Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2020

LES BATAILLES D' ERDOGAN NE SONT PAS CELLE DE LA TURQUIE !!!

Erdogan : l’heure de vérité tant attendue approche


Par Ghassan Kadi − Le 14 février 2020 − Source thesaker.is

2015-09-15_13h17_31-150x112

 

Il est difficile de savoir si Erdogan manque d’options, d’amis, de temps ou de tout ce qui précède ; et ses prises de position sur diverses questions ainsi que les contradictions qui le traversent rendent sa situation de plus en plus intenable.

 

Ghassan-Kadi-680x496_c

 

Pour le bénéfice des lecteurs qui n’en ont jamais entendu parler, Erdogan est :

  1. un réformateur turc musulman qui défile sous les photos du bâtisseur nationaliste turc anti-musulman Mustafa Kemal
  2. un membre aspirant à l’UE
  3. un aspirant à la direction du sunnisme mondial
  4. un allié d’Israël, ainsi que du Hamas
  5. un islamiste en désaccord avec les islamistes wahhabites
  6. un Turc nationaliste qui veut freiner les aspirations kurdes, non seulement en Syrie et en Irak mais aussi en Turquie
  7. un dirigeant sunnite qui veut restaurer le sultanat et le califat ainsi que la version sunnite fondamentaliste de l’islam anti-chiite, mais qui est aussi un ami de l’Iran chiite
  8. un membre de l’OTAN ayant une relation spéciale avec l’Amérique et un ami et allié spécial de la Russie.

Ironiquement, malgré toutes les contradictions et les conflits d’intérêts, il a jusqu’à présent réussi à s’en sortir en portant non seulement toutes ces casquettes, mais aussi des turbans et des fezzes entre les deux. Il est clair cependant que cette manœuvre ne peut pas durer éternellement et, tôt ou tard, il va finir par se retrouver bloqué dans un coin du ring. J’aime l’idée de croire qu’il est déjà dans ce coin.

Mais Erdogan estime qu’il a un mandat de Dieu. Après sa victoire aux élections de novembre 2015, dans un article intitulé «Erdogan, le cheval de Troie de la terreur», j’ai écrit :

«Avec cette victoire, Erdogan se sentait invincible. Pour un islamiste, et c’est ce qu’Erdogan est, se sentir invincible prend un tout nouveau sens.

Il s’agit d’une traduction simpliste d’un verset coranique : «Si Dieu est à vos côtés, personne ne peut vous vaincre»(Coran 3: 160).

Erdogan croit qu’il est invincible parce qu’il croit qu’il est en mission et que Dieu est à ses côtés. S’il avait une raison de douter de ce rôle divin qu’il croit avoir, les résultats des élections de novembre ont dissipé ce doute. »

Curieusement, Erdogan est capable de comprendre les contradictions des autres. Alors que l’Amérique par exemple n’en a rien à cirer des Kurdes syriens et n’utilise que certains dirigeants vulnérables pour creuser un fossé entre le gouvernement syrien et la population kurde syrienne, Erdogan a déclaré avec la plus grande fermeté aux administrations Obama et Trump que l’Amérique ne peut pas être un allié de la Turquie et des Kurdes à la fois.

Pourtant, ce même Erdogan justifie pour lui-même l’approvisionnement des terroristes d’Idlib en armements de pointe pour attaquer non seulement les unités de l’armée syrienne, mais aussi la base aérienne russe à Hmeimim. Les Russes ont jusqu’à présent déjoué d’innombrables tentatives d’attaque par drone sur la base, et si la Turquie n’a pas directement fourni les armes, elle en a certainement facilité leur livraison.

N’oubliez pas que la zone d’Idlib qui est contrôlée par Tahrir al-Sham (anciennement al-Nosra ex al-Qaida) se situe entre la zone contrôlée par l’armée syrienne et la frontière turque. Il y a une autoroute ouverte vers la Turquie et toutes les armes et combattants se déplacent librement de la Turquie vers la Syrie.

