Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2016

SYRIE : ALEP DAESH ENCERCLÉ ........

Syrie: 1000 combattants tunisiens bloqués à Alep

D’après des rapports médiatiques, plus de 1000 terroristes, d’origine tunisienne, appartenant à l’organisation terroriste l’Etat Islamique Daech, sont actuellement bloqués dans la province syrienne d’Alep, où l’aviation du régime Bachar Al Assad mène, depuis la semaine dernière, des frappes de grande envergure.

D’après ces mêmes rapports, l’armée syrienne a bloqué la route reliant la Turquie à Alep, en vue d’empêcher l’approvisionnement des terroristes de Daech.

L’armée mène également des opérations de ratissage en vue d’arrêter et ainsi d’empêcher le plus grand nombre  possible de terroristes de quitter le territoire syrien pour la Turquie.

D’après les mêmes sources, les unités militaires syriennes ont réussi à abattre des centaines de combattants de l’organisation terroriste, sachant que  des milliers d’autres sont actuellement encerclés dans la ville d’Alep.

 
Publié le 03 mai 2016 à 14:15
 
ET AUSSI
EN LIBYE
 
 
Libye: arrestation de 10 terroristes de nationalité tunisienne

Libye: arrestation de 10 terroristes de nationalité tunisienne

  • Mardi, 3 Mai 2016 - 13:45
  •  
  • Nessma

Le correspondant de Nessma en Libye a indiqué que l'armée libyenne des tribus a réussi à capturer, aujourd'hui 3 mai 2016, 10 membres de nationalité tunisienne appartenant à l'organisation terroriste Daech, et ce au niveau de la banlieue Al-Ajilat.

25/04/2016

QUI VEUT DÉTRUIRE LA SYRIE ???

“Mercenaires achetés par les dollars des pays du Golfe pour détruire la Syrie”

 
 
 

A Genève où se tiennent les pourparlers de paix sur la Syrie, notre envoyé spéciale Faiza Garah a pu rencontrer le négociateur en chef du régime de Damas et ambassadeur syrien auprès de l’ONU, Bachar al-Jaafari, l’occasion d’avoir son point de vue sur l’opposition ou les oppositions, le terrorisme, la pensée Takfirie, les mercenaires étrangers, notamment thétchènes, et sur les décisions de l’Union européenne vis-à-vis de la Syrie.

Dans ces négociations, l’opposition réclame une période transitoire et le départ du président Bachar al Assad. Est-ce que cette demande fera échouer les négociations ?

Bachar Al-Jaafari, négociateur en chef de Damas :

“Vous parlez d’une seule opposition, ceci sous-entendrait qu’elle représente toutes les oppositions. Si ces oppositions parviennent à un dénominateur commun, on pourra considérer que cette demande est acceptable.

Mais toutes les oppositions n’adhérent pas à cette demande.


Poser des conditions au préalable, c’est imposer l’impossible à l’art du dialogue et faire en sorte de mener ces négociations à l‘échec.

Et puis, ceux qui réclament ce départ sont en train de suivre un agenda occidental, parce que l’exigence du départ de Monsieur le Président Bachar al Assad vient de l’extérieur.”

Vous dîtes que les demandes de l’opposition viennent de l’extérieur, pouvez-vous préciser ?

Bachar Al-Jaafari :

“Cette patrie appartient à tous les Syriens, ni moi, ni personne d’autre n’a le droit d’offrir une partie de cette patrie à un autre pays.
Il y en a certains dans l’opposition qui essayent de faire le jeu des Turcs en voulant créer une zone d’exclusion, une zone tampon dans le nord de la Syrie. Ceux qui la réclament, font le jeu des Turcs. Et les Frères Musulmans font la même chose en faisant le jeu du Qatar.

Nous l’avons dit et redit plusieurs fois et ce, depuis le début de la crise. Il y a une ingérence extérieure dans les affaires syriennes.

Les événements récents ont confirmé notre discours que tout le monde niait et refusait jusqu’ici.

Aujourd’hui, il y a des rapports émanant du Conseil de Sécurité et adoptés à l’unanimité par le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la France et les divers pays alliés qui gravitent autour d’eux.

Il existe d’autres rapports au Conseil de Sécurité qui confirment l’existence de trafics d’armes à travers les frontières jordaniennes et turques. Il y a aussi de la contrebande d’armes en provenance de la Libye qui transitent par le Liban jusqu’en Syrie.

Aujourd’hui, on a des preuves sur tous ces problèmes en Syrie et qui confirment sans aucun doute qu’il existe une forme de terrorisme provenant de l’extérieur et financé par l’extérieur, dont on facilite l’entrée en Syrie.

Est-ce que on peut considérer les milliers de Tchétchènes qui combattent dans les rangs de Daesh et d’al-Nosra comme une opposition nationale modérée ? Ce sont des étrangers ! Des mercenaires étrangers !

Achetés par les sales dollars des pays du Golfe pour détruire la Syrie ! Il y a 80 000 mercenaires étrangers qui combattent dans les rangs de Daesh et d’Al-Nosra !”

Qui encourage l’infiltration des terroristes en Syrie ?

Bachar Al-Jaafari :

“La pensée Takfirie est liée directement à la pensée wahhabite des Saoudiens. Uniquement.
C’est pour cela que nous disons que les pays du Golfe sont impliqués dans l’effusion de sang syrien. Parce que ce sont eux qui ont fourni les bases de ce courant qui traite les autres musulmans de mécréants. Ce qui les autorise par conséquent à décapiter les autres.

