre qui ont fait plus de 4.700 morts, peinent à reprendre.  

 
 
 

"La Russie paye cher sa position indépendante et son soutien à ses compatriotes, à la Crimée, à Sébastopol", a souligné Vladimir Poutine à l'occasion de la Journée des travailleurs des organes de sécurité. 

Les Etats-Unis coupent les liens commerciaux

Le président américain Barack Obama a interdit par décret tous les échanges commerciaux avec la Crimée pour protester contre l'annexion de cette péninsule ukrainienne par Moscou en printemps dernier. Des mesures similaires à celles prises par l'Union européenne. 

Le Trésor américain a ajouté à sa liste noire 24 responsables ukrainiens ou russes et leurs milices, sanctionnés pour leur rôle à la tête notamment de la république séparatiste de Donetsk. 

Moscou menace Wasgington et Ottawa

Le Canada, de son côté, a imposé des restrictions à l'exportation vers la Russie de technologies liées à l'exploration et l'extraction du pétrole en Arctique et en eau profonde, ainsi que du pétrole de schiste.  

"Les sanctions visent à perturber le processus politique", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangère dans un communiqué après l'annonce, vendredi 19 décembre, des nouvelles sanctions. "Nous conseillons à Washington et Ottawa de réfléchir aux conséquences de telles actions", a ajouté le ministère. 

 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/personne-ne-parviendra-a-intimider-la-russie-previent-poutine_1634653.html?xtor=EPR-181-[20141221081505_51_nl_lexpress_quotidienne_10124_000W1Z]-20141221-[______________________Personne_ne_parviendra_a_intimider_la_Russie_previent_Poutine___________________002NRZ7]-[RB2D106H0014ZRZ8]-20141221071900#fxvlcAwzHqHtvYTE.99

20/12/2014

CENTRAFRIQUE :TRIBUNE LIBRE À BERNARD LUGAN !!!

vendredi 19 décembre 2014

Pourquoi François Hollande a t-il décidé d'abandonner la Centrafrique à la Séléka ?

 

 

 

Les affrontements qui opposent actuellement anti-balaka et Séléka montrent que la Centrafrique est plus que jamais en perdition. Or, c'est le moment choisi par Paris pour annoncer que d'ici le printemps 2015, l'essentiel du dispositif Sangaris sera retiré. Une décision ahurissante et insolite tout à la fois. En effet :

1) Des élections présidentielles étant "prévues" en 2015, le retrait français va laisser le champ libre à la Séléka qui occupe déjà le centre, le nord et l'est du pays, ainsi que les zones minières. Dans les territoires qu'elle contrôle, les chrétiens sont persécutés ou islamisés et les élections seront "arrangées".


2) Comme les 8000 hommes du volapük militaire baptisé Minusca (Mission des Nations Unies pour la Centrafrique) seront incapables de se faire respecter, le pays va donc être de fait abandonné à la Séléka. L'Opération Sangaris n'aura donc finalement servi à rien.
 
Dans le dossier de la RCA, François Hollande a constamment tergiversé et accumulé les erreurs :

1) La première date de la fin de l'année 2012 (voir mes communiqués de l’époque) quand, avec peu de moyens, il était possible de « traiter » rapidement et efficacement les coupeurs de route de la Séléka[1]. Mais François Hollande hésita.


2) Au mois de mars 2013, alors que tous les connaisseurs du pays le pressaient d'agir, il laissa la Séléka prendre Bangui. La Centrafrique sombra alors dans le chaos cependant que les chrétiens -95% de la population de souche-, étaient persécutés.


3) Début 2014, face au désastre humanitaire dont ses hésitations étaient la cause, François Hollande décida finalement d’intervenir mais en précisant que l'entrée en scène des forces françaises n'avait pas de but militaire... Nos troupes ne reçurent donc pas d'ordres clairs puisque ni l’ « ami », ni l’ « ennemi » ne furent désignés, Paris demandant simplement à nos soldats de jouer les « bons samaritains ».


4) Le déploiement de notre contingent se fit d'une manière insolite. Alors que l'objectif militaire prioritaire aurait dû être le verrou de Birao dans l'extrême nord du pays[2], il fut au contraire décidé d'enliser les forces françaises à Bangui dans une mission d'interposition relevant de la gendarmerie mobile. L'intérieur de la Centrafrique fut donc laissé à la Séléka qui eut tout le loisir d'y poursuivre ses massacres. L'actuelle situation catastrophique est clairement la conséquence de ce choix incompréhensible par tous ceux qui connaissent la Centrafrique car la prise de Birao aurait forcé la Séléka à se replier au Soudan et donc à abandonner le pays.


