Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2022

GUERRE EN UKRAINE : UN SINISTRE GOUFFRE FINANCIER POUR LES FRANÇAIS !

TRIBUNE LIBRE !

 

L’Ukraine, un sinistre financier abyssal pour les Français


Nos dirigeants savent-ils compter ?

Face au gouffre financier que représentent les sanctions prises contre la Russie pour l’Europe et plus particulièrement pour la France, on peut se demander si notre « Mozart de la finance » sait faire une simple addition.

 

Une addition que, nous, Français, allons pourtant tôt ou tard devoir payer.

Retour sur des évidences…

La guerre en Ukraine est de fait une guerre par procuration puisque ce sont les pays de l’Otan qui arment les Ukrainiens.

Mais quel est pour nous, Français, et pour les Européens, le vrai prix de la guerre ?

Dans la réalité, cette guerre va coûter à la France des sommes colossales que l’on vous cache, ainsi…

Lorsque les premières sanctions sont tombées contre la Russie en 2014, faisant suite au référendum qui rattachait la Crimée à la Russie, très intelligemment Vladimir Poutine en a profité pour développer l’agriculture.

Au bout de huit ans, réussite totale puisque la Russie est l’un des principaux producteurs et exportateurs mondiaux de céréales.

Aujourd’hui, où l’Ukraine, gros producteur de tournesol et exportateur d’huile de tournesol, est devenu un champ de bataille, c’est environ 40 % de cette production qui va disparaître cette année, entraînant une augmentation du cours des huiles et des céréales, pour le plus grand profit de… la Russie, principal producteur et exportateur de ces produits.

Déjà, en 2014 et depuis lors les sanctions n’ont servi qu’a apporter un soutien financier à la Russie tout en lui permettant de se développer sur un marché qui va désormais se restreindre comme peau de chagrin, avec le risque d’une disette mondiale qui pourrait, dans certains pays, se transformer en risque de famine.

Ces sanctions ayant déjà généré en 2022 une flambée des prix du blé et du maïs passés respectivement de 150 €/tonne à près de 400 €/T pour l’un et l’autre. Et ce n’est que le commencement. 2023 risque de s’avérer bien pire car les marchés actuels vivent encore sur des réserves qui n’existeront plus d’ici là.

Là encore, l’approvisionnement en céréales et en oléagineux va engendrer des sommes considérables de surcoût qu’il va falloir payer.

Les sanctions prises contre la Russie actuellement pour la 6e fois induisent que la France et l’UE s’interdisent d’acheter du gaz et du pétrole à la Fédération de Russie

. Cette absurdité sans nom, à la fois logistique, écologique et environnementale va nous obliger à nous tourner vers le gaz de schiste américain.

Un gaz qui ravage l’environnement, qui coûte très cher, qui doit traverser l’Atlantique pour arriver dans les ports européens et qui nécessite en outre la création d’installations et de terminaux totalement dissemblables de ceux existants puisque la composition du gaz de schiste est résolument différente.

Des installations qui nécessitent également du personnel formé spécifiquement. Un coût phénoménal que l’on peut chiffrer a minima à plusieurs milliards d’euros et sans doute inutile car le gaz américain ne suffira pas.

Que va t-il résulter de ces décisions aberrantes ?

Tout simplement, pour compléter leurs besoins en gaz, les pays européens seront néanmoins obligés d’acheter du gaz et du pétrole russes.

Seule différence : pour « acheter en douce » il faudra passer par des intermédiaires tels que l’Iran, la Turquie, etc.

Et qui dit intermédiaires dit commissions et surcoût, et tout ça pour quoi ? Pour ne pas acheter « officiellement » du gaz ou du pétrole à la Russie.

Résultat, les Russes continueront à vendre leur gaz à d’autres clients, que nous leur achèterons à notre tour beaucoup plus cher. Conséquence, un surcoût colossal et encore une fois tout ça pour quoi… pour ménager les egos capricieux de quelques dirigeants européens.

Plus ridicule… cherchez bien vous ne trouverez pas.

Néanmoins, le gaz et le pétrole ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Une partie d’autant plus malsaine que pendant que l’UE se prive d’une source d’approvisionnement à bas coût pour se ruiner au profit des Américains, ces derniers augmentent allègrement leurs achats de pétrole et de gaz… russes !

En outre, et contrairement à ce que l’on essaie de vous faire croire, l’Ukraine laisse passer le gaz russe à travers son territoire, pour prélever au passage des commissions. Résultats, l’UE ne défend plus ses intérêts nationaux et se retrouve dans le rôle du dindon de la farce. Et en plus, elle en redemande !

N’oublions pas également un phénomène primordial actuellement : il faut armer l’Ukraine.

Or, l’armement a un coût lui aussi ! Ainsi, la France a puisé dans ses réserves pour lui envoyer a priori six canons Caesar (entre autres babioles).

Une fourniture aussi absurde qu’imbécile parce que d’une part ces quelques canons ne vont pas changer le cours de la guerre et ne font que tuer inutilement des Ukrainiens qui n’ont rien demandé ; et d’autre part parce que puiser dans nos réserves démunit notre propre armée et fournir des armes à l’Ukraine nous classe dans le camp des ennemies de Moscou.