La pensée de Daech, c’est aussi la pensée wahhabite, car couper les mains, les bras et les têtes au sabre, c’est une tradition wahhabite d’Arabie saoudite.

Ces groupes comme Deach (ndrl : Daech et Takfir wal Hijra) sont sur la liste des organisations terroristes, et il y a des Etats qui les financent. Aujourd’hui, ce n’est plus un secret pour personne que la Turquie finance Daech et facilite le passage de ces membres en Syrie.

Et ce n’est plus un secret pour personne non plus que le Qatar et l’Arabie Saoudite financent le Front Al Nosra. Ils financent les entraînement et l’armement.


Ça, ce n’est pas nous qui le disons, mais ça a été confirmé par le rapport du Conseil de Sécurité (de l’ONU).”

Comment vous voyez l’avenir de la crise syrienne ?

Bachar Al-Jaafari :

“Nous sommes fiers de notre indépendance à prendre des décisions en tant que nation, et nous refusons toute ingérence.

Notre seul ennemi, c’est Israël, et ce n’est pas parce que c’est Israël, mais parce qu’il occupe des territoires arabes, y compris un territoire de notre chère patrie : le Golan.”

De quelle manière la trêve a-t-elle contribué à l’acheminement de l’aide humanitaire ?

Bachar Al-Jaafari :

“Le gouvernement syrien donne 75 % de l’aide humanitaire au peuple syrien. Toutes ces conférences dont on entend parler un peu partout à Londres, à Rome et à Paris sont en vérité des façades.

Derrière, il y a une volonté de financer autre chose, non pas pour aider le peuple syrien à l’intérieur, mais pour maintenir les réfugiés à l’extérieur.”

Comment l’Europe devrait traiter la crise syrienne selon vous ?

Bachar Al-Jaafari :

“Premièrement, il faut qu’elle arrête de s’immiscer dans les affaires internes syriennes.

Deuxièmement, il faut lever les sanctions imposées au peuple syrien.

Troisièmement, il faut rouvrir les ambassades européennes à Damas pour que les Européens soient témoins de ce qui se passe et non pas qu’ils prennent leurs informations des sources de l’opposition.

Il y a beaucoup d’erreurs stratégiques que l’Europe a commises.

Mais certains Européens ont refusé de jouer le jeu.

L’ambassadrice tchèque est toujours à Damas, l’ambassade bulgare est toujours à Damas, l’ambassade de la Suède est toujours à Damas.

On ne va pas mettre tous les Européens dans le même panier. `

Parmi eux, les sages ont laissé leurs ambassades ouvertes.”

 

SYRIE: OBAMA VEUT Y REDÉPLOYER DES TOUPES ......

Obama: "rétablir" le cessez-le-feu en Syrie, et y redéployer des troupes

 

Barack Obama souhaite « rétablir » le cessez-le-feu en Syrie qui a replongé dans la guerre après huit semaines de trêve, et doit annoncer ce lundi à Hanovre l’envoi de soldats américains supplémentaires pour aider les rebelles syriens.

En visite en Allemagne, le président américain doit confirmer ce lundi matin l’envoi en Syrie de militaires américains supplémentaires dont le nombre pourra atteindre 250.

« Le président a autorisé une série de mesures pour renforcer le soutien à nos partenaires dans la région, notamment les forces de sécurité irakiennes ainsi que les forces locales syriennes qui luttent contre l’ISIL » (acronyme anglais de Daesh), a indiqué un haut responsable américain sous couvert de l’anonymat.

http://www.bvoltaire.fr/breves/

SYRIE: A QUOI JOUENT LES ÉTATS-UNIS ???

 

 

Les États-Unis violent le cessez-le-feu en Syrie et arment Al-Qaïda

Publié par wikistrike.com sur 25 Avril 2016, 10:09am

 

Les États-Unis violent le cessez-le-feu en Syrie et arment Al-Qaïda

Le  7 avril 2016, Jane’s révélait que la US Navy Military Sealift Command avait lancé, en 2015, deux appels d’offres pour transporter des armes du port roumain de Constanta vers le port jordanien d’Aqaba [1]

 
 

Les armes qui ont pu être identifiées ont été fabriquées en Bulgarie, ce qui confirme l’enquête précédente de Balkan Investigative Reporting Network [2] et la notre [3].

L’appel d’offres a été remporté par Transatlantic Lines et effectué par le cargo Geysir (IMO : 7710733).

La première cargaison a quitté la Roumanie le 5 décembre 2015 et a été livrée pour moitié à Taşucu (Turquie), et pour moitié à Aqaba (Jordanie).

Elle se composait au total de 117 containers, pour 2 007 tonnes. Soit, outre des Kalachnikov et des mitrailleuses, environ 50 lance-missiles Faktoria, entre 796 et 854 missiles, et 162 tonnes d’explosifs.

Le choix des missiles anti-tanks Faktoria s’explique par leur ressemblance avec ceux qu’utilisent l’Armée arabe syrienne, les 9K111 Fagots ATGW dont ils sont une version améliorée, de sorte que l’on puisse accuser celle-ci de divers crimes qu’elle n’a pas commis.

