Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2019

TERRORISME: UNE ANNONCE OFFICIELLE D' UN PROGRAMME PRÉ-CRIME ....

William Barr annonce officiellement le programme orwellien Pré-Crime

Publié par wikistrike.com sur 29 Octobre 2019, 21:11pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

William Barr annonce officiellement le programme orwellien Pré-Crime

Un récent mémorandum rédigé par le Procureur Général William Barr a annoncé un nouveau programme « pré-crime » inspiré des tactiques de « guerre contre le terrorisme » qui devrait être mis en œuvre l’année prochaine.

Mercredi dernier, le Procureur Général (PG) des États-Unis, William Barr, a adressé un mémorandum à tous les procureurs US, aux forces de l’ordre et aux hauts fonctionnaires du ministère de la Justice annonçant la mise en œuvre imminente d’un nouveau « programme national de perturbation et de participation précoce » visant à détecter les tireurs de masse potentiels avant qu’ils ne commettent un crime.

Selon le mémorandum, Barr a « ordonné au ministère de la Justice et au FBI de mener un effort pour améliorer notre capacité d’identifier, d’évaluer et d’engager des tireurs de masse potentiels avant qu’ils ne frappent« . Le Procureur Général a en outre décrit l’initiative à venir, qui devrait être mise en œuvre au début de l’année prochaine, comme « une stratégie efficiente, efficace et programmatique pour perturber par tous les moyens légaux les personnes qui se mobilisent vers la violence« . Selon Barr, des renseignements plus précis sur le programme devraient suivre le récent mémorandum, mais il n’est pas certain que le document à venir soit rendu public.

Barr a également demandé que ceux qui ont reçu le mémorandum envoient leurs « meilleurs et plus brillants » membres à une conférence de formation au siège du FBI en décembre prochain où le Département de la Justice (DOJ), le FBI et les « partenaires du secteur privé » se prépareront à la mise en œuvre complète de la nouvelle politique et seront également en mesure de fournir de « nouvelles idées » à inclure dans le programme.

L’aspect peut-être le plus troublant de la note de service est l’admission franche de Barr que bon nombre des tactiques « d’engagement précoce » que le nouveau programme utiliserait étaient « nées de la posture que nous avons adoptée à l’égard des menaces terroristes« . En d’autres termes, les fondements de bon nombre des politiques utilisées à la suite de la « guerre contre le terrorisme » après le 11 septembre 2001 sont également à la base des tactiques « d’engagement précoce » que Barr cherche à utiliser pour identifier les criminels potentiels dans le cadre de cette nouvelle politique. Bien que ces politiques de « guerre contre le terrorisme » aient largement ciblé des individus à l’étranger, le mémorandum de Barr indique clairement que certaines de ces mêmes tactiques controversées seront bientôt utilisées au niveau national.

Le mémorandum de Barr fait également allusion aux pratiques actuelles du FBI et du Département de la Justice qui façonneront le nouveau plan. Bien que plus de détails sur la nouvelle politique seront fournis dans une prochaine note, Barr indique que les « tactiques nouvellement élaborées » utilisées par les groupes de travail conjoints sur le terrorisme « comprennent le recours à des psychologues cliniques, à des professionnels de l’évaluation des menaces, aux équipes d’intervention et aux groupes communautaires » pour détecter les risques et suggère que le nouveau « programme de participation précoce » fonctionne dans la même veine.

Barr fait également allusion à cette approche « communautaire » dans un autre cas, lorsqu’il écrit que « lorsque le public » dit quelque chose « pour nous alerter d’une menace potentielle, nous devons faire quelque chose« .

Toutefois, le mémorandum établit une distinction entre les terroristes présumés et les individus que ce nouveau programme s’apprête à poursuivre.

Barr affirme que, contrairement à de nombreux cas historiques de terrorisme, « bon nombre des menaces à la sécurité publique d’aujourd’hui surviennent soudainement et avec parfois seulement des indications ambiguës d’intention » et que plusieurs de ces personnes « présentent des symptômes de maladie mentale et/ou ont des problèmes de toxicomanie« .