5) Dès le début de l’Opération Sangaris, au lieu de leur demander de détruire les bandes de la Séléka, Paris demanda à nos soldats de simplement séparer agresseurs et agressés, bourreaux et victimes. Alors qu’il fallait leur donner les moyens de sidérer l’adversaire et de saturer l’objectif, les chiches moyens alloués à nos troupes ne leur permirent que de lancer des patrouilles, non de quadriller et de tenir le terrain. L’impression d’impuissance fut accentuée par le fait qu’à Bangui, au lieu d’être désarmée, la Séléka voulut bien accepter d’être cantonnée...en conservant ses armes et en gardant ses gains territoriaux à travers le pays.


6) Alors que la solution était d'abord militaire, le Quai d’Orsay ne cessa d'affirmer que la résolution de la crise se ferait par la reconstruction de l’Etat à travers un mirage électoral prévu pour 2015. L’aveuglement des diplomates semble sans limite car le fossé de sang creusé entre nordistes et sudistes interdit toute reconstitution d’un « Etat » centrafricain lequel n'a d'ailleurs jamais existé ; sauf peut-être à l'époque de Bokassa. Quel administrateur sudiste osera en effet s’aventurer dans le Nord pour s’y faire massacrer et quel fonctionnaire nordiste décidera de venir se faire lyncher à Bangui ?
 
Aujourd’hui, après avoir désolé une grande partie de la RCA, les bandes de la Séléka tiennent plus de la moitié du pays. Les malheureuses populations occupées sont ainsi revenues aux temps des raids à esclaves lancés depuis le Soudan et dont leurs grands-parents avaient été délivrés par la colonisation. Elles avaient naïvement cru que les troupes françaises étaient venues pour les libérer. Leur illusion fut de courte durée car l'Elysée n'avait décidé qu'une gesticulation humanitaire sous habillage militaire.
 
Pourquoi un tel gâchis ? Pourquoi François Hollande abandonne-t-il au pire moment la Centrafrique à des bandes islamo-mafieuses qui vont être tentées d'en faire une base idéalement située au cœur du continent ? Pourquoi avoir décidé de lancer l'Opération Sangaris si c'était pour lui donner une fin aussi "discutable" ?
Ces questions sont sans réponse.

Bernard Lugan
[1] « La Séléka, une nébuleuse criminelle (…) une internationale criminelle organisée et prospère ». Rapport de la fédération internationale des droits de l’homme du mois de septembre 2013 intitulé « RCA : un pays aux mains des criminels de guerre de la Séléka ».
[2] Cette position clé avait été évacuée le 30 mars 2010 sur ordre du président Sarkozy.

LE CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA FONCTION MILITAIRE .......

 

Les préoccupations du Conseil supérieur de la fonction militaire… et les réponses du ministre

 
 
 
Share
 

La 92e session du Conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM), qui permet aux militaires d’exprimer au ministre leurs préoccupations et les questions relatives à leur statut, a pris fin le 12 décembre dernier.

 

Condition du personnel, infrastructures, avenir du fonds de prévoyance militaire, civilianisation du ministère de la Défense, soldes, restructurations, syndicats dans les armées… Le menu était donc copieux… Comme il l’est à chaque session… Et les plats sont souvent les mêmes.

D’ailleurs, le Conseil n’a pas manqué de le souligner puisqu’il a « fait part de sa lassitude face aux difficultés persistantes qu’il constate sur les sujets de préoccupations déjà abordés lors des précédentes sessions ».

Pour commencer, le CSFM a exprimé son inquiétude au sujet de l’avenir des Fonds de prévoyance militaire et de l’aéronautique, alimentés par des cotisations obligatoires prélevées sur la rémunération des personnels concernés.

Selon lui, il y aurait un risque de « spoliation » par Bercy de ces fonds (852 M€ dont 795 M€ de réserves financières), lesquels sont actuellement géré par l’Établissement public des fonds de prévoyance militaire et de l’aéronautique (EPFP).

Au sujet de préoccupation : la « civilianisation croissante » et « ses incidences sur les parcours professionnels des militaires et sur la place de ces derniers au sein du ministère ». Si une inquiétude a été exprimée sur ce sujet, c’est qu’il y a forcément un problème.

