Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2017

DONETSK : LE RETOUR DES BOMBARDEMENTS ......

mardi 14 février 2017

Surenchère de la terreur

 
Retour des bombardements et des combats 
dans le Nord de Donetsk
 

Revenant de Gorlovka (Nord de la DNR) où nous avons rencontré la population qui survit sur une ligne de front quotidiennement bombardée, le retour dans mon quartier au Nord de Donetsk s'est fait au rythme des détonations qui résonnent à nouveau depuis ce matin à l'horizon de l'aéroport, confirmant les craintes exprimées par l'ensemble des personnes civiles et militaires rencontrées qui prévoient une prochaine explosion de la ligne de front du Donbass.
 
Depuis le milieu de l'après-midi, des bombardements et des combats ont repris avec une intensité croissante dans le secteur Nord de Donetsk, entre la zone de l'aéroport et le secteur de Yasinovataya au Nord-Est, mais c'est surtout en milieu de matinée que la guerre qui sommeillait depuis une semaine a décidé de rappeler la population de Donetsk à son mauvais souvenir.
 
 
A 09h50, une très puissante explosion a retentit dans toute la ville, en provenance de la zone de Volvo Center, à l'Ouest de la zone aéroportuaire. rapidement les alertes ont signalé une frappe de 152mm ayant touché une usine de produits chimique basée au Nord du district de Kuibychevsky. 
 
Ce bombardement en provenance des positions d'artillerie ukrainienne située près du village de Nevelskoe (à l'Ouest de Peski)  a touché la zone technique de l'usine, tuant un ouvrier et blessant plusieurs autres personnes. La déflagration a été telle que des centaines de vitres ont explosé dans le quartier comme celles de l'hôpital situé dans le même secteur.
 
Le panache de fumée de l'explosion, visible à des kilomètres de distance...
Même si par chance, les stocks de produits dangereux n'ont à priori pas été touchés, ce nouveau bombardement ukrainien constitue une nouvelle escalade gravissime dans la stratégie de la terreur engagée par Kiev contre la population du Donbass.
 
En effet, la nature même du bombardement effectué (concentration et intensité) montre bien que ce site industriel connu et reconnu, loin de toute position militaire était bien la cible délibérée des artilleurs de Kiev qui ont voulu provoquer dans les quartiers résidentiels de ce district Nord, une catastrophe étendue.
 
Nous ne sommes pas seulement ici en présence d'un nouvelle violation du cessez le feu signé à Minsk par l'Ukraine en février 2015, mais d'un acte de terrorisme d'état visant une population civile et que la convention de Genève qualifie clairement de "crime de guerre" aggravé.
 

Quelques heures plus tard, confirmant son intention de s'en prendre à la population civile au mépris des conventions internationales, l'armée ukrainienne bombardait à nouveau vers 19h00 l'usine de traitement de traitement et distribution d'eau potable de la région située dans la "zone grise" entre Avdeevka et Yasinovataya (Nord Est de Donetsk)

Jusqu'où ira Porochenko dans cette folie terroriste qui jette déjà sur son pays l'opprobre de l'Histoire ?


A l'heure où j'écris ces lignes (21h30) des bombardements et combats continuent à remplir de crépitements et détonations diverses le ciel nocturne de Donetsk d'où s'échappent des rideaux de neige, offrant ainsi au quartier d'Oktyabrsky le manteau blanc et noir d'une nuit hivernale balayée par un vent froid.
 
Demain se réunissent pour la énième fois les acteurs impuissants du groupe de travail chargé de faire appliquer les accords de Minsk 2, au moment où Kiev semblent vouloir jeter sur la table la dernière carte d'une guerre totale et dernier acte d'une fuite en avant suicidaire entamée sur le Maïdan il y a 3 ans.

Mais cette folie peut-elle être stoppée autrement que par la justice des armes ?


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


 


 
Autres articles sur le sujet :

Le blog de Sébastien Hairon, Taranis, le lien : ICI


*
*   *
 
S'il vous plaît, pour m'aider dans ce travail de réinformation
 
Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.
 
Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass
 
Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.
 
En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Les commentaires sont fermés.