Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2017

SYRIE: A QU' ELLE JEU JOUENT LES OCCIDENTAUX ???

23 avril 2017

Baschar al-Assad Intervenant à Damas, Bachar el-Assad a accusé les pays occidentaux d’intervenir en Syrie à chaque fois que l’armée syrienne remportait des victoires et a assuré que la guerre contre les terroristes se poursuivrait tant que l’ensemble du territoire syrien n’aurait pas été libéré.

Selon le site d'information Syria Al An, le président syrien Bachar el-Assad a déclaré devant le plénum du parti Baas que les pays occidentaux conduits par les États-Unis s'ingéraient constamment dans les affaires syriennes dans l'intérêt des groupes terroristes.

Il a signalé que « les ingérences se produisaient à chaque fois que l'armée syrienne remportaient des victoires sur les terroristes ».

 

« Les États-Unis ont tiré des missiles sur la base aérienne de Shayrat dans la foulée de la défaite infligée aux terroristes dans la province de Hama », a-t-il noté.

Selon le dirigeant syrien, la guerre contre les bandes terroristes se poursuivra tant que le moindre recoin de la Syrie n'aura pas été libéré.

« Nous nous opposerons aux scénarios de l'Occident visant à diviser la Syrie et, parallèlement, nous poursuivrons la politique de réconciliation nationale et participerons aux processus de négociations d'Astana et de Genève afin de mettre fin à l'effusion de sang sur le sol syrien », a conclu le président.

ET AUSSI

Bachar al-Assad : Les attentats en France n'auraient pas pu être empêchés

 

Interview du Président de la République Arabe Syrienne Bachar al-Assad par le journal croatien Vecernji List, le 6 avril 2017 (Extrait)

 

Source : http://sana.sy/en/?p=103658

 

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

 

Transcription :

 

[...]

 

Journaliste : Monsieur le Président, je dois vous poser une question : s'il y avait eu une coopération en matière de sécurité entre le gouvernement syrien et les États européens, aurions-nous évité les opérations terroristes qui ont frappé la France, la Belgique, etc. ?

Je pose cette question parce qu’après les opérations terroristes à Paris, l'ancien chef des services secrets français a déclaré que vous leur aviez fourni des noms et des documents sur les terroristes, et qu’ils ont refusé de les accepter. Ont-ils vraiment refusé de les accepter ?

Et s'il y avait eu une coopération, aurait-on pu éviter ces opérations terroristes ?


Président Assad : Non, il parlait probablement de la coopération avant la guerre, car après le commencement de la guerre et la position française de soutien aux terroristes, la Syrie a cessé la coopération en matière de sécurité avec ces pays, car il ne peut pas y avoir de coopération en matière de sécurité et d'hostilité politique en même temps.

Il devrait y avoir un accord politique, d'une part, et un accord dans d'autres domaines, y compris la sécurité, d'autre part.


Quant à savoir s'il aurait été possible d'éviter de telles attaques en Europe grâce à cette coopération en matière de sécurité, dans des circonstances normales, la réponse serait oui.

Mais dans les circonstances actuelles, la réponse est non, parce que l'Europe ou un certain nombre de pays européens soutiennent les terroristes à grande échelle, envoient en Syrie des dizaines de milliers de terroristes ou les soutiennent directement et indirectement, logistiquement, avec des armes, de l'argent, une couverture politique, et absolument tout.

Lorsque vous atteignez ce degré de soutien aux terroristes – et ici, nous parlons de dizaines de milliers et peut-être de centaines de milliers en Syrie et dans les régions avoisinantes –, la coopération en matière de sécurité devient d'une efficacité limitée dans un tel cas.

La coopération en matière de sécurité se concentre sur des dizaines ou des centaines d'individus, mais ne peut pas être efficace lorsqu'il y a des dizaines de milliers et des centaines de milliers de terroristes.


Si l'Europe veut se protéger à ce stade, elle devrait d'abord cesser de soutenir les terroristes en Syrie.

En supposant que nous voulions coopérer avec eux, aucun résultat ne peut être obtenu dans ces circonstances. Nous ne le ferons pas, bien sûr, tant qu’ils soutiennent le terrorisme.

Ils devraient cesser de soutenir les terroristes immédiatement de toute forme ou manière.

 

[...]

 

source  Merci Sayad

Les commentaires sont fermés.