Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2018

L'IRAN FACE A DES FAUTEURS DE TROUBLES .......

2 janvier 2018
Iran : 10 morts dans des manifestations, un responsable dénonce l'implication d'«agents étrangers»

Tandis que les Etats-Unis ont affiché leur soutien aux manifestations antigouvernementales qui sévissent depuis plusieurs jours, la tension monte en Iran. Alors qu'Hassan Rohani oscille entre appels au calme et à la fermeté, 10 personnes sont mortes.

«Au cours des événements qui ont agité la nuit, 10 personnes ont malheureusement été tuées à travers plusieurs villes du pays», a annoncé la télévision iranienne, citée par Reuters, au matin du 1er janvier.

Le 31 décembre, pour la quatrième nuit consécutive, les Iraniens sont descendus dans les rues de plusieurs villes du pays, dont la capitale Téhéran, pour protester contre le pouvoir en place et les difficultés économiques.

Des manifestations de soutien au gouvernement ont également eu lieu dans plusieurs villes, selon la télévision d'Etat.

 

Auteur: RT France

Des vidéos mises en ligne sur les réseaux sociaux montrent des manifestants en train d'attaquer et parfois incendier des bâtiments publics, des centres religieux, des banques ou des sièges du Bassidj (la milice islamique du gouvernement).

Téhéran dénonce la présence d'«agents étrangers»

Un responsable iranien a pour sa part dénoncé la présence d'«agents étrangers» dans ces manifestations.

Cité par Reuters, Habibollah Khojastehpour, gouverneur adjoint de la province de Lorestan, réagissant à l'annonce de la mort de deux manifestants dans la ville de Doroud le 30 décembre, a déclaré au micro de la télévision nationale : «Les forces de sécurité et la police n'ont pas tiré un seul coup de feu.

Nous avons trouvé des preuves de la présence d'ennemis de la révolution, de groupes Takfiri [terme désignant les extrémistes islamistes sunnites, comme par exemple Daesh] et d'agents étrangers lors de ces affrontements.»

Le président iranien Hassan Rohani s'est quant à lui adressé à son gouvernement le 31 décembre, dans un discours cité par le média iranien Press TV.

Au sujet du soutien affiché par Washington aux manifestations, il a déclaré : «Cet homme d'Amérique, qui veut aujourd'hui sympathiser avec notre peuple, a oublié qu'il qualifiait la nation iranienne de terroriste il y a quelques mois.»

Et d'ajouter : «Cette personne qui, de pied en cap, se dresse contre la nation iranienne n'a aucun droit de se sentir désolé pour le peuple iranien.»

Le ministre des Affaires étrangères iranien Bahram Qassemi a également dénoncé le 30 décembre le soutien de Washington, qu'il a taxé de «duplicité» et d'«opportunisme».

En Israël et aux Etats-Unis, des voix s'élèvent

Le président américain Donald Trump a réitéré le 30 décembre ses avertissements en direction du pouvoir iranien, déclarant que «les régimes oppresseurs ne peuvent perdurer à jamais».

IL a à cela ajouté dans un tweet reprenant des éléments de son discours du 19 septembre à l'ONU :

«Le monde entier comprend que le bon peuple d'Iran veut un changement, et qu'à part le vaste pouvoir militaire des Etats-Unis, le peuple iranien est ce que ses dirigeants craignent le plus.»

 

Il a ensuite précisé, toujours sur Twitter : «Les régimes oppresseurs ne peuvent perdurer à jamais, et un jour viendra où le peuple iranien sera confronté à un choix», avant de conclure : «Le monde entier vous regarde !»

 

Le 1er janvier, le dirigeant étasunien a encore affirmé, toujours sur le réseau social : «La richesse de l'Iran est confisquée, comme les droits de l'Homme. Il est temps que ça change.»

 

Une autre déclaration de soutien aux manifestants s'est fait entendre du côté d'Israël, grand rival régional de Téhéran qui n'a de cesse de brandir la soi-disant menace iranienne. 

 

Cité par l'agence de presse Reuters, le ministre des Renseignements de l'Etat hébreu, Yisrael Katz a déclaré sur la radio de l'Armée israélienne le 1er janvier : «Je ne peux que souhaiter la réussite au peuple iranien dans sa lutte pour la liberté et la démocratie», précisant toutefois : «Israël a décidé de ne pas se mêler de cette affaire interne.»

 

Le ministre israélien a par ailleurs démenti les affirmations faisant état de la présence d'«agents étrangers» dans les manifestations, assurant que ces allégations provenaient d'un «régime menteur et de propagande».

 

Rohani entre calme et fermeté

Cité par Press TV, le président Hassan Rohani a appelé au calme et affirmé que les manifestants étaient dans leur droit en s'exprimant.

source

 

 

ET AUSSI   TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

 

 

Source : Paul R. Pillar, Consortium News, 27-10- 2017

Alors que la politique étrangère du président Trump tombe profondément sous le charme israélo-saoudien, ses diplomates du Proche-Orient attisent le conflit contre l’Iran et réprimandent l’Irak, comme l’explique Paul R. Pillar, ancien analyste de la CIA.