On vient d’apprendre que la seconde livraison, qui était plus importante que la première, a quitté la Roumanie le 28 mars 2016 et a été livrée le 7 avril, c’est-à-dire le jour de la publication de l’article de Jane’s.

Par conséquent, les États-Unis ont eux-même violé la cessation des combats signée le 12 février 2016. Ils ont profité de la naïveté de la Russie et de la Syrie pour réarmer les groupes jihadistes, exactement comme ils l’avaient fait, début 2012, durant la Mission d’observation de la Ligue arabe, puis durant celle des Nations unies.

Les armes ont été remises par le Pentagone, soit directement, soit via l’armée turque, à des groupes qualifiés de « modérés », c’est-à-dire participant simultanément aux négociations de paix de Genève.

Selon les observateurs sur place, y compris ceux qui sont opposés à la République arabe syrienne, ces groupes qui se coordonnent sur le champ de bataille avec Al-Qaïda, remettent systématiquement la moitié des armes qu’ils reçoivent à l’organisation terroriste internationale. Ce sont donc bien principalement les États-Unis qui arment Al-Qaïda, exactement comme ce sont les États-Unis qui ont principalement armé Daesh, notamment en 2014, en organisant « l’abandon » des armes qu’ils venaient de livrer à l’Armée irakienne.

Source

[1] “US arms shipment to Syrian rebels detailed”, Jeremy Binnie & Neil Gibson, Jane’s, April 7th, 2016.

[2] “War Gains : Bulgarian Arms Add Fuel to Middle East Conflicts”, Maria Petkova, Balkan Investigative Reporting Network, December 21, 2015.

[3] « Comment la Bulgarie a fourni des drogues et des armes à Al-Qaïda et à Daesh », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 janvier 2016.

23/04/2016

SYRIE: DAESCH: DÉBUT DE LA DÉBANDADE DEVANT L' INTERVENTION RUSSE !

Syrie, intervention russe. Daesh : début de débandade !

mil mi-28 night hunter[1]

Depuis quelques jours, vous n’entendez plus rien à propos des frappes russes en Syrie, dans les médias occidentaux.

Des consignes strictes ont été imposées à ceux-ci : plus question de relater les victoires russes, cela mettrait à mal la propagande distillée pendant plus d’un an, par les forces « occidentales ». C’est bien la preuve d’une censure de nos médias.

La réalité est que la Coalition bombardait daesh, juste pour maintenir la pression et pour démontrer à l’opinion publique qu’ils étaient le rempart contre les djihadistes, mais rien de plus. Car éliminer daesh, aurait aidé Bachar Al Assad.

Or le régime d’Assad devait tomber. Cet allié des russes devait être éliminé.

Le prétexte répété ad nauseam, était que Bachar était le barbare tuant son peuple.

 

L’ensemble des occidentaux bienpensants omettant d’expliquer que la férocité, la barbarie, avait commencé par des boucheries perpétrées par les « rebelles » au régime syrien.

 

Loin de nous l’idée de défendre un Bachar Al Assad, innocent et pacifique. Reconnaissons que le carnage se trouve autant du côté d’Al Nostra et des rebelles syriens qui font partie d’Al- Qaïda.

 

Les médias occidentaux semblent frappés d’une amnésie grave à ce sujet.

Pire, ils mentent effrontément pour servir des causes qui veulent la disparition des valeurs européennes.

 

En même temps la gentille coalition fermait les yeux sur les crimes génocidaires des Turcs bombardant des Kurdes.

Tout ceci est de la géopolitique, le citoyen occidental lambda n’a qu’une solution : avaler les mensonges ou omissions de nos médias subsidiés et vérolés par un bobo-socialisme atlantiste dont le seul crédo sont des choix politiques contraires aux intérêts des peuples européens.

Au début la Coalition avait donné de la voix pour condamner les bombardements des « bons rebelles » par les Russes. Entendez les djihadistes rebelles syriens.

 

La Russie a répliqué avec un humour noir extraordinaire : « Surtout ne vous en faites pas pour vos bons rebelles, nous ne lançons sur eux que des bombes très peu létales : elles font moins de morts et de blessés que les bombes classiques».

Puisque les médias ne veulent plus vous informer sur la situation réelle, en Syrie et au Proche-Orient, nous vous dévoilons une nouvelle passée sous-silence par nos bons médias menteurs : Les Etats-Unis retirent leur porte-avions, « Theodore Roosevelt » du golfe Persique…..

Est-ce le début d’un désengagement des USA, face à la montée en puissance russe ?

Simple rappel : ce porte-avions abrite 65 avions de combats ….

L’excuse officielle américaine : notre navire doit réaliser des réparations et des maintenances …. Cela tombe bien.
Continuons sur les informations qui rendent neurasthéniques les chefs de l’OTAN et de la Coalition en général.

Les bombardements russes opérés par des appareils ultra-performants que sont les Sukhoï plongent dans l’effroi les QG militaires de la Coalition, car les résultats sur le terrain sont patents.


Peu d’experts ne connaissaient les performances de ces avions d’une efficacité hallucinante.

 

Il y a encore mieux : les hélicoptères de combat MI24 HIND sont devenus la terreur absolue des combattants de daesh.

Ces appareils sont dotés d’un armement exceptionnel, dotés de contre-mesures anti-missiles et déboulant sans prévenir sur les positions des djihadistes vitrifiant toutes les casemates et grillant sur place les combattants.