En outre, ça coûte des sommes colossales aux Français et tout ça pour quoi ?

Pour un bénéfice absolument nul !!! Car n’en doutons pas nous ne verrons pas un seul euro en retour. Ah si, il y a bien un bénéfice… Macron aura fait plaisir à son nouveau petit copain !

Autre conséquence des sanctions idiotes prises à l’encontre de la Russie : les fermetures d’entreprises présentent sur le territoire et jusque-là florissantes.

Véritable Eldorado pour de grandes entreprises françaises et notamment Renault pour qui la Russie représentait la 1ère implantation à l’étranger depuis 15 ans et 18 % de son CA, ou Michelin, ainsi que la grande distribution avec Décathlon, Auchan et Leroy Merlin qui, pour ces derniers, semblent tenir encore bon contre vents et marées, mais pour combien de temps ?

Néanmoins, sous la pression des USA et de l’UE, notre Mozart de la finance a demandé au président de Renault de retirer la marque de Russie.

Ceci pour le plus grand bonheur des Russes qui ont racheté l’ensemble de l’activité pour… 1 rouble symbolique (1,5 cts d’€).

Une démarche qui n’est ni plus ni moins qu’une véritable destruction de nos intérêts nationaux.

La stupidité de cette mesure fait que nos entreprises perdent des sommes colossales en investissements ruinés et qu’il leur sera sans doute extrêmement difficile, voire impossible, de revenir sur le marché russe. En effet, la Russie se tourne actuellement vers des entreprises chinoises ou indiennes qui nous remplaceront sans problème.

Une fois encore les Français vont devoir payer l’addition.

Car n’oublions pas que les principaux contributeurs nets de l’UE sont : l’Allemagne, la France et les Pays-Bas.

Donc, à chaque fois que l’UE dépense 1 €, il sort de notre poche ! Passons sur les 7 milliards versés à la Hongrie pour mettre à niveau ses installations de réception de gaz américain, alors que ce pays est voisin de la Russie, et la même somme pour la Pologne qui, bien que géographiquement bien placée, n’a pas voulu passer à côté de la manne.

Une fois encore les décisions de l’UE sont absurdes et ne visent qu’à dilapider un argent qui ne lui coûte rien puisque c’est celui des contribuables.

J’allais oublier le coût colossal des caprices de Zelensky, le petit copain-câlin de notre « cher » Président, qui demande, outre des armes, que l’on finance la reconstruction de l’Ukraine après la guerre. Un coût que notre danseur en talons aiguilles évalue à 5 milliards de dollars par mois ! Soit 60 milliards sur une année.

Si vous répartissez cette somme sur l’ensemble des pays de l’Otan (en espérant que les fautifs mettent la main à la poche, ce qui est loin d’être certain), sachant que nous versons chaque année 7,5 % du budget de cet inutile épouvantail tout droit sortie du Magicien d’Oz en moins sympathique, nous devrons donner environ 4 milliards d’euros à l’Ukraine pour sa reconstruction.

Vous pouvez déjà commencer à économiser !

Si vous vous amusez à additionner les coûts des décisions aberrantes de nos dirigeants, il n’est nul besoin d’être un grand économiste pour s’apercevoir que notre Mozart de la finance nous a créé un nouveau sinistre financier absolument abyssal.

Et tout ça pour quoi ? Parce que les USA voulaient installer des bases de l’Otan en Ukraine pour empoisonner la Russie ; parce que notre Foutriquet national a, si l’on en croit les rumeurs bien informées (mais ce ne sont que des rumeurs bien évidemment), mis son argent sur un compte offshore dans le Delaware et qu’il a peur que les Américains ne lui en coupent l’accès s’il ne se montrait pas suffisamment obéissant !

Une fois encore, c’est la volonté des USA de provoquer volontairement la Russie avec la complicité de Macron et de Van der Leyen qui nous mène à la ruine alors que de toute manière l’Ukraine ne pourra pas entrer dans l’Union européenne avant… 15 ans. Un pays qui de toute façon ne doit en aucun cas faire partie de l’UE car, une fois encore ce sont les contribuables qui se verront obligés de financer un gouffre inimaginable.

Dans l’état où se trouve la France, avec des services publics totalement en déliquescence, des policiers qui sont obligés d’acheter sur leurs deniers leurs gilets de protection, une armée sous équipée, des routes et des ouvrages d’art que l’on a plus les moyens d’entretenir, des migrants qui nous coûtent a minima près de 18 milliards/an, accepter l’Ukraine revient à dire aux Français que l’on va les spolier de leur argent et de leurs propriétés et qu’ils ne vont plus travailler que pour sauver une cause qui ne nous concerne pas, pour un pays mafieux !


Quoi qu’il en soit, une fois encore, sous la houlette de la Macronie, de l’UE et de l’Otan, la France a choisi le mauvais camp… celui des perdants !



Par Valérie Bérenger      https://ripostelaique.com/lukraine

Écrire un commentaire