20/08/2014

LA TRIBUNE DE JOSÉ CASTANO !

L’HYPOCRITE NEUTRALITÉ DU « NI-NI »

 

La guerre qui oppose actuellement Israël au Hamas a eu pour conséquence de voir émerger dans la plus grande hypocrisie des partis politiques, une sorte « d’union sacrée » hétéroclite et contre-nature préconisant en guise d’engagement le « ni-ni ».

 

            C’est ainsi, qu’hormis l’extrême gauche, les communistes, les verts (dont on sait qu’ils sont rouges à l’intérieur) et une partie du PS qui ont eu l’honnêteté intellectuelle (oui, oui !) de se déclarer favorables au Hamas, les autres, la « majorité silencieuse », allant de l’extrême-droite au reste du PS, a explicité sa déconcertante neutralité par un sophisme sibyllin se résumant en un « ni-ni » peu ragoûtant, doctrine méditerranéenne voulant dire : « ni Israël, ni Hamas » !

 

            Cette logique prônée par des partis aussi disparates et antinomiques n’est rien moins que fallacieuse dans la mesure où le principal argument de ce raisonnement est exclusivement électoral.

 

D’un côté le vote juif minoritaire mais puissant, de l’autre, le vote arabo/africain majoritaire.

 

Voilà de quoi faire réfléchir nos chefs de partis en quête de suffrages qui pourraient s’avérer décisifs lors des prochaines échéances électorales...

 

           En 1967 lors de la « guerre des six jours », puis en 1973, celle de la « guerre du Kippour », hormis l’extrême gauche et les communistes, les partis politiques de droite s’étaient rangés, dans l’ensemble, du côté de l’état hébreu.

 

C’est qu’à cette époque, le vote arabo/africain était négligeable… Aujourd’hui, la donne a changé car, toutes vannes ouvertes, le flux migratoire en provenance de ces pays s’est démultiplié (notamment depuis l’arrivée au Pouvoir du couple Giscard/Chirac et son aberrant « regroupement familial ») et les naturalisations se sont accrues exponentiellement…

 

Ce sont ces nouveaux « Français de papiers », électeurs en puissance, qu’il faut désormais courtiser… et nos chefs de partis en ont pleinement conscience.

 

Ainsi, de crainte de heurter la sensibilité d’un public catégoriel et se priver de ses voix, ils n’osent, par pure hypocrisie, s’exprimer sur le sujet et clarifier leur position. Mais ils ne sont pas les seuls adeptes de ce « ni-ni » burlesque !...

 

Nos grandes entreprises de travaux publics et bâtiments, d’ordinaire si prolixes, frétillent déjà d’impatience à l’idée de contribuer à la reconstruction de Gaza…

 

 

            Dans le Nouveau Testament de la Bible, Jésus dit : « Qui n’est pas avec moi est contre moi, et qui ne rassemble pas avec moi disperse » (Matthieu12:30).

 

Cette phrase a été reprise à travers la planète durant des lustres par de nombreux chefs militaires et responsables politiques … Elle pourrait très bien s’adresser à la classe politique française dans le but de polariser la situation présente et exiger une réponse manichéenne d’interlocuteurs par trop frileux : Alliés d’Israël ou pas ? Alliés du Hamas ou pas ? Ou bien vous êtes pour l’un, ou bien vous êtes pour l’autre ! Précisez votre pensée !

 

            Ce serait, là, une incitation de ces derniers à choisir leur camp dans un conflit qui ne se mérite pas le « luxe » de la neutralité.

Car nous, Français, Occidentaux, nous ne pouvons demeurer neutres face au terrorisme international, au fondamentalisme islamique, à la guerre sainte déclarée au monde libre et à l’islamisation programmée de la France.

 

Que nous le voulions ou pas, nous sommes concernés par ce conflit : La gravité de la situation internationale, le massacre des chrétiens d’Orient, la barbarie sans borne des « fous de Dieu »  et leur velléité hégémonique, nous interdisent la moindre ambivalence… et Pierre Billon de faire remarquer que : « La neutralité c'est une chose qu'on trouve dans les discours, pas dans le cœur des gens ».

 

En temps de guerre, personne n’est obligé de respecter la neutralité.

 

Que l’on se souvienne de ce qui est arrivé à la Belgique lors de la Seconde Guerre Mondiale. La Belgique était supposée être un pays neutre.

Elle ne voulait pas participer aux hostilités qui ravageaient l’Europe. Puis un jour, sans envoyer d’avertissement ni d’ultimatum, l’Allemagne l’envahit.

 

 

Du jour au lendemain, des parachutistes allemands furent largués pendant que leurs troupes blindées traversaient rapidement la frontière.

 

 

La neutralité de la Belgique était ainsi violée.

 

La situation n’est guère différente aujourd’hui et nos « têtes pensantes » feraient bien de se persuader que, si rien ni personne ne stoppe la progression fulgurante de cet islam conquérant, la neutralité qu’ils affichent aujourd’hui ne saurait préserver le pays du désastre annoncé et exempter leur responsabilité. « Les places les plus chaudes en enfer sont réservées à ceux qui lors des grandes crises morales maintiennent leur neutralité ».

 

 

Nos politiques devraient méditer sur cette mise en garde de Dante…

 

            Nous vivons, nous Français, dans la plus profonde apathie –voire, inconscience- une guerre permanente de quartiers… L’actualité quotidienne le démontre.

 

Le moindre prétexte stimule désormais l’ardeur belliqueuse des « jeunes » de nos cités qui, cagoulés, se livrent aux pillages, incendies, destructions et quand, enfin, l’ordre est donné aux forces de police d’intervenir après moult saccages, elles sont accueillies avec jets de pierre, barres de fer, battes de base-ball, cocktails Molotov et, désormais, des armes à feu à balles réelles, ce qui constitue un degré supplémentaire dans la transgression sociale et pénale.

 

 

Ce ne sont désormais plus des manifestations revendicatrices qui ont lieu… mais de véritables scènes de guérilla urbaine, préludes à une inévitable guerre civile que les plus avertis prophétisent déjà et qui se généralisent dans toute la France, sous l’œil désabusé des forces de l’ordre dont l’action est le plus souvent neutralisée par celle de la magistrature.

 

 

C’est cette « minorité agissante » composée de truands, dealers, djihadistes et terroristes formés pour la plupart en Syrie et en Irak, qui constituent la « 5èmecolonne » dont nombre de spécialistes du Renseignement dénoncent ouvertement « l’activité souterraine », criminelle ou délictuelle.

 

Ils sont désormais prêts pour la curée. Qu’Israël, notre ultime rempart au tsunami islamiste vienne à céder et la déferlante des « fous d’Allah » s’abattra sur la France puis sur l’Europe.

 

Alors, nos « bien-pensants ni-ni » seront à leur tour défenestrés et l’Histoire traînera leurs noms dans la fange.