 

La débâcle commence à l’Ouest de la Syrie.

C’est tellement vrai qu’un mouvement se dessine au sein de daesh et d’Al Nostra : les combattants se rasent la barbe, suprême insulte au Djihad, et s’enfuient par milliers vers la Turquie et l’Irak.

Certains sont déjà de retour, imberbes, en Lybie et en Tunisie.


Dans six mois les Russes et leurs alliés Syriens auront expulsés daesh de Syrie, en laissant des dizaines de milliers de morts sur le théâtre des opérations.

Restera tous ces déserteurs errants dans les différents pays du Moyen-Orient qui devront être éliminés par les différents pouvoirs.

 

Les Russes sont des gens déterminés, nous en voyons les premiers résultats!

JACQUES D’EVILLE

https://siecle21.com/2015/10/20/

 

 

Syrie: Sauve qui peut!

  Syrie: Sauve qui peut!

Les frappes Russes en collaboration avec les troupes au sol syriennes déclenchent une panique générale en Syrie: L’armée régulière a arrêté plusieurs terroristes de l’Etat Islamique tentant de fuir, déguisés en femmes!

Par ailleurs la Russie continue d’acheminer du matériel lourd en Syrie, à destination de l’armée régulière.

Publicité
 
 
O
powered by
 

Il est clair qu’une fois le terrain reconquis, Assad aura les moyens matériels de se faire respecter.

On note d’ailleurs le grand silence des occidentaux qui doivent commencer à comprendre que leurs plans pour faire main basse sur la Syrie sont définitivement enterrés.

 

avertissement:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Précision concernant les photos d’illustration de l’article: L’information développée dans cet article m’est parvenue par certains canaux sur le terrain en Syrie.

Souhaitant comme dans chaque article sur ce blog illustrer le texte avec quelques photos, j’ai donc cherché sur internet et ai choisi ces photos, prises en Afghanistan il y a quelques années.

Cela n’enlève rien au fait que l’information donnée dans cet article est rigoureusement exacte, elle a d’ailleurs été donnée également par certaines agences officielles telles Sputnik ou Russia Today.

https://jeanfouche.wordpress.com/2015/10/19/syrie-sauve-q...

 

LES U S A FINANCE LE TERRORISME S' ILS " SERVENT NOTRE CAUSE " ???

Officier de l’armée US : «Nous finançons les terroristes s’ils servent notre cause»

 
 
5
 

 usa

© Jonathan Ernst Source: Reuters

Les bureaucrates de Washington sont payés à ne rien faire, aggravant l’insécurité dans le monde – et plus il y a de conflits, plus le marché des armes est important, selon l’ancienne lieutenant colonel de l’armée de l’air américaine Karen Kwiatowski.

Une attaque, la plus meurtrière depuis 2011, a secoué Kaboul une semaine seulement après le lancement par les Talibans d’une offensive au début du printemps.

La lutte contre les Talibans fait rage depuis 2001.

Le Secrétaire d’Etat des Etats-Unis lui-même, John Kerry, a été la cible de tirs de roquettes des Talibans dans la capitale afghane samedi 16 avril. Cependant, les Etats-Unis ont déclaré que cette dernière attaque ne signifiait pas qu’il fallait abandonner les efforts pour établir un dialogue pacifique.

RT : Malgré le récent carnage à Kaboul, le Département d’Etat des Etats-Unis souhaite inclure les Talibans dans le processus de paix. Cela ne contredit-il pas le prétendu refus de Washington de négocier avec les terroristes ?

Karen Kwiatkowski (K.K.) : Dans une certaine mesure, oui… Une partie des Talibans travaille avec l’Etat islamique en Afghanistan, donc c’est vrai au sens propre et figuré du terme.

Le gouvernement américain, lui-même, agit à bien des égards comme une organisation terroriste. Quand on dit qu’on ne négocie pas avec les terroristes c’est plus pour la télévision qu’on dit cela, quand les gens regardent les nouvelles chez eux le soir.

Dans la vraie vie, lors des vraies négociations, honnêtement je ne pense pas que ça ait de l’importance. Si les terroristes sont du côté des Etats-Unis, non seulement on négocie avec eux mais on les soutient.

Donc je ne crois pas à cet argument, qui fait partie de la politique étrangère américaine, selon lequel on ne négocie pas avec les terroristes. Nous finançons les terroristes si ces terroristes servent notre cause. On l’a bien vu ces 15 dernières années, au moins.

Les Américains comprennent qu’on n’a aucune idée de ce qu’on fait dans la plupart des pays du Moyen-Orient. Ni en Afghanistan, ni en Syrie, ni en Iraq

RT : Les Talibans ont ouvertement ciblé John Kerry. Mais les Etats-Unis veulent toujours établir un dialogue avec eux, qu’est-ce que cela veut dire ?

K.K. : Je sais, quand John Kerry s’est rendu à Kaboul les Talibans l’ont visé. Faites attention au but de sa visite à Kaboul : il venait pour essayer de résoudre des problèmes au sein d’un gouvernement dont la création a été soutenue et facilitée par les Etats-Unis, et qui ne représente donc pas réellement le peuple.

Il ne peut pas le représenter… Il ne sera jamais accepté, c’est un gouvernement externe, imposé et artificiel – et, bien sûr, il rencontre des difficultés.

