Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2017

USA: TRUMP ET LE TERRORISME ISLAMIQUE ......

 
 
Publié par Rosaly le 12 février 2017

Michael Flynn, lieutenant-général, à la retraite, nommé conseiller à la Sécurité nationale par le président Donald Trump, veut lutter non seulement contre les terroristes islamiques, mais aussi contre «l’idéologie radicale de l’islam».

Il projette de le faire à partir de la base, en commençant par nos enfants dans les écoles tout en utilisant les médias sociaux.

Dans son livre « The Field of Fight: How We Can Win the Global War Against Radical Islam and Its Allies*” (Le champ de bataille – Comment pouvons-nous vaincre la guerre globale contre l’islam radical et ses alliés ? ») publié en 2016, largement ignoré par les médias, M. Flynn explique que, sur le plan tactique, face à la menace terroriste globale, les attaques de drones et les arrestations de terroristes islamistes n’ont pas fonctionné.

Il veut combattre plus largement, en utilisant la guerre de l’information, entre autres, à une échelle jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale.

Mais d’abord, écrit-il, le gouvernement doit surmonter ce tabou politique qui consiste à nier tout lien entre la violence islamique et la religion de l’Islam, y compris ses textes sacrés, utilisés par les ennemis comme manuel de guerre.

« Si nous ne pouvons pas aborder les doctrines ennemies qui exigent notre domination ou notre extinction, nous ne détruirons pas leurs djihadistes »

« Il est temps pour nous de dénoncer les nombreux maux de l’Islam radical », ajoute-t-il, tout en soulignant les nombreuses défaites d’ISIS et d’al-Qaïda pour montrer aux recrues potentielles que le « Tout Puissant a changé de camp dans la guerre sainte ».

Expulsé par le président Barack Obama de la « Defense Intelligence Agency » pour ses prises de position réalistes sur le danger de l’islam, Flynn souhaite inverser la longue pratique gouvernementale qui consistait à dédouaner la nature violente de la foi de l’ennemi par des platitudes islamophiles telles que :

«Les terroristes détournent une religion de paix» et « l’islam, ce n’est pas cela, l’islam, c’est la paix ».

« Je crois fermement que l’islam radical est un culte tribal, et doit être écrasé ! » a déclaré sans langue de bois M. Flynn.

Dans son livre, Flynn dit que :

l’ennemi islamiste étudie notre culture «très soigneusement» et excelle à «identifier nos faiblesses», tandis que nous, en revanche, avons négligé d’exploiter les points faibles de son idéologie. Nous ressentons naïvement des pointes de culpabilité, si tout simplement nous les appelons par leur nom et les identifions comme des assassins fanatiques, agissant au nom d’une civilisation défaillante.

Cette «civilisation défaillante», fait-il remarquer, c’est l’islam, et le gouvernement doit souligner publiquement ses échecs, allant d’économies déprimées à des taux d’analphabétisme élevés et à l’oppression des femmes, tout en soutenant «une réforme complète de la religion islamique» à travers le monde musulman.

Il suggère de travailler en étroite collaboration avec le président de l’Egypte, qui a appelé à un renouvellement de l’islam. Il salue aussi les réformes entreprises par la République de Singapour pour convaincre les musulmans présents qu’il n’existe aucune obligation de suivre la charia dans un Etat laïque et qu’Allah n’a pas béni le jihad contre l’Occident. Il cite également la demi-douzaine de pays ayant interdit le foulard islamique dans le monde.

«Nous devons entrer dans l’esprit des djihadistes et comprendre la justification doctrinale du «culte du meurtre et de l’adoration de la mort» et pourquoi ils boivent avidement le sang de leurs ennemis mourants», écrit Flynn.

 

Nous devons trouver ce qui, dans leurs Écritures, leur lave le cerveau au point de les induire à proclamer fièrement : «Nous aimons la mort plus que vous aimez la vie»

 

Nous ne pouvons pas gagner cette guerre en traitant les terroristes radicaux islamiques comme une poignée de fous

Une fois cette doctrine exposée, elle peut être minée, affaiblie, et perdre ainsi toute sa puissance de conviction.

La guerre contre les radicaux islamistes doit commencer à la maison.

Les musulmans veulent appliquer la charia par le biais de notre propre système juridique et ainsi renforcer leurs lois religieuses violentes n’ayant pas leur place aux Etats-Unis, écrit-il, ajoutant que le gouvernement doit cesser de faire croire que les civilisations islamiques et occidentales sont moralement équivalentes.

Acceptons la vérité, à savoir que notre civilisation a été fondée sur les valeurs judéo-chrétiennes, un ensemble moral de règles et de lois, ajoute-t-il. Ne craignons pas de l’affirmer, mais au contraire, luttons contre ceux qui veulent imposer la charia et leurs vues radicales islamistes.

Nous ne pouvons pas gagner cette guerre en traitant les terroristes radicaux islamiques comme une poignée de fous, comme un simple enjeu policier, une question relevant de la sécurité et du maintien de l’ordre, écrit-il. Les fondements politiques et théologiques de leurs actes immoraux doivent être broyés.

Après huit ans de déni d’Hussein Obama sur le danger de l’idéologie de mort qu’est l’islam, d’omerta sur les crimes islamistes commis au nom d’Allah, de menaces à peine voilées envers quiconque dénigre le prophète mahométan, il est rafraîchissant, encourageant, apaisant de lire de telles déclarations empreintes de réalisme et de bon sens.

Merci mon Lieutenant-Général, de vous être exprimé avec fermeté et sans langue de bois et merci à votre Président Donald Trump !

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

 

Source : “Flynn’s plan to beat radical Islam starts with schools and social media,” by Paul Sperry, New York Post, February 4, 2017 (traduit et adapté par Rosaly)

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Les commentaires sont fermés.