Cette nouvelle carte des QI propose une répartition par catégorie, allant du « retard mental » au « haut potentiel intellectuel ».

Elle fait apparaître de forte disparités géographiques entre l’Europe et l’Afrique, notamment subsaharienne, en termes de potentiel intellectuel moyen. Cette carte offre une nouvelle lecture des conséquences de l’immigration massive africaine pour l’Europe.

La fameuse carte des QI, représentant la répartition du quotient intellectuel (QI) moyen par pays à l’échelle de la planète, a beaucoup fait réagir, notamment sur les réseaux sociaux (une pétition a même été lancée pour empêcher sa diffusion), au point que Laurent Alexandre, spécialiste de l’intelligence artificielle, a pris position contre sa diffusion, allant jusqu’à demander sa censure.

J’ai expliqué dans Le Monde que je suis contre la diffusion de cette carte. Et Wikipedia, dont elle est issue, devrait la censurer !

 

Cette prise de position s’est allègrement retournée contre son auteur, victime de multiples détournement visuels et de moqueries, plutôt sympathiques au demeurant, dans lesquels on peut voir le docteur Alexandre présenter contre son gré la fameuse « carte qu’il ne faut pas diffuser ».

Tout ceci pour vous dire que j’ai fait quelques recherches, histoire de réaliser une carte diffusable facilement, interactive et sourcée et qui va un peu au-delà de la simple distribution des QI par pays. En effet, que signifie un QI de 65, un QI de 80, un QI de 110 ? Peut-on établir des hiérarchies, des limites, des seuils, des catégories de QI ? La réponse est oui, et c’est ce que vous propose cette nouvelle carte des QI.

L’Afrique et les pays musulmans disposent d’un faible potentiel intellectuel

La carte des QI, ci-dessous, représente le potentiel intellectuel de la population mondiale par la distribution des QI moyens selon la courbe de Gauss. Son objet n’est pas de démontrer que certains peuples sont génétiquement mieux dotés que d’autres en matière de quotient intellectuel, ni qu’un Européen est systématiquement plus intelligent qu’un Africain ou qu’un Asiatique dispose d’un meilleur potentiel intellectuel qu’un Européen. Cette carte traite du potentiel intellectuel moyen de masses d’individus et de la conséquence des flux migratoires, notamment depuis l’Afrique subsaharienne vers l’Europe, sur la QI moyen en Europe.

 

Quelle différence existe-t-il entre cette nouvelle carte des QI avec la carte des QI que l’on connaît déjà, me direz-vous ? Et bien cette carte ne se contente pas de chiffrer le quotient intellectuel moyen par pays mais propose une classification s’inspirant d’une méthode scientifique : l’Échelle de l’intelligence de Wechsler.

La Wais, abréviation pour Weschler Adult Intelligence Scale (Échelle de l’intelligence de Wechsler), est un test permettant une mesure psychométrique chez l’adulte, autrement dit, de calculer le QI. Les différentes sources permettant de réaliser cette nouvelle carte des QI n’utilisent pas la même méthode pour évaluer les QI. Aussi, cette nouvelle carte des QI ne représente pas la distribution des QI déterminés avec une seule et même méthode, mais la répartition des quotients intellectuels selon la courbe de Gauss, inspirée par la méthode Wais.

echelle des qi intelligence courde de gaus wehcster- Courbe de Gauss de la répartition de l’intelligence – échelle de Weschler
La répartition statistique des résultats du Wais se fait selon une courbe de distribution normale de l’intelligence, également appelée courbe de Gauss ou répartition normale de l’intelligence

Le QI moyen par pays obtenu est positionné sur une courbe de Gauss utilisant la loi normale de répartition avec une moyenne de 100 et un écart-type de 15. Selon cette méthode d’échantillonnage, les résultats de la population sont répartis selon les catégories suivantes :

  • Résultat inférieur à 70 points de QI

Les individus qui obtiennent ce résultats sont atteints d’un retard mental, qualifié de profond à léger. Le retard mental est réparti comme suit selon la CIM-10 : QI inférieur à 20, retard mental profond, QI compris entre 20 et 34, retard mental grave, QI compris entre 35 et 49, retard mental moyen, QI compris entre 50 et 69, retard mental léger.

  • Résultat supérieur à 130 point de QI

Il s’agit de la limite chiffrée communément admise pour considérer une personne comme ayant un haut potentiel. Un QI supérieur à 145 correspond à un très haut potentiel intellectuel. Entre ces deux extrêmités, la population évaluée oscille entre intelligence faible à intelligence haute, en passant pas des catégories d’intelligence moyenne basse ou haute.