Pour rappel, la dernière Loi de programmation militaire 2014-2019 a pour objectif de rééquilibrer le ratio militaires/civils, notamment dans les activités de soutiens, celles-là même où les suppressions de postes sont les plus nombreuses, étant donné que l’opérationnel doit être préservé au maximum…

Une autre explication de cette inquiétude a sans doute été donné en octobre 2013 par le général Ract-Madoux, l’ancien chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT). « J’observe que le titre 2 du BOP ‘Terre’ a diminué de 10 % entre 2010 et 2012. S’agissant du ‘dépyramidage’, je constate que, au sein du ministère, entre 2008 et 2013, le nombre d’officiers a diminué de l’ordre de 5%, tandis que celui du personnel civil de catégorie A a augmenté d’environ 25% », avait-il affirmé.

S’agissant des soldes, le CSFM a fait part de son impatience sur la revalorisation de la grille indiciaire, notamment sur la finalisation du NES B (nouvel espace statutaire) et la mise en application du NES C. Et, bien évidemment, le système de paiement des salaires Louvois a une nouvelle fois été pointé du doigt à cause de ses dysfonctionnements récurrents.

Par ailleurs, le Conseil a critiqué la méthode utilisée pour annoncer les restructurations à venir. Faites au dernier moment, elles ne sont pas sans poser de problèmes aux militaires ainsi qu’à leurs familles quand il s’agit de déménager.

Le chef d’état-major des armées (CEMA), le général de Villiers, a également demandé que les annonces de dissolution d’unités se fassent plus tôt afin d’avoir une meilleure visibilité.

Enfin, le CSFM a souligné l’incertitude créée par les deux arrêts rendus par la Cour européenne des droits de l’homme susceptibles d’aboutir à des syndicats au sein des armées.

Face à l’expression de ces inquiétudes, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a beaucoup relativisé. Les conditions de vie? Un plan d’urgence pour les bases de défense a été lancé en 2013 (30 millions d’euros), de même qu’un « plan d’urgence infrastructures de vie » (il fait partie de la loi de finances pour 2015).

S’agissant Fonds de prévoyance militaire et de l’aéronautique, M. Le Drian s’est voulu rassurant en annonçant avoir obtenu la garantie du Premier ministre, Manuel Valls, un « arbitrage favorable sur le texte du décret renforçant la présence du CSFM au sein de l’EPFP », ce qui, selon lui, « écarte de facto la captation des fonds par Bercy ».

Sur la question de la civilianisation, le ministre s’est dit « supris » par la préoccupation « infondée » exprimée par le CSFM, qu’il considère comme une « incompréhension ». En 2006, le ratio militaires/civils était de 75/25. Actuellement, il est de 78/22… En 2008, indique le communiqué de la 92e session, les militaires occupaient 2% des postes fonctionnels, contre 32% aujourd’hui. « La politique RH [ndlr, ressources humaines] comme annoncée dans le Livre blanc, vise à rééquilibrer cette situation dans l’intérêt du service, de l’optimisation des compétences et de la préservation du statut militaire », a-t-il été expliqué. Pas sûr que cela soit convaincant…

Quant aux annonces des restructurations à venir, le ministre a réaffirmé le « besoin d’une approche pragmatique du sujet » qui nécessite « en amont une analyse fonctionnelle, laquelle ménera à des choix éclairés » en la matière qui « feront l’objet d’une communication à destination de la communauté militaire ».

Enfin, concernant les deux arrêts de la CEDH, M. Le Drian a répété son refus de toute syndicalisation des armées et mis en avant le fait qu’il existe un consensus pour « préserver le principe de concertation existant, le rendre plus robuste et créer et encadrer un droit d’association ».

 

Les Conseils de la fonction militaire (CFM) et le CSFM devraient être saisis de cette question lors d’une session extraordinaire avant le printemps 2015.

 

source: Zone militaire

NOUVELLES SANCTIONS DE L' UE À LA CRIMÉE RUSSE !

Vendredi 19 décembre 2014
Памятник_затопленным_кораблям,_Севастополь

La ville de Sébastopol rattachée à la Fédération de Russie suite à un référendum le 1er mars 2014. Crédits: Podaneva O.E.

L’Union européenne a adopté jeudi 18 décembre de nouvelles sanctions à l’encontre de la république de Crimée et de la ville de Sébastopol, pour marquer son opposition à l’« annexion illégale » de la péninsule par la Fédération de Russie, en mars dernier.