 

Mais ce sera une piètre consolation pour un peuple enchaîné. Jamais la prophétie de Lénine n’a été aussi véridique et sur le point de se réaliser : « L’Occident nous vendra la corde pour le pendre ».

 

José CASTANO

Courriel : joseph.castano0508@orange.fr

 

 

 

o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

 

8ème Salon du « savoir faire Pied-Noir » - Port Barcares – 5, 6, 7 Septembre 2014

 

Parrainé, cette année, par Hélène & Odile BASTIEN-THIRY

 

Mas de l’Ille – Bd des Rois de Majorque (Sortie 12 de la voie rapide) –

66420 - PORT BARCARES - Entrée gratuite – Entrée pour tous

 

Renseignements au 04.94.33.68.38 ou 04.68.86.13.62 ou 06.82.22.75.65 ou 06.09.78.58.92

 

Contact : salondusavoirfaire.usdifra@orange.fr

 

Une magnifique  initiative pour  un  peuple aussi  productif  que  celui des Français d’Algérie et pour  que  sa  mémoire  demeure.

 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

 

Congrès VERITAS

 

Samedi 21 septembre 2014, dès 14h, salle Roger Ferrière, Esplanade du Levant (à proximité de la Mairie) – 06700 SAINT-LAURENT-DU-VAR

 

Entrée libre - Contacts : 06.99.55.28.79 – 06.76.13.12.76 – 06.16.58.40.99 –

Courriel : comiteveritas@free.fr ou Albator5569a@free.fr

 

Le programme vous sera adressé sur simple demande

                          

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

 

Conférences sur : « LES SEIGNEURS DE LA GUERRE »

 

De l’Indochine à l’Algérie, la Légion étrangère au combat

L’Odyssée et la fin tragique du 1er Régiment Etranger de Parachutistes en Algérie.

 

« De l’Indochine à l’Algérie, le conférencier évoque le vécu, l’héroïsme et les sacrifices de ces légionnaires, Fils de France non par le sang reçu mais par le sang versé.

Ces soldats-loups à la démarche souple de félins, accoutumés à la chasse et au guet, infatigables dans le chaos minéral de l’Aurès, acceptaient le défi de la guerre dans  les défilés étroits comme des pièges, sur les pitons enneigés ou brûlés par le soleil, dans l’enfer du désert où le monde mort a chassé celui des vivants.

 

Ces hommes, « soldats pour mourir », constituaient le plus beau régiment du mode ; jalousés, admirés et vénérés parce qu’ils étaient capables de mourir avec panache en criant : « Vive la Légion ! »

 

… Puis il y eut le 22 avril 1961 et le soulèvement des meilleures unités combattantes dont le 1er REP était le « fer de lance »… sa dissolution et celle des plus belles unités parachutistes… l’émouvant adieu de la population de Zéralda à « ses » légionnaires… le « cessez-le-feu » et la fin tragique de l’Algérie française… Le génocide des harkis commençait. »

 

 

Cette conférence sera donnée par José CASTANO au Foyer rural (face au 12, rue Notre Dame) de LASSERRE DE PROUILLE (11270) – D623 - Dimanche 5 octobre à 16 heures. Entrée libre.

 

Contact : JJ Saragosa – Tel. 09 79 22 73 16 ou 06 18 20 44 84 –

 

Courriel : jjsara@wanadoo.fr

 

ENFIN UN" VRAI" JOURNALISTE DÉNONCE....REDIFF.

Zemmour : « les bandes qui dévalisent, violentent ou dépouillent »

 
Zemmour

Partout on hurle au dérapage. Mais comment ose-t-il ! Si seulement il mentait.

"Notre territoire, privé de la protection de ses anciennes frontières par les traités européens, renoue dans les villes mais aussi dans les campagnes avec les grandes razzias, pillages d'autrefois", a-t-il poursuivi. "Les grandes invasions d'après la chute de Rome sont désormais remplacées par des bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d'Africains, qui dévalisent, violentent ou dépouillent".


En matière de délinquance, notre État fait... par rtl-fr

LES NOUVEAUX COMBATTANTS ISLAMIQUES ???

Ecrit le 19 août 2014 à 22:12 par Eric Martin dans Nos brèves
 

L’Etat islamique disposerait de 50 000 combattants rien qu’en Syrie (dont 6 000 recrues en juillet) !

 
 

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, plus de 50 000 combattants tiennent les armes pour l’Etat islamique, rien qu’en Syrie.

En comparaison, l’armée de terre française compte 93 000 militaires.

L’armée irakienne dans son ensemble dénombre 600 000 hommes, l’armée syrienne près de 500 000.

Rien qu’au mois de juillet, 6 000 nouveaux djihadistes ont été recrutés, rapporte mardi l’Observatoire syrien des droits de l’homme qui précise que ce chiffre ne concerne que la Syrie.

Le mois dernier, lors de la prise de la ville de Mossoul en Irak, l’Etat islamique a mis la main sur un butin de près de 650 millions d’euros.

 

L’organisation islamiste est ainsi à la tête d’une fortune lui permettant de payer 60 000 combattants pendant un an. 

 

 

http://www.ndf.fr/nos-breves/19-08-2014/letat-islamique-disposerait-de-50-000-combattants-rien-quen-syrie-dont-6-000-recrues-en-juillet?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29#.U_SFZkjQolw

L' ÉDITO DE CYRANO !

   

EDITO DE CYRANO

Protéger la France de la nuisance d’avocats comme Guez Guez

 
 

Ri7Jugement RaptouNous vivons à Lampedusa une invasion digne du Camp des Saints, de Jean Raspail. L’Union européenne, qui interdit aux Etats-nations de s’en protéger, vient en outre de s’opposer au renvoi de réfugiés atteints de la maladie d’Ebola.

Pendant ce temps, quotidiennement, la France Orange Mécanique nous livre son quotidien de jeunes filles poignardées, violées, de jeunes garçons agressés gratuitement par, la plupart du temps, ceux que les bobos appellent les « Chances pour la France ».

Quant à Valls-Hollande, au plus bas dans les sondages, avec une croissance zéro, ils persistent et signent, et nous expliquent qu’il ne faut surtout pas changer une politique qui perd, et qu’on aura les retombées de leur politique bientôt…

Sans doute en 2025 si tout va bien !

Ce même gouvernement, dont les ministres, faut-il le rappeler, ont, pour la plus grande partie d’entre eux, refusé de voter la loi contre la burqa, continue à fermer les yeux sur l’offensive islamique, et tolère, à présent, par crainte d’une émeute, le voile intégral dans les rues de Paris, comme le montre cette photo, prise par un lecteur de Riposte Laïque, ce dimanche 17 août, place du Palais Royal, à 16 heures.

burqaspalaisroyal

 

Quant à notre justice, elle continue à se distinguer… La condamnation de Christine Tasin par le Tribunal de Belfort, suite à ses propos sur l’islam, après celles de Pascal Hilout et Pierre Cassen, a confirmé l’instrumentalisation d’une justice qui bafoue la laïcité et la liberté d’expression au service de l’islam et du communautarisme, contre la République.