Par conséquent, le but du programme est ostensiblement de contourner ces questions en trouvant de nouvelles façons, probablement controversées, de déterminer l’intention. Comme nous le verrons plus loin dans ce rapport, les actions récentes de Barr suggèrent que la façon d’y parvenir est d’accroître la surveillance de masse des citoyens ordinaires et d’utiliser des algorithmes pour analyser ces données en vrac à la recherche de symptômes vaguement définis de « maladie mentale ».

Barr a également suggéré les lignes de conduite probables qui suivraient l’identification d’un individu donné en tant que « tireur de masse potentiel« . Le PG note que, dans le passé, des personnes considérées comme une menace violente ou terroriste avant de commettre un crime étaient soumises, entre autres mesures, à la détention, à un traitement de santé mentale ordonné par le tribunal, à des services d’aide en matière de toxicomanie et à une surveillance électronique. Apparemment, le nouveau programme appliquerait alors ces mêmes pratiques à des personnes aux États-Unis qui, selon les autorités fédérales, se « mobilisent vers la violence« , selon Barr.

Bill Barr a été très occupé

Le mémorandum, bien qu’il annonce une nouvelle ère de surveillance orwellienne et de « pré-criminalité » au niveau national, a été peu couvert par les médias grand public. L’un des rares rapports qui ont couvert la nouvelle politique du ministère de la Justice, publiée mercredi par le Huffington Post, a qualifié la nouvelle initiative menée par Barr de largement positive et a affirmé que les « tactiques anti-terroristes » auxquelles Barr a fait allusion pourraient « aider à contrecarrer les tireurs de masse« . Aucune mention n’a été faite dans l’article de la menace qu’un tel programme est susceptible de faire peser sur les libertés civiles.

De plus, il n’a pas été fait mention de l’impulsion claire donnée par Barr au cours des derniers mois pour jeter les bases de ce programme récemment annoncé. En fait, depuis qu’il est devenu procureur général sous la présidence de Trump, Barr a été le fer de lance de nombreux efforts à cette fin, notamment la promotion d’une porte dérobée du gouvernement dans les applications ou appareils de consommation qui utilisent le cryptage de données et pour une augmentation spectaculaire des programmes de surveillance électronique sans mandat qui existent depuis longtemps mais qui sont controversés.

Le 23 juillet, Barr a prononcé le discours-programme à la Conférence internationale sur la cybersécurité (CIEC) de 2019 et s’est principalement concentré sur la nécessité pour les produits électroniques grand public et les applications qui utilisent le cryptage de données d’offrir une « porte dérobée » pour le gouvernement, en particulier pour les services de police, afin d’obtenir un accès aux communications chiffrées pour des raisons de sécurité publique.

Barr a ajouté que « le cryptage de données sécurisé nuit gravement à notre capacité de surveiller et de combattre les terroristes nationaux et étrangers« . Barr a déclaré que « les petits groupes terroristes et les acteurs solitaires – tels que ceux impliqués dans la série de fusillades de masse en Californie, au Texas et en Ohio dans les semaines qui ont suivi son discours – se sont de plus en plus tournés vers le cryptage« . Barr a noté plus tard qu’il faisait spécifiquement référence au cryptage utilisé par « les produits et services de consommation tels que la messagerie, les smartphones, le courrier électronique et les applications vocales et de données« .

 

 

Pour vaincre la résistance de certaines entreprises privées – qui ne veulent pas renoncer à leur droit à la vie privée en donnant au gouvernement un accès clandestin à leurs appareils – et des consommateurs, Barr a anticipé de façon éloquente : « Un incident majeur peut survenir à tout moment et galvaniser l’opinion publique sur ces questions« . Peu après ce discours, plusieurs fusillades de masse, dont une au Walmart d’El Paso, ont eu lieu, ce qui a remis la question au premier plan du discours politique.