« Les sanctions, adoptées le 15 décembre par les ministres des affaires étrangères de l’UE, ont été approuvées aujourd’hui dans un document écrit », peut-on lire dans le communiqué de presse du Conseil de l’UE du jeudi 18 décembre.

« À compter du 20 décembre, les investissements en Crimée ou à Sébastopol sont interdits. Les Européens et les entreprises établies dans l’UE ne peuvent plus acheter de biens immobiliers ou des entités en Crimée, financer des entreprises de la péninsule ou leur fournir des services connexes », poursuit le communiqué.

Les 28 ministres européens des affaires étrangères interdisent également aux opérateurs de l’UE, à compter du 20 mars 2015, de fournir des services liés au tourisme en Crimée et à Sébastopol. « Les navires de croisière européens ne peuvent plus faire escale dans aucun port de la péninsule de Crimée, sauf en cas d’urgence » précise le document. 
L’interdiction vaut pour tous les navires qui sont la propriété ou sous le contrôle d’un armateur européen ou battant pavillon d’un État membre.

Par ailleurs, l’UE proscrit les exportations de certains biens et technologies dans les secteurs des transports, des télécommunications, de l’énergie, ainsi que de la prospection, de l’exploration et de la production pétrolières, gazières et minières.

Le ministère russe des affaires étrangères a qualifié ces nouvelles sanctions de l’UE contre la Crimée de « tentative de punir les habitants de la péninsule qui ont choisi librement, lors d’un référendum, de rejoindre la Russie », pouvait-on lire jeudi 18 décembre sur le site officiel du département.

Les États-Unis, de leur côté, ont félicité les responsables européens pour cet élargissement de l’interdiction des investissements en Crimée, ajoutant qu’eux-mêmes, toutefois, n’introduiraient pas de mesures répressives « en même temps que les Européens », a déclaré la porte-parole du département d’État américain Jen Psaki.

Par ailleurs, le président américain a finalement signé, jeudi 18 décembre, un projet de loi lui donnant le droit d’imposer de nouvelles sanctions à la Russie et l’autorisant à livrer des armes létales à l’Ukraine.

« À l’heure actuelle, l’Administration n’a pas l’intention d’imposer de sanctions dans le cadre de cette loi, mais le document lui confère tout de même l’autorité nécessaire pour en imposer si les circonstances l’exigent » a déclaré Barack Obama le jeudi 18 décembre. Le président américain a également assuré être prêt à lever les sanctions si la Russie prenait les mesures exigées par les Occidentaux.

Les sanctions européennes, qui entreront en vigueur le samedi 20 décembre, viennent s’ajouter auxmesures répressives adoptées par l’UE en juin et juillet derniers. Les dirigeants de l’Union européenne avaient déjà proscrit l’importation de certains produits en provenance de Crimée et restreint les investissements et projets d’infrastructures dans la péninsule.

 

vu sur : http://www.lecourrierderussie.com/2014/12/nouvelles-sanctions-europeennes-crimee/?utm_source=Le%20Courrier%20de%20Russie%20-%20Newsletter&utm_campaign=713b5b58b2-Newsletter12_19_2014&utm_medium=email&utm_term=0_76a16a0a15-713b5b58b2-167605677

19/12/2014

LA PROPAGANDE CATACLYSMIQUE POLITIQUE ! TRIBUNE LIBRE !

Vendredi 19 décembre 2014
Toutes les mesures scientifiques s'opposent à la propagande cataclysmique politique

Cette fois, c'est parti. Le rouleau compresseur de la désinformation climatique s'est mis en branle et, dans les jours, les semaines et les mois qui vont suivre, va nous laminer sous le poids de ses annonces climato-cataclysmiques.

Un vrai festival de terreur-fiction surréaliste nous attend. 


Selon ces experts en divinations assistées par ordinateurs, des vagues de 20 à 40 mètres viendront balloter les bateaux, le niveau des océans montera de 6 mètres à cause de la fonte du Groenland, les turbulences aériennes vont au moins doubler, la température moyenne de la Terre va augmenter d'environ 2 degrés d'ici 2050 (certains disent même 5,6 degrés), les événements extrêmes vont augmenter et s'accentuer : il y aura davantage de pluies plus fortes, de périodes de grands froids, de vagues de chaleur et de sècheresse intenses.  