Comment ne pas apprécier cette vidéo par ailleurs fort drôle qu’un de nos lecteurs, Antoine Douchet, vient de nous faire parvenir, qui donne des pistes pour une conception révolutionnaire de notre justice.

Pour que ce mécanisme se mette en place, il faut des lois, liberticides, qui permettent de traîner devant les tribunaux quiconque ose alerter nos compatriotes sur l’islamisation de notre pays, et sur le refus d’assimilation de nombre de nouveaux venus, qui veulent imposer des pratiques spécifiques contre la loi de tous.

Il faut également des procureurs de la République, de type Anne de Fontette, Aurore Chauvelot ou Alexandre Chevrier, qui demandent des sanctions disproportionnées contre des personnes qui n’ont rien à faire devant un tribunal, quand la justice Taubira relâche des délinquants multirécidivistes, qui, une fois remis en liberté, agressent, violent ou assassinent les malheureux qui croisent leur chemin.

Il faut aussi des juges influencés par le Syndicat de la Magistrature, qui, eux aussi, sont d’une incroyable sévérité contre les patriotes, paraissant, au service du pouvoir politique et d’une idéologie, vouloir mettre au pas les résistants les plus courageux, le dernier verdict de Belfort l’a confirmé.

Il faut les imposteurs de l’antiracisme, et leurs avocats, que nous avions répertoriés dans un précédent article. Gavés de subventions avec nos sous, ils sont une véritable police politique, propagandiste de la société multiculturelle, qui n’attaquent que les Français de souche européenne, et ne bougent pas une oreille quand nos compatriotes, ou les juifs, sont victimes du racisme des musulmans radicaux ou de jeunes issus de la diversité.

Ces braves gens ont décidé d’empêcher les élus de la République de faire respecter des lois, ou de prendre quelconque arrêté municipal, quand l’orientation de cette politique ne leur convient pas. Ainsi, la LDH a-t-elle attaqué trois arrêtés de la ville de Béziers, et de son maire, Robert Ménard, et vient-elle d’être déboutée à trois reprises.

Les sbires de Tubiana avaient attaqué, entre autres, un arrêté municipal interdisant aux mineurs de moins de treize ans d’être dans la rue non accompagnés de 22 heures à 6 heures du matin. Ces dégénérés sont donc favorables à ce que des gamins et des gamines puissent être des proies pour des adultes dépourvus de bonnes intentions, et pour qu’une société ne demande pas de comptes à des parents qui laissent leurs gamins dans de telles situations ?

L’attaque de décisions municipales devant des tribunaux administratifs devient une activité très rentable pour des avocats en demande de notoriété, qui complètent le travail de sape de leurs confrères de l’antiracisme.

C’est le cas caricatural du nommé Sefen Guez Guez, qui exerce au barreau de Nice.

 

SefenGuez-GuezAinsi, à Wissous, le maire UMP, Richard Trinquier, décide-t-il d’interdire, par un arrêté municipal sur le plan d’eau de sa commune, tout signe religieux ostentatoire, dont bien évidemment le voile islamique.

http://ripostelaique.com/wissous-la-justice-impose-le-voi...

Immédiatement, le CCIF, et son avocat niçois, entrent en action, et déposent un recours au tribunal administratif de Versailles. Résultat : les juges ont débouté le maire, et ont condamné la ville à verser 1500 euros aux plaignants, dont il est intéressant par ailleurs de noter le nom…

http://www.mairie-wissous.fr/images/stories/jugement_RI_W...

Mais le nommé Sefen Guez Guez ne s’est pas contenté de cette plainte. Il s’est également distingué sur d’autres affaires, où, systématiquement, il a soutenu des clients qu menaient ouvertement un combat contre la France, notre République et sa laïcité.

Ainsi, il était du côté d’un agent de sûreté musulman, qui, à l’aéroport de Nice, parlait arabe, pendant ses fonctions. Le préfet avait, suite à cette attitude, peu compatible avec les devoirs d’un salarié de service public, dans un pays où il n’y a qu’une langue officielle, le français, commis un arrêté suspendant l’agent.

Les mêmes duettistes, CCIF et Guez Guez, sont à nouveau montés au créneau. Et comme d’habitude, le tribunal administratif, de Nice cette fois, a tranché contre les représentants de la République, en faveur de l’agent de sûreté.

http://www.islamophobie.net/articles/2014/01/28/aeroport-...

On retrouve l’inévitable Guez Guez dans la défense d’un ingénieur musulman. Là encore, l’histoire est cocasse.

Cet homme est employé par une association sous-traitante d’EDF. La préfecture de l’Aube remet un rapport défavorable sur cet homme, ce qui entraîne l’interdiction, pour lui, d’accéder à des sites nucléaires. Que croyez-vous qu’il arrivât ?

Naturellement, dépôt de plainte de l’inévitable CCIF, et de l’infatigable Guez Guez ! Résultat : le tribunal administratif de Châlons a contesté le texte de la préfecture, et EDF est menacé de devoir permettre de nouveau, avec tous les problèmes de sécurité posés, l’ingénieur musulman, avec tout ce que cela implique !

Comme si, sur des sujets qui impliquent la sécurité de tous nos compatriotes, le principe de précaution, cher aux imposteurs Verts, ne s’imposait pas.

http://www.lepoint.fr/societe/edf-un-ingenieur-musulman-s...

Autre exemple, à Nice, le maire UMP, Christian Estrosi, suite aux débordements de supporters algériens, sort un arrêté municipal interdisant les drapeaux étrangers lors de ces manifestations. Bien évidemment, super Guez Guez est encore dans ce combat, et le tribunal administratif de Nice annule l’arrêté du maire, et donne donc tort à la République !

http://www.ouest-france.fr/drapeaux-etrangers-larrete-des...

Guez Guez, toujours lui, accourt au secours d’une mère de Nice, qui veut remettre en cause la circulaire Chatel interdisant le port du voile pour les mères accompagnatrices, lors des sorties scolaires.

http://www.enfantsdelapatrie.net/actualites/nationale/une...

Ces quelques affaires démontrent un fait extrêmement grave. Une collusion de magistrats, d’associations propagandistes de l’islam comme le CCIF et d’avocats procéduriers comme le nommé Guez Guez, harcèlent les derniers élus courageux de notre pays qui essaient, par des décisions ponctuelles, de protéger notre pays des risques mortels qu’il court à cause de l’offensive de l’islam.

