Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2017

U S A: CHARLOTTESVILLE, LA PROVOCATION PRÉMÉDITÉ !

 

Charlottesville : l’intolérance de la gauchosphère américaine

Publié le 13 août 2017 - par
 
 
 

 

La gauche américaine est agaçante et pitoyable (ne parlons pas de son imitation européenne qui est bien pis encore) il est de plus en plus risible qu’elle veuille toujours donner le La depuis les années 60 (que tous les groupes Rock qui ont compté sont anglais…) alors qu’elle s’est trompée à chaque fois sur le Vietnam, Cuba, aujourd’hui sur l’islam, hier sur le féminisme, l’homosexualité, et la nature de la démocratie occidentale bien plus proche de la dynamique des aléas de la Nature et de l’Histoire humaine qui ont vu depuis des lustres des espèces et des peuples (ré-)émerger lorsque d’autres disparaissent ou font tout pour…

Existe-t-il oui ou non tout d’abord un 1er Amendement qui permet la totale libre expression aux USA ? Voilà le premier point, juridique, politique, que l’on soit d’accord ou pas. 

 

La gauchosphère veut faire comme Maduro en réécrivant la Constitution américaine, en intimant Trump de dénoncer en fait ce 1er Amendement puisque les créatures gauchistes sont venues contre-manifester à Charlottesville jusqu’à vouloir empêcher la manifestation adverse qui cherchait surtout à défendre les statues du Général Lee menacées d’être détruites ou mises au musée puisque non conformes à l’Histoire que les gauchistes veulent réécrire en gommant (comme Staline) les personnages qu’ils détestent.

Venons-en d’abord au fait s’agissant Lee : qu’il y ait des défenseurs de la domination de la race blanche, des racistes donc, des nazis, qui se sont mêlés aux défenseurs de Lee c’est sans doute vrai et ces derniers auraient sûrement pu être plus regardants.

Sauf qu’il ne suffit pas de faire ce genre de calcul car dans ce cas, nombre de manifestations gauchistes pourraient elles aussi être cataloguées de nazis quand elles acceptent que des adeptes du Hamas, du Hezbollah, voire de Ben Laden manifestent en leur sein, attaquent des synagogues comme celles proches de la Bastille à Paris il y a quelques années…

Rappelons ici que le général Lee a été réhabilité en 1888 et cela a été confirmé en 1975 à l’unanimité du Sénat et la quasi-unanimité du Congrès.

Pourquoi ? S’il s’agissait d’une horreur équivalent à Hitler aux dires de certains comment se fait-il que même des démocrates aient voté pour ? N’est-ce pas parce qu’il personnifiait un génie militaire tant et si bien qu’il existe aussi des statues dans le Nord et qu’un char américain de la WW2 porta son nom ?…

Mais, il y a plus grave, parce qu’il ne s’agit pas seulement pour la gauchosphère de lutter contre les Fédérés et l’esclavagisme puisqu’ils oublient de lutter contre l’esclavagisme des arabo-musulmans qui a fait bien plus de morts allant jusqu’à l’émasculation des survivants afin qu’ils ne se reproduisent pas comme le prouvent les travaux de Tidiane N’Diaye, non, il s’agit pour la gauchosphère de purifier, d’esthétiser l’Histoire, de la transformer en un long fleuve tranquille qui aurait débouché après  » l’obscurantisme moyenâgeux » sur « la » The Civilisation, celle des Lumières et du Progrès (le tout grâce à l’islam désormais).

 

Du moins si « le » capitalisme n’avait pas tout souillé etc.


Certes les gauchistes parleront aussi un peu des Grecs, mais pour tout de suite les récuser à cause de l’esclavage, n’oublions pas non plus qu’avant les travaux de Leo Strauss qui les a réhabilités, on n’enseignait plus du tout Aristote et Platon hors les cours d’histoire de la philosophie aux USA mais aussi ailleurs, en France par exemple, au temps où un BHL avait accusé le PCF dans son Idéologie Française de ne pas avoir arrêté dans les années 30, de se référer à Descartes et Pascal (sources du pétainisme sans doute) au lieu d’enseigner Hegel et… Lénine (je le montre, extraits à l’appui dans Le politiquement correct français)…

Ce sont les mêmes gauchistes (excepté BHL cependant) qui nient actuellement le passé juif de la Palestine pour privilégier uniquement leur reconstruction historique légitimant alors la volonté d’exterminer à nouveau les juifs, au nom de « racines » ainsi « purifiées.

Ce sont ces mêmes gauchistes qui se mettent à défendre Maduro et la révolution bolivarienne en oubliant étrangement le passé meurtrier de la colonisation espagnole, comme si la seule colonisation à combattre serait anglo-saxonne et bien sûr française.

Quant à ce qui se passe réellement aux USA concernant le conflit inter-racial, n’oublions pas également que la juste lutte pour les droits civils a été détournée par les gauchistes en vue de réduire tout conflit de pouvoir et ce au sein même des afro-américains en conflit social, effaçant le fait que la politique du Welfare State a créé des effets pervers comme on peut le voir aujourd’hui en Europe tel que assister surtout des populations par un clientélisme hypocrite puisque l’on a laissé par ailleurs ces gens de la « diversité » s’agglutiner dans les mêmes endroits au lieu de les répartir, de les former et de les accompagner par des franchises et des aides adéquates.