La phase 2 a commencé par une déclaration de Ban Ki-Moon, secrétaire général de l'ONU (tiens, tiens), qui a convié les dirigeants politiques, d'entreprises, financiers et de la société civile, à participer à New York, au siège des Nations Unies, à un sommet sur le réchauffement climatique.

Le but était simple : préparer le terrain pour réussir à obtenir un nouvel accord contraignant de type Kyoto lors des négociations qui se tiendront à Paris en 2015.
Il s'agit de politique, de pouvoir, de gouvernance mondiale et d'argent. De beaucoup d'argent.
La science du climat n'a rien à voir là-dedans, si ce n'est qu'elle est déformée, dénaturée et corrompue afin d'être utilisée comme instrument politique de pression et de persuasion.
Et Ban Ki-Moon, autoproclamé explorateur et climatologue d'ajouter, la larme à l'œil qu'il a « constaté de visu les effets du réchauffement climatique dû à l'Homme aux quatre coins de la Terre, de l'Arctique à l'Antarctique, des îlots menacés par la montée des eaux jusqu'à la fonte des glaciers du Groenland, en passant par l'avancée du désert en Mongolie et au Sahel ». 

Comme d'habitude, pour stopper cette horreur, il faut réduire les gaz à effet de serre, renforcer les mesures préventives déjà en place et qui n'ont servi à rien, en créer de nouvelles (surtout des taxes) et enfin, se mobiliser pour lutter contre les sceptiques et les groupes de pression. 



Sur Terre, la température moyenne n'a pas augmenté depuis près de 18 ans (19 années, selon une récente étude) et elle serait même en légère baisse.
 Les courbes mesurées s'écartent complétement des modèles informatiques censés nous effrayer au plus haut point. Elles contredisent également toutes les prédictions sur la progression future des températures du globe, qui relèvent désormais davantage de l'astrologie informatique que de la science. 
 
© Inconnu

Pire. Durant cette « pause », comme disent les « réchauffistes » persuadés que les températures vont rapidement repartir à la hausse, des quantités considérables de CO2 ont été émises dans l'atmosphère.

La concentration de ce gaz à effet de serre - le Vilain de l'histoire dont il faut diminuer la production et qu'il faut taxer un maximum - n'a cessé de croître et ce, sans effet aucun sur les températures, démontrant, s'il le fallait encore, qu'il n'est pas responsable d'un hypothétique réchauffement climatique anthropique. 

Le niveau des océans, quant à lui, n'a pas bougé de manière statistiquement significative depuis les 50 dernières années, comme le montrent les travaux de l'éminent physicien et géologue Suédois Nils-Axel Mörner.

Les glaciers terrestres ont des cycles de vie variables, grandissant puis diminuant au fil des fluctuations climatiques.

C'est aussi vrai pour les glaciers du Groenland qui subissent, en ce moment, une phase de fonte.

Ce retrait des glaciers a ainsi permis la découverte de restes archéologiques datant des vikings, démontrant que la température était plus élevée à cette époque qu'aujourd'hui.

Selon des études récentes, les glaciers alpins n'existaient quasiment pas à l'époque d'Hannibal et le recul du Mendelhall Glacier, en Alaska, a laissé derrière lui les restes d'anciennes forêts, vieilles de 1200 à 2350 ans, qui avaient poussé à des périodes bien plus chaudes qu'aujourd'hui.

Décidément, l'étude des glaciers ne concorde pas avec la doxa climato-réchauffiste. 

La banquise arctique, qui selon certains aurait dû disparaître totalement en 2008, 2013 ou 2014 est toujours là.

Elle se porte de mieux en mieux, pour la seconde année consécutive, et sa fonte est bien moins importante que prévue.

Rappelons que la fonte actuelle a débuté en 1850-1860, à la sortie du Petit Âge Glaciaire.

Au contraire des observations de l'explorateur Ban Ki-Moon, la quantité de glace en Antarctique ne cesse d'augmenter depuis plus de 30 ans, les études satellitaires montrent que le désert du Sahel recule et que la quantité de verdure sur notre planète augmente depuis plus de 20 ans.

Eh oui, tout l'inverse du discours officiel. 

Toutes les mesures scientifiques effectuées à ce jour s'opposent totalement à la logorrhée catastrophiste des marchands d'apocalypse de tous poils.

Hélas, elles n'empêcheront pas la fausse propagande cataclysmique de se répandre insidieusement, grâce à la puissante machine médiatique onusienne aidée par les nombreuses ONG qui en dépendent financièrement.