Nous n’oublions pas que le CCIF faisait partie des racketteurs de l’antiracisme contre Pascal et Pierre, qu’il poursuit Ivan Rioufol devant les tribunaux, et ne serions pas étonnés qu’il dépose plainte contre notre campagne L’ISLAM EST UNE SALOPERIE, avec le nommé Guez Guez face à nous.

L’avocat niçois ne fait, par ailleurs, et sans doute avec un certain talent, qu’exploiter un filon, sans doute fort rentable, avec la complicité du CCIF. Le seul problème est que, si nous voulons mettre fin à ces dérives, il faut en finir avec ces lois stupides et liberticides, et en terminer avec tous ces recours qui paralysent l’exécutif, et se terminent toujours en faveur des propagandistes de l’islam et du communautarisme.

Seul le retour d’un Etat fort, qui réinstaure la volonté de défendre nos principes républicains et laïques, et pour cela déclare la guerre à l’islam, qui n’est pas une religion, mais un projet politique guerrier et conquérant, peut mettre fin à cette dérive.

Cet Etat, dans l’esprit du texte d’Aymeric Chauprade, se donnera pour mission de préserver notre France et sa civilisation du Grand Remplacement et de son islamisation. Il fermera les mosquées, interdira le voile islamique, le halal et toute visibilité de l’islam sur notre territoire. 

Naturellement, un gouvernement au service des patriotes ne pourra que dissoudre le CCIF, pour propagande active au service d’une puissance étrangère, l’OCI, dont cette officine est le fidèle relais sur le territoire français.

Cet Etat fort donnera, bien évidemment, tous les moyens à des maires patriotes et laïques de mettre fin, sur leur commune, à des pratiques qui n’ont rien à faire sur notre territoire. Il les débarrassera des nuisibles qui utilisent les tribunaux pour bafouer notre démocratie, notre République, notre laïcité, et empêcher des élus de faire leur travail.

En nous débarrassant de la nuisance des prétendus antiracistes, du CCIF et de tous les Guez Guez du barreau, il fera, dans l’intérêt général, œuvre de salubrité publique.

Et alors, la France redeviendra la France.

Orwell

AGENDA DE RIPOSTE LAIQUE

OullinsBM

 

 

Samedi 27 septembre, à 12 heures

Banquet-débat  à Strasbourg en présence de Christine Tasin, Présidente de Résistance républicaine, Pierre Cassen, fondateur de Riposte laïque, Stéphane Lorménil, Président de Génération patriotes, Jacques Cordonnier, Président de Alsace d’abord.

LES DRONES DE COMBAT.......

 

Le drone de combat X-47B entame des essais en vue d’intégrer un groupe aérien embarqué

 
 
 
 

x47-20140818

Le développement du démonstrateur de drone de combat (UCAS, Combat Air System Unmmaned) X-47 B va bon train. En 2013, l’appareil, conçu par Northrop-Grumman, avait déjà réussi à décoller du pont d’un porte-avions et à apponter. Cette fois, la campagne d’essais entamée le 17 août à bord de l’USS Theodore Roosevelt a permis de vérifier la capacité de l’engin à évoluer aux côtés d’avions de combat.

Ainsi, le X-47B a enchaîné les manoeuvres de catapultage et d’appontage en compagnie d’un F/A-18 Super Hornet.

Déjà que l’opérateur d’un drone n’a pas la même vision que celle d’un pilote d’avion, l’exercice est déjà compliqué.

Et il l’est davantage quand l’engin est autonome, comme l’est l’appareil imaginé par Northrop Grumman.

L’enjeu de cette campagne est surtout de voir le comportement du X-47B dans un cycle d’opérations à bord d’un porte-avions et de valider son intégration au sein d’un groupe aérien embarqué.

Pour le premier test, le drone a été catapulté avec un F/A-18. Après un vol de 8 minutes, il s’est présenté pour apponter, puis il s’est arrêté avant de replier ses ailes.

Le tout avant que le chasseur-bombardier se présente à son tour pour en faire de même.

Ce type d’essai sera renouvelé à plusieurs reprises, dans toutes les conditions possibles (jour/nuit, etc).

 

 

« Pour cette période de test, nous avons vraiment mis l’accent sur ​​l’intégration (de l’UCAS, ndlr) avec des aéronefs piloté », a expliqué le capitaine de corvette Brian Hall, le directeur des essais en vol du X-47B, qui  souligné que l’objectif est d’améliorer le flux des appareils « dans le circuit d’atterrissage ».

Le X-47B préfigure ce que seront (ou devraient être) les capacités aéronavales de la marine américaine à l’avenir.

Cette dernière a en effet lancé le programme UCLASS (Unmanned Carrier-Launched Airborne Surveillance and Strike) afin de disposer de  drones de combat pouvant effectuer des missions de renseignement (ISR) ainsi que des frappes aériennes.

D’une envergure de 18,9 mètres pour une longueur de 11,6 mètres, le X-47B peut voler à une altitude de 40.000 pieds, à une vitesse de croisière de Mach 0,45. Son rayon d’avin est supérieur à 2.000 nautiques.

source et publication:   zone militaire 

DOLLARS ET SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE ! TRIBUNE LIBRE !

Mardi 19 août 2014
Ron Paul: Les sanctions imposées à la Russie pourraient nuire au dollar

L'un des rares politiques US a demeurer indépendant parle des sanctions

Les sanctions imposées à la Russie

pourraient nuire au dollar

 

 

La décision du gouvernement américain d'alourdir les sanctions imposées à la Russie est une grave erreur, et ne fera qu'envenimer une situation déjà tendue, ce qui finira par accabler l'économie des Etats-Unis.

Bien que les effets de ces sanctions sur le dollar ne puissent être appréciés sur le court terme, sur le plus long terme, elles ne sont qu'un pas de plus vers l'échec éventuel du dollar en tant que devise de référence internationale.

Les États-Unis s'en prennent non seulement aux banques et aux sociétés russes, ils essaient également de pousser les banques européennes à imposer elles-aussi des sanctions à la Russie.

Compte tenu de l'étendue des liens commerciaux entre les banques européennes et la Russie, les sanctions européennes pourraient nuire à l'Europe autant qu'à la Russie. 

Dans le même temps que les Etats-Unis s'attendent à voir coopérer les banques européennes, ils leur imposent des amendes de plusieurs milliards de dollars pour avoir violé les sanctions américaines existantes.


Il n'est pas difficile d'imaginer que les banques européennes finiront un jour par en avoir plus qu'assez de jouer le rôle de policiers volontaires du gouvernement américain tout en payant des milliards de dollars d'amendes à chaque fois qu'elles signent des contrats peu appréciés de Washington.

Des banques européennes ont déjà commencé à dénouer leurs liens avec des citoyens et entreprises américains en raison des strictes exigences de conformité de récentes lois telles que FACTA (Foreign Account Tax Compliance Act).