 

En Irak, comme en Syrie, l’extinction imminente du mini-État de ce qu’on appelle l’État islamique soulève la question de savoir si les objectifs américains en Irak visent vraiment à contrer l’État islamique ou s’ils vont gonfler en une autre raison pour y maintenir indéfiniment les forces américaines.

Des Iraniennes assistent à un discours du Guide suprême Ali Khamenei. (photo du gouvernement iranien)

La justification la plus souvent avancée par ceux qui plaident en faveur d’un séjour de durée indéterminée est de contrer l’influence iranienne.

La justification fait écho à de plus grandes inquiétudes, lancées par l’administration de Trump et d’autres, au sujet d’un Iran sensé être en marche et menaçant de mettre sous son emprise la majeure partie du Moyen-Orient. Les craintes sont remplies d’hypothèses non étayées à somme nulle sur ce que toute action ou influence iranienne signifie pour les intérêts américains.

Ceux qui sont tentés de succomber aux inquiétudes en ce qui concerne l’Irak devraient garder à l’esprit deux réalités importantes concernant les relations irako-iraniennes.

La première, c’est que le plus grand coup de pouce à l’influence iranienne en Irak a été l’invasion américaine de mars 2003.

L’effet net de toute l’histoire coûteuse et désagréable des États-Unis en Irak – y compris la conquête initiale, l’invasion ultérieure et tous les hauts et les bas de l’occupation – en ce qui concerne l’influence iranienne, est d’avoir rendu cette influence beaucoup plus grande qu’elle ne l’avait jamais été pendant que Saddam Hussein dirigeait encore l’Irak.

Si l’influence iranienne était l’inquiétude prédominante au sujet du Moyen-Orient, comme le prétend la rhétorique de l’administration Trump, ce bilan donne à penser qu’une expédition militaire interminable des États-Unis ne serait pas une façon intelligente d’apaiser cette inquiétude.

La deuxième réalité clé est que l’Irak et l’Iran, en raison de leur proximité géographique et d’une histoire sanglante, sont nécessairement d’énormes facteurs dans leur sécurité réciproque.

Ce fait ne peut pas être écarté par des acteurs extérieurs qui parlent de combler les vides, de poursuivre leurs propres rivalités ou d’imposer des hypothèses à somme nulle qui ne correspondent pas à la vérité fondamentale dans la région du golfe Persique.

La guerre extrêmement coûteuse Iran-Irak, déclenchée par l’Irak et menée de 1980 à 1988, est la partie la plus importante de l’histoire sanglante et une expérience formatrice pour les dirigeants des deux pays. Nous ne disposons pas de chiffres exacts sur les victimes de la guerre, mais il y a eu des centaines de milliers de morts dans chaque pays.

Si l’on se base sur les estimations moyennes des personnes tuées pendant la guerre, le nombre total de morts s’élevait probablement à environ trois quarts de million.

La guerre a été le conflit le plus meurtrier au Moyen-Orient au cours des cinquante dernières années.

Désir de relations cordiales

Dans ce contexte historique, il incombe aux dirigeants irakiens et iraniens de maintenir leurs relations sur un pied d’égalité.

Bien que les deux voisins aient encore des intérêts divergents, il est dans l’intérêt de sécurité plus large de chacun de faire prévaloir la cordialité sur le conflit dans leurs relations bilatérales.

Les gouvernements de Bagdad et de Téhéran semblent s’en rendre compte.

Le Premier ministre irakien Haidar al-Abadi.

Il est utile que les deux pays aient, avec leurs intérêts divergents, des intérêts parallèles importants. Parmi lesquels le principal est, à l’heure actuelle, leur intérêt à faire tomber l’État islamique et à ne pas laisser le séparatisme kurde arracher des morceaux du territoire souverain de chaque pays.

Ces intérêts concordent également avec les objectifs déclarés des États-Unis en ce qui concerne la lutte contre l’État islamique et le maintien de l’intégrité territoriale de l’Irak, bien que ce fait semble souvent négligé aux États-Unis au milieu de l’obsession de s’opposer à l’Iran et de le confronter partout pour tout.

De nombreux pays, y compris les États-Unis, partagent un intérêt général pour la paix et la stabilité au Moyen-Orient – pour de nombreuses raisons, y compris la façon dont l’absence de paix et de stabilité encourage les formes d’extrémisme violent qui peuvent avoir des conséquences au-delà de la région.

Il s’ensuit que le fait d’avoir plus de cordialité que de conflit dans les relations entre l’Irak et l’Iran, qui ont été si terriblement explosives dans un passé récent, est également dans l’intérêt général.

Cette paix et cette stabilité à l’intérieur de l’Irak, dans l’intérêt de l’Iran tout autant que dans celui d’autres pays, sont négligées au milieu de caricatures obsessionnelles sur l’Iran qui le décrivent comme un fomentateur d’instabilité partout et quand il le peut.

L’instabilité persistante dans un pays avec lequel l’Iran partage une frontière de plus de 900 milles n’est pas dans l’intérêt de l’Iran.

