Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2018

CONTRE LE TERRORISME : LA FRANCE ET L' UE LES GRANDS HYPOCRITES !

 

Hassan Nasrallah sur la lutte contre le terrorisme : la France et l’UE sont de grands hypocrites

 

Interview du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, le 3 janvier 2018, par la chaîne Al-Mayadeen.

Extrait.

 

 
Transcription :
 

[…] Journaliste : Y a-t-il eu de telles tentatives d’entrer en relation avec vous (le Hezbollah) de la part de l’administration Trump ?

Hassan Nasrallah : Nous avons catégoriquement rejeté toutes les propositions de coopération des Etats-Unis (de la part des administrations Bush et Obama).

Journaliste : Et de la part de l’administration Trump en particulier, y a-t-il eu des tentatives (de rapprochement) ?

Hassan Nasrallah : Non, je ne crois pas. Pour être précis, la dernière tentative a eu lieu après l’élection de Trump, mais avant sa prise de fonction.

Journaliste : Après les élections. 

Hassan Nasrallah : Il y a eu de telles tentatives avant, l’année d’avant et durant les années précédentes, mais la dernière tentative a eu lieu après l’élection de Trump mais avant qu’il prenne ses fonctions.

Journaliste : Durant cette dernière tentative, ont-ils répété les mêmes demandes (que sous Bush : aidez-nous face à Al-Qaïda, abandonnez la Palestine et on vous retirera de la liste des organisations terroristes, on vous donnera le pouvoir au Liban et beaucoup d’argent) ?

Hassan Nasrallah : Non, les détails n’ont pas été abordés cette fois-ci. C’est avec Dick Cheney (que des propositions explicites ont été faites pour rallier le Hezbollah suite au 11 septembre).

Journaliste : Quelle était la raison de cette dernière tentative ?

Hassan Nasrallah : Dans leur dernière tentative, ils ont dit qu’ils voulaient s’asseoir avec nous et discuter, et qu’on pouvait s’entraider. Ils voulaient œuvrer sur la même idée ancienne de l’ennemi commun, selon laquelle Daech et les forces takfiries seraient notre ennemi commun.

Bien sûr, dans notre réponse (succincte), nous leur avons dit que Daech n’est pas notre ennemi commun, mais que c’est un ennemi pour nous (seulement). Daech est l’ami et l’allié des Etats-Unis, et Trump (lui-même) a déclaré pendant une année que c’est Obama et Clinton qui avaient créé Daech.

Journaliste : Eminent Sayed, on parle actuellement de pays européens qui ont essayé d’entrer en contact avec vous. Il se dit que ces discussions ont été couronnées de succès, que vous avez reçu des délégations de pays européens pour les aider à combattre le terrorisme, qu’ils veulent certains noms (de leurs ressortissants ayant rejoint Daech), etc.

Hassan Nasrallah : C’est vrai.

Journaliste : Pouvez-vous nous dire quels sont ces pays ?

Hassan Nasrallah : Non, ce ne serait pas correct, car il a été convenu de ne pas le révéler publiquement. Donc je ne peux pas le divulguer. Mais il s’agit de plusieurs pays d’Europe (de l’Ouest). Et tu sais que l’Union européenne a placé l’aile militaire (du Hezbollah) sur la liste des organisations terroristes.

Journaliste : C’est exact.

Hassan Nasrallah : Mais du fait des besoins sécuritaires en Europe, ils nous ont contactés (pour obtenir notre aide). Et pour détendre l’atmosphère, je peux te dire que durant l’une des rencontres avec un responsable européen, j’ai envoyé des frères pour le rencontrer. Bien sûr, nous n’avons pas des colonels ou des capitaines comme les armées classiques, nous appelons tous nos commandants « Hajjs »…

Journaliste : Ce responsable parlait français ou allemand ?
 

Les commentaires sont fermés.