Dans sa quête d'obtenir le plus de dollars possible des quatre coins du monde, l'IRS a fait des Américains les parias du système financier international.

A mesure que s'alourdit le fardeau placé sur le dos des banques européennes par le gouvernement des États-Unis, de plus en plus de banques européennes devraient réduire leur exposition aux États-Unis et au dollar.

En cherchant à isoler la Russie, les États-Unis s'isolent eux-mêmes.

Une autre conséquence des sanctions qui lui sont imposées est que la Russie finira par se rapprocher de ses alliés les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Ces pays représentent plus de 40% de la population mondiale, ont une production économique combinée presqu'égale à celle des États-Unis et de l'Union européenne, et ont des ressources naturelles à leur disposition.

La Russie est l'un des plus gros producteurs de pétrole du monde et fournit à l'Europe un gros pourcentage de son gaz naturel.

Le Brésil a le deuxième plus gros secteur industriel du continent américain, et est le plus gros exportateur d'éthanol du monde.

La Chine est riche en ressources minérales et est le plus gros producteur alimentaire de la planète.

La Chine et la Russie ont déjà signé des accords afin de conduire leurs transactions commerciales grâce à leurs propres devises nationales plutôt qu'avec le dollar, une tendance qui, si elle venait à se répandre, pourrait continuer d'éroder l'importance du dollar dans le commerce international.

Plus important encore, la Chine, la Russie et l'Afrique du Sud produisent ensemble près de 40 pourcent de l'or mondial, ce qui pourrait devenir un facteur de grande importance si les BRICS décidaient d'établir une devise garantie par l'or pour concurrencer le dollar.

Les législateurs américains ne parviennent pas à réaliser que les États-Unis ne sont plus l'hégémonie globale qu'ils étaient après la seconde guerre mondiale. Ils ne comprennent pas que leurs actions envers les autres pays, y compris ceux qu'ils considèrent être leurs amis, ont sévèrement affecté toute bonne volonté qui aurait pu exister autrefois.

Ils ne réalisent pas que ces soixante-dix dernières années de dévaluation du dollar ont mis le reste du monde à cran. L'euro a été créé pour une raison, la Chine internationalise sa devise pour une raison, et de nombreux pays du monde cherchent à négocier de nouveaux contrats monétaires et commerciaux pour une raison. 

Le reste du monde en a assez de subventionner l'énorme dette gouvernementale des États-Unis, il est fatigué de produire et d'exporter des trillions de dollars de produits vers les États-Unis pour recevoir en retour des dollars qui ne valent presque plus rien.

Le gouvernement des États-Unis a toujours eu recours à la coopération d'autres pays pour maintenir la proéminence du dollar.

Mais le reste du monde perd peu à peu patience. L'approche du bâton et de la carotte est devenue une approche du bâton sans carotte.

Si le président Obama et ses successeurs continuent d'imposer des sanctions contre tous les pays qui agissent contre les intérêts des législateurs américains, ils ne feront qu'accélérer l'abandon du dollar.

 

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-les-s....

LE DÉPLACEMENT DE LA PUISSANCE MONDIALE VERS L' ORIENT ......

Mercredi 20 août 2014

LA-PLUS-GRANDE-ELECTION-DU-MONDE.png

Les résultats de la plus grande élection de l’histoire humaine signifient que les liens entre l’Inde, la Russie et la Chine progresseront.

Plus de gens ont voté pour cette élection en Inde qu’il n’y a de personnes dans toute l’Europe. 

 Le résultat déplacera la puissance mondiale de l’Occident à l’Orient.

Par Jeremiah Jacques – Le 20 mai 2014

Après 5 semaines et plus de 800 millions de bulletins de vote, la plus grande élection de l’histoire de l’humanité s’est terminée par une victoire glissante pour le parti « Bharatiya Janata », parti de l’opposition en Inde.  Le parti « Bharatiya Janata » doit maintenant former un nouveau gouvernement avec le nationaliste hindou, « Narendra Modi », actuellement aux commandes.

La victoire écrasante de Modi signifie qu’il possède maintenant quelque chose qu’aucun dirigeant de l’Inde n’a eu pendant les 30 dernière années : Une majorité absolue dans la chambre basse du Parlement.  Cela lui donne des pouvoirs que ses prédécesseurs n’avaient pu que rêver et tout indique qu’il va les utiliser.

« Les bons jours arrivent », a déclaré Modi dans son discours de victoire.  « Le voyage a commencé. »

Ce « voyage » revêt une grande importance géopolitique, parce que l’histoire de Modi indique qu’il sera celui qui éloignera l’Inde des États-Unis pour se rapprocher de la Russie, de la Chine et des autres pays asiatiques.

Loin de l’Occident

En 2005, le gouvernement des États-Unis a révoqué le visa de Modi car qu’il avait joué un rôle dans un des épisodes les plus sanglants durant les violences religieuses de l’Inde. 

 Les violences avaient eu lieu dans l’État du Gujarat, là où Modi avait travaillé à l’époque comme ministre en chef.  

 Les émeutiers hindous y avaient tué plus de 1200 musulmans et avaient forcé 150000 autres à fuir leurs maisons.  Modi avait été accusé d’encourager la violence et de ne pas vouloir l’arrêter. 

 Son implication n’a jamais été prouvée, mais, les États-Unis lui ont imposé des sanctions et l’Union Européenne a rapidement suivi le mouvement.

Plus proche de l’Orient

Modi a répondu à la rebuffade de l’Occident en consultant l’Orient.  Depuis, il s’est fait des amis et a forgé des alliances avec la Chine, la Russie, le Japon et d’autres pays asiatiques. 

 Le « South China Morning Post » explique que sa victoire représente un fléau pour les États-Unis et une aubaine pour les puissances orientales :

« Au fil des ans, la Chine et Modi ont investi massivement l’un envers l’autre et ont forgé des liens qui pourraient avoir des conséquences importantes, non seulement pour les relations sino-indiennes, mais, aussi pour la stratégie de « Pivot Asiatique » des États-Unis à un moment où les différends territoriaux dans le sud de la Mer de Chine prennent une tournure violente. 

 Modi  est aussi connu pour avoir un biais envers l’Orient, avec le nationalisme asiatique formant le noyau de sa vision du monde.  

En dehors de la Chine, ceci l’amènera aussi plus proche du Japon et de Singapour, dont les dirigeants ont avec lui des rapports similaires.

Le fond conservateur irréprochable de Modi et son admiration ouverte pour la Chine ont fait naître dans le passé l’espoir de le voir devenir une sorte de Richard Nixon Indien. »


Le Poutine de l’Inde ?

Nixon n’est pas le seul dirigeant mondial auquel Modi a été comparé.  Le diplomate s’est appelé lui-même le « Shinzo Abe de l’Inde » parce que certains de ses penchants nationalistes sont identiques à ceux du premier ministre japonais.