Comme MintPress l’a rapporté à l’époque, la prédiction étrange de Barr et une litanie d’autres bizarreries liées à la fusillade d’El Paso ont laissé de nombreuses réponses aux questions sur la connaissance préalable de l’événement par le FBI. De plus, la tragédie a semblé être l’événement « galvanisant » que Barr avait anticipé, puisque la solution offerte par le président Trump à la suite des fusillades a été la création d’une porte dérobée gouvernementale dans le cryptage et l’appel au même système pré-crime que Barr a officiellement annoncé pas plus tard que la semaine dernière.

La trame du pré-crime prend forme

Plus récemment, Barr et Priti Patel, ministre de l’Intérieur du Royaume-Uni, ont signé le 3 octobre un accord d’accès aux données qui permet aux deux pays d’exiger des données électroniques sur les consommateurs des entreprises technologiques basées dans l’autre pays sans restrictions légales. Il s’agit du premier accord exécutif conclu dans le cadre du controversé Clarifying Overseas Use of Data Act ou CLOUD Act adopté par le Congrès US l’année dernière.

Le CLOUD Act a été critiqué par des groupes de défense des droits qui ont averti que la législation donne « une juridiction illimitée aux forces de l’ordre US sur toute donnée contrôlée par un fournisseur de services, quel que soit l’endroit où les données sont stockées et qui les a créées » et que cela s’applique également au contenu, aux métadonnées et aux informations des abonnés, notamment les messages privés.

Pourtant, Barr et Patel ont affirmé que l’entente sur l’accès aux données « renforcera » les libertés civiles et ont affirmé que l’entente serait utilisée pour poursuivre les « pédophiles » et le « crime organisé« , même si Barr et son équivalent britannique ont montré un intérêt minimal à poursuivre les complices du pédophile et trafiquant sexuel Jeffrey Epstein qui a été lié au crime organisé et aux services de renseignements tant des États-Unis que d’Israël. Certains ont allégué que le manque d’intérêt de William Barr était dû au fait que le père de Barr avait déjà embauché le pédophile aujourd’hui décédé.

Jeffrey Epstein s’intéressait également aux technologies pré-crime et a été l’un des principaux bailleurs de fonds de la société technologique controversée Carbyne911, aux côtés de l’ancien Premier ministre israélien et proche associé d’Epstein Ehud Barak. Carbyne911 est l’une des nombreuses entreprises israéliennes qui commercialisent leurs logiciels aux États-Unis dans le but de réduire les fusillades de masse et d’améliorer les temps de réponse des fournisseurs de services d’urgence. Ces sociétés ont des liens nombreux et troublants avec les gouvernements et les services de renseignement des États-Unis et d’Israël. Epstein, lui-même lié aux appareils de renseignement des deux nations, a investi au moins un million de dollars dans Carbyne911 par l’intermédiaire d’une société « d’exploration de données » qu’il contrôlait.

Comme cela a été détaillé dans un récent article de MintPress sur ces sociétés, Carbyne911 et d’autres sociétés similaires extraient toutes les données des smartphones des consommateurs pour simplement faire des appels d’urgence et les utilisent ensuite pour « analyser le comportement passé et présent de leurs appelants, réagir en conséquence et prévoir dans le temps les tendances futures« , dans le but ultime de permettre aux appareils intelligents d’appeler les autorités à la place des êtres humains.

Les données obtenues à partir de ces logiciels, déjà utilisées par plusieurs comtés des États-Unis et devant être adoptées à l’échelle nationale dans le cadre d’un nouveau système 911 national de « prochaine génération », seront ensuite partagées avec les mêmes organismes d’application de la loi qui mettront bientôt en œuvre le « programme national de perturbation et de mobilisation précoce » de Barr pour cibler les personnes identifiées comme potentiellement violentes selon de vagues critères.