Toute cette histoire est liée aux échecs de la politique américaine, ce que la plupart des gens [aux Etats-Unis] reconnaissent. Mais ce que je ne comprends pas c’est qu’Ash Carter, Kerry et Obama ne le reconnaissent pas.

Les Américains comprennent qu’on n’a aucune idée de ce qu’on fait dans la plupart des pays du Moyen-Orient. Ni en Afghanistan, ni en Syrie, ni en Iraq.

RT : Les Talibans doivent être conscients de la bonne volonté de Washington. Les attaques comme celle d’aujourd’hui sont-elles une façon de dire aux Etats-Unis  «Non, merci, nous ne sommes pas intéressés !» ?

K.K. : Je pense que les Talibans ont très clairement expliqué quel était leur but dans un article que j’ai vu sur CNN. Ils ont publié une interview avec les Talibans dans laquelle ces derniers disaient : «Nous prévoyons d’anéantir l’ennemi. Cela va être un travail de longue haleine, ce que nous savions déjà. Nous allons démoraliser les Américains. » En particulier les Américains car les Etats-Unis sont les premiers à soutenir ce gouvernement qu’ils ont créé dans cet Etat-nation qu’ils pensent – à tort – avoir construit à Kaboul.

Donc les Talibans ont été très clairs quant à leurs objectifs. Ils prévoient de démoraliser et de vaincre sur le long terme l’occupant, ceux qu’ils considèrent comme l’occupant et le «gouvernement de Vichy» de Kaboul, qui, à leurs yeux, n’a aucune légitimité.

Les problèmes du monde entier justifient les budgets et les missions des bureaucrates de Washington D.C.

RT : Pourquoi le gouvernement américain ne comprend-il donc pas que ce qu’il fait ne fonctionne pas, et fait-il quelque chose d’autre pour régler les problèmes en Afghanistan?

K.K. : De toute évidence, Washington D.C. n’a aucune idée ni de ce qu’il se passe sur place ni de la situation politique  en Afghanistan. Ils n’ont aucune idée de ce qui pourrait fonctionner. La solution du gouvernement américain est de transplanter un gouvernement qui lui est loyal, soit une pseudo-démocratie artificielle qui resterait là, statique. C’est de la pure folie.

Pourquoi persévèrent-ils? Je peux vous donner plusieurs raisons à cela et je pense que vous les connaissez. Il y a beaucoup d’argent en jeu.

Carter veut envoyer davantage de troupes en Afghanistan, davantage de troupes en Iraq, davantage de troupes en Syrie et il veut un plus gros budget pour combattre le terrorisme comme les attaques des Talibans. Les problèmes du monde entier justifient les budgets et les missions des bureaucrates de Washington D.C.

Nous vendons des armes à pratiquement tout le monde. Plus il y a des conflits, plus il y a d’insécurité et plus le marché des armes prospère. Et je pense vraiment que les Etats-Unis n’ont aucun intérêt à réduire les récoltes d’opium qui sortent d’Afghanistan chaque année.

L’argent généré par la vente de drogues, par la vente d’opiacés, en particulier en provenance de cette région du monde, finit blanchi et entre dans le système, devenant légitime. Une fois blanchi, cet argent profite à de nombreux gouvernements partout dans le monde, y compris aux Etats-Unis.

Ils continuent de financer les bureaucrates de Washington et cela augmente l’insécurité dans le monde. Les membres du gouvernement américain ont énormément profité, ces 15 dernières années, de ce qu’ils ont fait en Afghanistan : ils se sont enrichis, les entreprises aussi, le budget du Pentagone n’a jamais été aussi important, et personne ne pose de questions au Congrès.

Le Congrès donne son accord à toutes leurs demandes de financement.

Ce sont les profits du gouvernement, et c’est le peuple afghan et les autres peuples qui vivent dans l’insécurité à cause de notre politique qui en font les frais.  Je ne porte pas de jugement, mais c’est comme ça que je vois les choses.

RT: 22 avril 2016

Source: https://francais.rt.com/opinions/19509-officier-americain...

SYRIE : LA BATAILLE D' ALEP .....

Préparatifs de guerre pour la bataille d’Alep: la pire embuscade contre al-Nosra

Crises Syrie
 
16
 

syrie nosra_FN6

Le front de la province sud d’Alep grouille de milices venues de toutes parts pour participer à la bataille décisive d’Alep. Une bataille qui devrait leur permettre d’occuper la totalité de cette province et surtout la ville même.

Plusieurs médias ont fait état de préparatifs sans précédent observés dans les rangs des milices.

Des Turcomans et des Oïghours

Selon le journal libanais al-Akhbar, il est surtout question d’un grand nombre de miliciens turcomans du Parti Islamique Turcoman, soutenu directement par Ankara qui ont rejoint la campagne.

Des centaines de ressortissants ouïghours, originaires de la province islamique chinoise figurent parmi eux. Ils sont positionnés pour le moment dans le village Bawwabiyé, situé à 2 km de l’autoroute international Alep-Damas.

Ils ont occupé les maisons abandonnées par leurs habitants ayant pris la fuite, malgré le mauvais accueil qu’ils ont reçu de la part de ceux qui sont restés ils ne cessent de répéter « Nous sommes venus vous protéger », selon al-Akhbar.