Le « Economic Times » de l’Inde a indiqué que :

« Beaucoup d’officiels chinois qui ont traité avec Modi le comparent à leur patron actuel Xi Jinping ».

« Oneindia News » a sauté droit au but, en comparant Modi au plus grand homme de l’Asie lui-même.  Il est le « Poutine de l’Inde », écrivait la publication.  « Oneindia News » écrivait que : « son leadership autoritaire pouvait relancer l’Inde comme Poutine l’a fait pour la Russie, parce que Modi possède les mêmes capacités que celles de Poutine pour métamorphoser l’Inde en une puissance économique et militaire, à travers une série de mesures et d’étapes difficiles qui pourraient aider l’Inde à effectivement libérer tout son réel potentiel ».

L’espoir des voisins

Modi rejoint un groupe de dirigeants d’hommes forts en Asie qui sont accédé au pouvoir ou ont consolidé leur puissance, en même temps que l’influence américaine a fondu dans la région.

La plupart des autres hommes forts amis de Modi semblent lui souhaiter la bienvenue en tant que nouveau participant de leur quête commune, afin de faire basculer la puissance mondiale de l’Occident vers l’Orient.

Les Chinois ne pouvaient pas être plus heureux que par l’élection de Modi.  Le « Global Times », dirigé par le gouvernement de la Chine écrivait :

« Cela a soulevé des inquiétudes en l’Occident.  Les pays occidentaux, comme les États-Unis, espèrent pouvoir utiliser l’Inde pour contrebalancer avec la Chine, mais, ils ne supportent pas l’Inde sur les questions d’intérêts fondamentaux pour le pays ».

Le « Times » a expliqué que le Partenariat Transpacifique de Washington exclut l’Inde, ce qui a incité les Indiens à renforcer «  leur coordination avec les pays émergents, comme la Chine et la Russie, sur un éventail de questions mondiales. Les États-Unis sont particulièrement inquiets de la coopération stratégique renforcée entre la Chine, la Russie et l’Inde ».

La Chine et l’Inde continuent à se chamailler sur des questions telles que les conflits frontaliers, le déséquilibre dans le commerce bilatéral et l’alliance de Pékin avec l’ennemi juré de l’Inde, le Pakistan. 

 Mais, sous Modi, ces tensions pourraient bien diminuer.  Cet automne, le président chinois Xi Jinping doit visiter Modi en Inde, ce qui pourrait accélérer l’apaisement de ces problèmes.

La Russie, elle aussi, se félicite de l’ascension au pouvoir de son allié de longue date. Vladimir Poutine a déclaré lundi qu’il espérait que lui-même et Modi puissent amener les liens existant entre la Russie et l’Inde vers de nouveaux sommets, tout comme l’avaient fait les deux nations la dernière fois que le parti « Bharatiya Janata » a été au pouvoir. 

 L’Inde a longtemps été le plus grand importateur mondial d’armes russes et a récemment signé un accord avec Moscou pour augmenter d’une manière significative la consommation par l’Inde du gaz et du pétrole de la Russie.  Sous Modi, ce genre d’initiative va certainement se multiplier.

« RT » (auparavant « Russia Today »), financé par Moscou, a déclaré que selon la vision de Modi, la Russie et le Japon seront les principaux acteurs :

« Ces deux pays seront les plus importants dans le monde entier du point de vue du gouvernement Modi.  L’administration Modi permettra d’approfondir les liens avec les deux : La Russie pour contrebalancer les États-Unis et le Japon pour contrebalancer la Chine.  L’Inde dirigée par Modi devrait également voir un énorme coup de fouet dans les liens commerciaux et économiques avec ces deux pays ».

Narendra Modi a utilisé Twitter pour remercier publiquement Vladimir Poutine et annoncer ses espoirs pour l’avènement d’une nouvelle ère de coopération entre la Russie et l’Inde :

« Je remercie le Président Poutine pour ses bons souhaits. 

 J’espère pouvoir renforcer nos relations avec la Russie dans les années à venir. »

L’année 2014 sera très tumultueuse.  Et le cas le plus important a peut-être été la décision prise par l’Inde et la Chine de soutenir les intimidations faites par la Russie envers l’Ukraine et la reprise de la Crimée.

Vladimir Poutine, dans son discours du 18 mars à la Douma, a distingué ces deux pays pour les remercier de leur soutien.

« Nous sommes reconnaissants envers ces deux pays qui ont compris nos actions en Crimée. Nous sommes reconnaissants envers à la population de la Chine, dont les dirigeants ont toujours considéré la situation en Ukraine et en Crimée en se tenant au contexte historique et politique complet, et nous apprécions grandement la réserve et l’objectivité de l’Inde ».

Dans le numéro de Mai-Juin du « Philadelphia Trumpet », le rédacteur en chef Gerald Flurry a souligné l’importance de l’appui de l’Inde et de la Chine démontrée à Poutine : « Ces puissances asiatiques ont clairement démontré leur soutien envers Poutine. Quand ces nations de l’Asie, des pays extrêmement puissants équipés d’armes nucléaires, commencent à faire preuve de solidarité entre elles au sujet de questions comme ça, quel pourrait être le présage pour le monde ?  Je vous dis que c’est un malheur pour le monde ».

Avec Modi actuellement au pouvoir, le soutien de l’Inde envers les agressions russes pourrait augmenter considérablement, et la même chose pourrait être vraie pour la position de l’Inde envers le comportement de plus en plus belliqueux que la Chine affiche envers nombre de ses voisins. 

 

 La coopération croissante entre ces pays représente un changement géopolitique profond et, comme le dit Gerald Flurry, cela n’annonce rien de bon dans le monde.

Sources : https://www.thetrumpet.com/article/11763.2.0.0/world/results-of-largest-election-in-human-history-mean-india-russia-china-ties-will-advance

http://pleinsfeux.org/la-plus-grande-election-du-monde/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+PleinsFeuxSurLheureJuste+%28Pleins+Feux+Sur+l%27Heure+Juste%29#.U-9TiPl_uUU

ISRAÊL ET LE RAPPORT DE LA CIA ?

 
Selon la CIA : Israël aura disparu en 2025 !


Posted: 19 Aug 2014 09:16 AM PDT

 


Deux ans après la publication du rapport de la CIA sur l’effondrement d’Israël en 2025, le temps est venu pour étudier de nouveau ce rapport.

En 2002, les seize agences d’informations et de renseignement des Etats-Unis ont publié un rapport conjoint portant sur la prévision de l’effondrement d’Israël en 2025 ; rapport selon lequel les Juifs qui vivent actuellement en Palestine occupée retourneront dans leurs pays d’origine.

D’après ce scenario, un millions de Russes, de nombreux Européens et près de 500.000 Juifs africains retourneront chez eux dans les dix prochaines années.