Et même si Erdogan a signé un accord avec la Russie pour mettre fin à la présence terroriste à Idlib, selon le journaliste palestinien chevronné Abdul Bari Atwan, il ne veut pas comprendre pourquoi la Russie en a marre de lui et de ses acrobaties et pourquoi le président Poutine refuse de le rencontrer. Dans son article écrit pour Raialyoum (en arabe), Atwan fait valoir que les Russes refusent l’appel d’Erdogan pour une nouvelle réunion de négociation pour le désengagement et que la Turquie doit adhérer à l’accord de Sotchi existant, ignoré à plusieurs reprises par Erdogan.

Atwan ajoute que :

Premièrement: «le pari turc, avec son recours à l’opposition syrienne et à l’Armée syrienne libre en particulier, a échoué parce que ces forces ont abandonné leurs positions et que l’armée syrienne est entrée sans opposition dans les villes de Khan Sheikhoun et Maarra Al-Numan sans faire une seule victime.

Deuxièmement : les douze postes de surveillance turcs qui ont été créés dans le district d’Idlib sont devenus un problème parce que sept d’entre eux sont assiégés par l’armée syrienne avec une centaine de soldats turcs piégés dans chacun et peuvent facilement être détruits par l’armée syrienne au cas où la Turquie lancerait une offensive majeure contre la Syrie.

Troisièmement : le soutien russe à l’armée syrienne a atteint un niveau sans précédent après que les Russes ont abattu hier deux drones lancés par Tahrir Al-Sham »(c’est-à-dire le 10 février 2020).

De plus, selon Atwan, «Erdogan a raté une occasion en or en refusant l’initiative iranienne (récente) que lui avait proposée le ministre iranien des Affaires étrangères, Zarif, de trouver une solution politique à l’impasse avec la Syrie, et c’était peut-être la dernière occasion de parvenir à une résolution diplomatique avant une confrontation ouverte directe avec la Syrie »

 

 

Dans un article du Financial Times intitulé « Testing Times for Erdogan and Putin » , l’auteur est un peu court de dire que la relation entre Erdogan et Poutine est irréconciliable. Selon lui :

« Si le président turc Recep Tayyip Erdogan cherchait un moyen de manifester sa colère contre la Russie à propos de la mort de huit soldats de son pays en Syrie, une visite en Ukraine lui a fourni l’occasion idéale.

Lundi, lors d’une garde d’honneur au palais présidentiel de Kiev, M. Erdogan a crié «Gloire à l’Ukraine», un slogan nationaliste profondément associé au sentiment anti-russe et à la lutte pour l’indépendance du pays après l’effondrement de l’Union soviétique.

Ses paroles soigneusement choisies – adressées à une armée combattant les séparatistes soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine – étaient clairement une réprimande adressés au président Vladimir Poutine ».

 

Dans tout cela, ce dont Erdogan a besoin avant tout, c’est d’un moment de vérité attendu de longue date, et cela semble être plus proche que jamais.

Il peut croire qu’il est un président à vie qui mérite le soi-disant palais de mille pièces qu’il s’est fait construire. Il peut rêver de reconstruire l’Empire ottoman et de ressusciter le califat. Il peut imaginer que, ayant été en mesure d’amener l’économie turque à un niveau qui lui a gagné une position dans le G20, il est devenu le leader d’une superpuissance, mais ce n’est pas le cas.

La Turquie est au mieux une puissance régionale, mais elle n’est puissante que si elle a des amis et des alliés plus puissants qu’elle pour la soutenir. Tant que la Turquie doit littéralement supplier les Russes et / ou les Américains de lui vendre des armes modernes pour se défendre, elle n’est pas en mesure de se tenir debout, en tout cas pas de la manière dont Erdogan le souhaite.

Il devrait faire attention et regarder l’histoire.