Espérons qu'un jour, cette escroquerie à l'échelle mondiale sera enfin dévoilée et que la vraie science du climat - celle qui n'est pas dévoyée par et pour le politique - pourra s'exercer en toute sérénité, loin des pressions médiatiques, financières et politiques qui lui font tant de tort.

 

Source

 

vu sur : http://www.wikistrike.com/2014/12/toutes-les-mesures-scientifiques-s-opposent-a-la-propagande-cataclysmique-politique.html

TVLIBERTÉ , LA TÉLÉ QUI VOUS RESSEMBLE .....



Vous payez chaque année une lourde redevance pour le service public de télévision, et pourtant, jamais vous ne verrez ce que nous vous proposons ci-dessous :

Découvrez-vite les programmes que vous n'avez pas pu voir, et prenez le temps de nous soutenir en bas de cet e-mail.



Entretien exclusif avec le général Reshetnikov, directeur de l'Institut russe d'études stratégiques

Le général Leonid Reshetnikov, directeur de l'Institut russe d'études stratégiques, a choisi TV Libertés pour transmettre un message important aux puissances occidentales à un moment de tension maximale qui oppose les Etats-Unis et l'Union Européenne à la Russie.

L’Institut russe d'études stratégiques, organisme d'Etat peu connu en Europe, joue un rôle crucial dans la défense des intérêts russes dans le monde. Il fournit à la présidence et aux différentes instances du pouvoir russe des informations, des analyses et des orientations dont ils ont besoin pour la conduite de la politique étrangère de la Russie.

Dans l’entretien approfondi qu’il accorde en exclusivité à TV Libertés, le général Leonid Reshetnikov dévoile les lignes directrices de la stratégie russe pour les années à venir. Un document exceptionnel que les chancelleries vont décortiquer à la virgule près.

https://www.youtube.com/watch?v=ROv4EO3RyNc

 


Vous aussi, vous êtes dissident : alors financez TV Libertes, la télévision qui vous ressemble vraiment 

 




 tvliberté.com

OCCIDENTAUX, VOUS AVEZ PARLÉ DE TORTURES ! ALORS ???

Découvrez la machine à couper les mains!

 
Découvrez la machine à couper les mains!

Les clichés d’une machine à amputer a fait le tour des réseaux sociaux en seulement quelques jours. Au premier coup d’œil, elle ressemble à un vieux projecteur de cinéma, un peu vintage.

Mais en y regardant de plus près, cette étrange machine, dévoilée par une agence de presse iranienne, n’a rien d’un appareil à projeter des films.

La courroie principale ne sert pas de support à une bobine de film, mais entraine une sangle qui elle-même active une lame, extrêmement tranchante.

Cette machine est un appareil à couper les mains. Il est utilisé pour les amputations publiques, comme ici sur les photos, dans la ville de Chiraz dans le sud-ouest du pays, révèle le site The Observers, de France 24.

L’homme, sur les clichés diffusés par l’agence, se fait couper les doigts après avoir reconnu être l’auteur d’un vol, précise le site d’informations, qui rapporte les propos de l’agence ISNA. Outre l’amputation des doigts, il a également été condamné à trois ans de prison et 99 coups de fouets, poursuit cette dernière.

L’homme, accusé du vol, « pourrait surement avoir été drogué » ou avoir subi une anesthésie, rapporte, de son côté, le Telegraph, qui note l’absence d’expression de douleur sur le visage du voleur, alors qu’il vient de se faire sectionner les doigts.

Ces clichés, à la limite du supportable, ont fait le tour du web en quelques jours et interpellé de très nombreux internautes et utilisateurs de Twitter.

Certains sites ont même tenté d’expliquer le fonctionnement de cet appareil de torture en schématisant son fonctionnement.

29.01-schema-machien-coupe_scalewidth_300

Mais ces clichés sont-ils authentiques ? « L’agence ISNA – International studient news agency – est une agence sérieuse et officielle », souligne Reza Mohseni, de Reporter sans frontières, interrogé par Europe1.fr. Pour lui, il y a peu de doute sur l’authenticité des clichés. « Et de toute façon, les machines à amputer ne sont pas nouvelles en Iran », ajoute-t-il.

Selon Reza Mohseni, le régime de Teheran aurait même passé commande, il y a plusieurs années à la Chine pour une fabrication en nombre de ce genre d’appareils. « Vous savez en Iran, c’est la loi du Talion. Je me souviens de l’histoire de cette jeune femme à qui on avait jeté de l’acide au visage, lui faisant perdre la vue.