Il est ironique de constater que ce fait semble difficile à accepter pour ceux qui utilisent habituellement le terme « propagation de l’instabilité » dans leur opinion sur les questions de sécurité au Moyen-Orient.

Les dirigeants iraniens sont aussi assez intelligents et suffisamment informés sur les affaires irakiennes pour se rendre compte à quel point un favoritisme sectaire borné serait déstabilisant et à quel point il serait facile de se surestimer.

Aussi empathiques que soient les Iraniens envers leurs coreligionnaires chiites, ils se rendent compte que les politiques de dénigrement sunnites ne constituent pas une formule de stabilité à leur frontière orientale. Ils sont également conscients des sensibilités nationalistes (et arabes) irakiennes. Ils peuvent voir de telles sensibilités même chez le chef religieux et milicien Moqtada al-Sadr, communément décrit comme un fanatique chiite, qui a récemment effectué des visites amicales en Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis, qui comptent parmi les principaux rivaux régionaux de l’Iran.

Semer la zizanie

Au milieu de ces réalités, il est troublant et inapproprié pour les États-Unis, en manifestant leur obsession de chercher à se confronter avec l’Iran, de faire la leçon au gouvernement irakien sur la façon dont les milices soutenues par l’Iran doivent, selon les mots du secrétaire d’État Rex Tillerson, « rentrer chez elles ».

Le secrétaire d’État Rex Tillerson lors de sa cérémonie d’assermentation le 1er février 2017. (capture d’écran de Whitehouse.gov)

Il n’est pas surprenant qu’un tel prêche ait suscité la fureur du gouvernement irakien du Premier ministre Haider al-Abadi, qui a fait remarquer que les milices en question, bien qu’armées et entraînées en partie par l’Iran, se composent d’Irakiens.

Abadi a ajouté, en réponse à cet effort des États-Unis pour dire aux Irakiens comment organiser leurs efforts de sécurité intérieure, « aucune partie n’a le droit d’intervenir dans les affaires irakiennes ou de décider ce que les Irakiens devraient faire ».

Plus tard, Abadi a exprimé de façon compréhensible son mécontentement face à la tentative de l’administration américaine de faire de son pays un plateau de jeu pour le jeu de Washington concernant sa recherche de confrontation avec l’Iran.

Abadi a dit : « Nous aimerions travailler avec vous deux [c’est-à-dire les États-Unis et l’Iran]. Mais s’il vous plaît, n’apportez pas vos ennuis en Irak. Vous pouvez le faire n’importe où ailleurs ».

Les Irakiens ne considèrent pas seulement la façon dont les milices soutenues par l’Iran ont largement contribué à vaincre l’État islamique en Irak. Ils peuvent également constater tout récemment le rôle constructif joué en coulisses par l’Iran pour résoudre le conflit avec les Kurdes au sujet de Kirkouk et des champs pétrolifères voisins d’une manière qui a fait progresser l’objectif de l’intégrité territoriale et de la souveraineté irakiennes avec un minimum d’effusions de sang.

Le gouvernement d’Abadi lui-même peut à juste titre revendiquer la plus grande partie du mérite pour ce résultat, et le bilan politique intérieur du Premier ministre a augmenté en conséquence.

Mais dans la mesure où un joueur extérieur a joué un rôle positif, ce joueur était l’Iran.

Les États-Unis ne semblent pas avoir contribué au résultat à un degré comparable.

Deux raisons fondamentales expliquent l’obstination des États-Unis à ne pas reconnaître et comprendre les réalités géopolitiques régionales mentionnées ci-dessus.

La première est la diabolisation de l’Iran et la volonté de s’y opposer partout sur tout, à l’exclusion de l’attention accordée aux multiples autres aspects des questions de sécurité au Moyen-Orient.

L’autre raison est la difficulté chronique que les Américains, relativement à l’abri derrière deux fossés océaniques, ont éprouvée à comprendre les problèmes de sécurité et les réponses à ces problèmes des pays qui n’ont pas les mêmes avantages géographiques.

C’est la raison pour laquelle, pendant la guerre froide, le terme de « finlandisation » est devenu un terme américain de dérision à l’égard des pays qui estimaient opportun d’observer certaines limites politiques afin de vivre pacifiquement en tant que voisins de l’Union soviétique.

C’est aujourd’hui une raison pour ne pas comprendre pleinement comment les Irakiens analysent ce qui est nécessaire pour vivre en paix dans leur propre voisinage.

Une telle compréhension serait plus facile pour les Américains s’ils avaient connu des guerres avec leurs voisins nord-américains qui auraient été aussi sanglantes que la guerre Iran-Irak.

 

Et peut-être qu’une telle compréhension viendrait si aujourd’hui, l’Iran faisait la leçon aux Canadiens et aux Mexicains sur la façon d’organiser leur sécurité intérieure et sur la façon dont ils doivent réduire l’influence américaine.

 

 

Paul R. Pillar, au cours de ses 28 années à la Central Intelligence Agency, est devenu l’un des meilleurs analystes de l’agence.

Source : Paul R. Pillar, Consortium News, 27-10- 2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Les commentaires sont fermés.