Aujourd’hui, la gauchosphère tente de capter les mécontentements provenant de ces populations manipulées, mécontentements qu’elle a elle-même créés, surtout qu’elle a été des décennies au pouvoir, en favorisant des doctrines et des mouvements qui vont précisément à l’encontre des Lumières et du Progrès, il est vrai voués en même temps aux gémonies par ses nouveaux gurus recrutés à la hâte dans les eaux troubles de l’idéologie postmoderne matricée d’affairisme et de techno-nihilisme (Soros, Bergé…)

Lucien Samir Oulahbib

 
et aussi
 
Déboulonner le Général Lee : une provocation préméditée ?
 
 

 

Avant de sortir les fusils ou d’alerter les sangsues associatives de l’antiracisme, OUI, foncer sur une foule de manifestants avec une voiture c’est MAL !


Toutefois, remontons le fil des événements survenus à Charlottesville, aux États-Unis, où « de violentes échauffourées ont éclaté samedi entre militants antiracistes et groupuscules de l’extrême droite américaine réunis à Charlottesville, en Virginie, forçant le gouverneur de l’État à déclarer l’état d’urgence et la police à décider l’interdiction du rassemblement. »


(http://www.lavenir.net/cnt/dmf20170812_01040207/etat-d-ur...)

 

Là-bas comme chez nous, un mouvement de repentance déferle depuis des années, imposant non seulement de réécrire l’histoire mais encore d’en effacer les traces qui ne cadrent pas avec la mythologie progressiste d’un Occident en pleine haine de soi.

Dans cette ville d’un état du Sud (la Virginie), on se proposait donc de faire disparaître une statue de Robert Lee, jadis général en chef des armées confédérées en lutte contre le Nord, durant la Guerre civile américaine (1861-1865), autrement appelée Guerre de Sécession.

Période que les lecteurs de Margaret Mitchell – dont je suis ! – connaissent sans doute, notamment les exactions bien réelles commises par les soldats du Nord contre la population de ce Sud honni.

Pourquoi déboulonner la statue de ce général, mort depuis belle lurette (en 1870) ? Mais, mon capitaine, tout simplement parce que c’était un Sudiste, autrement dit forcément favorable à l’esclavage !

Cependant, l’histoire est l’histoire, et Lee fait partie intégrante de celle des États-Unis, que ça plaise ou non. Par ailleurs, précisons tout de même que ledit général – qui signa la reddition de son armée à Appomattox, le 9 avril 1865, consacrant la victoire définitive de l’Union – s’était finalement réjoui de l’abolition de l’esclavage, dont il n’était d’ailleurs pas un partisan.

Il refusa même, après la défaite, de mener une guérilla avec d’autres officiers du Sud et se souleva contre les exactions dont étaient victimes les Noirs désormais affranchis. Pas vraiment le sale type qui mérite l’opprobre. Ça, c’est pour ceux qui veulent bien se donner la peine de regarder l’histoire autrement qu’à travers leurs fantasmes idéologiques !

Aussitôt cette décision connue, les plus ultras ont débarqué à Charlottesville pour protester contre ce crime de lèse-Lee, où d’autres ultras les attendaient, de la gauche cette fois. Des rixes s’en sont suivies, jusqu’à ce qu’un illuminé du Sud fonce sur les antiracistes pas mal belliqueux de leur côté, loin de l’image d’Épinal que les médias français diffusent en ce moment.

Des médias outrés par les déclarations du président Trump à propos de ces violences, lequel a renvoyé dos-à-dos ces extrémistes : « Tous lui reprochent notamment ses premières réactions où il a renvoyé dos à dos les deux camps.

“Nous condamnons dans les termes les plus forts ces démonstrations flagrantes de haine, de bigoterie et de violence de tous les côtés, de nombreux côtés”, a ainsi déclaré M. Trump, ignorant les questions des journalistes lui demandant s’il dénonçait l’idéologie nationaliste des groupuscules suprémacistes blancs qui ont manifesté. »

(http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/08/13/donald...)

Eh oui, le président américain a cruellement rappelé une vérité intangible : l’extrémisme n’est pas l’apanage de la droite !

En attendant, vouloir démonter la statue du général Lee était une provocation et ceux qui ont pris cette décision savaient quels troubles cela entraînerait. Rappelons que le gouverneur de Virginie, qui s’est contenté de fustiger les « méchants » de droite, est démocrate, c’est-à-dire que mettre dans l’embarras l’actuel locataire de la Maison Blanche ne lui pose aucun cas de conscience. Donald Trump est même accusé d’avoir été élu grâce à ces voix de l’Amérique extrémiste.

 

Un président qui a pourtant prié au Mur des Lamentations à Jérusalem, cherchez l’erreur ! Tout est bon pour le salir en somme.

Bilan après l’attaque à la voiture : une femme est morte et il y a plusieurs blessés à l’heure où j’écris, ce qui cadre parfaitement avec ces fanatiques du KKK et autres néonazis, ne nous cachons pas la vérité.

 

Quant aux « gentils » manifestants de gauche, que ne vont-ils manifester devant les mosquées, sachant que l’islam et l’esclavage c’est une vieille histoire d’amour qui perdure !

Charles Demassieux

Les commentaires sont fermés.