Notamment, à la suite de la fusillade d’El Paso, le président Trump a réfléchi à la création d’un nouvel organisme fédéral connu sous le nom de HARPA qui collaborerait avec le ministère de la Justice pour utiliser « des technologies de pointe très spécifiques et sensibles pour le diagnostic précoce de la violence neuropsychiatrique« , en particulier « des outils analytiques avancés fondés sur l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique« . Les données à analyser seraient recueillies à partir d’appareils électroniques grand public ainsi que des renseignements fournis par les fournisseurs de soins de santé pour identifier les personnes susceptibles de constituer une menace.

Il est important de souligner que de telles initiatives, qu’il s’agisse de la HARPA ou du programme récemment annoncé par Barr, sont susceptibles de définir la « maladie mentale » de manière à inclure certaines convictions politiques, étant donné que le FBI a récemment déclaré dans une note interne que les « théories du complot » motivaient certaines menaces terroristes intérieures et que plusieurs études universitaires douteuses ont cherché à relier les « théoriciens du complot » aux troubles de santé mentale. Ainsi, le ministère de la Justice et les « professionnels de la santé mentale » ont essentiellement déjà défini ceux qui expriment leur incrédulité pour les récits officiels du gouvernement à la fois comme une menace terroriste et comme des malades mentaux – et qui méritent donc une attention particulière dans les programmes pré-crime.

Le somnambulisme dans un cauchemar

Ce contexte largement négligé est crucial pour comprendre le récent mémorandum de William Barr et le changement massif et largement sous-estimé de la politique qu’il annonce. Pendant plusieurs mois, Barr – avec l’aide de « partenaires du secteur privé » ainsi que d’autres responsables gouvernementaux actuels et anciens – a jeté les bases du système qu’il vient d’annoncer officiellement.

Grâce aux produits logiciels offerts par des entreprises comme Carbyne911 et à la croisade personnelle de Barr pour mandater les portes dérobées du gouvernement dans des logiciels et des produits cryptés, le nouveau programme de pré-crime de Barr possède déjà les outils pour l’extraction et le stockage en masse des données des consommateurs grâce à des entreprises technologiques privées et des services publics comme des centres d’appels d’urgence.

Grâce au plan déjà élaboré pour HARPA et à sa solution proposée pour identifier la « maladie mentale » par le biais de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique, ce programme « pré-crime » nouvellement annoncé aura les moyens d’analyser la masse des données recueillies à partir des appareils électroniques grand public de Carbyne et d’autres moyens en utilisant des « critères de santé mentale » vagues.

Bien que bon nombre des particularités du programme demeurent inconnues, les mesures prises par Barr et d’autres membres du gouvernement et du secteur privé montrent que cette initiative nouvellement annoncée est le fruit d’années de planification minutieuse et que bon nombre des tactiques et des outils qu’il est prêt à utiliser sont en préparation depuis des mois, voire des années.

Au cours des dernières décennies, et en particulier après les attentats du 11 septembre 2001, les Étasuniens ont discrètement échangé un nombre croissant de libertés civiles contre des programmes gouvernementaux de « contre-terrorisme » et des guerres prétendument menées pour « nous protéger ». Aujourd’hui, les mêmes politiques utilisées pour cibler les « terroristes » sont destinées à être utilisées contre les citoyens ordinaires, dont la vie et les communications électroniques sont désormais destinées à être fouillées à la recherche de preuves de « maladie mentale ». Si ces algorithmes opaques signalent un individu, cela pourrait suffire à conduire à un « traitement de santé mentale » ordonné par le tribunal ou même à l’emprisonnement, qu’un crime ait été commis ou non ou même planifié.

Par conséquent, le programme de William Barr qui s’annonce est sans doute pire que les romans et les films de science-fiction dystopiques, car non seulement il vise à détenir des citoyens qui n’ont commis aucun crime, mais il ciblera expressément des individus en fonction de leur utilisation de produits de consommation électroniques et du contenu de leurs communications avec leurs amis, famille, collègues et autres personnes.

source : With Little Fanfare, William Barr Formally Announces Orwellian Pre-Crime Program

traduction Réseau International

Les commentaires sont fermés.