Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2020

U S A , LE CONGRÈS VA VOTER UNE AUGMENTATION POUR LA DÉFENSE !

 
8.janvier.2020 // Les Crises
 

Le congrès va voter une augmentation de 22 milliards pour la défense, une semaine après la réduction considérable des coupons alimentaires par Trump –

Par Alex Emmons

 
 

Source : The Intercept, Alex Emmons, 10-12-2019

Un convoi de véhicules blindés américains patrouille dans la ville de Qahtaniyah, dans le nord-est de la Syrie, à la frontière avec la Turquie, le 31 octobre 2019. Photo : Delil Souleiman/AFP via Getty Images

 

Les législateurs démocrates et républicains des commissions des services armés du Congrès ont publié lundi un projet de loi de compromis qui autoriserait 738 milliards de dollars de dépenses militaires en 2020, soit une augmentation de 22 milliards de dollars par rapport à 2019.

 

S’il est adopté, le projet de loi établira officiellement la « Force spatiale » proposée par le président Donald Trump comme sixième force armée et portera l’augmentation annuelle totale des dépenses du Pentagone sous l’égide de Trump à plus de 130 milliards de dollars.

Mais les Démocrates du flanc gauche du parti soutiennent que le compromis rend caduc d’importantes restrictions sur les pouvoirs de guerre de Trump incluses dans la version de la Chambre du projet de loi, où un amendement soutenu par les progressistes aurait interdit à l’administration

Trump d’utiliser des fonds pour lancer une guerre offensive non autorisée contre l’Iran.

Le compromis a également écarté une mesure appuyée depuis longtemps par la Démocrate californienne Ro Khanna qui aurait interdit le soutien militaire des États-Unis à l’intervention dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen et une autre du Démocrate du New Jersey Tom Malinowski qui aurait interdit la vente de munitions air-sol à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.

Dans un communiqué commun, le candidat à la présidence, le sénateur Bernie Sanders, et Khanna, qui est le président de la campagne de Sanders, ont qualifié la Loi d’autorisation de la défense nationale de « projet de loi d’une étonnante lâcheté morale » et déclaré que le Congrès ne devrait pas adopter la version de ce compromis.

« Il n’y a aucune raison pressante pour que le Congrès couvre Trump, ses amis saoudiens et les entrepreneurs du Pentagone du complexe militaro-industriel avec ce cadeau de 738 milliards de dollars des contribuables », ont déclaré Sanders et Khanna. « On doit au peuple américain de refaire nos devoirs. »

Différentes versions du NDAA [ National Defense Authorization Act : nom générique d’une série de lois votées annuellement par le Congrès des États-Unis donnant au gouvernement fédéral le droit d’établir le budget et les dépenses du département de la Défense1.

Ces lois peuvent viser d’autres aspects de la défense des États-Unis – Wkipedia, NdT] ont été adoptées par la Chambre des représentants sous contrôle des Démocrates et par le Sénat sous contrôle des Républicains au début de l’année, et depuis trois mois, les membres des comités des services armés négocient les détails de l’énorme ensemble de directives et d’autorisations de financement.

La plupart des membres du Congrès considèrent que la loi NDAA est « incontournable », aussi les membres se battent-ils pour y joindre leurs amendements. Mais les derniers détails ont été mis au point à huis clos par la commission chargée de concilier les versions de la Chambre et du Sénat.

Le chiffre des dépenses est conforme à un accord budgétaire bipartite conclu plus tôt cette année, et les contours fondamentaux du compromis ont été présentés la semaine dernière par le Wall Street Journal.

En échange de l’officialisation par les Républicains de la « Force spatiale » de Trump, les Démocrates pourront ajouter 12 semaines de congé parental payé pour tous les employés fédéraux qui ont travaillé au gouvernement pendant au moins un an, et pas seulement pour les mères de militaires qui ont déjà droit à cette prestation.

 

En outre, le projet de loi prévoit une augmentation de salaire de 3,1 % pour les membres des forces armées ; il renforce la surveillance du logement militaire en exigeant que les services élaborent une déclaration des droits des locataires ; il élargit la portée des visas pour les Afghans qui ont aidé les forces américaines ; et il restreint l’utilisation par les militaires de produits chimiques toxiques à base de PFAS [substances perfluoroalkyliques et polyfluoroalkyles du type Fréon, NdT] dans les bases, qui ont été liés à une série de problèmes de santé pour le personnel en service actif.

