Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2019

L' INTERVENTION DE LA TURQUIE EN LIBYE ???

L’intervention militaire de la Turquie en Libye pourrait aider la Syrie


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 27 décembre 2019

L’intervention turque en Libye pourrait se transformer en une crise internationale majeure, car chaque partie dans la guerre «civile» en Libye compte plusieurs acteurs partisans internationaux.

 

La Turquie prend actuellement des mesures sérieuses pour déplacer des troupes et du matériel en Libye :

La Turquie présentera un projet de loi visant à envoyer des troupes en Libye dès la reprise des
travaux de son Parlement, en réponse à l'invitation du pays, a annoncé jeudi le président
Recep Tayyip Erdoğan. S'exprimant lors d'une réunion des chefs de province au siège du parti au pouvoir Justice et
Développement
(Parti AK) à Ankara, la capitale, Erdoğan a déclaré que le mandat militaire d'envoyer

des troupes en Libye sera à l'ordre du jour du Parlement lorsqu'il reprendra début janvier. Il a également critiqué les pays soutenant le chef de guerre basé en Libye orientale,
Khalifa Haftar, plutôt que Fayez al-Sarraj [le dirigeant officiel actuel].

Reuters a noté qu’il n’y a pas de trace publique de «l’invitation» dont Erdogan a parlé :

Il n'était pas clair de déterminer à quelle invitation spécifique Erdogan faisait référence alors 
que le ministre de l'Intérieur du gouvernement basé à Tripoli, Fathi Bashagha, avait suggéré dans
des commentaires aux journalistes à Tunis qu'aucune demande officielle n'avait encore été faite.

 

 

L’Égypte, les Émirats arabes unis, la Russie et plusieurs pays d’Europe occidentale soutiennent les forces opposées aux Frères musulmans dirigées par Khalifa Haftar qui contrôle la majeure partie de la Libye – en rose sur la carte ci-dessous.

Le Qatar et la Turquie ont pris le parti des islamistes.

Fayez al-Sarraj contrôle un peu plus que Tripoli et Misrata – en bleu. Il avait à l’origine le soutien de l’ONU et de l’UE, mais le manque de progrès depuis 2015, lorsque le gouvernement d’accord national de Sarraj a été formé, a affaibli son autorité et son soutien international.

libyamap20191217-s
Agrandir
Une plus grande implication étrangère dans la guerre en Libye sera mauvaise pour ce pays mais 
cela pourrait être bon pour la Syrie. En 2011, après que l'OTAN a aidé les islamistes à détruire
l'État libyen, bon nombre de ces combattants ont été transférés en Syrie pour aider à détruire ce
dernier pays. Des armes de Libye ont été transportées via la Turquie vers la Syrie pour soutenir
les «rebelles» contre le gouvernement. Les deux flux, hommes et armes, s'inversent maintenant : Les rebelles syriens soutenus par la Turquie rejoindront bientôt les forces du gouvernement libyen, internationalement reconnu, dans la lutte contre l'homme fort Khalifa Haftar. Les groupes rebelles ethniques turkmènes qui ont combattu aux côtés de la Turquie dans le nord de
la Syrie devraient renforcer le gouvernement de Tripoli de manière imminente, selon de hauts
responsables en Libye et en Turquie. Le gouvernement libyen avait initialement résisté à l’idée d’un tel déploiement mais l’avait
finalement accepté alors que les forces de Haftar commençaient à avancer sur Tripoli, selon le
responsable de cette administration.

 

La soi-disant brigade Sultan Murad a été utilisée par la Turquie pour nettoyer ethniquement les zones kurdes du nord-ouest de la Syrie. Ses combattants sont connus pour être indisciplinés et brutaux.

Ils ont été entraînés et armés par la Turquie et leurs commandants parlent le turc. Certains d’entre eux sont également formés pour coordonner un soutien aérien.

D’autres groupes suivent actuellement une formation, fournie par des officiers turcs, qui seront ensuite envoyés en Libye.

La Turquie et le Qatar offrent des sommes relativement importantes pour recruter davantage de ces «rebelles» syriens pour combattre en Libye :

Des sources ont confirmé que les factions soutenues par la Turquie incitent des jeunes à rejoindre 
la guerre en Libye, offrant des tentations et des salaires gratifiants variant entre 1800 et
2000 dollars américains par mois. En plus de cette offre, des services supplémentaires sont
garantis par le pays hôte. D'autres sources ont confirmé que deux combattants ont été tués en Libye il y a quelques jours,
il s'agit de ceux qui sont venus de Damas et ont rejoint les factions soutenues par la Turquie.