Le nombre des miliciens: un grand secret

Autre évolution liée aux préparatifs : les chefs de combats de la milice « Jund al-Aqsa » dont des Syriens et de nombreux étrangers connus pour leur expertise militaire sont aussi arrivés sur les lieux en grand nombre.

Le nombre des miliciens attroupés dans cette zone demeure la grande question. Il est gardé précieusement dans le grand secret mais semble être pour les observateurs sans précédent, indique al-Akhbar.

Ceux venus de l’étranger sont passés par la Turquie. Leur moyenne d’âge est autour de 20 ans.

Un nombre important de miliciens plus expérimentés sont venus de la province d’Idleb, occupée depuis 2014 par le front al-Nosra , Ahrar al-Sham et autre.

Les conquérir avant qu’ils ne nous attaquent

« Nous allons les conquérir avant qu’il ne nous attaquent », a déclaré al-Akhbar une source proche du front al-Nosra pour qui le but de cette campagne est double. D’un côté, il s’agit de restituer les régions qui ont été conquises par l’armée syrienne et ses alliés dans la province sud de la Syrie et de conquérir les quartiers loyalistes de la ville d’Alep. 

De l’autre elle est défensive car elle anticipe toute bataille future que l’armée syrienne et ses alliés pourraient déclencher.

Tandis que les miliciens du front al-Nosra investissent dans la bataille leurs meilleurs combattants, et s’exhibent de plus en plus portant les nouveaux armements qu’ils ont entre les mains, dont le plus médiatisé est l’anti aérien chinois FN-6, les observateurs ne semblent pas impressionnés pour autant.

Les drones de l’armée syrienne ne quittent pas le ciel de cette région.

Attaques du front al-Nosra torpillées

Ces derniers jours, ce sont prés de 5 attaques menées par la branche d’Al-Qaïda et ses alliés qui ont échoué dans l’axe de Khan Toumane, à 10 km au sud-ouest d’Alep. 

Pourtant, indique la chaine télévision panarabe al-Mayadeen des milliers de miliciens y ont été investis. 

L’une d’entre elles a été torpillée avant même qu’elle ne soit lancée, et les tués et blessés se comptent par plusieurs dizaines dans les rangs du Nosra et compagnie, rapporte le journal libanais Al-safir, citant une source du front al-Nosra. Deux chars et trois véhicules quatre quatre y ont aussi été détruits.

L’attaque se devait de mettre en exécution de nouvelles tactiques utilisées pour la premières fois par la branche d’Al-Qaïda, et qui aurait dû abouti à l’effondrement des rangs des forces régulières, et l’expansion des miliciens dans tout le sud d’Alep.

La direction du front al-Nosra est sure d’avoir été trahie, et que ses plans ont été exfiltrés. « La précision du ciblage montre que l’armée syrienne était au courant des moindres détails du plan dont ceux qui n’étaient pas écrits sur du papier mais transmis oralement », rapporte al-Safir, citant une source d’al-Nosra. Ce dernier soupçonne certains de ses alliés qui ont, à sa grande surprise, refusé de participer à la bataille de Khan Toumane.

Almanar | 21-04-2016

Source: http://french.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=1&c...

20/04/2016

SYRIE: VOYAGE AU COEUR D' UN PAYS EN GUERRE .....

Syrie. Voyage au coeur du pays de Bachar (7) : à Damas la vie continue…

Syrie_Voyage_pays_Bachar_ Damas_vie_continue...

Depuis 5 ans le conflit syrien est au cœur de l’actualité. Pour en parler, la plupart des médias se contentent de reprendre les dépêches de l’Agence France presse, qui s’appuient sur les communiqués de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une officine très controversée. 

Alors pour tenter de comprendre la réalité, trois membres  de la rédaction de Breizh-info ont séjourné en Syrie, où ils se sont rendus avec le concours de l’association de solidarité France – Syrie (contact : syrianafrance@gmail.com).

Ce voyage d’une semaine s’est entièrement déroulé dans la partie du pays sous contrôle du gouvernement légal.

De Damas à Lattaquié, notre équipe est allée à la rencontre de la population : combattants, victimes de guerre, déplacés, chrétiens, musulmans, religieux,  mères de famille, enfants, universitaires, industriels, artisans, commerçants, agriculteurs…

Sans préjugés ni tabous, récit d’un voyage dans un pays en guerre. 

La rédaction

A Damas la vie continue…

Le soleil brille sur Damas quand nous entamons une promenade dans le quartier chrétien de la vieille ville où se trouve notre hôtel. Appelé Mahallat al-Nasârâ,  on y trouve les principaux lieux de culte de toutes les confessions. Il  comporte aussi de multiples petits magasins pittoresques dans les rues Bab Touma et Bab Sharqui.

Nous nous retrouvons dans la maison du restaurateur chez qui nous avions diné le premier soir du voyage. Il tenait à nous montrer sa maison qui a  subit de graves dégâts au cœur d’un quartier particulièrement visé par les tirs de mortier des islamistes. Il nous présente une icône qui a pu être retirée intacte des décombres. Un  « miracle » à ses yeux.

Après avoir quitté nos hôtes et visité la cathédrale melkite Al Zeitoun nous rejoignons la porte de Barb Shaqui pour prendre  des taxis afin rejoindre dans le centre de Damas une exposition textile des manufacturiers d’Alep. En cette fin de matinée, le centre de la ville est très embouteillé. On ne se croirait pas dans la capitale d’un pays en guerre !

