Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2017

SYRIE: APRÈS LA VICTOIRE DE RAQQA , DAESCH SE REGROUPE EN TURQUIE ???

Quand les Kurdes négocient avec Daesh

 

Abou Kamal près de la frontière iraquienne, zone baignée par l'Euphrate

 

Par Antoine de Lacoste

 

1456949215.png

La prise de Raqqa (capitale de l'Etat islamique) a été saluée comme une grande victoire contre Daesh.

 

Ce sont les FDS, cette coalition composée majoritairement de Kurdes et organisée par les Etats-Unis, qui ont fait le siège de la ville.

L'affaire a pris plusieurs mois.

Les bombardements américains ont détruit 80% de la ville mais les forces kurdes ont longtemps piétiné devant les derniers réduits de Daesh, sans vraiment s'y attaquer.

 

Et puis soudainement, malgré l'absence d'offensive finale, les Américains ont triomphalement annoncé la reprise complète de la ville.

 

Un long cortège de civils s'est alors dirigé vers le nord, en direction de la frontière turque, fuyant une ville devenue inhabitable.

 

Mais très vite, des doutes sont apparus sur le sort des derniers combattants islamistes.

Les Russes ont accusé les Américains de les avoir laissés s'en aller, mais personne ne les a écoutés.

 

Des rumeurs faisaient état de départ négocié vers Deir ez-Zor que l'armée syrienne tentait de reprendre à Daesh, les Américains ont démenti.

 

Il a fallu une enquête de la BBC pour qu'une partie de la vérité apparaisse.

 

Il y a bien eu négociation entre les Kurdes et les derniers combattants de Daesh afin que ceux-ci puissent évacuer Raqqa avec leurs familles et leurs armes.

Ils se sont massivement dirigés vers la Turquie et ont, pour la plupart, franchi la frontière.

 

Les Turcs n'ont évidemment pas été informés de la situation, ni par les Kurdes (c'est assez logique) ni par les Américains (ce qui ne va pas arranger leurs relations).

 

Et c'est un peu par hasard que deux responsables importants de Daesh ont été arrêtés peu après en Turquie.

Les autres sont maintenant disséminés un peu partout...

 

Le Ministre des Affaires étrangères russe, Serguei Lavrov, a violemment dénoncé cette opération peu après, preuves à l'appui.

 

Ne pouvant plus démentir, les Américains ont cette fois reconnu la réalité de la négociation, arguant du fait qu'il n'était pas possible de faire autrement.

 

Il n'est d'ailleurs pas certain qu'ils aient eu tout à fait leur mot à dire.

En effet, les Kurdes étaient bien décidés à perdre un minimum d'hommes dans une bataille dont l'importance était plus symbolique que stratégique.

 

Raqqa était totalement isolée, et la plupart des combattants avaient fui avant le début des combats vers Deir ez-Zor, Mayadin et Abou Kamal, dernière ville tenue par Daesh, près de la frontière iraquienne.

 

C'est l'armée syrienne qui devra finir de reprendre cette zone baignée par l'Euphrate.

 

Les Américains voulaient une victoire de prestige à moindre frais et il serait assez naïf d'être surpris par une telle négociation.

 

Les Kurdes, quant à eux, sont dans une logique de conquête territoriale préparant une négociation politique, et le combat anti-islamiste est tout à fait accessoire pour eux.

 

On évalue à 250 le nombre de combattants islamistes ainsi exfiltrés par les Kurdes. Si l 'on rajoute les familles, ce sont presque 2000 personnes qui ont été autorisées à partir.

Il ne faudra pas s'étonner d'en retrouver un jour en Europe...   

Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.

 

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/11/27

Les commentaires sont fermés.