Moins de combattants «rebelles» en Syrie facilitera la progression de l’armée syrienne dans sa nouvelle campagne à Idleb. Depuis son lancement le 19 décembre, la nouvelle opération dans les zones tenues par l’affilié d’Al-Qaïda, Hayat Tahrir al Sham (HTS), a déjà libéré plus de 40 villages.

idlebmap20191227-s
Source Al Masdar NewsAgrandir

 

Le président des États-Unis et l’émir d’Al-Qaïda en Syrie ont tous deux émis des messages de préoccupation assez similaires au sujet de l’attaque du gouvernement syrien [à Idleb].

Les deux ont accusé la Russie et l’Iran, au lieu des terroristes que ces pays cherchent à vaincre.

Donald J. Trump @ realDonaldTrump - 15:25 UTC · 26 déc.2019
La Russie, la Syrie et l'Iran tuent, ou sont en passe de tuer, des milliers de civils innocents
dans la province d'Idleb. Ne faites pas ça ! La Turquie travaille dur pour arrêter ce carnage.

Un jour avant le tweet de Trump, le leader du HTS d’Al-Qaïda, Abu Mohammad al-Julani, a publié une vidéo que l’un de ses fans a traduite :

Entre les deux pays [Russie et Iran], le régime [syrien] est utilisé comme une marionnette pour 
s'emparer des territoires et des biens, par le biais du changement démographique ...
Pour atteindre leurs objectifs, les deux n'ont aucun scrupule à commettre les massacres les plus
affreux contre le peuple sunnite. ... par des frappes aériennes, des bombardements et des destructions au sol, après avoir échoué à
pacifier la révolution par des moyens politiques et sécuritaires. Al-Julani : "Cela dit, nous sommes face à une grande bataille, au nom de toute la Oummah islamique,
et pour le compte d'un monde hypocrite qui voulait jadis détruire l'Union soviétique et se
confronter aux ambitions iraniennes."

La dernière partie, «au nom de la Oummah islamique», peut être comprise comme une nouvelle invitation aux islamistes et aux sponsors de partout pour soutenir al-Qaïda dans sa lutte dans le gouvernorat d’Idleb.

 

Julani avait précédemment rejeté l’aide des «rebelles» associés à la Turquie.

Il craint qu’ils ne mettent en danger sa position dominante à Idleb.

Il recherche de nouvelles recrues qui sont disposées à lui prêter allégeance personnellement. Il semble cependant peu probable que son appel reçoive une réponse suffisante pour compenser les pertes subies par ses forces actuellement.

Le Département d’État américain a désigné HTS comme organisation terroriste. Lors d’une conférence de 2017 (vidéo) organisée par le Middle East Institute, Brett McGurk, envoyé présidentiel spécial du gouvernement américain pour la Coalition mondiale contre État islamique, a appelé la province d’Idleb en Syrie «le plus grand refuge d’Al-Qaïda depuis le 11 septembre, directement lié à Ayman. al-Zawahiri [actuel chef d’Al-Qaïda].» Il a ajouté que la présence d’Al-Qaïda à Idleb était un«énorme problème» et cela «depuis un certain temps».

 

Ni les protestations de Trump, ni celles de Joulani n’auront d’effet sur la campagne d’Idleb.

L’opération syrienne de libération se poursuivra en plusieurs phases.

idlebscenariomap-s
Agrandir

L’armée syrienne se bat actuellement pour contrôler la zone bleue. Elle poursuivra probablement plus au nord pour prendre le contrôle total de l’autoroute M5 entre Hama et Alep.

L’armée se déplacera ensuite pour prendre la partie sud-ouest d’Idleb pour rouvrir l’autoroute M4 qui mène de la côte à Alep.

Le gouvernorat d’Idleb est principalement rural et possède peu d’atouts économiques qui valent une grande bataille.

Mais le contrôle de ces autoroutes est essentiel pour la relance de l’économie syrienne.

 

 

PS : Wikileaks vient de publier un quatrième lot de documents de l’OIAC sur la fausse attaque chimique à Douma, en Syrie.

Les documents ne semblent pas ajouter aux faits connus.

Ils étayent les manipulations déjà connues des rapports précedents de l’OIAC, telles qu’elles ont été signalées par Jonathan Steele et Peter Hitchens.

 

Nous en avons discuté ici et ici.

 

Par Moon of Alabama

Source et Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Les commentaires sont fermés.