L’exposition  se tient dans un grand hôtel, au sein d’un quartier d’affaires d’aspect  moderne et occidental qui ne contraste pas cependant avec les vestiges du passé.

Accueillis par la Chambre de commerce de Damas, plusieurs dizaines d’entreprises rapatriées d’Alep suite à l’occupation et à la destruction d’une grande partie de la ville y présentent leurs productions textiles dans le domaine de l’habillement.

Ces entreprises comptaient des centaines de salariés. Ecrasées  par les bombardements des islamistes, leurs machines ont été volées pour  être revendues aux Turcs. Elles se sont réimplantées dans la banlieue de Damas avec les « moyens du bord », creusant des puits pour s’approvisionner en eau, construisant des éoliennes pour l’électricité.

Superbe exemple du courage de ces entrepreneurs syriens et de leurs employés. Les productions présentées n’ont rien à envier par leur qualité et leur modernité à la confection vendue en Europe. Les vêtements d’enfants sont particulièrement  remarquables.

Damas 4

Après cette visite, nous entamons une longue promenade à pied qui nous mènera jusqu’au Musée national.

Construit en 1936 sous le Protectorat français, celui-ci abritait de riches collections archéologiques qui ont été  mises en lieu sûr du fait des bombardements.

Nous devrons donc nous contenter d’une flânerie dans les jardins où sont exposés de nombreux vestiges de  l’antiquité romaine.

Damas 6

Au détour des allées, nous croisons un groupe de femmes soldats portant un petit voile. Souriantes, elles se laissent volontiers photographier.

Damas 3

Très proche du musée, nous admirons la mosquée turque La Takiya construite vers le milieu du XVIème siècle par le sultan Soliman le Magnifique.

Autour de la mosquée on peut voir de nombreuses boutiques et ateliers d’artisans dont certains tissent encore les célèbres étoffes damasquinées devant nos yeux. A l’entrée d’un centre d’art palestinien, la peinture d’une fillette attire l’attention (photo).

Dans son regard, toute la détresse d’un interminable conflit.

Damas 7

Avant d’arriver aux souks nous passons par la gare du Hedjaz, ancienne gare ferroviaire de Damas devenue monument historique, le grand hall est particulièrement remarquable.

Damas 8

Nous pénétrons ensuite dans le  Souk al Hamidiyé qui est un marché couvert mélangeant les traditions orientales et l’industrie moderne grâce à son toit métallique en forme d’arche.

Séparés par des colonnes doriques issues de la Damas antique, les échoppes vendent des vêtements pour femmes, de la marqueterie, de la maroquinerie et des gadgets pour touristes.

Damas 9

Damas 10

Parallèlement au souk principal se trouve le souk al Goumrouk qui rassemble, dans un dédale de galerie, les robes de soirées, maquillages et sous-vêtements féminins les plus extravagants.

Les épices et fruits secs se trouvent en peu plus loin, dans le souk al Bzouriya, en direction de la mosquée des Omeyyades. Nous ne ressentons aucun sentiment d’insécurité dans l’immense foule qui se presse dans les allées.

Pas question bien sûr de ne pas faire une halte dans l’établissement du célèbre glacier Bakdache pour goûter ses fameuses crèmes glacées artisanales.

Nous quittons les souks en franchissant un mur qui contient le fronton du temple de Zeus, il débouche sur l’esplanade faisant face à la grande mosquée.

Sortie du souk face à la grande mosquéeyrie mars 2016 227

Damas, fronton du temple de Zeus

L’édifice le plus célèbre de Damas  fut construit par le calife omeyyade Al Walid entre 705 et 715 sur un temple romain dédié à Jupiter transformé en église au IVème siècle.

La mosquée occupe l’immense aire délimitée dans l’antiquité par l’enceinte sacrée du temple païen. L’espace de la cour est monumental.

Après nous être déchaussés nous visitons l’immense salle de prières (136m de long) partagée en 3 nefs par 2 rangées de colonnes corinthiennes.

On y trouve un édifice surmonté d’une coupole qui contiendrait la tête de Saint Jean Baptiste qui est aussi vénéré comme prophète par les musulmans.

Hommes et femmes peuvent prier ensemble dans la mosquée.

Damas 1

Après un dernier repas, nous reprenons la route pour l’aéroport de Beyrouth. Quelques heures de vol plus tard, nous retrouvons la France… Un autre monde.

damas2

FIN

Précédemment :

Un pays en guerre
De Seydnaya à Maaloula, aux sources des chrétiens d’Orient
Homs, ville martyre
A Hama, ville sunnite, le calme règne


Sur le front
De Lattaquié au monastère de Qara

 Crédit photos : Breizh-info.com ( mention obligatoire)
[cc] Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

15/04/2016

SYRIE: LES CHOSES SEMBLENT DÉGÉNÉRER À NOUVEAU ......

Ca se gâte en Syrie

Etats-Unis Russie Syrie Turquie
 
16
 

 

syrie _northern-aleppo

 

Un mois après le vrai-faux retrait russe et six semaines après la trêve qui avait étonnamment plutôt bien fonctionné, les choses semblent dégénérer à nouveau en Syrie.

Erdogan a-t-il lâché Daech pour Al Qaeda ?