 

Mehmet Al-Fatih a construit ses propres canons pour détruire les remparts de Constantinople. Même si l’ingénieur qui les a construits était originaire des Balkans, c’étaient les canons de Mehmet et ils étaient les plus gros du monde à l’époque.

Je ne préconise pas qu’Erdogan construise son propre arsenal nucléaire, des avions de chasse et des missiles de défense et d’attaque. Dans le monde idéal, personne ne devrait.

 

Mais pour ajouter à sa liste de contradictions, si Erdogan veut porter le turban du Sultan, et s’en prendre à la Russie, il ne peut pas le faire en chevauchant l’âne de Don Quichotte.

Et s’il pense qu’il peut maintenant faire demi-tour, être un leader loyal de l’OTAN et rejeter la Russie, il se retrouvera à nouveau confronté à la même impasse qu’il avait avec les Américains sur la question kurde. De plus, qu’est-ce qui se passera pour les accords commerciaux avec la Russie et les approvisionnements en gaz ?

Et si Erdogan pense également que l’Amérique se proposera pour le sauver à Idlib, il faudrait qu’il se se rappelle que la présence américaine illégale dans le nord-est de la Syrie est à des centaines de kilomètres d’Idlib, et séparée par l’armée syrienne soutenue par la Russie. Pourquoi l’Amérique, même – et surtout – l’Amérique frileuse de Trump, risquerait-elle une confrontation avec la Russie pour sauver la peau du Sultan ?

 

Erdogan a jusqu’à présent échappé à son Karma parce qu’il a couvert ses paris dans toutes les directions, manipulant ses ennemis et ses alliés les uns contre les autres. Mais à moins d’être assez puissant pour se tenir debout, seul si nécessaire, alors une telle stratégie à long terme ne peut qu’aboutir à n’avoir plus d’amis, mais une longue liste d’ennemis et une foule de spectateurs méfiants.

Avant tout, que veut le peuple turc avec une présence turque en Syrie ? La Turquie n’est pas en guerre depuis un siècle. Le leader qui avait autrefois promis «zéro problème» avec ses voisins s’entête et semble déterminé à s’engager dans une guerre totale avec la Syrie. Le citoyen turc moyen peut se demander pourquoi et à quelle fin ?

Il est à espérer qu’Erdogan s’est finalement bloqué dans un coin du ring dont il ne peut plus sortir sans perdre la face. Il devra soit renforcer sa présence militaire en Syrie et combattre l’armée syrienne et la Russie, soit reculer. S’il prend la première option, il ne trouvera aucun supporteur international et peut-être que le soutien de son propre peuple deviendra discutable.

Mais si le psychopathe, mégalomane, pense qu’il doit battre en retraite, il se démènera désespérément pour une sortie qui lui sauve la face, et les options s’épuisent…

La Russie était prête à passer par pertes et profits l’agression délibérée de la Turquie contre son chasseur Su-24 en novembre 2015, et à aller de l’avant. Une bouée de sauvetage a été donnée à Erdogan à l’époque, sur la base des promesses qu’il avait faites et des accords ultérieurs qu’il avait signés.

 

Mais le temps a prouvé qu’il ne cherchait qu’à temporiser, et cette fenêtre avec la Russie est fermée.

Des cercueils sont déjà retournés en Turquie et il existe des chiffres non confirmés du nombre de soldats turcs tués en défendant des combattants d’al-Nosra. Ce qui est pertinent ici, c’est qu’en cas de guerre totale avec la Syrie, les Syriens mèneront une bataille existentielle, aidés par la Russie et ses alliés régionaux.

Cependant, la Turquie mènera un autre type de bataille existentielle, celle d’Erdogan lui-même, pas de la Turquie.

La Turquie n’a aucune raison de vouloir une présence militaire, et combattre, en Syrie. Il ne s’agit que de l’ego et des rêves d’Erdogan.

Par  Ghassan Kadi

Source et Traduit par jj, relu par Kira pour le Saker Francophone

 

 ET AUSSI

 

Erdogan fait monter les enchères …


…Il lance une offensive contre les Syriens, la Russie répond par de violentes frappes aériennes. Ça sent le roussi !