Ce rapport intitulé « Preparing For A Post Israel Middle East » fait référence à un Moyen-Orient de l’après-Israël, en estimant que l’effondrement d’Israël serait certain et proche.

Le texte prévoit la croissance rapide des courants islamistes dans les pays voisins de la Palestine occupée, notamment en Egypte, ce qui serait la source des angoisses accrues des Juifs pour leur avenir, d’où leur décision peu à peu de quitter la Palestine occupée et de retourner dans leurs pays d’origines.

Le rapport des agences américaines évoque ensuite la baisse du taux de natalité dans la société israélienne face à la croissance rapide de la population palestinienne.

500.000 Israéliens possèdent des passeports américains. Même ceux qui n’ont pas de passeports américains ou européens penseront à quitter la Palestine occupée.

Le rapport met sérieusement en doute la survie du régime sioniste dans les vingt prochaines années. Selon cette logique, près de 2 millions d’Israéliens s’installeront aux Etats-Unis dans les 15 prochaines années, plus de 1.5 millions d’Israéliens rentreront en Russie et en Europe.

Ces courants d’émigration changeront radicalement l’équilibre démographique en faveur de la population palestinienne.

D’ailleurs, le comportement des Israéliens envers les Palestiniens, surtout dans la bande de Gaza, changera la position de l’opinion publique américaine qui se désengagera peu à peu des Israéliens pour soutenir la position des Palestiniens.

Il faut rappeler ici que Henry Kissinger, célèbre homme politique américain qui est connu comme un défenseur fervent du régime sioniste, a prévu qu’Israël effondrera avant 2022.

L’ancien chef des services d’espionnage du régime sioniste, Meir Dagan, avait déclaré dans une interview avec le quotidien Jerusalem Post en 2012 que la société israélienne se trouve au bord d’un gouffre, celui de l’effondrement progressif.

Source : french.IRIB

19/08/2014

EUROPE: LA PROGRESSION DE L' ISLAM ! TRIBUNE LIBRE !

Mardi 19 août 2014

ISLAM.JPGISLAM-1.JPGISLAM-2.JPGISLAM-3.JPGISLAM-4.JPG

 

ET AUSSI

 

 

Mardi 19 août 2014

images-1.jpeg

Qui l'aurait cru ? C'est pourtant la réalité, l'esclavage est de retour. Il revient en force sur ses terres historiques, celles de l'islam.

L'esclavage existait avant, c'est entendu, mais il avait une qualité, si l'on peut dire, il n'était pas commercial et au sortir des temps cannibales il avait sauvé des vies.

En effet, les peuples premiers étaient en état de guerre quasi permanente pour divers motifs qui souvent s'enchevêtraient : besoin de nourriture, de territoires de chasse ou de terres cultivables, de femmes, pour la gloire du chef ou satisfaire les dieux et les esprits toujours cruels que l'on passait beaucoup de temps à amadouer avec des sacrifices.

Si le clan ou la tribu vainqueur avait fait des prisonniers, la question se posait de savoir qu'en faire. Si l'un ou l'autre avait une caractéristique intéressante, malformation physique, don de faire rire, connaissance des pratiques des blancs, du dressage des chevaux, des armes à feu par exemple, le chef pouvait décider de le garder, soit comme objet de curiosité, fou du roi en quelque sorte, ou comme conseiller.

Mais la règle absolument générale, car ces sociétés étant toujours au bord de la survie ne pouvaient pas nourrir de bouches inutiles, était l'exécution des prisonniers. Et, presque partout, leur consommation alimentaire car, ainsi que l'a écrit Georges Clémenceau, il eut été stupide de laisser pourrir de la bonne viande alors qu'on en manquait cruellement. Avec des mises à mort souvent atroces, comme chez les Maoris néo-zélandais qui parfois épluchaient le prisonnier encore vivant pour récupérer et tanner sa peau, ou les Canaques qui les amputaient au fur et à mesure des besoins pour préserver le plus longtemps possible la fraicheur de cette provision de bouche*.

Puis, avec l'arrivée des pratiques agricoles et des cultures vint le besoin de main d'œuvre, les prisonniers furent gardés comme esclaves. Ils travaillaient en échange de leur vie et il arrivait qu'ils soient enrôlés comme mercenaires dans les opérations guerrières. Chez les Maoris ils étaient appelés "pakehas" et les anglais, quand ils institutionnalisèrent leur présence en Nouvelle-Zélande avec le traité de Waïtangui, découvrirent avec stupeur plus de 1 200 "pakehas" blancs, marins, baleiniers, coupeurs de bois de santal, missionnaires mêmes, qui avaient été capturés et étaient maintenant esclaves guerriers dans les troupes maories.

Les Grecs, les Romains, les Chinois, les Moghols, les Hittites… tous eurent des esclaves pris parmi les prisonniers et les peuples soumis. Ils travaillaient aux champs, comme domestiques, artisans ou guerriers, comme le célèbre prince thrace Spartacus qui fomenta la première révolte d'esclaves à Rome. Chez les Canaques salomonais, les Papous, les Indiens de la région de Vancouver, mais surtout en Afrique, ils pouvaient devenir un stock alimentaire que l'on engraissait pour le vendre au plus offrant.

Georges Clémenceau a décrit l'un de ces marchés** où l'on trouvait, encore à la fin du XIXème siècle, des noirs sur lesquels le marchand inscrivait à la craie le morceau demandé par le client et, dès que l'homme ou la femme était tout entier pré-vendu, on lui tranchait la tête et on le découpait pour distribuer les morceaux aux acheteurs. Les têtes étaient vendues à part.

 

clemmi.jpg

 

Exposition-vente de têtes à Bakel, frontière du Sénégal et du Soudan, photo ministère des colonies, reproduite par l'Illustration, 1891

C'est aux commerçants arabes que l'on doit l'organisation quasi industrielle de l'esclavage, avec la capture ou l'achat au chefs de tribus d'hommes, de femmes et d'enfants, leur transfert par caravanes, la castration dans des charcuteries spécialisées, le tri, l'exportation par bateaux entiers d'Africains pour l'essentiel, d'Européens en moindre quantité mais qui valaient plus cher, surtout les femmes originaires des Balkans, mais aussi d'autres Arabes et de diverses ethnies sémites et aryennes s'ils n'étaient pas convertis à l'islam.

 

images-1.jpeg

 

Les royaumes et empires africains ont largement alimenté ce commerce et certains, comme le Bénin, le Togo ou le Monomotapa (actuel Zimbabwe) ont bâti leur puissance par l'exportation d'esclaves. Si les livres d'histoire de nos petits écoliers n'étaient pas censurés, ils apprendraient cela à l'école.