L’auteur de cet acte avait été arrêté et avait subi le même sort, un jet d’acide dans les yeux », raconte Reza Mohseni.

« Mais il faut toujours être prudent avec ce genre de clichés », prévient, pour sa part Jacqueline Berenthio, chargé de l’Iran au sein d’Amnesty International France. « A l’approche des élections [une élection présidentielle doit se tenir en juin 2013, NDLR], le régime comme l’opposition cherchent à communiquer au maximum », note-t-elle, sans pour autant en contester l’authenticité.

 

« Une chose est sûre, en tout cas, les châtiments corporels et la torture sont toujours pratiqués », par le régime de Téhéran.

Source   http://www.delitdimages.org/decouvrez-la-machine-couper-les-mains/

LE FRONT NATIONAL EST DEVENU UN PARTI CONFORMISTE.......

 

LE RASSEMBLEMENT, BLEU MARINE OU ROSE MARINE ?  - Comment un parti d'opposition radicale devient un parti conformiste

LE RASSEMBLEMENT, BLEU MARINE OU ROSE MARINE ?


Comment un parti d'opposition radicale devient un parti conformiste



Michel Lhomme
le 17/12/2014
modifié le 18/12/2014 à 15:46h
 
Selon un sondage OpinionWay réalisé pour le site MetroNews , Marine le Pen est la personnalité qui a le plus marqué l’année politique en 2014, pour 42% des Français.
 
Elle est suivie en deuxième position, avec 39% des votes, de Manuel Valls, le ''facho'' de gauche, nommé Premier ministre en mars, suivie par Nicolas Sarkozy, le ''vétéran facho'' avec 36% des voix. 

La France aime bien les conservateurs et les mentons d'acier mais à condition qu'ils ne parlent et n'agissent surtout pas.
 
Selon ce sondage, Marine le Pen occupe la première place des meilleurs opposants à François Hollande. Franchement, elle n'a pas beaucoup de mal, vue la pauvreté des argumentaires de la droite classique et l'ineptie grandissante des théories de gauche en déni permanent de réalité.
 
 
Pour 30% des Français, c'est donc Marine le Pen qui incarne au mieux la contradiction face au président de la République.
Loin derrière avec seulement 18% des voix, la deuxième place est attribuée à Nicolas Sarkozy dont les Français connaissent maintenant la valeur de la parole donnée, suivi d’Alain Juppé, avec 15% des votes dont la carrière politique ambitieuse fut toujours faite de compromis vides et de décisions sans lendemain. 

La présidente du Front National est plus que confiante : « Le FN est le seul parti à avoir engrangé des résultats spectaculaires. Pourquoi ça s’arrêterait ? ». Bruno Jeanbart, directeur des études d’OpinionWay, explique : « On pouvait s’y attendre, compte tenu du sentiment de dynamique qui entoure le FN.
On parle déjà de Marine Le Pen comme d’une personne capable de se qualifier pour le second tour en 2017 ».
 
Pourtant, tant que Jean-Marie Le Pen sera là, on craint que la caste politique ne le permette sauf à parier en dernière heure d'un ralliement en masse des francs-maçons.
Mais pour le reste et en particulier pour la mafia rose, le FN semble être devenu fréquentable et même le cheval sur qui parier.

Le Front National est devenu conforme 

En théorie, il peut donc gouverner. Son principal mentor est gay mais de plus, il est quasiment « marié » avec quelqu'un du quatrième pouvoir, un « journaliste de télévision » selon le magazine Closer qui a « outé » l’homme fort du Front National dans sa vie privée.
 
Sur des photos, prises à Vienne, la capitale autrichienne le 5 décembre, les Français ont pu voir Florian dans une série de poses volées où le leader du FN se promène avec son petit ami, s’amuse dans une fête foraine et se retrouve également sur le marché de Noël.
 
Nous n'avons rien contre les marchés de Noël mais il faut avoir l'honnêteté de souligner que Florian Philippot, candidat malheureux aux municipales à Forbach, ne les fréquente pas dans la Moselle. Il a raté les deux derniers conseils municipaux de la ville et a démissionné de son siège à la communauté d’agglomération.
On comprend que le chef du groupe Front national au conseil municipal ait d’autres priorités en France mais c'est tout de même dans la ville sinistrée de Forbach que le numéro deux du Front national a arpenté les rues sous le regard des caméras pendant toute la campagne des municipales. 