L’analyse de cette nouvelle carte des QI permet d’en ressortir plusieurs constats:

– Écart net, à l’exception d’une partie de l’Océanie, entre l’hémisphère nord, avec une intelligence moyenne basse à haute, et l’hémisphère sud, avec une intelligence plutôt faible, allant jusqu’au retard mental ;

– L’ Afrique dispose d’un faible potentiel intellectuel : intelligence faible sur tout le continent africain sauf en Afrique de l’Ouest, particulièrement autour du Golf de Guinée, où le QI moyen relève du retard mental selon la classification Wais ;

– L’Europe, de Brest à Vladivostok, abrite une population à l’intelligence moyenne, sauf en Europe orientale où l’intelligence est moyenne basse ;

– Les pays musulmans, du Kirghizstan à la Mauritanie, accueillent une population à l’intelligence faible.

Sans rechercher de causalité ni de déterminisme entre le potentiel intellectuel et l’ethnie, la religion ou l’origine géographique, il faut constater que la plupart des immigrants, clandestins ou légaux, vers l’Europe proviennent d’Afrique. D’après Frontex , les trois principaux pays d’origine des migrants au cours de l’année 2016 sont : la Syrie (17,3 %), l’Afghanistan (10,6 %) et le Nigeria (7,4 %). … Depuis le début de l’année 2017, les cinq principaux pays d’origine des migrants sont le Nigeria, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Bangladesh et la Syrie. Enfin, six des dix plus importants pays d’où sont originaires les immigrants sont africains : Somalie, Soudan, Soudan du Sud, République démocratique du Congo, République centrafricaine et Érythrée. Or, ces pays présentent des potentiels intellectuels moyens nettement plus faible qu’en Europe : retard mental, en moyenne, pour les populations provenant de la République démocratique du Congo, de la République centrafricaine, de l’Érythrée et de Guinée. Intelligence faible, en moyenne, pour immigrants en provenance d’Afghanistan, Somalie, Soudan, Nigeria, Côte d’Ivoire, Bangladesh et Syrie.

Les migrants « plus diplômés que les Français » et « une chance économique pour l’Europe ». Vraiment ?

Les affirmations largement relayées par les médias occidentaux selon lesquelles les migrants sont une chance pour l’Europe sont légion. Ainsi, les migrants seraient une chance pour l’économie européenne (lemonde.fr, 1 septembre 2015), l’accueil des migrants permettraient un gain de 0,59 point de pourcentage de notre PIB, selon un économiste cité par l’Express (28 juin 2018). Jean-François Césarini, député LREM du Vaucluse, n’hésitait pas à déclarer en octobre 2019 à France info qu’« il y a quelque chose à créer dans les territoires oubliés où l’immigration peut être une solution », arguant qu’ « il ne faut pas poser la question en terme de quantité, il faut penser en terme de qualité.» Mieux, le Figaro n’hésite pas à affirmer que certains migrants sont « même davantage diplômés que les Français natifs ». Une évaluation à la louche qui permet à ce journal une extrapolation tendant à favoriser l’acceptation populaire du fait migratoire. Pourtant, la lecture attentive de l’article nous apprend que les chiffres avancés sont généraux et concernent surtout les populations vivant dans les pays d’où partent les migrants, et non pas les migrants eux-mêmes, qu’il n’y a aucune mention de l’absence d’équivalence entre, par exemple, un diplôme de médecine somalien et un diplôme de médecine français. Il est par ailleurs difficile de croire que l’ Institut national d’études démographiques (INED) est capable de mesurer avec précision la qualification des migrants arrivant en France alors même que les pouvoirs publics ont la plus grande peine du monde à connaitre avec certitude l’âge de ces migrants, ce qui donne lieu à de multiples scandales de «faux mineurs isolés».

Une publication du secrétariat général à l’immigration et à l’intégration, affirme qu’ « au moment de la migration, 40 % (des migrants) étaient sans diplôme ou diplômés de l’enseignement primaire » et révèle leur grande difficulté d’adaptation des au système éducatif français : depuis leur arrivée en France, seuls 25 % des nouveaux migrants ont suivi ou suivent encore des études et moins de 10 % de ces étudiants ont obtenu un diplôme.

La publication indique enfin que plus de la moitié des migrants originaires d’Afrique subsaharienne sont sans diplôme ou diplômés de l’enseignement primaire.

Seuls 2,5% des migrants obtiennent donc un diplôme en France, dont cette publication ne précise pas le niveau d’étude, ce qui atteste de la difficulté d’adaptation de ces populations allogènes en Europe et qui viennent conforter les statistiques sur le potentiel intellectuel moyen des populations subsahariennes. Nous sommes donc très loin de la marée humaine d’ingénieurs, de médecin, d’exégètes de Victor Hugo et de futurs Montaigne que nous ont promis nos élites subjuguées.