 

images.jpeg

 

C'était parfaitement légal puisque le Coran et divers hadiths légifèrent sur le sujet. Ainsi le bon musulman peut s'il en a les moyens acheter quatre femmes et des maîtresses, violer et jouir sans entraves de toutes les esclaves de sa maison.

À partir du XVIème siècle, ils ont trouvé un nouveau débouché commercial avec les besoins en main d'œuvre de l'Amérique hispanique, portugaise, française et anglo-saxonne. Ce marché esclavagiste-là fut assez rapidement aboli, mais suscite la haine de madame Taubira qui, par contre, ferme les yeux sur la continuation jusqu'au milieu du XIXème siècle du commerce esclavagiste arabo-méditerranéen, dit "barbaresque", que la France en allant au Maghreb en 1835 arrêta manu militari.

L'ONU a exigé de tous les pays membres qu'ils cessent l'esclavage et officiellement tous l'ont fait, mais parfois en trainant les pieds, comme la Mauritanie qui l'a aboli en 1981, mais voté la loi le sanctionnant seulement en 2007 ! Il y reste encore entre 400 et 700 000 esclaves "haratines", ou "maures noirs", dont l'aristocratie arabe "bidhans" est propriétaire.

La plupart des pays de l'arc musulman africain qui va de la Mauritanie à Zanzibar en passant par le Soudan tolèrent encore l'esclavage, de même que les pays du golfe sous des formes modernisées. Mais il existe encore sous la forme archaïque dans plusieurs pays, entre autres au Tchad et au Mali, pays protégé de notre président.

 

images-3.jpeg

"Au Mali, l'esclavage est un tabou absolu, un abcès qui ronge la société. A l'exception de quelques ethnies du Sud, il se pratique encore dans quasiment toutes les communautés. Les chiffres sont effarants. "Il y a au moins 300 000 esclaves à part entière (sic) dans le pays", assure Naffet Keïta, anthropologue à l'université de Bamako" (L'Express 17 mai 2013).

Il ne s'agit pas d'esclaves importés avec des contrats, mal payés, sur-exploités, battus et violés quand ce sont des femmes, comme dans les pays de la péninsule arabique, nos alliés qataris et saoudiens, mais de vrais esclaves "à part entière" comme dit l'Express qui a raconté l'histoire d'une esclave évadée : "Dès l'âge de 7 ans, elle avait été arrachée à sa famille, avec ses trois frères, par un Touareg de rang noble de la tribu des Icherifen. Durant quinze années, elle s'est ensuite éreintée à puiser de l'eau pour les dromadaires, à les soigner, à faire la cuisine et le ménage pour ses "patrons" et leur progéniture. Sans avoir droit à autre chose que les restes des repas..."

Si elle avait fait des enfants, ils auraient été la propriété du maitre, d'ailleurs certains en font faire à la chaine par leurs esclaves femmes, pour les revendre. 
Ça se passe au Mali, aujourd'hui.

À Zanzibar, où Laurent Fabius aime prendre quelques jours de vacances de temps en temps, si vous agitez un billet de 50 $ sous le nez d'un chauffeur de taxi en lui disant que vous voulez voir le marché aux esclaves (qui, officiellement n'existe pas), il vous conduira dans une charmante boutique comme celle-ci :

 

Unknown.jpeg

 

Le chiffre exact d'esclaves en Afrique musulmane est difficile à cerner, mais les ONG qui s'en préoccupent l'estiment à 15 millions.

 

images-5.jpeg

 

Encor Plus au niveau mondial, si l'on y ajoute les esclaves des pays d'Asie comme l'Inde (environ 5 millions) et la Chine (environ un million), surtout dans les Etats du centre et du nord de la Chine où ils sont "ouvriers" dans des cimenteries et briqueteries. La Russie est considérée comme État esclavagiste car elle fait travailler ses prisonniers, contrairement aux pays occidentaux où ils son nourris, logés, blanchis et distraits aux frais des contribuables.

 

 311336-ouvriers-esclaves-une-condamnation-a-mort.jpg
esclaves chinois
 

 

Cet esclavage-là dure encore mais était en voie de récession lente et sûre sous la pression de l'ONU et des pays occidentaux. Or il est actuellement relancé par les musulmans fondamentalistes et c'est avec regret que je le constate : les musulmans "modérés" ne le condamnent pas ou seulement du bout des lèvres, non plus que nos viragos des droits de la femme et des homosexuels, mesdames Belkacem et Taubira.

Boko Haram au Nigeria et les autorités du califat Irako-syrien annoncent ouvertement qu'ils capturent des femmes pour les vendre à des notables musulmans ou les mettre dans les bordels djihadistes où elles retrouvent quelques petites idiotes blanches fraichement converties que les "grands frères" des cités ont convaincues de s'y rendre volontairement pour le plaisir des guerriers de l'islam.

Tout le monde le sait, mais nos autorités politiques et féministes traitent le sujet comme s'il s'agissait d'une charmante coutume musulmane, et madame Taubira a déclaré qu'il ne fallait pas en parler car "on n'a pas le droit de charger de ce fardeau les jeunes de nos cités".

D'ailleurs, comme il faut excuser l'esclavage islamique pour ne pas froisser "certaines communautés", les intellectuels socialistes trouvent des mots et des périphrases issus du politiquement correct pour adoucir la dénonciation de l'esclavage actuel, comme l'expression "esclavage par ascendance", une vieille coutume ancestrale qui va de père en fils et se transmet de bouche édentée à oreille sale, alors respect s'il vous plait !

Ainsi, au Mali, "Ce phénomène, ancré depuis des siècles, est qualifié d'"esclavage par ascendance" : "La condition servile se transmet par la mère, tout enfant né d'une femme esclave le sera à son tour, quel que soit le statut de son père." (L'Express)

Donc cette charmante coutume "ethnique" et "par ascendance" ne peut être critiquée, d'ailleurs les esclaves ne sont-ils pas "assimilés culturellement" ? Si c'est "culturel", madame Filipetti ne peut, comme mesdames Taubira et Belkacem, que trouver ça très bien.

"Ainsi, de génération en génération, ces enfants deviennent les serviteurs des descendants du maître. Ils sont leur propriété, à l'instar d'un animal ou d'un objet. Certes, ils sont assimilés culturellement - les Bellahs parlent tamacheq, la langue touareg ; les Harratines sont arabophones ; les Dyons connaissent le bambara***... - et vivent auprès de leurs maîtres, mais ils n'ont aucun droit. L'esclave ne possède rien, n'hérite de rien, il ne peut pas se marier librement et ses enfants peuvent lui être pris à tout moment. Il y a aussi les brimades, les humiliations, les mauvais traitements. Sans compter les coups, parfois mortels, le droit de cuissage et les viols". 

Aux yeux de nos maitres politiques actuels, les maitres esclavagistes sont musulmans, donc intouchables.

 

Maurice D.

 

SOURCElink