Finalement, le bras droit de Marine Le Pen n’a pas été élu maire de Forbach mais depuis, on le voit rarement dans la sous-préfecture de Moselle-Est et l’un de ses adversaires pendant la campagne, le dissident de droite Eric Diligent, confirme son absence: « Je l’ai très peu vu, une ou deux fois en six mois. On a la preuve que M. Florian Philippot avait besoin d’un point de chute mais Forbach n’est certainement pas la ville où il veut porter des projets. »
 
Les électeurs forbachois ont noté eux aussi son absence  à Forbach. « Il était là uniquement pour les élections, maintenant il s’en fiche. Les problèmes n’ont pas changé mais il n’est plus là », regrette une électrice.
Pour ce commercial qui vote lui aussi à Forbach, « Florian Philippot  a crié haut et fort qu’il allait être présent, on voit qu’il est opportuniste ».
 
En somme le Front National, un vrai ''Front familial'' comme l'a si bien fait remarquer récemment Nicolas Dupont-Aignant est un parti comme un autre. Il ne sauvera pas la France. Il ne tiendra lui-aussi aucune de ses promesses.

Pourtant, que Florian Philippot soit homosexuel n'est pas ici en soi un problème, ce qu'il l'est beaucoup plus, c'est qu'il soit gay et que par sa présence et son idéologie, il ait justifié et expliqué contre l'avis majoritaire des militants une politique laxiste par rapport au mariage pour tous.
 
De par cette position, le Front National n'a plus rien non plus à envier aux autres groupements :
parachutages abusifs, mises au pas des militants, favoritisme pour orientation sexuelle sont devenus ses pratiques courantes comme le cas cette semaine d'Aymeric Merlaud «mari» de Chenu qui est le candidat désigné officiellement par le parti pour «favoriser sa carrière» (dixit) en Maine et Loire, à Cholet contre le militant local qui lui a sans doute collé des affiches depuis des années, a risqué sa vie professionnelle pour son engagement mais a l'infâme tort de ne pas en être !
 
Avec de telles pratiques internes, le FN est effectivement devenu un parti d'appareil centralisé allant de fait jusqu'à promouvoir les conflits d'intérêts car le couple Merlaud/ Chenu promu sur des postes éligibles, c'est tout de même quand on sait ce que gagne un élu régional, garantir deux salaires à un couple atypique !

Closer a bien expliqué dans son article de la semaine dernière que c’est Florian Philippot qui a convaincu Marine Le Pen de ne pas aller défiler contre le mariage pour tous.
 
Comme si le fait d'être homosexuel impliquait de se mettre la bague au doigt. La question « Philippot » est bien là.
D’après Le Point, l’homme présenté comme son «petit ami» est un journaliste mais surtout il milite en faveur des droits des personnes homosexuelles ce qui veut dire qu'il appartient au lobby gay

Dans les pages du magazine people, les deux hommes  apparaissent «côte à côte, se prenant en photo l’un l’autre comme deux amoureux». C'est le conformisme type du totalitarisme de l'édredon, faire ses courses avec son petit panier accompagné de maman ou des deux mômes dans le caddie.
 
Florian Philippot n'aime pas l'homosexualité flamboyante. Il ne lit pas Pompes Funèbres.
 
De fait, si à 33 ans, il a toujours refusé de parler ouvertement de son orientation sexuelle, il faudrait se demander pourquoi.
C'est comme le parachutage à Forbach, cela sent trop l'arrivisme politique pour être - pardon pour ceux qui prient encore ! - très catholique.
De fait, on doute maintenant sérieusement qu'on puisse attendre de Philippot de grandes décisions. Il semble avoir le profil bas du beau parleur, du bonimenteur de fêtes foraines qu'il semble particulièrement apprécier.
 
 
Florian Philippot, vice-président du Front National, a dénoncé lundi matin sur France-Inter une « atteinte gravissime à sa vie privée » après le outing de Closer, et assuré qu’il n’était « pas du tout » difficile de se dire homosexuel au sein du FN au point que nous nous interrogeons sérieusement  : y aurait-il à la direction du parti des passe-droits par affinités sexuelles ?
 
Source et publication:   http://metamag.fr/metamag-2528-LE-RASSEMBLEMENT--BLEU-MARINE-OU-ROSE-MARINE----Comment-un-parti-d-opposition-radicale-devient-un-parti-conformiste-.html