Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2017

ISRAÊL ET DAECH , DES LIENS TROUBLANTS ??? TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Israël – Daech : la lune de miel entre les deux États criminels continue

 
 

On savait déjà que de nombreux combattants blessés en Syrie sont transportés et soignés dans l’État juif qui occupe illégalement la Palestine.

En effet depuis 4 ans, cet État criminel prend en charge les blessés arrivant à sa frontière depuis la Syrie, qu’ils soient civils ou combattants, pourvu qu’ils soient opposés à Bachar el-Assad.

On apprend maintenant par un journal israélien l’ampleur du phénomène : il s’agirait de plus de 3 000 personnes, dont 25% de femmes et d’enfants, à avoir été pris en charge par les services médicaux israéliens. 

Soit 75 % d’hommes c’est-à-dire près de 2 000 individus dont vraisemblablement une grande majorité de jihadistes et islamo-terroristes d’Al-Qaeda, Al-Nosra et autre État Islamique, ces « égorgeurs modérés », soutenus par la coalition américano-saoudienne.

Les blessés les plus sérieux sont d’abord pris en charge par les médecins de l’armée sioniste d’occupation, avant d’être transférés dans des hôpitaux, certains étant même transférés par hélicoptère.

Il va sans dire, les soins sont totalement gratuits et anonymes ! Le capitaine Aviad Camisa, vice-chef de l’unité médicale de la 210e division Bashan, confirme : « Nous donnons les soins les plus rapides et les meilleurs avec l’équipement le plus avancé, mais parfois nous ne pouvons rien faire. Je les traite comme si je soignais n’importe quel citoyen israélien ou soldat israélien », a-t-il ajouté, en précisant qu’il avait personnellement soigné des centaines de « Syriens », sans toutefois rencontrer de patients touchés par des armes chimiques.

Une fois soignés, civils et combattants sont renvoyés, dans leurs foyers pour les uns, sur la ligne de front contre l’armée syrienne légitime pour les autres.

 

L’État d’Israël et l’État Islamique, la lune de miel

Mais au sein des groupes islamo-terroristes, c’est avec Daech que les relations sont le plus empreintes de confiance et de respect réciproque en ce moment !

Des indiscrétions d’un ancien ministre de la Défense de l’État sioniste nous apprennent qu’il y a eu des cas où l’État islamique « s’est excusé » d’avoir frappé par inadvertance des forces de l’armée israélienne ! Rien que ça !

Moshe Ya’alon a glissé ses commentaires sur les « excuses de Daesh » en référence à un incident qui a eu lieu en novembre dernier dans la partie du plateau du Golan occupée par Israël.

Des soldats israéliens avaient essuyé des tirs d’armes automatiques et d’obus de mortier de combattants de la « Brigade des martyrs de Yarmouk », liée à l’organisation terroriste État Islamique.

Tsahal a répliqué par des tirs, puis l’aviation israélienne a mené des raids et tué les quatre individus à l’origine de l’attaque.

Et Daesh s’était excusé auprès de Tsahal.

« Il y a eu un cas récemment où Daesh a ouvert le feu sur l’armée israélienne et s’est excusé »

La pseudo position de neutralité défendue par Israël sur la question syrienne n’est bien sûr qu’une poudre qui n’aveugle que les yeux de ceux qui veulent bien y croire.

Et les propos de l’ancien ministre permettent même de confirmer l’existence d’une ligne de communication entre le groupe terroriste et l’État criminel…

On peut ainsi imaginer le degré de proximité, voir même d’imbrication, que suppose cet acte de contrition formulé par les égorgeurs de masse d’Al-Baghdadi auprès de l’État juif, par des canaux de communication bilatéraux, pour avoir frappé ses forces ou atteint ses intérêts…

 

Israël complice des terroristes qui agissent sur le territoire syrien

Et on le sait, l’aide de l’État sioniste d’occupation aux forces islamo-terroristes va plus loin que de soigner quelques blessés.

Le président syrien a d’ailleurs plusieurs fois alerté que dans ce conflit, les terroristes se battaient aux côtés d’Israël : « S’ils ne font pas partie de l’armée régulière israélienne, ils se battent pour Israël. L’État juif s’emploie à aider ces terroristes partout où l’armée syrienne avance ».

Des attaques sous une forme ou une autre qui font le jeu des groupes jihadistes et freinent l’avancée de l’armée syrienne face aux terroristes.

Par ses frappes aériennes et ses bombardements, l’État juif continue de cibler les positions des troupes de Bachar el-Assad et celles de ses alliés comme les forces iraniennes.

Et  surtout le Hezbollah qui est la véritable épine proche-orientale dans la sandale israélienne : la principale et quasi seule organisation capable de tenir tête, y compris militairement, à l’État sioniste dans la région !

Rappelons qu’en 2015, les Nations-Unies s’étaient déjà émues et interrogées au sujet des échanges quasi quotidiens d’informations, d’hommes et de matériels se déroulant près du Golan entre les jihadistes d’Al-Nosra (affilié alors à Al-Qaeda) et l’État d’Israël.

À cause de l’appui d’Israël aux islamistes, les casques bleus avaient été contraints d’évacuer la zone ne pouvant plus dés lors surveiller les actions criminelles de l’entité juive.

De même l’armée syrienne avait été contrainte d’abandonner de larges pans du territoire dans cette zone de tensions entre la Syrie, Israël mais également le Liban.

On comprend mieux pourquoi l’Entité sioniste n’a jamais été une cible prioritaire des islamo-terroristes d’Al-Qaeda ou de l’État Islamique…

 

About Pierre Olivier     http://www.jeune-nation.com/geopolitique

Écrire un commentaire