Par Marko Marjanović − Le 25 février 2010 − Source Anti-Empire

3fcc5b09ac4240d3b7414e3fb1763fc2_18
Un véhicule rebelle armé participant à l’assaut

Parlez d’un gâchis dangereux. Alors que la Turquie et la Russie négocient toujours sur Idlib, Erdogan a lancé une offensive de rebelles soutenus par les turcs sur la ville de Nairab – aux approches de Saraqib, un verrou stratégique – entre les mains de l’armée syrienne.

 

Note de l'éditeur : 

Combiné à deux autres frappes d'artillerie par les Syriens ce mois-ci, voir ici et , les Turcs ont perdu 15 soldats dans leur intervention à Idlib jusqu'à présent.

Ce n’était pas une offensive turque totale, mais un aperçu de ce qui suivra si les Russes ne s’accommodent pas dans les négociations en cours.

Cependant, comme Erdogan a augmenté les enjeux, les Russes on répondu en entrant dans la bataille du côté syrien.

erotloiwoampaf-

La poussée des rebelles turcs se composait d’infanterie rebelle, fournie par les 20% d’islamistes d’Idlib qui ne sont pas sous la coupe du HTS d’Al-Qaïda, d’artillerie et de blindés turques.

La poussée a débuté avec la destruction de deux ou trois drones de surveillance, dont au moins un aurait été russe.

Cependant, plutôt que de simplement observer la bataille, comme l’espérait peut-être Erdogan, les Russes y sont également entrés. L’armée russe a déclaré, sans nommer les Turcs, qu’elle avait effectué des frappes aériennes à Nairab à l’appui de l’armée syrienne, détruisant six véhicules blindés, cinq véhicules légers armés et un char.

Le résultat a été que, même si les Turcs et les rebelles ont réussi à entrer dans la ville, ils ont ensuite été repoussés et ont dû se retirer.

La partie turque affirme avoir subi 2 morts et 5 blessés lors des frappes aériennes. Les Turcs disent que ceux-ci ont été infligés par des avions syriens. Les deux morts turcs ont tous deux été identifiés comme appartenant à l’équipage d’un char.

Cela laisse trois possibilités :

  • Soit les Russes ont revendiqué la destruction d’un char qu’ils n’ont pas infligée,
  • Soit le char détruit par les frappes aériennes russes était rebelle,
  • Soit le char turc a été détruit par un avion russe, mais les Turcs l’ont mal identifié comme syrien, soit accidentellement, soit exprès.

Les rebelles regorgent de véhicules blindés de transport de troupes que la Turquie leur a récemment donnés, mais ils n’utilisent qu’une poignée de chars capturés. La probabilité qu’un char rebelle a participé et a été éliminé par les Russes est faible.

Puisque les Turcs disent qu’ils ont perdu un char, et les Russes disent qu’ils en ont détruit un, il est très probable que ce sont bien les Russes qui l’ont touché.

 

Avec les armées russe et turque participants directement à la même bataille dans des camps opposés et très probablement détruisant mutuellement des drones et des chars, cela n’est plus une guerre par procuration. C’est une guerre pure et simple.

Ce n’est pas une guerre tous azimuts, et elle est menée à l’étranger, mais avec des actes de guerre directs les uns contre les autres, il n’y a tout simplement pas d’autre mot pour cela.

Et maintenant ? Erdogan a cru que les russes bluffaient, mais ce n’était pas le cas [C’est mal les connaître, NdT]. Il a maintenant l’air encore plus stupide et plus faible qu’auparavant, mais il a également 7 000 (!) soldats à Idlib, plus que la Russie dans tout le pays.

 

Va-t-il maintenant reculer ou réessayer la même chose mais à une échelle beaucoup plus grande ?

 

Par Marko Marjanović

Source et Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

 

 

 

Les commentaires sont fermés.