Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2021

BIELORUSSIE / RUSSIE : LE DOUBLE LANGAGE DE L' U E ET DE L' O T A N ........

Loukachenko doit partir et la Russie et le Belarus doivent vraiment s’unir


Par The Saker – Le 15 novembre 2021 – Source The Saker’s Blog

S’il y a une chose qui est évidente pour tous, c’est que l’UE et l’OTAN tiennent un langage vis-à-vis de la Biélorussie et un autre vis-à-vis de la Russie.

Par exemple, l’UE vient de décider d’imposer un cinquième train de sanctions à la Biélorussie, mais sa déclaration officielle ne mentionne pas du tout Aeroflot, la Russie ou Poutine.

Bien sûr, les politiciens occidentaux font toutes sortes de bruits et de déclarations grandiloquentes sur Poutine et la Russie, mais ce ne sont que des paroles en l’air. Ils peuvent aboyer contre la Russie tant qu’ils veulent parce qu’ils savent que la Russie se moque éperdument du bruit, d’autant que les Russes comprennent parfaitement que l’Occident ne peut rien faire, même théoriquement, contre la Russie, car elle est tout simplement trop puissante.

 

Idem pour les sanctions économiques. L’UE a interdit les survols à Belavia, mais elle n’a pas (encore) touché à Aeroflot. Pourquoi ?

Tout simplement parce que la Russie pourrait tout simplement fermer son espace aérien, qui est actuellement le plus important de la planète, puisqu’il relie l’Europe à l’Asie extrême-orientale.

Le Belarus, contrairement à la Russie, reste faible, principalement à cause de l’incompétence et du manque de vision de Loukachenko. Tout ce qui l’intéresse, c’est de rester au pouvoir, ce qui signifie également qu’il ne veut pas que la Biélorussie soit véritablement intégré à la Russie, de peur de perdre son statut de « roi du Belarus » ou tout autre statut qu’il s’imagine.

Je soutiens maintenant que l’intégration à la Russie n’est pas seulement la meilleure solution à tous les problèmes de ce pays, c’est la seule solution.

D’ailleurs, ce résultat est exactement ce que les élites dirigeantes occidentales tentent désespérément d’éviter, car elles se rendent toutes compte qu’une fois que le Belarus fera partie de la Russie, disons en tant que sujet fédéral autonome, la fête est finie pour l’UE qui ne pourra plus y toucher – ni économiquement, ni politiquement, et surtout pas militairement.

Il est important de garder à l’esprit que les forces militaires polonaises, allemandes ou lituaniennes sont une blague, au mieux elles peuvent organiser des (petites) parades et tirer sur des civils non armés. Mais même s’attaquer « seulement » à l’armée biélorusse (sans l’aide de la Russie) n’est pas une option pour eux : il n’y a aucune comparaison possible entre un soldat polonais (ou lituanien, d’ailleurs) et un soldat biélorusse ; ce serait comme comparer un chien de concours parfumé et duveteux avec un loup.

Le nombre importe beaucoup moins que la qualité, l’entraînement et la détermination des soldats des deux côtés.

Néanmoins, tirer sur un garde-frontière biélorusse et sur un parachutiste russe sont deux propositions très, très différentes, et les Occidentaux le savent. Jusqu’à présent, les Polonais n’ont tiré qu’à blanc ou en l’air, du moins le disent-ils, mais si leurs défenses actuelles sont percées, ou si une balle traverse la frontière, la violence s’ensuivra, c’est inévitable. En ce moment, c’est même probable.

Je dois me répéter : J’ai exactement *zéro* confiance en Lukachenko qui, à mon avis, ne se soucie que de lui-même et de rester au pouvoir. Le Belarus prétend vouloir être un « État allié » de la Russie, mais n’a même pas reconnu que la Crimée fait partie de la Russie !

À l’heure actuelle, le Belarus est, de facto, un parasite de la Russie, un pays pique-assiette, dirigé par un mégalomane qui doit être remplacé par une personne en qui le Kremlin peut avoir confiance ou, mieux encore, par une personne dont le rôle cesserait d’être aussi important simplement parce que le Belarus et la Russie seraient véritablement et pleinement unifiés.

Par le passé, Loukachenko a encore plus zigzagué qu’Erdogan, et sa position pro-russe actuelle n’est due qu’au fait que les imbéciles de l’UE ont essayé de le renverser une fois de trop, alors maintenant il est en colère et veut leur faire payer. Mais quelle que soit la stupidité des politiciens européens, le Belarus n’est pas en mesure de s’attaquer seul à l’ensemble de l’Union européenne. En fin de compte, c’est la Russie qui aurait à venir à son aide (une fois de plus!). Personnellement, je trouve cela inacceptable.

En outre, objectivement, à l’heure actuelle, les Polonais et les Biélorusses ont tous deux le même intérêt : tirer le meilleur parti de cette crise. Les Polonais en prouvant combien ils sont durs, courageux et généralement héroïques dans la défense des frontières sacrées de l’UE, les Biélorusses en montrant combien les Polonais sont froids et mauvais.

Et malgré toute l’attention médiatique accordée aux 3 à 4 000 personnes qui se trouvent à la frontière polonaise, il s’agit d’un nombre minuscule comparé au nombre bien plus important de personnes qui traversent chaque jour l’UE, ou qui passent de la France au Royaume-Uni. En d’autres termes, il s’agit d’une pseudo-crise complètement et totalement fabriquée. Et les principaux bénéficiaires de ce cirque sont les Polonais qui, de mouton noir de l’UE, se sont soudainement transformés en héroïques « défenseurs du royaume européen contre les hordes asiatiques russes », avec un risque nul pour eux. Il faut que cela change.

Quant aux Russes, ils sont maintenant obligés de soutenir politiquement le Belarus dans une crise qui ne profite en rien à la Russie. Et lorsque Loukachenko menace (de manière totalement vide) de couper les flux de gaz russes vers la Pologne, il contribue objectivement à la propagande occidentale selon laquelle la Russie veut utiliser son énergie pour faire chanter l’Europe.

Enfin, le Belarus pourrait apporter beaucoup de bonnes choses à la Russie, notamment une population très (pro-)russe, une armée forte, de nombreuses industries de haute technologie et un bon endroit pour déployer des forces afin de protéger Kaliningrad.

En restant séparés, le Belarus et la Russie ne gagnent rien, ils ne font que perdre sur de nombreux plans.

La bonne nouvelle est que les armées biélorusse et russe sont déjà profondément intégrées, mais cette intégration doit être MONTRÉE, et le meilleur endroit pour le faire serait à la frontière polonaise. Encore une fois, faites reculer tous les gardes-frontières biélorusses et remplacez-les par un seul régiment de parachutistes russes et cela changera radicalement le ton et les actions de l’Occident. Ce serait la proverbiale « force de déclenchement » qui terrifierait absolument les Polonais et le reste des clowns qui jouent à ce « simulacre de guerre » à la frontière avec le Belarus (avec 600 Britanniques, et des unités allemandes et françaises assorties).

Ma solution à toute cette crise est donc simple : unifier complètement la Russie et le Belarus.

La seule chose qui empêche cela aujourd’hui est Lukachenko, il faudrait donc commencer par s’en débarrasser.

Par Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Commentaires

Bonjour ! Détail de vocabulalaire (je suis par ailleurs totalement d'accord avec votre excellente analyse) : on ne dit pas "j'ai traversé le Deutschland et la Polska pour aller au Belarus", mais "J'ai traversé l'Allemagne et la Pologne pour aller en Biélorussie". Merci !

Écrit par : COLLIGNON | 19/11/2021

Les commentaires sont fermés.