 

Dans un communiqué commun, les Démocrates et les Républicains des deux commissions des services armés ont déclaré que ce projet de loi était un « accord bipartite et bicaméral » qui « mettait nos troupes et la sécurité des États-Unis au premier plan en continuant à reconstruire notre armée » et « se souciait des membres de nos forces armées et de leurs familles ».

Mais l’omission des dispositions concernant l’Arabie saoudite est particulièrement frappante, étant donné que le Congrès a adopté des mesures bipartites similaires plus tôt cette année – une qui interdirait le soutien américain à l’intervention au Yémen et une autre qui visait à bloquer les ventes d’armes « d’urgence » de Trump aux Saoudiens.

Trump a opposé son veto à ces deux mesures, mais comme le NDAA contient une autorisation de financement sous-jacente pour le Département de la Défense, il serait beaucoup plus difficile pour Trump d’opposer son veto à l’ensemble de ces mesures.

Le sénateur Jack Reed, le principal démocrate de la commission sénatoriale des services armés, a déclaré qu’il s’était battu pour que ces mesures soient incluses dans le projet de loi final, mais qu’il n’avait pas pu surmonter l’opposition des négociateurs républicains.

« En cette période de discorde importante, ce NDAA représente un compromis responsable qui renforce nos capacités de défense nationale », a déclaré Reed dans un communiqué.

« Il y a plusieurs points de politique environnementale et du Moyen-Orient pour lesquels je me suis battu jusqu’à la fin, mais je n’ai pas pu passer outre l’opposition farouche de l’administration et des républicains. Ils seront de nouveau sur ma liste de priorités quand nous commencerons ce processus l’année prochaine. »

Le financement du Pentagone a divisé les Démocrates sous Trump. Ceux de gauche, et la plupart des démocrates qui se présentent à la présidence en 2020, ont appelé à une réduction globale des dépenses militaires. Mais au Congrès, les Démocrates ont continué à soutenir des programmes de dépenses alors que les demandes budgétaires de Trump pour le Pentagone sont de plus en plus importantes.

Le contrôle des chiffres du budget incombe en grande partie aux commissions des services armés, dont les membres cherchent à assurer l’état de préparation militaire et accordent donc fréquemment plus de poids aux demandes du Pentagone.

De plus, l’administration Trump et la communauté de la politique étrangère ont passé des années à faire valoir que des augmentations massives sont nécessaires pour soutenir le passage à une stratégie de concurrence de grande envergure avec la Chine et la Russie.

En juin 2017, l’ancien secrétaire à la Défense James Mattis et l’ancien président de l’État-major interarmées, le général Joseph Dunford, ont témoigné que le Pentagone avait besoin d’une augmentation annuelle de 3 à 5 % de son budget jusqu’en 2023, ce qui représente des dizaines de milliards de dollars par an.

Dunford a déclaré que ces augmentations étaient nécessaires pour « maintenir le niveau compétitif » des forces armées, mais que de telles hausses massives placeraient les dépenses militaires américaines en temps de paix à des niveaux historiques jamais vus depuis la Seconde Guerre mondiale.

L’année dernière, la Commission de la stratégie de défense nationale, un groupe de professionnels de la sécurité nationale non politisés nommés par des membres des commissions des services armés de la Chambre des représentants et du Sénat, a publié un rapport faisant écho à la conclusion selon laquelle « une croissance annuelle réelle de 3 à 5 % est indicative des investissements nécessaires » pour concurrencer la Chine.

Mais alors que les progressistes ont enregistré une poignée de votes de protestation contre les augmentations passées, ils sortent maintenant en force pour dire qu’une telle augmentation ne devrait pas compromettre les priorités nationales.

Mark Pocan, un représentant démocrate du Wisconsin et ancien coprésident du Congressional Progressive Caucus, a déclaré que l’augmentation de 2020 était inexcusable alors que le gouvernement Trump réduisait les programmes sociaux.

« En même temps que ce gouvernement a réduit les bons d’alimentation, le programme Medicaid et les services de santé gynécologiques des Américains ordinaires, ce président veut ajouter plus de cent milliards de dollars pour poursuivre des guerres sans fin et non autorisées », a déclaré M. Pocan dans un communiqué lundi soir.

« C’est la définition du gaspillage gouvernemental. »

La Chambre et le Sénat devraient commencer à voter sur le projet de loi de compromis dès cette semaine.

 

Source : The Intercept, Alex Emmons, 10-12-2019

Source et Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 

Les commentaires sont fermés.