Mis à part quelques migrants diplômés qui débarquent sur les côtes européennes, avec ou sans invitation et dont on ne connaît rien de l’état d’esprit dans lequel ils s’installent en Europe (reconnaissance envers le pays d’accueil ou esprit de revanche post-coloniale ?), une très grande majorité de ces migrants n’a donc aucune qualification particulière. Cette nouvelle carte des QI démontre par ailleurs que leurs capacités à raisonner, planifier, penser, déduire, comprendre des idées complexes sont faibles voire déficientes.

Les politiques publiques d’accueil de migrants devraient prendre en considération ces données et soumettre les candidats à l’immigration, puisqu’elle est toujours autorisée contre toute logique, à une batterie de tests leur permettant d’identifier le potentiel intellectuel de chaque individu candidat à la francisation. La France souffre de 3 millions de chômeurs et l’Europe compte 16 millions d’actifs au chômage.

Nos États rencontrent-ils une carence de travailleurs au point d’accueillir des millions d’étrangers sur leur sol ou un problème de formation, d’adaptation de l’enseignement professionnel au marché de l’emploi ? Nos gouvernements doivent mettre un terme à une immigration massive, principalement subsaharienne, qui provoque également un déséquilibre entre l’offre d’emploi et la capacité de travail ainsi que des iniquités conjoncturelles (qui deviendront structurelles et sources de conflits) sur le marché de l’emploi.

Par ailleurs, quel sera l’impact en France et en Europe, à brève échéance, de l’apport de ces populations statistiquement sous-dotées intellectuellement ? Plusieurs scientifiques avancent que l’immigration subsaharienne fait diminuer le QI moyen en Occident.

 

L’immigration subsaharienne fait baisser le QI moyen dans les pays occidentaux

Une série d’études conduites dans les pays développés a dressé ce constat : Suède, Norvège, Finlande, Pays-Bas, France, Grande-Bretagne, Australie… les observations convergent pour admettre que le quotient intellectuel moyen diminue en Europe depuis les années 1970. Ces études ont mis en évidence une tendance à la baisse de l’ « effet Flynn », qui démontre la tendance à la hausse de l’intelligence mesurée par le QI tout au long de l’histoire de l’humanité, après des siècles de hausse du QI.

Si certaines études ont estimé que l’explication de cette diminution se trouvait dans un environnement moins favorable pour les jeunes générations (dérèglement du système éducatif, le recul du livre, l’omniprésence des écrans, la crise de l’Etat-providence, la carence des dispositifs de santé publique, ou encore l’influence des perturbateurs endocriniens sur le développement embryonnaire), ou dans la fertilité dysgénique (l’idée que les femmes au QI bas font plus d’enfants eux-mêmes dotés d’un QI plus bas que les femmes au QI élevé), de nombreux scientifiques avancent également que le mélange avec des populations immigrées, aux capacités intellectuelles inférieures et issues de système éducatifs potentiellement moins performants que le nôtre, participaient à provoquer la diminution générale du QI moyen en occident.

Pour intégrer la carte interactive sur votre site internet, copier/collet le code HTML suivant (responsive iframe):

<iframe title= »Potentiel intellectuel de la population mondiale » aria-label= »World choropleth map » id= »datawrapper-chart-7Urom » src= »//datawrapper.dwcdn.net/7Urom/1/ » scrolling= »no » frameborder= »0″ style= »width: 0; min-width: 100% !important; border: none; » height= »775″></iframe><script type= »text/javascript »>!function(){« use strict »;window.addEventListener(« message »,function(a){if(void 0!==a.data[« datawrapper-height »])for(var e in a.data[« datawrapper-height »]){var t=document.getElementById(« datawrapper-chart-« +e)||document.querySelector(« iframe[src*=' »+e+ »‘] »);t&&(t.style.height=a.data[« datawrapper-height »][e]+ »px »)}})}();</script>

 

Pour intégrer la carte au format *.PNG  sur votre site internet, cliquez et « enregistrer sous » :

 

nouvelle carte des qi -Potentiel intellectuel de la population mondiale- quotient intellectuel - migrants diminution qi - immigration - grand remplacement

J’interviens régulièrement en tant que chroniqueur pour Valeurs actuelles, Sud Radio,  Polémia ou Agoravox, notamment sur les questions d’identité et d’écologie.

En 2018, j’ai fondé le site de réinformation en ligne Adoxa.info.