La prise d’al-Raï à la frontière syro-turque par les « rebelles » syriens sur l’EI avec l’aide de l’artillerie turque est peut-être un tournant dans la politique du sultan, marquant sa rupture définitive avec le bébé daéchique qu’il a nourri au sein pendant tant d’années.

Qui sont donc ces fameux rebelles que les canons ottomans ont aidés ?

Al Qaeda et ses affiliés, tout simplement…

Erdogan a utilisé Daech jusqu’à la corde. Il semble désormais jeter son encombrant allié pour s’appuyer sur plus « présentable » afin d’empêcher la réalisation de son cauchemar : la jonction entre les deux parties kurdes le long de la frontière turque et la fermeture de ce fameux corridor entre Azaz et Jarablus dont nous parlons depuis des mois.

Certes, Al Nosra (la branche locale d’Al Qaeda) et Ahrar al-Cham n’ont pas grand chose à envier à l’Etat Islamique, mais les chancelleries et médias occidentaux les appellent « rebelles modérés » depuis des années, alors pourquoi se gêner ?

On comprend en tout cas mieux pourquoi Ankara a retiré Al Nosra de sa liste des organisations terroristes il y a dix jours…

Schizophrénie irrémédiable des Américains ?

Washington et toutes ses agences continuent d’envoyer des signaux plus que contradictoires, ce qui n’est guère étonnant vu qu’elles se tirent dans les pattes.

Alors que, dans un rare accès de franchise, Kerry loue le rôle constructif des Russes en Syrie, la CIA a livré 3 000 tonnes d’armes à Al Qaeda & Co ces dernières semaines et menace même de livrer des armes anti-aériennes à ses chers terroristes modérés si les pourparlers de paix échouent.

A se demander qui dirige vraiment les Etats-Unis… En 2012, Obama avait réussi à mettre son vétoà un plan visant à renverser Assad.

Résiste-t-il toujours autant à sa surpuissante agence de renseignement ? Pour ajouter à la confusion, le Congrès US pourrait remettre en cause le soutien aux YPG syriennes, pourtant principal candidat du Pentagone.

Hezbollah vs Al Qaeda

Les combats redoublent dans la région d’Alep où Al Nosra a déployé 10 000 combattants.

Les copains d’Erdogan ont pour l’occasion abandonné plusieurs autres fronts, de toute façon gelés en raison de la trêve (erreur des Russes ?)

La lutte est acharnée entre le Hezbollah et Al Qaeda autour de la position stratégique d’Al-Eis, au confluent des provinces d’Alep et d’Idlib, la dernière tenue par la rébellion.

Début avril, les djihadistes avaient pris le village et les nombreuses tentatives des forces loyalistes pour le reprendre ont, depuis, échoué.

Cette grossière violation du cessez-le-feu, qui ne concernait de toute façon pas Al Nosra, a peut-être entraîné la décision du régime et de ses alliés de lancer enfin la grande offensive pour encercler la grande ville du nord.

Un centre d’opérations a été installé en ce sens, comprenant des représentants russes, syriens, iraniens et du Hezbollah, tandis que le commandant de l’opération a déjà été nommé.

14 Avril 2016 – Observatus geopoliticus

Source: http://www.chroniquesdugrandjeu.com/

 

ET AUSSI

 

 

Les Américains livrent d'énormes quantités d'armes à Al-Quaida

Publié par wikistrike.com sur 15 Avril 2016, 07:23am

Catégories : #Politique internationale

Les Américains livrent d'énormes quantités d'armes à Al-Quaida

Selon Jane’s, une agence d’information militaire britannique, deux appels d’offre ont repéré un site internet tenu par le gouvernement américain www.fbo (Federal Business Opportunities), recherchant des sociétés de fret maritime pour transporter du matériel explosif à partir de Constanta en Roumanie pour le port d’Aqaba en Jordanie, au profit de la Navy’s Military Sealift Command, une unité de la marine étatsunienne.

 

«Les marchandises listées sur le document comprennent des fusils AK-47, des mitraillettes PKM, des mitrailleuses DShK, des lances missiles RPG-7 et des armes anti-tank guidées 9K111M», explique Jane’s.

L’appel d’offre a été lancé en novembre 2015. Un bateau chargé de presque une tonne d’armes [ZeroHedge parle 1000 tonnes, NdT] et de munitions a quitté le port roumain de Constanta en décembre.

Il a navigué jusqu’à Agalar en Turquie, un port militaire, puis a rejoint Aqaba en Jordanie.

Un autre bateau chargé de plus de deux tonnes d’armes et de munitions est parti fin mars, a suivi la même route et a été aperçu pour la dernière fois sur son chemin pour Aqaba le 4 avril dernier.

Selon Zero Hedge, une telle cargaison équivaut à des millions de fusils, de mitrailleuses et de lances-missiles et aussi à des milliers d’armes neuves et légères et des centaines de nouveaux missiles anti-tanks.

Ni la Turquie ni la Jordanie n’utilisent de telles armes, conçues du temps de l’URSS.

Cela veut dire que ces armes sont destinées à la Syrie où, comme cela a déjà été rapporté pendant des années par de multiples sources indépendantes, la moitié atterrira directement dans les mains d’Al-Qaida, qui opère en Syrie sous le nom de Jabhat al-Nusra.

Traduit par Wayan, relu par Diane pour le Saker Francophone.

 

Source   http://www.wikistrike.com/2016/04/